Le maquillage non bio ferait vieillir plus vite


FacebookTwitterMore...   

D’après une récente étude, les produits chimiques contenus dans le maquillage non bio pourraient déclencher la ménopause plus tôt. Plut tôt c’est à dire en moyenne 2,3 ans plut tôt. Mais certains cas rapportés sont beaucoup plus graves. Au lieu d’être ménopausées à 50 ans certaines femmes le sont à 36 ans.

maquillage menopause precoce

Pourquoi?

A cause des phtalates contenus dans les cosmétiques non bios.

Utilisés dans les cosmétiques comme agents fixateurs, les phtalates sont aussi présents dans la compositions de nombreux plastiques (pour les rendre plus souples) et donc dans de nombreux emballages alimentaires (bouteilles d’eau, barquettes de plats préparés,etc) mais aussi dans nos chaussures ou dans le Nutella… inutile de vous dire que vous êtes donc très souvent au contact de phtalates.

Ainsi, d’après une étude de la chercheuse Natalia Grindler et son équipe de l’Université de Washington dans le Missouri, les phtalates contenus dans le maquillage sont responsables de ménopauses de plus en plus précoces ainsi que de troubles de la reproduction.
Une comparaison des niveaux de phtalates contenus dans le corps des 5 700 femmes cobayes de cette étude a prouvé que celles ayant les taux de phtalates les plus élevés avaient leur ménopause 2,3 ans plus tôt que les autres (l’âge moyen étant 51 ans). Selon l’étude, cette précocité de la ménopause pourrait se présenter jusqu’à 15 ans plus tôt (soit à l’âge de 36 ans!).
Pour la directrice de l’étude « Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas à ce stade, notre recherche est encore au stade préliminaire, mais nos premiers résultats sont déjà suffisants pour suggérer que ces produits ont un impact préjudiciable sur le long terme ». Voilà, c’est dit (même si on s’en doutait un peu).

Bon mais alors concrètement c’est quoi le “phtalate” et en quoi c’est mauvais?

Et bien ce sont des molécules chimiques dérivées du pétrole que vous reconnaîtrez dans les compositions de vos cosmétiques sous les doux noms de “dibutylphtalate” (abrégé DBP) et “diethylhexylphtalate” (abrégé DEHP). Molécules qui sont très volatiles, pénètrent facilement dans votre corps et dans ses organes et s’y accumulent sans jamais en partir.

“Les phtalates sont présents dans 95% des cosmétiques non-bios”

Côté cosmétiques malheureusement ils sont très utilisés. En gros ils sont présents dans 95% des cosmétiques non-bios (et heureusement strictement interdits dans les cosmétiques bios 🙂 ). Dans les vernis pour ne pas qu’ils s’écaillent, dans les parfums pour les faire tenir plus longtemps et  dans les crèmes pour qu’elles pénètrent mieux la peau.

Certaines marques font des efforts et éliminent les phtalates de leur compositions mais la majorité des cosmétiques non bio restent bourrés de  ce types de produits chimiques.

En fonction du nombre de fois où vous aurez été en contact avec des phtalates, en fonction de votre poids mais aussi de votre âge vous aurez donc été plus ou moins exposé au méfaits de ces molécules chimiques.

Les risques d’une exposition aux phtalates?

-> baisse de fertilité (atteinte de l’ADN du sperme)
-> atrophie testiculaire
-> réduction du poids du foetus et mortalité foetale ainsi que malformations
-> perturbation des hormones du foie
-> risques de ménopause précoce

Les effets cancérigènes sont encore à l’étude et aucun lien probant n’a pu être à ce jour démontré sur l’homme: les phtalates engendrent des tumeurs du foie sur les rats mais étant donnés que ces derniers n’ont pas les mêmes métabolismes on ne sait pas encore pour l’être humain. Bon, ceci dit rien qu’avec la liste ci-dessus cela devrait vous couper l’envie de vous y exposer.

“…les phtalates sont partout, notamment dans l’air que l’on respire en ville”

Ce qui est malheureux c’est que même en évitant vous-même d’y être exposé – en faisant des choix de consommation avisés par exemple – et bien les phtalates sont partout, notamment dans l’air que l’on respire en ville.

Comment éviter les phtalates dans les cosmétiques?

Il vous suffit d’acheter des cosmétiques bio certifiés (avec un label) et tout simplement de comprendre qu’un bon produit cosmétique n’a pas une liste d’ingrédients longue comme le bras (sinon cela veut dire qu’il contient des produits chimiques ajoutés pour la texture, des conservateurs et compagnie). D’ailleurs, la plupart des produits cosmétiques bios contiennent 3 à 5 ingrédients qui sont souvent des produits bruts donc purs et efficaces.

“un bon produit cosmétique n’a pas une liste d’ingrédients longue comme le bras”

Pour conclure, si je n’ai pas attendu ce type d’étude pour faire attention à ce que je me mets sur la peau, je suis quand même contente de faire preuve d’une méfiance permanente envers l’industrie cosmétique. D’ailleurs, bien d’autres études sont parues alarmant des dangers des phtalates.

Je vous invite fortement par ailleurs à lire ce pdf  extrêmement bien fait sur les produits chimiques contenus dans les cosmétiques non-bios : ” Ce qui importe le plus c’est le contenu “ par le généticien David Suzuki et son équipe canadienne.
Vous y retrouvez des explications claires sur les produits à éviter, des graphiques présentant la toxicité de certains produits ( carcinogénicité, perturbation endocrinienne et toxicité pour les fonctions reproductives) ainsi qu’à la fin une liste des marques ayant les produits les plus toxiques.

Parfois jugée comme “extrémiste“, “parano” ou juste “chiante” parce que je trouve ça scandaleux et parce que je tente d’en avertir mes proches, quand je vois ce genre d’études je suis confortée dans mon combat. Même si j’en fait doucement rire certains et qu’au cours de certaines discussions j’ai juste eu envie de faire ça:

Je reste choquée quand les femmes à qui j’en parle me répondent des phrases du genre “-Bah ben tant pis faut bien mourir de quelque chose” …

Et vous, est-ce que vous vous trouvez souvent en face d’un mur quand vous tentez de sensibiliser votre entourage aux dangers des produits chimiques?

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires (6)

  1. Après le “faut bien mourir de quelque chose” y’a aussi le “de toutes façons y’a la pollution”. Donc en gros, pas besoin de limiter les risques vu qu’il en restera… Mouai…

    Répondre
    Brubru - 11 mai 2013
    1. Oui, la bêtise humaine n’a pas de limite (tant qu’elle est en bonne santé parce que c’est marrant mais quand on est proche de la mort là tout le monde pleure et plus personne ne veut partir…^^)

  2. Merci pour cette information ! Je savais que certains produits contenaient cette substance, plastique de jouets pour enfants (!!!) mais pas 95% des cosmétiques non bio!! Merci de l’info cela me conforte dans mes convictions, cela fait longtemps que je suis passée au produits de beauté bio, ms tout récemment au maquillage, ce n’est pas évident, surtout pr le fond de teint mais je persiste. Il est vrai que l’entourage perçoit mal parfois les dangers qui, s’ils peuvent être évités autant le tenter !

    Répondre
    Ju - 17 décembre 2012
    1. Salut Ju! oui, je pense que si l’on est de plus en plus nombreuses à s’intéresser au bio c’est qu’il y a une vraie demande de notre part et qu’on en a marre de se faire vendre des cochonneries à prix d’or.
      De rien donc pour cette info, j’ai crée mon blog pour ça, et si à chaque article que je publie je convainc ne serait-ce qu’une personne et bien j’ai déjà tout gagné pour moi 🙂
      Et l’entourage…comment dire…c’est une lutte perpétuelle mais je pense qu’une fois qu’on est averti des dangers de certaines substance, on a vraiment plus envie de revenir en arrière (même si ce n’est pas toujours facile). C’est ce que décris très bien Caro dans son billet sur son passage au bio (elle fait le bilan, 6 mois après) http://carohebdo.com/2012/12/15/passer-au-bio-bilan-apres-6-mois/

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 17 décembre 2012
  3. Ca fait peur !

    1. Boh…c’était pas le but non plus (ne soyez pas effrayés lol) mais c’est la dure réalité c’est tout. Les grandes industries cosmétiques (comme celles de beaucoup d’autres secteurs d’ailleurs) n’en ont strictement rien à foutre de notre santé, sans exagérer ils ne pensent qu’à faire du profit et se foutent bien de nos gueules en vendant à prix d’or du pétrole raffiné. C’est malheureux mais l’homme est un loup pour l’homme et si vous ne vous mettez pas sur vos gardes et ne vous informez pas vous-même et bien vous subirez les conséquences du je- menfoutisme des autres qui eux seront tranquilles à siroter leurs cocktails dans un Hotel 5 étoiles lors de leur retraite (parce qu’ils n’ont pas étés assez cons pour se mettre sur la peau ce qu’ils commercialisent) pendant que leurs clients crèveront en masse de cancer…

      Répondre
      Ca Se Saurait - 27 octobre 2012