J’ai testé pour vous … interpréter mon écriture

Dans la vie on nous dit qu’il y a beaucoup de choses révélatrices de notre for intérieur : nos gestes, nos traits de visage, notre voix. Mais il y a aussi l’écriture et c’est ce que j’ai testé pour vous. Et je dois avouer que le résultat est vraiment impressionnant…

Interpréter écriture

Ce test je le dois au livre “Interpréter les lettres et les chiffres dans l’écriture” de Sylvie Chermet-Carroy sur lequel je base toutes les interprétations dans cet article.

Voici donc un échantillon de mon écriture sur lequel je me suis basée pour vous donner quelque exemples contenus dans le livre.

Test écriture

J’ai écrit sur la moitié haute d’une page de format A4 (vous comprendrez pourquoi c’est important par la suite que je laisse les blancs autour de mon texte).

L’ “affirmation” de soi à travers l’écriture :

La taille de l’écriture, plutôt grosse induit une bonne confiance en moi et une légère tendance à l’exagération (il est vrai, je suis hypersensible donc souvent je vis les choses très “fort”,  à 1000 %).

La place que prends mon texte dans la page indique que j’ose prendre ma place, une bonne place, m’imposer. J’ose prendre ma place dans la vie comme sur le papier.

L’écriture tournée sur la droite (qui est le sens naturel de l’écriture), montre que je ne me mets pas de frein dans la vie. Si mon écriture avait été tournée sur la gauche ou totalement verticale cela signifie que l’on est beaucoup plus réfléchi voire dans l’inaction selon l’inclinaison.

La personnalité dans l’écriture :

Les mouvements dans votre écriture permettent de de deviner votre personnalité. des mouvements qui simplifient l’écriture montrent une personnalité similaire, simple, naturelle, “pas dans les apparences”. La mienne est entre les deux ce qui correspond totalement à ma façon d’être et de voir le monde.

La grosse taille des lettres dans mon écriture montre que je suis plut^pot extravertie.

Le type de couleur utilisé pour l’encre révèle aussi des choses. Par exemple le bleu montre un être sensible et réceptif.

Le trait et la pression du trait :

Tournez la feuille où vous écrivez et vous verrez si votre écriture a laissé une trace plus ou moins imprimée derrière la feuille, en relief. C’est un signe d’énergie.
Pour ma part, il y a une trace plutôt appuyée derrière la feuille, je suis donc directive, j’ai des réactions plutôt intenses et immédiates (même si il y a des endroits où j’appuie plus ou moins).

Mon trait est penché vers la droite, signe que j’ai la soif d’aller de l’avant, d’expériences nouvelles (lettres verticales ou avec retour vers la gauche = insécurité).

Les formes arrondies de mes lettres montre que mes valeurs principales sont liées à l’humain. Comme l’explique le livre “le moi est rayonnant”.

La façon de communiquer à travers les lettres :

Votre écriture révèle des nuances très précises de votre personnalité comme votre façon de communiquer avec l’extérieur qui se retrouve dans la forme de vos lettres et la façon dont vous les agencez.

Ecrire vers la droite c’est un élan vers les autres.

Des lettres non verrouillées, qui laisse une petit ouverture (dans un “q”, un “e”) montrent le peu de protection par rapport à l’extérieur.

L’espace entre les lignes est la distance entre vous et les autres, moi par exemple je mets une bonne distance.

La symbolique des lettres :

Les lettres et les chiffres ont une histoire, sont des symboles issus des hiéroglyphe égyptiens. Porteuses de sens, les lettres révèlent par exemple notre rapport avec nos parents ou avec nous-même.

Les lettres a,b, q, d,g reflètent l’image de soi.
Par exemple, votre force vitale, puissance créatrice, confiance en soi et motivation à passer à l’action c’est le “a”.
Dans le livre l’auteure vous montre plusieurs exemples de tracés de “a” pour que vous voyiez lequel correspond le plus au vôtre.
Par exemple le mien est bien tracé, il est clair, rond mais bien fermé ce qui montre que j’accorde une grande importance à l’amour. S’il avait été plus gros que les autres lettres dans mes mots cela aurait indiqué un ego trop gros également. Un “a” ouvert (ou il y a une “ouverture” dans le tracé de la lettre aurait en revanche démontré que je suis une coupe totalement ouverte, qui reçoit passivement, plus passive.

Encore une fois je ne vous montre ici qu’un tout petit aperçu de ce que vous pourrez analyser avec le livre à l’aide des explications et illustrations. Et comme Sylvie Chermet-Carroy l’explique bien, il faut nuancer un résultat et l’analyser au regard de l’ensemble de l’écriture :

” […] si le “a” nous montre une surévaluation de l’ego, d’autres lettres nous préciseront dans quelle mesure cela aboutit à une matérialisation concrète ou demeure superficiel. le parcours à travers le symbolisme des lettres offre toutes les nuances du comportement. ”

 

Interprétation écriture

Aussi je ne vous offre là qu’un bref aperçu de ce que j’ai pu capter de ma propre écriture mais c’est juste hyper impressionnant et très très révélateur.
J’ai d’ailleurs eu récemment la chance d’accéder aux résultats d’une analyse d’écriture par un graphologue qualifié et cela relevait les mêmes choses que j’ai pu relever grâce à ce livre. Je conseille à chacun de tenter l’expérience, c’est très enrichissant à condition que vous soyez capable d’accepter des interprétations parfois peu flatteuses ou mettant en avant vos défauts.

 

Cette analyse intégrale de mon écriture m’a permis de faire le point sur certaines de mes qualités mais aussi de mettre en avant certaines failles, certains défauts auxquels je ne pensais pas forcément alors qu’ne les pointant du doigt comme ça je me suis dit “-Oui bon, ok, c’est vrai que si je ne me voile pas la face je suis comme ça”.

Analyser sa propre écriture et celle de ses proches est un exercice très sympathique et ce livre se parcours d’une traite, crayon à la main.
Vous pourrez y analyser vos lettres, votre signature et votre façon de tracer les chiffres. Le tout agrémenté d’écritures de personnalités historiques très souvent passionnantes à analyser.

Un livre très bien fait qui j’en suis sûre restera toujours à portée de main chez vous pour que vous puissiez analyser l’écriture de vos collègues et proches 🙂

L’auteure Sylvie Chermet-Carroy est graphologue depuis plus de vingt ans et enseigne cette discipline et effectivement, on sent dans le livre qu’il n’y a pas d’amateurisme. Ça vise juste.

Lire ou offrir le très beau livre de plus de 300 pages Interpréter les lettres et les chiffres dans l’écriture de Sylvie Chermet-Carroy

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (20)

  1. Bonjour! Je découvre ce site très sympa 🙂 et la question de l’écriture m’intéresse…
    Ma mère m’a appris à lire et écrire au crayon à l’âge de 4 ans, elle a joué “à la maitresse” ! Mon écriture scolaire au début était plutôt brouillonne, dans tous les sens et pas mal de ratures. Il faut dire que je suis née en 1964 à la campagne alors au CP et en CE1, on avait encore le trou avec de l’encre dans le pupitre et cet horrible porte-plume qui degoulinait! Ensuite, changement radical : distribution de Bic, encore une adaptation à faire…en primaire, j’étais très impressionnée par les plus grandes qui écrivaient en script alors que la règle était d’attacher les lettres avec des majuscules très dessinées. Ensuite les petits ronds sur les “i” et autres fantaisies à l’adolescence 😉 puis je me suis calmée et ai gardé une écriture d’imprimerie au grand dam des recruteurs (j’étais assistante de direction) qui me reprochaient d’avoir une écriture impersonnelle non analysable par graphologie! En fait mon souci était et est toujours de pouvoir être lisible avant tout… Mais je participe bien volontiers à votre concours, qui sait peut-être que j’en apprendrai davantage maintenant!

    Répondre
    regine - 14 juin 2014
    1. Bonsoir Régine, super commentaire qui me fait découvrir qu’on peut aussi mettre un masque en écriture ^^
      Résultats du concours tout bientôt !

      Merci pour ce gentil message 🙂

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 14 juin 2014
  2. Bonjour,
    Ah ah, voilà qui réveille de vieux souvenirs : il y avait un petit bouquin d’études graphologiques chez mes parents, le genre un peu simpliste qu’on trouvait en station service à l’époque. Ado je m’amusais comme une petite folle avec ça même si les résultats étaient farfelus ! Mais j’étais très influençable : je me souviens d’un exemple de tracé en particulier où le livre montrait en exemple l’écriture d’hitler : je m’étais jurée de toujours m’appliquer à ne jamais reproduire ce trait graphologique, ce qui était idiot puisque mon écriture n’avait pas la particularité en question. Mais malgré le peu de sérieux que j’accordais à ce livre cette manie est restée, aujourd’hui encore je fais attention à ce détail.
    Bref, je serais curieuse de refaire le test maintenant avec des références sérieuses, mon écriture est très (très très) irrégulière et varie beaucoup en fonction du stress, de l’humeur et de la confiance en soi (qui va et vient)…

    Répondre
    Agnès (une autre que celle d'au-dessus) - 23 mai 2014
    1. Merci pour ce beau souvenir Agnès

      Du coup vous participez si j’ai bien compris 🙂

  3. Bonsoir Sabrina
    Quand j’étais en primaire, un instit m’a “obligée” à modifier mon écriture, qui penchait naturellement vers la droite, pour qu’elle devienne “verticale”. Pour lui, c’était plus joli. Je n’ai jamais compris pourquoi. En “bonne élève” que j’étais, j’ai fais en sorte d’écrire “vertical”. Mais, comme il y a bien longtemps 🙂 que j’ai quitté l’école, le naturel reprend quelquefois le dessus. J’écris donc soit “vertical” soit “penché”. Je pensais que c’était selon mon humeur mais c’est peut-être plus compliqué que ça….

    Répondre
    Agnès - 21 mai 2014
    1. Ralala le nombre d’histoire d’instit “perturbateurs”, c’est fou !
      Oui, il y a toujours des nuances à apporter de toute façon mais tentez peut être un maximum de garder votre écriture intuitive pour donner votre vraie image 🙂

    2. Bonsoir
      “Je pensais que c’était selon mon humeur mais c’est peut-être plus compliqué que ça….”
      Ce n’est pas faux et ce n’est pas vrai juste une notion d’équilibre ou inversement à un instant H.
      je rejoint complétement Madame Chauchard, le nombre de perturbateurs est impressionnant MAIS la bonne nouvelle c’est qu’il ou elle n’influe en rien sur ce que vous êtes mais a marqué votre masse grise créant par le fait un déséquilibre.
      L’être humain est parfois”souvent” un incompétent de son savoir

      Répondre
      Comprendre - 22 mai 2014
      1. Bonsoir,

        Oui, c’est vrai que cet instit “perturbateur” ne m’a pas perturbée tant que cela, je me suis toujours sentie la même, écriture verticale ou penchée!

        Répondre
        Agnès - 29 mai 2014
  4. Diable
    Pas besoin d ecrire pour se connaitre…
    Il suffit de se “voir”…..

    Répondre
    1631955 - 20 mai 2014
    1. Aussi bien sûr 🙂

    2. Bonjour
      En êtes vous aussi sur ? 🙂

      Répondre
      Comprendre - 22 mai 2014
  5. L’approche est intéressante mais je demeure un peu sceptique car il m’est arrivé à plusieurs reprises de changer distinctement la forme de lettres, ma graphie ne cesse d’évoluer en fonction de mes envies : écrire en italique ou non, petit ou grand, etc.

    Répondre
    redheadair - 19 mai 2014
    1. Justement Redheadair, votre humeur change n’est-ce pas ? L’écriture aussi, en fonction de celle-ci ! (tout en gardant des caractéristique plus profondes votre personnalité, par exemple peut être que quand vous estimez écrire “grand” c’est “normal” pour moi)

  6. Bonjour
    Le rapport à l’écriture est importante depuis plus de 20 ans ! mais l’écriture révèle bien d’autres choses, par exemple il est possible de dire de votre écriture que trois éléments sont présents
    la trahison, la séparation, et le père (pour faire simple). La question de fond que nous pouvons nous poser: Est ce que notre masse grise n’en dit pas plus au travers de l’écriture ?
    Bonne journée

    Répondre
    comprendre - 19 mai 2014
    1. Bonjour “comprendre” 🙂
      Je vois que vous êtes un connaisseur ! Merci pour ce gentil message, et oui, je dois dire que vous visez juste et qu’effectivement, notre écriture en dit beaucoup.

      A quoi vous voyez la trahison et la séparation ?

      1. Il y a longtemps maintenant que j’arrive à “décoder” notre chère masse grise et de temps en temps je sors de ma tanière ayant été écarté par la science. Cependant l’écriture quelle soit manuscrite ou dactylographiée en dit long sur nous même c’est non seulement extraordinaire mais cela apporte un “confort cérébral” important puisqu’il est possible de “mieux nous comprendre”.

        A quoi vous voyez la trahison et la séparation ? C’est assez facile, un écrit des mathématiques et le langage cérébral suffisent à montrer “des zones noires ou verrouillage”

        Si l’on vous montre un profond puits d’instinct vous ne sauterez pas dedans
        et bien le cerveau fait la même chose il sait vous montrer mais savons-nous lire ce qu’il dit ?

        Répondre
        comprendre - 19 mai 2014
        1. Je partage votre avis sur le sujet (mais ce que je vous demandais c’est comment concrètement dans les lettres on voit ce que vous me dites ^^)
          Bien à vous.

          1. Concrètement, j’avais très bien compris 🙂 accordez-moi le “silence” mais ce que je peux vous dire est que chaque lettre a une traduction mathématique qui elle même renvoie à une phrase recomposée, notre masse grise est très sophistiquée.
            Ce que je n’ai pas écrit au début c’est la force de protection que vous avez pour l’enfant, faites une simple relation et je pense que vous comprendrez
            voyez-vous c’est “simple” de décoder notre chère masse grise.

            Bonne soirée

            Comprendre - 19 mai 2014
          2. Je me doutais mais je voulais savooooooir ^^
            Simple et compliqué mais n’est-ce pas là le plus beau voyage que le voyage intérieur ? J’e suis convaincue 🙂

            Sabrina Chauchard - 20 mai 2014
          3. Tout à fait vrai 🙂

            Comprendre - 22 mai 2014