Scandales sanitaires, ras-le-bol des effets secondaires… Les Françaises sont de plus en plus nombreuses à arrêter la pilule et à se poser des questions sur l’impact des hormones synthétiques sur leur corps. Des questions qui trouvent rarement des réponses claires…

La journaliste indépendante Sabrina Debusquat, conseillée par d’éminents spécialistes de la question, livre le fruit d’une année d’enquête et jette un véritable pavé dans la mare d’un sujet qui concerne plusieurs millions de jeunes femmes …

Livre j'arrête la pilule Sabrina Debusquat

C’est la parole féminine qui est le point de départ de cette enquête. En effet, comment expliquer le décalage important entre les effets secondaires qu’expérimentent de nombreuses femmes sous pilule et le discours médico-scientifique dominant qui rétorque qu’il s’agit de cas rares, voire que certains symptômes sont “psychosomatiques” ?

“Vous devriez être fière de prendre la pilule, c’est un très beau progrès”, “Les risques sont minimes madame, croyez-moi, vous vous inquiétez pour rien” sont la plupart du temps les seules réponses qu’obtiennent celles qui s’interrogent sur leur contraception orale. Ainsi, la pilule est encore trop souvent vue à travers le prisme d’idéologies, empêchant les femmes d’accéder à des réponses claires.

Fruit d’une année d’enquête menée par une journaliste indépendante, apolitique, agnostique et spécialiste de la santé des femmes, cet ouvrage vous montrera que, contrairement aux idées reçues, se poser des questions sur la pilule c’est être plus féministe que jamais. Produit cancérigène de première catégorie et perturbateur endocrinien puissant prescrit à des jeunes femmes en parfaite santé, des milliers de Françaises subissent des problèmes de santé graves à cause d’elle chaque année. Certaines en meurent. Sans parler des millions d’autres à qui elle gâche la vie à cause de ses effets secondaires « bénins » : dépressions, migraines chroniques, prise de poids ou baisse de libido.

Extrait : “Critiquer la pilule n’est pas revenir en arrière. C’est au contraire balayer les peurs du passé pour avancer avec les exigences féministes actuelles. C’est donner à la parole des femmes une place qu’elle n’avait pas quand la pilule a été créée. C’est affiner les droits précédemment conquis. Osons nous exprimer. Osons rêver pour que l’impensable d’aujourd’hui devienne à son tour la banalité que d’autres voudront dépasser demain. Comme l’ont fait celles et ceux qui nous ont précédés.”

“Contrairement aux idées reçues, se poser des questions sur la pilule c’est être plus féministe que jamais.”

Livre pilule Sabrina Debusquat

││Disponible depuis le 6 septembre 2017 aux éditions Les Liens qui Libèrent ││

On la suspecte aussi de jouer un rôle dans les épidémies de cancer du sein, d’infertilité et de maladies auto-immunes qui explosent ces dernières décennies. La science, censée nous en informer, se révèle plus que défaillante en la matière. Pendant ce temps-là, une industrie multimillionnaire prospère.

Parce qu’il est temps d’aborder tous ces sujets sans tabous, voici un ouvrage qui livre une année de recherches fouillées réalisées en alliance avec des médecins, chercheurs, toxicologues et pharmacologues indépendants et sans conflit d’intérêts. Chaque femme, peu importe son âge, ses convictions féministes, écologiques ou spirituelles y trouvera des informations et réponses précises :

Comment fonctionne la pilule exactement ? Qui l’a inventée ? Est-elle dangereuse pour la santé et l’environnement ? Pourquoi sommes-nous si nombreuses à ressentir une baisse de désir suite à sa prise alors que nos médecins disent “c’est dans vos têtes” ? Existe-t-il d’autres solutions aussi efficaces et simples d’emploi ? Et puis… Pourquoi la pilule pour homme n’existe pas encore ? Quels sont les espoirs pour la contraception du futur ? Comment faire face aux effets secondaires post-pilule ?

Soixante ans après la création de la pilule, une nouvelle génération de femmes place la barre des exigences encore plus haut en estimant que la contraception doit à la fois être efficace ET n’engendrer aucune souffrance ni aucun risque pour la santé.

À la croisée de l’histoire, des sciences et du féminisme, J’arrête la pilule bouscule nos certitudes et nous exhorte à repenser nos habitudes contraceptives. De l’histoire étonnante de la naissance de la pilule à la face cachée de la science en passant par les témoignages des femmes, vous découvrirez que ce que de nombreuses femmes ressentent vis-à-vis de la pilule est loin d’être “dans leur tête” et comprendrez en quoi c’est un sujet qui nous concerne tous.

 

J’arrête la pilule, disponible dès le 6 septembre dans toutes vos librairies, FNAC, Cultura, Maisons de la Presse, Espaces Culturels Leclerc.

Acheter en librairie sur :

J'arrête la pilule Sabrina Debusquat

Achat de l’étranger : version digitale ou papier via Amazon.


Cet ouvrage est rédigé par la journaliste indépendante Sabrina Debusquat et a été publié le 6 septembre 2017 aux éditions Les Liens qui LibèrentFruit d’une année d’investigation, il s’appuie sur des faits vérifiables et validés par des études scientifiques indépendantes et reproductibles (ainsi que par des professionnels hautement qualifiés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires (76)

  1. chère madame,

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre livre et j’ai retrouvé quantité de réflexions que je nourris depuis de très nombreuses années sur ce sujet. Je suis heureux qu’une femme face cette analyse aussi précise et METTE en lumière que la contraception ne convient pas à toutes les femmes. cet ouvrage est très complet sur les DIFFÉRENTES méthodes, mais il manque de mon point de vue une méthode : L’ÉTREINTE réservée. nous l’avons découvert il y a une quinzaine d’années avec ma femme et nous en sommes très heureux.
    si vous souhaitez en savoir plus, connectez vous au site INTERNET EN RECHERCHANT “étreinte réservée” dans un moteur de recherche. je me tiens aussi à votre disposition pour d’autres RENSEIGNEMENTS. cordialement.

    Répondre
    pierre - 1 octobre 2017
    1. Bonjour Pierre et merci pour ce gentil message,

      Je connais l’étreinte réservée mais, dans un livre grand public abordant la contraception, la place réservée à l’abstinence périodique ou à ce type d’étreintes a une place limitée parce que ce n’est pas ce que recherchent la plupart des couples, tout simplement 🙂

      Chaleureusement.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 1 octobre 2017
  2. J’ai lu avec effarement votre article dans france ANTILLES. J’AI PLUS DE 70 ANS ET AI PRIS LA PILULE DE NOMBREUSES ANNEES, SANS AUCUN PROBLeME. PAS DE PROBLEME DE LIBIDO… AU CONTRAIRE. C’EST QUAND J’AI DÛ ARRETER DE LA PRENDRE QUE LA LIBIDO A BAISSE, ACCOMPANEE DE SECHERESSE VAGINALE…
    jE SERAIS DONC LA 3ème A APPORTER UN AVIS POSITIF. c’EST RIDICULE !!! CELA NE M’eTONNE PAS QUE m. wINCKLER AIT REFUSE DE REDIGER UNE PREFACE A VOTRE LIVRE… CELA N’EST VRAIMENT PAS SERIEUX…

    Répondre
    delattre - 26 septembre 2017
    1. Bonjour Sylvie,

      J’imagine qu’avant de poster ce commentaire vous n’avez pas lu les 300 pages de mon livre sinon vous sauriez que je ne dis rien contre la pilule dans mon livre mais que j’informe simplement du compte rendu d’une année d’enquête réalisée avec d’éminents experts et sans idéologie, n’en déplaise à mes détracteurs. Votre cas particulier ne doit pas faire oublier les nombreuses femmes qui souffrent d’effets secondaires sous pilule qui rognent leur bien-être quotidien. Ce livre questionne à travers des faits et des travaux scientifiques étoffés qui nous démontrent que nous ne pouvons décemment pas nous exposer à des perturbateurs endocriniens sans que cela ne perturbe a minima de multiples fonctions corporelles (et souvent pas pour le meilleur), point.

      Vous avez le droit de ne pas être d’accord et je n’ai aucun problème avec le fait que l’on ne pense pas comme moi, ce qui était le cas de Martin. Si vous préferez vous baser sur un buzz médiatique plutôt que de vous faire votre propre opinion, c’est votre choix mais je ne vous cache pas que l’opinion toute faite de gens qui n’ont pas lu mon travail m’intéresse assez peu.

      Sur ce, très bonne soirée.

      NB : si vous avez souffert de sécheresse vaginale en arrêtant la pilule (visiblement à la ménopause d’après ce que vous me dites), c’est probablement tout simplement parce qu’à la ménopause les oestrogènes permettant la lubrification vaginale sont sécretés en moindre quantité.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 26 septembre 2017
      1. [reçu par mail et posté par les modérateurs car l’envoi ne fonctionnait pas]

        J’avoue que la réponse est trash mais correcte. Je n’ai pas lu le livre non plus, cependant infirmière sage-femme et accompagnante de la féminité au naturel je ne peux qu’être d’accord avec vous.

        La pilule qu’on le veuille ou non a des effets clairement délétères. Comment croire que l’on peut passer sa vie entière à avaler des perturbateurs endocriniens…sans conséquence. De plus, certes tout le monde ne réagit pas de la même manière face au même médicament, cependant il est honteux de cacher les effets secondaires rééllement possibles- cependant il est honteux d’occulter les faits de thromboses, d’AVC et bien d’autres troubles liés à la prise d’hormones…

        Alors madame, en effet… si vous avez arrêté la pilule en périménopause… il se peut que vôtre secheresse vaginale soit plutôt liée aux chutes hormonales physiologiques à cette période de la vie d’une femme.

        Belle journée…

        Soyez En Harmonie…

        http://www.kaleidoscope-la-femme-en-harmonie.com

        Karidja

        Répondre
        Sabrina Debusquat - 1 octobre 2017
  3. bONJOUR

    cela fait une dizaine d’annees que j’ai arrete la pillule

    si j’aCHETEte votre livre va t il m’etre utile ou est il FAIT pour les femmes qui veulent sauter le pas ?

    merci

    Répondre
    laetitia - 13 septembre 2017
    1. Bonjour L’artichaut, il s’adresse à tout le monde, y compris les hommes et parle histoire, société et environnement ainsi que détails des autres contraceptions disponibles donc oui il pourra vous intéresser.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 13 septembre 2017
  4. bonjour,

    merci beaucoup pour votre livre! on se sent moins seule! j’ai décidé d’arrêter la pilule en continu (cerazette) pour ne plus prendre d’hormones chimiques (trop de doutes sur les conséquences pour notre santé). en pleine pré-ménopause, mes cycles sont plus courts et je souffre du syndrome prémenstruel. si je parle de mes désagréments à mon gynécologue, la seule réponse est de reprendre la pilule. c’est vrai que c’est confortable mais l’on est insuffisamment informée sur ses effets délétères. dans le doute, je préfère tout de même stopper la prise de pilule. votre livre parle de la pilule à des fins de contraception. votre avis m’intéresse pour la période pré-ménopause et ménopause. le souci n’est plus la contraception mais de mieux traverser cette période de tempête hormonale. Encore merci et félicitation pour votre ouvrage!

    Répondre
    patricia - 8 septembre 2017
    1. Merci Patricia, pour la ménopause je n’ai malheureusement pas creusé le sujetemps (il y avait déjà beaucoup à faire !)

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 8 septembre 2017
    2. PAtricia, avez-vous déjà pensé au GATTILIER?

      Répondre
      Sandra - 8 septembre 2017
  5. J’AI pré commandé votre livre et j’ai HÂTE de le recevoir !
    cela fait plusieurs mois que je souhaite ARRÊTER ma pilule (optidril continue). J’ai consulté mon gyneco en lui proposant l’idée de passer au STÉRILET sans hormones mais j’ai eu le droit a un refus catégorique du fait que je suis jeune (26 ans) et que d’ici sous peu, il faudrait penser aux enfants. c’est donc avec grand INTÉRÊT que j’attends le livre pour rendre a mon corps son naturel et rendre notre terre un peu moins polluée !
    je pense tout de même ARRÊTER ma pilule directement apres la fin de ma plaquette sans passer par les espacements de pilule. Est-ce une bonne idée ?
    En tout cas, merci pour les articles et ce livre !!

    Répondre
    weerawardana laura - 7 septembre 2017
  6. Livre pré-commandé 😀 j’ai super hâte de le lire…

    Répondre
    Sandra - 4 septembre 2017
    1. Merci Sandra ! Hâte de ton retour !

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 4 septembre 2017
  7. ‘… celles Et ceux qui nous ont précédé.’
    Précédés. Avec un s. Car le verbe est transitif.

    Sinon. Oui, il Faut se poser des questions sur les pratiques nouvelles dans Nos vies. Et l’impact de l’industrie médicamenteuse sur notre santé. C’est bien de remuer les idées figees des médecins, perroquets pharmaceutiques.

    Répondre
    Tony Reix - 2 septembre 2017
    1. Merci Tony, coquille corrigée. Mon livre entend effectivement une parole féminine pour analyser un phénomène : les femmes arrêtent de plus en plus la pilule. Pourquoi ? Ce qu’elles expérimentent sous pilule trouve-t-il des explications scientifiques fiables ? Etc. Remuer les “idées figées” s’annonce ardu (cf. articles publiés hier dans ELLE et Grazia auxquels je vais apporter un droit de réponse détaillé sur http://jarretelapilule.fr/category/presse/) d’autant plus que, comme je l’explique “il ne faut pas tirer le messager”, j’a juste fait mon boulot en amassant des faits, je n’ai pas “choisi” les résultats de mon enquête.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 2 septembre 2017
  8. BOnjour Sabrina,
    je souhaite acheter votre LIVRE, comment doit on PROCÉDER?
    J’ai bientôt 27 ans et cela fait bientôt 8 ans que je prend la pilule jasminelle. Je souhaite arrêter mais J’ai du mal à comprendre cette histoire de sevrage. Il faut faire 1er mois = 6 piLules/semaine puis 2eme mois = 5 pilules/semaine etc..? Il Faut Tenir 3 semaines ou le mois entier?
    Mon objectif est de connaître à nouveau mon vrai cycle Et voir si je peux accéder au diu en cuivre.
    Merci pour vos Articles et pour votre aide.

    Répondre
    Mabo - 25 août 2017
    1. Bonjour Mabo, le livre sera dans toutes les librairies, FNAC, Cultura, Maisons de la presse, Espaces culturels Leclers, etc. et sur Internet.
      Pour le stérilet il faut voir avec votre gynéco mais sauf contre-indication rare vous pouvez tenter le DIU dès l’arrêt de votre pilule. Pour le sevrage, j’en parle plus en détail dans le livre mais c’est en gros en espaçant la prise des cachets : espaçant la prise de vos cachets. Vous prenez un cachet d’abord 1 jour sur 2, puis 1 jour sur 3, etc. en changeant de pallier tous les 15 jours. Par contre, couper les cachets réduit leur efficacité et n’apparaît donc pas comme une bonne solution.

      A plus tard !

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 25 août 2017
      1. Bonjour Sabrina,
        J’ai finalement acheté et lu votre livre. je me suis décidée et je commence le sevrage progressif sur 3 mois. j’ai parlé a mon médecin traitant de ma décision, elle a été très a l’écoute et compréhensive (CE QUI M’a surprise, je dois l’avouer). je ne lui ai pas parlé du sevrage mais je pense que c’est vraiment la meilleure option.
        Merci encore pour vos informations.

        Répondre
        MABO - 6 octobre 2017
        1. Avec plaisir 🙂

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 9 octobre 2017
  9. BOnjour,
    Jai parcouru votre forum avec grand intérêt et ai opté pour l’arret de la pillule avec sevrage PROGRESSif cependant une question me préoccupe:
    En prenant les comprimés en sautant les JOurs en ESPacant petit a petit sur 6 mois par exemple, les règles SURVIENNEnt quand même ou pas? La prend t’on en continue? Eclaire moi a ce sujet svp car j’hésite du coup a l’arreter d’un coup.connait t’on le RETOur de la libido des le premier mois en appliquant le sevrage progressif?
    Merci pour votre REPOnse

    Répondre
    Christelle - 18 août 2017
    1. Bonjour Christelle, cela dépend des femmes, certaines ont des petites règles ou du spotting, cela dépend de la femme et de la pilule donc pas de réponse toute faite (mais en même temps le sevrage est une période transitoire, il ne faut pas s’attendre à ce que le corps réagisse “normalement” puisqu’il est encore dans un “entre deux” avec et sans hormones). Pour la prise en continu, oui, tu oublie la semaine de pose pendant le sevrage puisque le but est d’avoir un apport constant et décroissant d’hormones, on évite de perturber encore le corps avec un arrêt brutal d’une semaine. Pour la libido cela dépend de chacune mais la plupart des femmes témoignent la retrouver rapidement, particulièrement quand le sevrage est totalement fini. Pour d’autres des mois après, pour une minorité, aucun changement voire même une baisse (cela dépend encore une fois de très nombreux paramètres). Je t’invite à lire mon livre J’arrête la pilule qui sort le 6 septembre afin d’en savoir plus à ce sujet car j’en parle pas mal.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 21 août 2017
      1. Merci POur ta RÉPONSE.oui J’ATTENDS le livre avec impatience qui est deja commande et paye d’ailleurs.dernière petite question, jai tenté d’arreter la pilule il y a 3 ans sans sevrage car je connaissais pas cette POSSIBILITÉ.jai eu de l’acne sur toute la gorge des le 2eme mois je n’avais eu une telle acnee Dans ma vie Si bien que jai repris aussi tôt donc un arrêt de 3 mois seulement.l’acne a PERsiste 6 mois de plus pour disparaître avec cicatrices.jai vraiment peur de repasser par là est ce que le sevrage progressif diminue fortement ce RISque ou non?

        Répondre
        Christelle - 21 août 2017
        1. Super Christelle et merci pour cet achat 🙂
          Il semblerait, d’après les témoignages que j’ai recueillis que le sevrage aide effectivement beaucoup de femmes à réduire l’acné à l’arrêt. Mais il n’y a aucune étude sur le sujet donc ce ne sont que des statistiques personnelles.

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 21 août 2017
  10. J’ai vraiment hâte de lire ce livre.

    Avant, j’y croyais dur comme fer au slogan “la meilleure contraception, c’est celle que l’on choisit”. J’avais épluché le site choisirsacontraception.com qui m’avait vendu du rêve. Aujourd’hui, je dirais plutôt “désillusion, j’écris ton nom”. Car quand on ne veut pas d’hormones après avoir pris connaissance de tous les effets secondaires, le choix est drastiquement réduit. Il nous reste le D.I.U. au cuivre, les préservatifs et les méthodes dites naturelles. Le préservatif, on ne va pas se mentir, c’est nul. Les méthodes naturelles, quand on a trop peur de tomber enceinte comme moi, on ne tente pas. Il ne reste que le stérilet, à condition de trouver un praticien compétent pour une pose sans douleur et de croiser les doigts pour bien le tolérer. Et si on ne le supporte pas ? Alors là, je suis à court d’idées… Peut-être la stérilisation, sauf pour celles qui ont un projet d’enfant. Et encore, on commence à tirer la sonnette d’alarme à propos du dispositif Essure, donc il n’y a plus que la ligature des trompes. Quant à la contraception pour hommes ou la stérilisation masculine, ouhlala il y a encore du chemin à faire !

    En ce qui me concerne, je compte tenter le stérilet à l’automne 2017 ; et je croise très fort les doigts pour que tout se passe bien !

    Pour finir, un grand merci pour ce partage d’informations, c’est important de ne pas se faire pigeonner. =)

    Répondre
    Delphine - 3 avril 2017
    1. Salut Delphine, oui, nous sommes malheureusemnt nombreuses à faire ce constat, quand la pilule n’est plus supportée et le stérilet non plus… retour à l’âge de pierre contraceptif et misogyne. Les préservatifs se sont en revanche énormément améliorés (texture très fines) et avec les méthodes naturelles bien appliquées tu peux n’avoir à les utiliser que quelques jours par mois (eux ou un diaphragme, encore mieux, qui préserve le plaisir des deux partenaires et qui, bien utilisé a présenté des taux d’échecs similaires au préservatifs (2 %)). Donc il y a des solutions mais pas suffisamment c’est clair. C’est pour ça que ce livre abordera aussi le fait que la contraception pour avancer va nécessiter une réelle mobilisation publique.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 4 avril 2017
  11. Bonjour le livre est il sorti ? Merci

    Répondre
    PlancQ - 18 mars 2017
    1. Bonjour Valérie, non, comme écrit dans l’article, la sortie est prévue pour octobre 2017 🙂

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 18 mars 2017
  12. Merci pour cet article, je vais acheter ce livre. J’ai arrêté la pilule il ya plus de 15 ans et on m’a prise pour une folle, quand je leur disais que la pilule n’était pas bon pour la santé, et que cela polluait la terre.

    1. Avec plaisir 🙂
      La pilule est, pour ne citer que cela, classée cancérogène de première catégorie pour le foie, les voies biliaires, les seins et le col de l’utérus depuis 2005 par le CIRC et pour le reste c’est effectivemet plutôt préocuppant pour la faune.

  13. J’ai répondu a votre sondage mais j’aimerais ajouter un point. Je suis très contente d’avoir découvert l’implant qui m’aurais jamais spontanément été proposer par une gynéco si je n’avais pas eu de migraines a aura. Je m’explique, j’ai pris la pillule oeustro progestative pendant un moment. Suite a des migraines a Aura ( contre indication) j’ai du passé a la pillule progestative. En changeant de ville ma nouvelle gynéco m’as dis ” vous prenez cerazette depuis un an conaissez vous l’implant contraceptif? ” Elle m’as expliquer, j’ai decider d’essayer, et ca m’as liberer du fait de devoir prendre la pillule a heure regulière, tranquille pour trois ans ( ca fait un an maintenant).

    Après je suis peut etre pas un bon exemple car j’ai pas d’effets secondaire exeptée une petite acnée et un espacement des regles ( pour moi c’est un avantage) mais voyageant beaucoup a l’étranger, et ayant des journées très chagées et pas toujours régulière ca me conviens parfaitement.

    Je voulais en parlez ici car même si j’ai très bien toléré la pillule, avec le recule j’aurais aimé a 16 ans utiliser directement l’implant. Mais on en parle pas assez, surtout quand on arrive chez le gynéco en disant ” bonjour je viens pour la pillule” ( mes deux gynéco étaient top je leur reproche pas du tout car j’étais sure de moi a l’époque, en plus elles sont hyper respectueuses a l’écoute de mes craintes de l’époque très réactives quand j’ai eu mes migraines bref des vrai professionnelles). En fait je crois que j’aimerais qu’on en parle plus dans les médias livres y compris ( sans mettre de coté les effets secondaires qui sont apparemment fréquent) pour qu’on ait vraiment le choix .

    Répondre
    Dinoaplumes - 9 février 2017
    1. D’ailleurs je voulais rajouter le commentaire desagréable d’une generaliste( nouvelle car deménagement qui voulais me pousser a changer pour une pillule oeustroprogestative car ” quand meme vous avez des boutons” en insistant alors que je ne veux pas jusqu’à que je lui dise ” je peux pas migraines a aura” ” passez au strérilet alors” et qui a insister ensuite pour que je passe au stérilet. Je consultait pour totalement autre chose mais je présice les médicaments que je prend au début de chaque consultation avec un médecin ” nouveau” . C’est marrant qu’on ait autant de mal a croire qu’une fille peut se ficher d’avoir de très légers boutons ^^

      Répondre
      Dinoaplumes - 9 février 2017
      1. Bonjour Dino à plumes (sacré pseudo ! un petit côté amérinidien, “salut moi c’est Castor à poil” ha ha !)
        Trève de plaisanterie, oui, c’est tout l’objet de ce livre que les femmes choisissent leur contraception de manière libre et éclairée en choisissant par elles-mêmes et pour elles-mêmes les critères qui importent pour elles. Certaines voudront éviter ceci, d’autres cela et le médecin doit présenter TOUTES les solutions pour que sa patiente choississe par elle-même. Son rôle est un rôle de conseil et non d’imposition.

        La pilule n’est pas la contraception la plus efficace ni la moins contraignante, ni celle qui a le moins d’effets secondaires indésirables aussi elle n’a pas à être systématiquement prescrite. Tout cela fait partie du combat pour le droit des femmes, en attendant que la science/médecine trouve la contraception parfaite et sans effets secondaires (il en existe déjà mais avec quelques contraintes, on en parlera dans le livre) ou une contraception masculine. On n’en parle jamais mais, la femme est fertile à peine quelque jours par mois et l’homme 24h/24 alors pourquoi serait-ce systématiquement aux femmes d’assumer cette charge ? De même, l’idée de la pilule pour femme a germée en 1951 et était sur le marché en 1956, à peine cinq ans plus tard ! La pilule pour homme est en développement depuis soixante ans et toujours rien (parce que des essais montrent des effets secondaires similaires à ceux que nous subissons déjà sous pilule)…

        A savoir aussi, la pilule est un cancérogène de Catégorie I pour le cancer du sein, du col de l’utérus et du foie. Chaque femme doit donc se poser la question de ce qu’elle est prête à accepter pour ne pas tomber enceinte. Conclusion : les femmes doivent savoir pour pouvoir demander mieux.
        Est-il acceptable qu’une minorité de malchanceuses en pleine santé se retrouvent avec un cancer ou des effets secondaires quotidiens à cause du simple fait qu’elles sont des femmes ? Personnellement je pose la question et je pousse le féminisme jusqu’au bout.

        Bref, Castor à poil rentre à nouveau dans sa tanière pour écrire son livre ^^

        A bientôt Dino !

        Répondre
        Sabrina Debusquat - 10 février 2017
  14. bOnjour! J’aimerais savoir si le livre est déjà paru? Hâte de le lire en tout cas 🙂

    Répondre
    Elisa - 19 janvier 2017
    1. Non Elisa, pas encore 🙂
      Comme écrit dans l’article, parution à l’hiver 2017 chez Les Liens qui Libèrent.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 19 janvier 2017
  15. Intéressant. Sage-femme peu traditionnelle, je cherche un moyen efficace pr accompagner les femmes au travers de leur feminité. Moi-même parfois en lutte avec mon corps, et l’acceptation de celui-ci! J’ai 33 ans et je n’ai jamais pris la pilule et je n’ai pas de grossesse a déclarer non plus, je suis persuadée qu’une bonne connaissance de son corps est la seule clef efficace et valable! Oulant accompagner les femmes de manière naturelle: fleurs de bach, homeo, aroma, gemmotherapie, ayurveda. La symptothermie rentrera parfaite dans ce cadre! Belle initiative et j’attends ce livre…

    Répondre
    karidja - 5 janvier 2017
    1. Salut Karidja,

      On parlera d’ailleurs de la sympto dans ce livre et des débats féministes qu’ouvre ce nouveau phénomène “anti-pilule” car tous ceux qui dénoncent la pilule ne sont pas exempts d’intérêts personnels !

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 5 janvier 2017
  16. MErci pour cet article, et ce livre. J’ai arrêté la pilule en juin et c’est une catastrophe. Mes cycles durent 41 à 50 jours, j’ai des crampes de R pendant deux semaines sans qu’elles viennent… je ne sais même pas quoi faire (RDV pris chez le gynéco mais bon…) Je désespère vraiment. D’autant plus qu’il y a 4 ans je ne la prenais pas non plus et mes cycles étaient autour de 30 jours jamais plus.

    Répondre
    jojo - 5 janvier 2017
    1. Merci de ton enthousisame Jojo, il est partagé 🙂

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 5 janvier 2017
  17. Sérieusement, là plus grosse raison n’est pas écologique mais bien médicale! Les contraceptifs oraux (comme les traitements substitutifs hormonaux) sont connus pour être cancérigènes de grade 1!
    C’est pour moi une raison suffisante pour orienter mes patiente et les aider à trouver une autre méthode sur du long terme!

    Répondre
    Nesen Marylise (sage femme) - 5 janvier 2017
    1. Tout à fait et d’ailleurs ce livre est un livre d’investigation qui aura pour but, dans un de ces chapitres, de lister tous les méfaits actuellement connus de la pilule (avérés et soupçonnés) le plus objectivement possible, sans être à charge et en détaillant pour chaque étude concernée s’il y a conflit d’intérêts des scientifiques qui la réalisent.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 5 janvier 2017
  18. j’ai vraiment hâte que le livre sorte. L’arrêt de la pilule en soit ne m’inquiète pas trop, le problème c’est plutôt par quoi la remplacer, j’ai déjà essayé le stérilet en cuivre et c’était l’hémorragie et l’écoute de son corps c’est plus facile à dire qu’à faire, c’est inquiétant!

    Répondre
    Claire - 29 décembre 2016
    1. Oui moi aussi et je peux te dire que l’investigation à temps plein en ce moment est passionnante ! D’autres livres sont déjà parus sur le sujet mais sont souvent emprunts d’une idéologie, ce livre-là est fait pour que les femmes, toutes les femmes, puissent lui faire confiance. Toute nuance, toute information que je trouve je vous en parle, sans rien vous cacher (notamment pour les méthodes que je teste) donc j’ai également vraiment hâte que vous lisiez tout ça ! 🙂

      Mille mercis pour ton soutien Claire <3

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 30 décembre 2016
  19. Bonjour Sabrina,

    Par le biais de sympto, je prends connaissance de votre prochain livre. Venant de lire deux livres de Martin Winckler, j’étais justement la semaine dernière sur son site, à la recherche d’un éventuel papier où il pourrait donner son avis sur la symptothermie. J’ai hâte de découvrir la préface, et de vous lire.

    Bon courage pour terminer la rédaction.

    Répondre
    Rosa - 29 novembre 2016
    1. Bonjour Rosa et merci beaucoup pour ces encouragements, e que je découvre après à peine quelques semaines d’investigation (à propos notamment des effets de la pilule) sur l’environnement) est assez effarant et j’ai hâte de vous retransmettre tout ça.

      Martin n’est pas du tout anti sympto comme de nombreux médecins et il est très ouvert surtout au fait que les femmes choisissent une contraception qui leur convienne (on pourrait croire qu’il est très “pro-pilule” or il est très conscient de ses effets négatifs sur certaines femmes) mais je crois qu’il se prononce surtout sur ce qu’il connait et maîtrise d’où peut-être le fait qu’il n’ait pas forcément écrit à ce propos.

      A bientôt Rosa.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 29 novembre 2016
  20. Bonjour, j’ai 32 ans je n’ai pris la pilule qu’un mois dans ma vie un médecin avait fini par me convaincre. J’ai eu la chance ma mère nous a fait confiance. J’ai découvert la symptothermie moderne il y a 4 ans. La connaissance ouvre une vrais liberté de faire des choix conscient. La connaissance de la physiologie de la femme c’est redonner le pouvoir au femme dans la gestion de leur fertilité.

    Répondre
    capucine vercellotti - 28 novembre 2016
  21. Salut Sabrina 🙂

    j’arrive bientôt à un an d’arrêt de la pilule (et donc un an de port du stérilet). J’en profite pour partager une sorte de bilan.
    Tout d’abord j’ai eu des effets secondaires à l’arrêt de la pilule! Prise de poids (3-4 kg), acné, cheveux gras, sautes d’humeur, règles très abondantes et des douleurs parfois intenables avec vertiges.
    Ces effets se sont atténués au fil des mois.

    Au bout du huitième mois, j’ai commencé à sentir une différente: les douleurs pendant les règles se sont calmées grâce au gattilier. J’ai retrouvé des douleurs “tolérables” comme avant la pilule et je peux à nouveau faire du sport pendant mes règles. Lorsque mes règles arrivent je vois des tisanes d’achillée millefeuille et je mange des avocats (c’est aussi efficace que les médocs contre les crampes pour moi!!). Donc clairement, le fait d’avoir un stérilet me créait ces douleurs et mon corps a fini par s’y habituer.

    Au bout de dix mois j’ai trouvé LE complément alimentaire qui a fait partir mon acné situé sur les joues/mâchoires: le DIM (Di-indolylméthane).
    Côté poids, j’ai réussi à perdre 2 des 4 kg pris, mais j’ai l’impression que ça s’est fait tout seul, je ne change rien à mon alimentation – déjà équilibrée – et j’essaie juste de gérer mon stress. Par contre, j’ai beau avoir juste 2 kg en trop, ça se voit physiquement, je suis “gonflée” d’eau, surtout dans le ventre. Je suis aussi persuadée que DIM m’a aidée à réguler mon humeur. J’avais des crises de larmes sans raison, parfois en milieu de cycle, parfois en période de pleine lune… jamais deux fois durant la même période du mois. C’était très difficile à gérer, et là ça fait deux mois que tout va bien! (je compte faire une cure de DIM sur trois mois puis arrêter)
    Et quant aux cheveux gras, là par contre ça n’a pas changé, je fais deux shampoing par semaine au lieu d’un tous les 5/7 jours quand j’étais sous pilule. Je me dis que c’est leur nature et pour le coup je ne vois pas quoi faire de plus!

    Voilà pour un rapide résumé, je n’ai mentionné que les points négatifs de l’arrêt de la pilule, mais il y a bien sûr eu des très bons points positifs 😉 j’ai la chance d’être hyper bien réglée, tous les vingt-huit jours exactement.

    Donc si jamais tu veux parler de compléments alimentaires dans ton livre, je te conseille le gattilier et le DIM!

    Répondre
    Ambre - 28 novembre 2016
    1. Salut Ambre et mille merci d’avoir pensé à venir nous faire ton retour.
      Avec le recul (pilule arrêtée il y a deux ans et demi + 2 ans de port du stérilet cuivre après retrait en juin dernier), je sais que tous les effets secondaires négatifs que tu as encore un an après étaient personnellement dus chez moi au stérilet. Bas ventre gonflé en permanence, acné et cheveux gras ont disparus ou diminués depuis le retrait du stérilet cuivre. Ce n’est qu’en le retirant que j’ai pu constater cela.

      Je ne dis pas ça pour te déprimer hein mais je pense que devoir prendre des compléments devrait se limiter dans le temps, si dans encore un an tu as toujours besoin de prendre des plantes ou autre pour contrer des douleurs etc. je te conseille de retirer le stérilet et de voir si ça n’était pas lui qui maintenait ces effets (moi aussi quand je le portais je voulais à tout prix que ça fonctionne parce que je ne me voyais pas avec les autres moyens de contraception disponibles, plus contraignants mais force est de constater que nous sommes nombreuses à ne pas supporter NON PLUS le stérilet…) ralalala !

      En tout cas je ne connaissais pas le DIM mais je vais y regarder de plus près merci (ça devrait beaucoup intéresser celles en sevrage) :-).

      Répondre
      Ca Se Saurait - 28 novembre 2016
      1. Salut Sabrina, merci pour ton retour!
        Et ne t’inquiète pas, ce que tu me dis de ton expérience ne me décourage pas du tout! Nous sommes toutes uniques et nous réagissons différemment à la pilule, stérilet… Les désagréments que tu as eu avec le stérilet ne sont probablement pas courant, et pourtant c’est ce que tu as vécu. Personnellement, les effets acné/cheveux gras, je ne considère pas chez moi que ce soit un effet secondaire du stérilet, mais plutôt un “retour” à l’époque du lycée – donc avant pilule. Pour ce qui est du poids/ventre gonflé, je n’en connais pas encore la cause et je reste d’avis de dire que c’est peu probable que ce soit dû au stérilet.
        Comme tu dis, il faut voir avec le temps.
        Je repassera ici lorsque je verrai à nouveau du changement, et au plus tard dans un an 😉
        Merci encore pour le temps que tu passes à répondre à nous toutes!!

        Répondre
        Ambre - 30 novembre 2016
        1. Avec grand plaisir Ambre 🙂

          A +

          Répondre
          Ca Se Saurait - 30 novembre 2016
  22. Bonjour,jai 28 ans et je viens darreter la pillule leeloo que je prenais depuis 2mois et un cachet de la nouvelle plaquette.je nai pas supporter indisposerlimplant,indisposer non stop,plus jeune je ne mettait que des preservatif.apres ma grossesse on ma poser un sterilet au cuivre que je nai pas suporter non plus,toujours beaucoup indisposer.alors mon gyneco ma prescrit leeloo ,faiblement doser car je fume beaucoup.ET la depuis extrement fatiguer,beaucoup de passage a vide,triste sans raison et une angoise avec une impression de palpitations et dessouflement regulier.jai ete voir un medecin qui ma dit que ca navait aucun rapport avec la pillule et que je faisais des crises dangoise et que ma sante et mon coeur vont bien,que tout est dans ma tete.et la apres larret des 7jours de la pillule je me rend compte que sa sarrange.je reprend ma nouvelle plaquette.et la catastrophe tout repart comme avant…impression de palpitations,fatigue…Du coup jarrete direct la pillule.au bout de 3jours ca commence a aller mieux.je suis encore indisposer avec mal au ventre et acne.mais je pense que cest le temps que tout se mette en place.je me demande si on ne sempoisonne pas a petit feu avec la pillule. Je vous tiendrais au courant par la suite…je tenais a partager mon experience car on se sent bien seul face au medecin qui nous certifie que tout va bien alors quon va tout sauf bien.et cela sans raison apparente.jespere que mon temoignage pourra aider…

    Répondre
    Julie - 24 octobre 2016
    1. Salut Julie et merci pour le témoignage qui s’ajoute aux milliers d’autres !
      C’est évident que nous ne sommes pas des cruches incapables de nous comprendre nous-mêmes donc quand on nous dit que c’est dans nos têtes alors que tous les éléments de preuves sont là pour dire le contraire cela s’appelle comme l’explique très bien Martin Winckler de la maltraitance médicale. Ton médecin ne t’écoutes pas. Si cela t’intéresse je t’invite à lire son dernier livre Brutes en blanc qui parle exactement ce cette manière de faire qu’ont encore beaucoup de médecins à ne pas écouter leurs patients. Ils ont été formé à cela et pour de nombreuses raisons continue à croire qu’ils peuvent soigner sans écouter l’esprit de celui qui est au première loges, dans le corps en question. C’est tout bonnement ridicule et tu as bien eu raison de suivre ton instinct 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 25 octobre 2016
    2. Je prenais Leeloo aussi et j’avais comme toi de gros symptomes de déprime (d’ailleurs c’est très clair quand tu lis la notice, si mes souvenirs sont bons, c’est une femme sur 10 = beaucoup trop !!)

      Répondre
      jojo - 5 janvier 2017
  23. Bonjour,

    J’ai arrêté la pilule il y a 2 semaines (une microdosée Microval) et avant ça j’avais un implant contraceptif.
    Ça fait donc 4 ans que je subis l’irrégularité de mes règles : pas de règles pendant 3 mois et d’autres fois des règles très abondantes pendant 3 semaines.

    Les différents gynéco que j’ai rencontré m’ont toujours dit que c’est parce que de base j’étais déréglée, je les ai toujours cru.

    Depuis 6 mois, j’ai mes règles 2 semaines par mois, et quand je ne les ai pas j’ai quand même des petits saignements et des odeurs nauséabondes. De plus, je suis ÉPUISÉE constamment.
    Il y a 3 semaines j’ai décidé de voir une autre gynéco, de bonne réputation, parce que je n’en pouvais plus.

    Elle m’a tout de suite dit d’arrêter la pilule, et de mettre un stérilet sans hormones. Je n’avais jamais eu un avis comme ça.

    J’ai donc fini ma plaquette (il me restait 2 semaines) et depuis quelques jours j’ai des poussées d’acné alors que, comme toi, les seuls boutons que j’ai jamais eu sont ceux des moustiques.

    C’est en cherchant “arrêt pilule boutons” que je suis tombée sur ton site, et je viens de passer 1h30 à lire tout tes articles.
    Je me retrouve dans TOUT. Je me suis rendue compte en te lisant que tous les problèmes qui sont apparus depuis 4 ans sont liés à la pilule, mais je n’avais pas fait le lien !!!
    Légère prise de poids localisée + cellulite alors que je suis ultra sportive et que je mange très sain, peau sèche, grosse fatigue de temps en temps comme des minis dépressions, ongles cassants, l’impression d’être hors de mon corps parfois et SURTOUT absence de libido de plus en plus prononcée.
    Sur ce dernier point, je m’inquiétais énormément. J’ai même cherché sur des forums mais rien ne m’amenait à penser à la pilule. J’en étais venue à penser que c’était moi le problème.

    Ça fait seulement 2 semaines d’arrêt mais j’ai déjà beaucoup plus d’énergie, je m’énerve moins pour rien, je ne suis plus du tout ballonnée, pas de constipation, et ma libido commence à revenir…

    DELIVRANCEEEEEE !!!

    Alors merci pour tes articles, qui m’ont tellement fait de bien, j’ai vraiment hâte de lire ton livre.

    Dorcas

    Répondre
    Dorcas Coppin - 7 octobre 2016
    1. Wahou, je suis tellement heureuse Dorcas quand je lis ce genre de commentaire : c’est le cœur de ce que je souhaite faire avec ce blog, mes articles et mon métier : témoigner, être le témoin de choses que je vis dans ma chair pour les retranscrire, en parler, lancer des débats, bref informer tout simplement 🙂
      Bien sûr, tout cela s’observe dès l’arrêt de la pilule et sur le long terme pour savoir ce qui était du à elle et ce qui relève plus parfois de “l’euphorie de l’arrêt” (souvent quand on trouve une solution qu’on commence un nouveau régime alimentaire c’est le même phénomène d’euphorie) donc je pondère quand même ça même si c’est une découverte essentielle dans la vie de beaucoup de femmes : oui la pilule a des effets sur nos corps et par rebond nos esprits et pas qu’un peu !

      Le livre avance, je pense pouvoir le sortir aux environs de mars 2017, j’attends juste une stabilité professionnelle très prochaine qui croisons les doigts devrait arriver !

      Merci à toi d’avoir pris le temps de laisser ce beau message et n’hésite pas à revenir nous dire ce qu’il en est dans quelques temps 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 7 octobre 2016
  24. Bonjour,
    Merci pour votre article intéressant. J’ai hâte de lire votre livre.
    Je prends la pilule depuis 10 ans. (Trinordiol) Je souhaiterais l’arrêter prochainement pour certains effets secondaires comme des maux de tête fréquents, une libido assez basse et des boutons qui apparaissent régulièrement.
    Ceci dit le fait d’être allée lire divers et divers avis concernent les effets secondaires liés à l’arrêt m’ont inquiété. Celui qui m’alarme le plus étant la prise de poids. J’ai toujours été de nature assez mince sans efforts même si j’avais dû prendre 2kg au début de ma pilule quand j’avais 16 ans. Ce bouleversement hormonal m’inquiète, je me sentirais capable de gérer les cheveux gras, les boutons, l’humeur etc… Mais la prise de poids je ne le supporterais pas. Ça me donne beaucoup de doute concernant mon choix. Moi qui la prends depuis l’âge de 16 ans et qui ne connaît pas vraiment mon corps sans hormones, comment vais-je réagir ? Ça me fait peur et je n’ai vraiment pas l’impression d’être franchement comprise quand je parle de ça.

    Répondre
    Elisa - 27 septembre 2016
    1. Tu as du poster ton commentaire deux fois, pas grave, pour la première partie de tes questions je te renvie à ma réponse précédente sinon pour le fait d’être incomprise, il y a INTERNET ^^

      Outil magique pour échanger avec les tendances qui montent dans la société et qui sont minoritaires avant de se répandre. Voyons le bon côté, nous sommes les pionnières d’une superbe aventure qui nous reconnecte vachement à nous-même et surtout, nous n’écoutons que nous 🙂

      Tu peux venir trouver ici et sur certains groupes Facebook tout le soutien et l’écoute dont tu as besoin.

      Bises.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 28 septembre 2016
  25. Bonjour, articles vraiment intéressant, j’ai hâte de lire le livre. Je suis sous Trinordiol depuis 10 ans (levonorgestrel et ethinylestradiol), je souhaite arrêter prochainement pour plusieurs raisons : petits boutons, maux de tête, libido très basse. On lit de tout sur les forums, on en ressort encore plus inquiètes… Ma plus grande crainte c’est la prise de poids que beaucoup rencontrent. Je suis habituellement assez mince et sans beaucoup d’efforts. Gérer les problèmes de peau, de cheveux gras etc je pense être prête à le faire. Prendre du poids, je sais que je ne le supporterais pas. J’aimerais vraiment reprendre le contrôle de mon corps mais cet effet secondaire me freine énormément. Je suis en plein doute, c’est un effet qu’on peut difficilement prévoir à l’avance.

    Répondre
    Elisa - 26 septembre 2016
    1. Sal ut Elisa,

      Oui je sais c’est dur de prendre cette décision alors ne le fais que quand tu te sentiras prête mais saches que rien ni personne ne pourra te prévenir à l’avance de ce qui va t’arriver. Tout ce que je peux te dire c’est qu’on est des milliers à dire qu’on est mieux sans, la plupart qui arrête en vérité ^^
      Certaines passent un sale quart d’heure comme moi à l’arrêt mais c’est loin d’être la majorité et d’après le nombre de témoignage que j’ai lu à ce sujet, de femmes avec qui j’ai discuté on a plutôt tendance à perdre du poids à l’arrêt qu’à en prendre (mais cela dépend de nombreux facteurs dont le type de pilule). Je vous en parle en détail dans le livre mais ça ne peut avancer vite sous peine de faire quelque chose de bâclé donc tu peux choisir d’attendre quelques mois avant sa sortie pour avoir plus de réponses ou te lancer si tu n’en peux plus ^^

      Au final, tout se passera bien, plein de bonnes ondes et un grosse bise !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 28 septembre 2016
      1. Merci beaucoup pour ta réponse ! 🙂
        Je trouve ça vraiment génial d’écrire un livre là-dessus. Prends le temps qu’il faut pour l’écrire, je pense que ça va en en aider plus d’une. Dans pas mal de cas et avant les récents scandales je trouve qu’on a eu vraiment tendance à banaliser le fait de prendre la pilule, de la prescrire à la légère et de ne pas suffisamment bien renseigner les jeunes femmes quant à ses effets. Notamment la modification de la libido, ça paraît être encore trop tabou actuellement pour être mis en avant. On est censées pouvoir vivre notre sexualité plus librement et à contrario le plus souvent on s’éteint.
        Le commencement comme la fin de la prise de la pilule doivent être mieux pris en considération. Un grand merci à toi et au médecin qui participe à l’élaboration du livre. C’est un premier pas pour faire évoluer les choses et pour nous apporter enfin plus de concret.

        Bises

        Répondre
        Elisa - 28 septembre 2016
        1. Avec plaisir et oui, on a sous-estimé beaucoup trop de choses concernant la pilule mais je vois que de plus en plus de femmes s’en indignent et c’est très positif car personne d’autre ne doit nous dicter ce que nous devons faire de nos corps.

          Merci aussi à vous toutes qui me soutenez ici et dont les témoignages me sont précieux pour ce beau livre en pleine gestation 🙂

          Bises.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 28 septembre 2016
  26. C’est plutôt pour suivre mon cycle pour ne pas être surprise par les menstruations sans m’en attendre et y enregistrer les symptômes dû à l’arrêt de la pillule! Oui coupé c’est bien vasectomisé et oui je suis québécoise! 🙂 Bonne semaine à toi!

    Répondre
    Lory - 26 septembre 2016
    1. D’accord, bon eh bien merci pour l’expression et salut de l’autre côté de l’Atlantique ^^

      Répondre
      Ca Se Saurait - 28 septembre 2016
  27. J’ai télécharger une application payante, celle qui avait les meilleurs commentaires des femmes qui en ont essayé plusieurs! Pour ce qui est de la contraception, ce n’est pas un problème mon chum est coupé et nous avons eu les résultats comme quoi l’opération était réussi. C’est une des raisons pourquoi j’ai décidé d’arrêter la pillule… à quoi bon prendre ça si mon chum est coupé! 🙂 Merci de t’en soucier!

    Répondre
    Lory - 25 septembre 2016
    1. D’accord mais une application de quoi exactement ? (symptothermie ?)
      Tu es québécoise non parce que “coupé” j’imagine que ça veut dire vasectomisé ^^ ?
      Bon ben effectivement dans ce genre de cas, plus trop besoin de se prendre la tête 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 25 septembre 2016
  28. Allo ! Très interessant ton article ! Je prenais Yasmine depuis l’âge de 14 ans et là à 26 ans je décide que c’est assez, mais mon gynéco ma recommandé de continuer…. Je ne l’ai pas écouté ! Je termine mon premier mois sans pillule et ouf !!! Mes émotions et les sautes d’humeurs sont au rendez-vous !!!! D’autre petits symptômes mais les plus importants sont reliés à l’humeur pour l’instant…. Ton livre sort quelle date ?!?!
    Merci !

    Répondre
    Lory - 20 septembre 2016
    1. Salut Lory, le livre est en pleine écriture (et se nourrit d’ailleurs de vos témoignages)
      Je suis dans une période professionnelle intense en ce moment à Radio France donc ça n’avance pas comme je veux mais je prévois une sortie premier trimestre 2017 (je ne veux plus trop donner de date car cela fait des fausses joies quand je ne peux les tenir).

      Merci de ton intérêt en tout cas et n’hésites pas à échanger avec moi par mail privé si tu as d’autres questions 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 21 septembre 2016
      1. Merci c’est gentil!

        Pour m’aider à me situer dans mes cycles, vu que je n’aurai plus le petit boitier de la pillule, je me suis téléchargé une application assez sympa! Vive la technologie 😉

        Répondre
        Lory - 23 septembre 2016
        1. Yes, oui tu as téléchargé l’appli sympto ? (parce qu’il semblerait que ce soit la seule fiable si tu veux vraiment utiliser ce moyen comme contraceptif ^^)

          Bises.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 23 septembre 2016
    2. Je suis dans la même situation que toi ! Jai tenté le coup à 3 reprises, mais j’ai pas tenu ! Je vais essayer le sevrage progressif la prochaine fois ! Est ce que ça pourrait éviter ces symptômes, je l’espère !

      Répondre
      Anne - 15 avril 2017
  29. Bonjour et merci pour ce superbe blog pour l’acné après pilule
    Maud

    Répondre
    rousset - 24 août 2016
    1. Avec plaisir 🙂

      Bientôt le livre ! (cf. J’arrête la pilule

      Répondre
      Ca Se Saurait - 24 août 2016
  30. Bonjour Sabrina,
    Ce livre n’est pas encore paru si je ne me trompe?

    Répondre
    Sophie - 12 juillet 2016
    1. Salt Sophie,

      Non, non, à la rentrée ou cet hiver comme indiqué au dessus de la photo 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 12 juillet 2016
      1. Pourquoi tant d’attente ? ça fait presque 1 ans je surveille mais rien …

        Répondre
        vivet - 6 avril 2017
        1. Bonjour Stephanie,

          Eh bien le livre doit s’écrire, des investigations sont menées, je suis dessus depuis l’an dernier et j’achève l’écriture en juin et la sortie ensuite se fait cet hiver (des gens doivent travailler sur la couverture, la mise en page, etc.). Il est écrit depuis décembre sur cette page que le livre sortira à l’hiver 2017. On ne sort pas un tel livre en se pressant, c’est plus d’un an d’investigations et six mois d’écriture.
          Donc tout va bien, ça arrive.
          Merci d’être aussi impatiente, tu ne seras pas déçue 🙂

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 6 avril 2017
  31. Hâte de le découvrir.
    Quant à l’ “envie de retour au naturel, choix écologique”… la question est légitime : quel choix après la pilule? Une option peut être tout simplement les méthodes mécaniques non invasives, mais aussi les méthodes naturelles! qui consistent à observer ses périodes de fertilité et sont finalement bien plus qu’une contraception puisqu’elles sont basées sur une attention particulière à son corps et son intimité. A découvrir avant de se faire son opinion… certaines ont succombé à leur charme!

    Répondre
    Cycle Naturel - 1 juin 2016