Découvrez-moi avec une interview sur Radio Médecine Douce

Stress au travail, retour à la simplicité, écologie… je partage avec vous depuis cinq ans sur Ca Se Saurait mes pensées et actions pour une vie respectueuse de nos besoins, de notre santé et de la planète.

Nathalie Lefevre Radio Medecine Douce

Un parcours qui a intéressé Nathalie Lefèvre de Radio Médecine Douce qui m’a interviewée en tête-à-tête pendant quarante minutes…

Un échange profond et authentique auquel j’ai prix beaucoup de plaisir et qui nous a emmené sur des chemins inattendus autour de thématiques comme le bonheur, la vie moderne ou encore le terrorisme. Quarante minutes pendant lesquelles Nathalie a su me faire parler de choses plus personnelles, esquisser mon parcours de vie. Ce parcours qui me pousse à vous raconter des choses ici depuis cinq ans et qui est à l’origine de l’écriture plus récemment de mon premier essai, Métro, boulot… bonheur ! 

C’est déstabilisant de passer “de l’autre côté” du micro, moi dont c’est le travail d’interviewer les gens et de leur laisser la parole à longueur de journée. Difficile aussi de se réécouter et d’avoir l’impression de ne parler que de soi mais je suis heureuse d’avoir été d’une sincérité sans faille et d’avoir su communiquer tout ce dont je vous parle depuis des années.

Parce que rien ne sert de palabrer, je vous laisser découvrir cette interview et j’échangerai avec plaisir avec vous sur ce qui y est dit si vous en ressentez le besoin.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à écouter cet entretien que j’en ai eu à le vivre en compagnie de Nathalie 🙂

Métro, boulot, bonheur ! – Rencontre entre Nathalie Lefèvre

et Sabrina Debusquat sur Radio Médecine Douce

Sabrina Debusquat Interview

Je vous invite au passage à profiter des multiples podcasts disponibles gratuitement en écoute sur Radio Médecine Douce, Nathalie prend le temps d’échanger en compagnie d’invités passionnants et Dieu que ça fait du bien !

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (2)

  1. Voilà qui est bien agréable à écouter !

    Les émissions (et même les conversations privées) où l’on se donne le temps de finire les phrases et clore un sujet sont devenues bien rares. Nous sommes piégés dans le monde du clip Youtube de 2 minutes, ou des commentaires à l’emporte-pièce sur Facebook…

    À l’occasion d’un périple en Auvergne cet été (documentation sonore des derniers rebouteux) j’ai entendu de nombreuses personnes âgées dire qu’elles refusaient tout accès à Internet, inquiétées par l’usage qu’en font les plus jeunes et cette forme de “communication” qui se vautre dans la futilité. Seule la radio a préservé ses lettres de noblesse, pour celles qui savent détecter les programmes intéressants.

    Donc ça fait du bien de retrouver cette qualité d’écoute et d’échange chez des mutant-e-s qui n’ont “pas encore 30 ans”…

    Répondre
    Bernard Bel - 4 septembre 2016
    1. Salut Bernard et merci pour ce super retour 🙂
      Je pense qu’il faut vraiment lutter contre ces préjugés car, si de grandes lignes modernes se dessinent qui nous poussent à toujours s’exprimer en moins de temps, Internet laisse au contraire la place pour s’exprimer en longueur et gratuitement via des articles, webradios et, personnellement, c’est grâce en premier à Internet et en second aux livres que j’ai affûté ma pensée critique. Laisser la pensée se développer c’est permettre à la complexité de l’âme humaine et de la réalité de s’exprimer.. c’est donc crucial oui, vital même je pense ! Même en radio, qui est un média que j’adore pourtant, je trouve que prendre le temps se fait trop rare.

      Nous sommes pleins à être pleins d’énergie et à vouloir lutter contre certaines débilités sociétales qu’on voudrait nous faire gober, j’en parle d’ailleurs dans un article coup de gueule qui sera publié tout à l’heure à 10h20 ici-même : Réapproprions-nous nos vies !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 4 septembre 2016