Métro, boulot… bonheur ! mon premier livre paraît aujourd’hui

Après être moi-même tombée dans de nombreux pièges j’ai voulu vous confier en dix chapitres mes solutions pour vivre pleinement nos vies sans se prendre la tête avec cette névrose moderne de la santé et du bonheur à tout prix.

Métro boulot bonheur

A trop vouloir “manager” nos vies à coup de techniques de développement personnel, de cures de ceci ou de cela nous perdons de vue l’essentiel et surtout la simplicité.Ce livre contient dix chapitres alternant conseils corps/esprit pour mieux vivre dans nos sociétés modernes. Les thèmes abordés nous touchent tous, hommes et femmes, jeunes et seniors, cadres et ouvriers.

A regarder ceux qui m’entourent je vois beaucoup trop de stress, de désarroi social, d’hygiène de vie négligée faute de temps et de “pensée molle”. Il faut voir la vérité en face : la plupart d’entre nous sont tout simplement épuisés et malheureux. Travail aliénant, consommation devenue notre seule source de plaisir, relations superficielles entre les êtres… nous sommes complètement paumés et nous nous perdons encore plus en nous noyant sous les discours des “penseurs autorisés”, des “experts” à qui nous accordons plus de crédit qu’à notre propre pensée.

J’ai personnellement, pas à pas, réussi à me sortir de ce marasme et pourtant , promis, je vis dans le même monde que vous, avec les mêmes contraintes économiques. Je suis aujourd’hui, à vingt-huit ans une femme heureuse en amour, qui vit de sa passion, qui sait être à l’écoute d’elle-même et des autres et qui est tout simplement épanouie (même quand le bonheur n’est pas au rendez-vous, ce qui fait partie de la vie). Pourtant c’était mal parti ! Hypersensible, manquant de confiance en moi, évincée par de gros coups durs très tôt dans ma vie : j’ai su rebondir très haut après être tombée très bas.

Quand on n’a plus rien à perdre, mais que l’on décide tout de même de rester, on prend la vie sous un autre angle, on réapprend tout. Rien n’est “acquis” ou “logique” et nous nous débarrassons des codes sociaux. Toutes ces choses, apprises lors de cette remontée fulgurante dans la vie, je vous en fais part dans Métro, boulot… bonheur ! C’est à la portée de chacun et cela ne nécessite aucun apprentissage long ou coûteux. Je pense qu’il est temps que nous comprenions que nous pouvons reprendre le volant de nos vies en échangeant certes avec autrui, mais avant tout en se recentrant profondément sur nous-mêmes.

En quelques mois ce livre est sorti d’une traite de mon esprit, comme si les articles du blog ne suffisaient plus pour vous communiquer tout ce que j’avais à vous dire.

Voici quelques extraits choisis :

“Vous ne parvenez jamais à appliquer ces modes de vie qui ont l’air de rendre ceux qui en font la promotion tellement heureux. Se lever aux aurores pour « mieux profiter de sa journée », noter chaque jour une pensée positive dans un carnet, s’imposer des mono diètes de raisin ou se persuader que vous n’êtes pas un être « accompli et spirituel » s’il vous arrive parfois de ressentir de la colère… il y a toujours un moment où vous trouvez que tout cela devient une contrainte. Votre démarche, à la base positive, se transforme en parcours du combattant.”

“Pour commencer, osez vous regarder tel que vous êtes, osez vous exprimer sans chercher à faire plaisir, arrêtez de mentir aux autres et à vous-même par souci des conventions sociales. Bref, arrêtez d’obéir quand ça ne vous convient pas, ne donnez pas plus d’importance aux autres qu’à vous-même, ce sera un bien meilleur début pour être heureux qu’une méthode « standardisée » imposée de l’extérieur.”

“Ce qui rend la vie magique, inattendue, palpitante la rend aussi douloureuse, révoltante et souvent incompréhensible. Pour toutes ces raisons, et malgré de grands principes auxquels nous sommes tous soumis, une méthode qui marche pour l’un ne conviendra pas à l’autre.”

“Vous êtes peut-être irréprochable sur l’écologie ou la souffrance animale, mais par ailleurs vous êtes peut-être un gros crétin. Vous pouvez être « monsieur super-écolo », et en même temps hyper-misogyne. Vous pouvez être « madame décroissance » et parallèlement faire souffrir vos enfants parce que vous êtes incapable de les écouter comme il faudrait. Ce que je veux dire par là, c’est que vous ne pouvez pas aller bassiner les autres sur les défauts que vous leur trouvez alors qu’eux-mêmes ne vous titillent pas sur vos faiblesses. Aimeriez-vous qu’un de vos amis poste sans arrêt sur votre mur des vidéos /articles sur la parentalité ou le sexisme pour vous faire prendre conscience de vos comportements ?
Nous avons tous des choses différentes à nous apporter, alors pour ne pas briser ce lien il faut rester tolérant. Ne pas être d’accord n’est pas un crime, savoir échanger calmement est un cadeau qui n’a pas de prix.”

Métro, boulot… bonheur ! est mon premier ouvrage et je le remets désormais entre vos mains à qui il est destiné.

J’ai fait en sorte de fixer un prix qui permette à chacun d’entre vous d’y accéder et j’espère que vous y trouverez des idées qui parleront à votre âme.

Avec toute mon affection.

Sabrina Debusquat.

 

Pour télécharger gratuitement le premier chapitre de  Métro, boulot… bonheur ! ou acheter directement l’ebook cliquez ici :

Ebook Métro boulot bonheur

 

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (2)

  1. J’adore ! Cela rejoint beaucoup mon article sur “Comment le developpement personnel peut nous culpabiliser” ! On peut etre heureux en etant nous meme, sans chercher a devenir parfait ou a se mettre une pression sur les epaules comme pour tout dans notre vie…

    Je te partage le lien de mon article :
    http://www.worldtravelheart.com/single-post/2017/06/24/Quand-le-developpement-personnel-nous-fait-culpabiliser

    Et pourtant je suis coach de vie ! lol Mais laissons nous tranquille par moments !

    Répondre
    lucie - 13 juillet 2017
    1. Eh ben ça fait du bien de l’entendre de la part d’un coach alors ^^

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 14 juillet 2017