Alimentation saine et locale : des tendances durables

Un sondage publié fin janvier par Harris Interactive met en lumière les nouvelles tendances dans les habitudes alimentaires des Français.

Sondage français alimentation

L’alimentation saine et locale semble s’affirmer comme tendance durable et nous pouvons nous en réjouir car cela marque le début d’un vrai tournant dans les mentalités. De plus en plus de Français semblent être revenus de l’alimentation industrielle.

Réalisé sur un panel de mille personnes (et avec toute la prudence qui doit être la nôtre quand on sait à quel point les sondages ont tendance à être à côté de la plaque), il est toutefois intéressant d’observer comment le retour au bio, au sain et au local est désormais une vraie tendance. Une tendance qui n’en porte que le nom car elle est en fait plutôt un retour aux sources, loin d’une alimentation industrialisée et pauvre en nutriment mais aussi en éthique. Une tendance que nous sommes nombreux, toutes générations confondues, à porter au quotidien.

Une alimentation saine et locale est le début d’une pensée et d’une organisation sociale plus saines

En votant avec notre carte bleue, en acceptant de payer le juste prix et en apprenant à retrouver le plaisir de nourrir sainement sa famille en passant un peu de temps en cuisine, nous changeons les choses. Pour notre santé, celle de nos enfants, mais aussi pour que tous ceux qui travaillent pour nous nourrir arrêtent d’étouffer sous la pression des grandes surfaces ou de mourir de cancers parce qu’ils sont les premiers exposés aux pesticides. Une alimentation saine et locale est le début d’une pensée et d’une organisation sociale plus saines. L’alimentation est la base de qui nous sommes, de ce que nous décidons d’apporter aux cellules de notre corps et le premier lien entre les hommes. Alors continuons à la valoriser, à lui réserver la place qu’elle mérite et nous réussirons à changer le système actuel qui l’a totalement corrompue.Alimentation Français

Merci à tous ceux qui, alors qu’ils ne sont ni plus riches ni forcément plus informés que les autres, trouvent juste logique d’arrêter cette folie alimentaire moderne.

Merci à vous pour le monde que vous contribuez à créer

Je vous laisse avec le résumé réalisé par Harris Interactive et vous pouvez consulter le document intégral en version pdf juste ci-dessous.

Pratiques alimentaires d’aujourd’hui et de demain
Meilleure information, sécurité sanitaire, qualité et retour aux sources : les 4 enjeux clés des consommateurs de demain

Que retenir de cette étude ?

1 – Un consommateur à la recherche du mieux manger

Les Français ont une relation forte à l’alimentation et particulièrement à la cuisine. 22 % se déclarent ainsi Experts/ Experts intermédiaires et 17 % ont déjà participé à un atelier de cuisine.

71 % navigue sur Internet pour s’informer sur l’alimentation

Une grande majorité (71 %) navigue sur Internet pour s’informer sur l’alimentation. 61 % utilisent des sites de recettes alimentaires, 25 % des blogs culinaires et 11 % des forums de consommateurs ou des sites de santé publique.

Pour 63 % des Français, respecter un équilibre alimentaire est important et cela est primordial pour 21 % d’entre eux. Si 81 % des consommateurs déclarent suivre une alimentation équilibrée au quotidien, seuls 14 % en sont tout à fait convaincus.

4 % à 6 % des Français suivent des régimes de type végétarien, sans gluten, vegan. Le mouvement flexitarien est pratiqué par 6 % des consommateurs

Cette sensibilité à l’alimentation a fait apparaître de nouveaux régimes alimentaires dont la notoriété est importante, même si leur pratique reste encore aujourd’hui limitée. Ainsi 4 % à 6 % des Français suivent des régimes de type végétarien, sans gluten, vegan. A noter le mouvement flexitarien moins connu mais aussi pratiqué par 6 % des consommateurs.

Globalement les Français ont été impactés par les crises alimentaires et 84% sont soucieux de leur alimentation : 44 % déclarent avoir changé totalement leurs habitudes alimentaires sans revenir aux précédentes. A noter qu’en matière d’alimentation la confiance faite aux marques reste faible (8 % seulement des Français).

44 % déclarent avoir changé totalement leurs habitudes alimentaires sans revenir aux précédentes. 8% seulement des Français font confiance aux marques

Les consommateurs se tournent donc vers le « fait maison » et un certain retour aux sources : 54 % confectionnent leur soupe de légumes, 38 % cultivent des herbes aromatiques et 35 % font leur confiture et compote eux-mêmes… Car in fine « on n’est jamais mieux alimenté que par soi-même » !

2 – De nouvelles tendances de consommation

En termes de produits consommés, une évolution à la hausse est observée pour les légumes, fruits consommés quotidiennement ¼ des Français les consomment plus souvent qu’il y a 2 ans. Le poisson est lui également en progression, 20 % des Français en consomment plus souvent qu’il y a 2 ans.

A l’inverse, d’autres produits ont subi de plein fouet les crises alimentaires : la viande au premier plan, avec 32 % des Français déclarant en consommer moins souvent qu’il y a 2 ans, suivie par le lait avec 27 % de déconsommation par rapport aux 2 précédentes années.

32 % des Français déclarent consommer moins souvent de viande qu’il y a 2 ans

Sondage français alimentation

En GMS, les Français sont en quête de produits frais (28 % en consomment plus souvent qu’il y a 2 ans), et relèguent les conserves au second plan (22 % des Français en consomment moins souvent qu’il y a 2 ans)

Aujourd’hui les consommateurs manifestent un intérêt face à des « innovations produits » accessibles, pratiques et rassurantes : plus 20 % seraient attirés par des mini-produits, des produits portionnables (format individuel plutôt que familial), des fruits frais découpés. A noter également l’émergence de l’intérêt pour le lait végétal, consommé par 17 % des Français.

Emergence de l’intérêt pour le lait végétal, consommé par 17 % des Français

3 – Une quête d’achats plus raisonnés

Même si la majorité des achats de produits alimentaires se fait encore majoritairement en GMS, la part belle est faite aux circuits courts : marché, AMAP sont le lieu d’achat des fruits, légumes, œufs, fromage, viande, poisson et les magasins Bio ceux des légumes, fruits, œufs et céréales.

La part belle est faite aux circuits courts

Par ailleurs, 64 % des Français estiment utile un système d’étiquetage nutritionnel qui les aiderait à mieux choisir leur produit.

Les dimensions sociétales sont également importantes dans le choix des produits faits par les consommateurs : ainsi 40 % déclarent qu’ils sont attentifs au respect de l’environnement et 30 % dans le choix de produits étiques / équitables.

En termes de critères de choix, arrivent en tête la fraicheur des produits (67 %), le respect de la saisonnalité (56 %), l’origine des produits, l’absence de pesticides (59 %), d’OGM (53 %) ou d’antibiotiques (49 %), tout comme le respect du bien-être animal (48 %).


Méthodologie :

Enquête réalisée en ligne du 12 au 21 octobre 2016. Echantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région d’habitation de l’interviewé(e) et catégorie d’agglomération.

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires (6)

  1. Ca fait plaisir à lire !
    Je fais partie de ces personnes qui changent complètement leur manière de se nourrir et je ne reviendrais jamais en arrière !
    Déja, parce que le Bio, le local et de saison ne coûte pas plus cher, au contraire !
    Et aussi parce que depuis que je mange des légumes quotidiennement (ce qui était loin d’être le cas avant …), je vais physiquement beaucoup mieux ! J’ai la pêche !

    Et d’une manière générale, les gens prennent conscience que c’est logique, naturel .. Non, on ne mange pas, en France, des tomates et des courgettes en hiver … Il faut l’accepter. Si la nature nous donne des navets, des radis noirs, et des choux en cette période, c’est parce qu’ils nous apportent tout ce dont nous avons besoin pour vaincre le froid. Enfin, c’est comme ça que je le vois !

    Alors c’est sur, les premières fois, j’ai eu du mal à manger mes navets (vraiment), mais j’ai réappris à les aimer !

    Répondre
    Rozie - 5 mars 2017
    1. C’est du bon sens, toujours et se faire du bien et faire du bien à la planète et aux gens autour de soi c’est tout bénef’ 🙂

  2. Merci, très intéressant, cela fait plaisir à lire ^^Ce sont, il me semble des bonnes nouvelles ! L’obésité ne va peut-être pas avancer si vite chez nous !

    Répondre
    Less is More - 5 mars 2017
    1. Peut-être, grâce à notre forte culture autour de l’alimentation, mais les industriels arrivent parfois si bien à faire croire à du sain que les batailles sont dures ^^

  3. merci de relayer ces infos qui font du bien a l’espoir. Je n’ai pas eu le courage de rentrer dans le détail, l’esprit de ce “retour aux sources” comme tu le dis justement est encourageant. il ne manque que le lien avec l’eau que nous buvons car malheureusement beaucoup de nos efforts sont torpillés par notre ignorance en la matière et les contre vérités des instances gouvernementales et des géants du secteur. Chaque chose en son temps, je sais que cela aussi évoluera dans le bon sens, mais quand même j’essaie de communiquer autour de moi pour ne pas trop tarder car les effets d’une mauvaise eau de boisson sont rapides et délétères mais si simples à renverser ou au moins à réduire, un peu comme le jour ou on se décide à jeter son micro-ondes à la poubelle.

    Répondre
    Fabien - 5 mars 2017
    1. Oui, la question de l’eau est très compliquée car elle n’est pas aussi facilement accessible que d’autres… tout coûte toujours cher avec l’eau et sa transparence fait que l’on a toujours l’impression qu’elle est “bien”…