Violence envers les femmes : la France, un des pires pays européens

8 mars, journée de la femme. Triste besoin que celui d’une société à instaurer une journée pour la moitié de sa population car elle n’est pas encore l’égale de l’autre moitié…

Violence conjugale

Il n’y a pas grand-chose de plus à dire si ce n’est que les chiffres que vous allez lire ci-dessous sont la partie visible de l’iceberg. Une toute petite partie, focalisée uniquement sur les violences graves faites aux femmes chaque année. Tout cela ne dit rien aux hommes de ce qu’est une vie où la douceur et la soumission sont généralement apprises dès le plus jeune âge pour devenir par la suite des “qualités” que les femmes elles-mêmes croient naturelles tant l’injonction a été lentement et quotidiennement infusée. Les qualités soi-disant naturelles de douceur et de soumission des femmes ne le sont pas. Elles permettent de maintenir un “certain équilibre sociétal” mais, le futur nous le montrera, même si personne ne se départira jamais totalement d’une construction sociale, la femme libre est aussi bête, égoïste et méchante que l’homme… quand on la laisse être.

La douceur et la soumission sont généralement apprises dès le plus jeune âge
pour devenir par la suite des “qualités” que les femmes elles- mêmes croient naturelles

L’égalité réelle c’est laisser les femmes libres de leurs choix, ce qui implique qu’elles ne deviennent plus ces gentils objets dociles dont on a l’habitude. La liberté impose le choix, les erreurs et l’inévitable égoïsme. Tout cela pour dire que, hormis les violences “visibles” faites aux femmes, c’est tellement plus que nous devons combattre. C’est le quotidien, l’infus, le diffus. Tout ce qui mène aux salaires 12 % inférieurs, aux remarques du type “elle a forcément sucé pour avoir ce poste”, aux femmes qui n’osent pas quand elles sont compétentes alors qu’un homme moins compétent fonce… ce genre de choses.

Le féminisme c’est être pour l’égalité entre les deux parties qui composent l’humanité alors,
qui voudrait ne pas l’être ?

Voilà pourquoi il est illusoire de croire que les droits des femmes sont totalement acquis et que le féminisme est dépassé. Le féminisme, disons-le, crions-le, c’est être pour l’égalité entre les deux parties qui composent l’humanité alors, qui voudrait ne pas l’être ? Dire haut et fort, quand on est femme, “je ne suis pas féministe”, etc. c’est montrer son ignorance de ce qu’est le féminisme, de ce à quoi il sert.

Je ne nous souhaite pas une bonne fête, Mesdames, mais je nous souhaite de continuer à lutter pour nos libertés, jusqu’à l’atteindre totalement et sans concessions.

Les pays où les femmes sont réputées pour être les plus féministes et les plus indépendantes sont aussi ceux où elles sont le plus violentées.Violence femmes europe

D’après cette infographie réalisée et offerte par Stampaprint vous pouvez voir que les pays où les femmes sont réputées pour être les plus féministes et les plus indépendantes sont aussi ceux où elles sont le plus violentées. Alors, est-ce justement parce que les femmes veulent plus de libertés dans ces pays qu’elles dénoncent, portent plus plainte et que donc, nous croyons que la violence envers elles y est élevée ? Est-ce que, dans les pays où les femmes sont plus “soumises” elles portent peu plainte et donc l’on croit que le climat est meilleur ?

N’oublions pas que nos droits, Mesdames, sont très récents. Il existe encore beaucoup de gens qui considèrent réellement les femmes comme inférieures. Nous croisons tous les jours des hommes qui trouvent normal qu’une femme soit soumise à son mari, qui trouvent ridicule que les femmes travaillent car elles n’auraient pas la même intelligence que les hommes, qui détestent les femmes modernes. Souvent, ils ne savent pas réellement dire pourquoi mais trouvent que “les femmes, c’est plus ce que c’était”. En réalité, ils voudraient rester dans un monde inégalitaire car c’est celui où ils sont tout-puissants. Certains hommes ne supportent pas les femmes indépendantes, sont violents envers elles parce qu’elles incarnent la fin de leurs privilèges et qu’ils ne le supportent pas. L’ancien monde leur convenait, ils ne veulent pas en changer mais ces femmes ne leur en laissent pas le choix. Dans les années soixante, une femme ne pouvait ouvrir un compte sans l’autorisation de son mari, les femmes qui couchaient hors mariage étaient publiquement raillées et considérées comme des prostituées. L’avortement et la contraception étaient des considérations de “bonnes femmes” dont la politique se fichait car elle considérait que les femmes étaient faites pour être au foyer avec leurs enfants. C’était il y a à peine soixante ans. De nombreuses personnes ont été élevées dans cet état d’esprit et sont aujourd’hui aux plus hauts postes décisionnaires, forgent nos sociétés.

Certains hommes ne supportent pas les femmes indépendantes, sont violents envers elles parce qu’elles incarnent la fin de leurs privilèges et qu’ils ne le supportent pas.  Noublions pas que nos droits, Mesdames, sont très récents. Il existe encore beaucoup de gens qui considèrent réellement les femmes comme inférieures.

Tout cela ne s’est pas effacé comme par magie, cet état d’esprit infuse encore notre société et ce n’est qu’en éduquant nos enfants à l’égalité réelle que nous y  parviendrons (nos fils en leur apprenant à respecter totalement les femmes, nos filles en leur apprenant à avoir assez confiance en elles pour refuser la moindre oppression). Mais aucun de ceux qui lisent cet article ne le verra de ses propres yeux, cela prendra du temps. Comme souvent, une idée est d’abord ignorée, puis moquée, combattue et enfin acceptée. Peut-être est-ce ce qui est en train de se jouer ? Peut-être que, dans un climat où l’égalité n’est pas encore réelle, les femmes se font encore plus rabrouer parce qu’elles osent ne pas coller à l’image que l’on attend d’elles. Comme un dernier sursaut avant la chute, comme le fait souvent la maladie en s’aggravant juste avant de disparaître. Pas de réponses mais des chiffres qui montrent encore l’ampleur de la tâche…

Sur le podium européen des violences faites aux femmes :

1/ Danemark

2/ Finlande

3/ Suède

4/ Pays-Bas

5/ France

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires (6)

  1. Un rappel nécessaire !

    Répondre
    Bernard Bel - 8 mars 2017
  2. On n’oublie souvent que la lutte continue, que les droits acquis sont encore très récents. MERCI POUR CE JUSTE RAPPEL SABRINA.

    Répondre
    Marie Kléber - 8 mars 2017
    1. Oui, perso quand je regarde en arrière je trouve que là où nous sommes en si peu de temps c’est à la fois désespérant et, en même temps génial, car finalement c’est une belle marge de progrès depuis les années 60 !

  3. Je laisse la parole à une petite fille un peu concernée par la connerie humaine masculine :
    “Les femmes sont des soldats qui luttent et souffrent pour la survie de l’humanité, beaucoup plus braves, plus courageuses, que tous ces héros de la liberté avec leur grande gueule.”
    – Anne Frank – (Le journal d’Anne Frank )

    Répondre
    Fabien - 10 mars 2017
    1. Génial, merci Fabien 🙂
      Je pense toutefois qu’une fois l’égalité et la liberté “parfaites” atteintes les femmes se laisseront autant aller que les hommes à leur bêtise car pour moi il ne s’agit que de ça, de laisser-aller…

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 11 mars 2017
      1. Certaines oui (elles le font déjà ! ), mais dans l’ensemble tout avancera dans le bon sens qui ne doit rien au hasard, mais comme tu dis, nous ne le verrons pas avec nos yeux actuels, ce qui n’empêche pas d’en préparer les conditions.

        Répondre
        Fabien - 11 mars 2017