Drague de rue : réagir de manière originale pour ne pas s’énerver, c’est possible !

Ceci ne sera pas un énième article sur le sujet mais plutôt un début de réflexion pour apprendre à réagir concrètement, sans se bouffer la vie et les nerfs.

réagir au harcèlement de rue

Comment réagir au mieux, pour nous, face au comportement des hommes dans la rue ? Comment faire face à une réalité qui ne va pas changer en un claquement de doigt sans se mettre en danger mais sans s’écraser non plus ?

Avec le temps, et parce que j’en ai marre de m’énerver chaque matin en allant au travail,j’ai développé des armes assez inédites face au “harcèlement de rue”. Des armes inattendues qui désarçonnent mes interlocuteurs mais surtout qui ont le mérite de faire avancer le schmilblick en tentant de générer chez eux une réflexion.
Plutôt que d’être dans la réaction pure et dure “Je me fais agresser => je réagis agressivement” j’ai tenté d’autres approches qui ont bien mieux porté leurs fruits.

” le plus important pour moi en ce qui concerne le sujet c’est de m’éviter des énervements pluri-quotidiens inutiles. Je refuse que ces dragueurs me polluent la vie alors comme je ne peux les supprimer j’adapte ma réaction pour qu’elle m’évite un énervement et pour faire entendre au passage un message.”

Je préviens parce que je sais le sujet sensible, ce qui suit est mon opinion et vous avez le droit de ne pas être d’accord avec. Ma philosophie est la suivante : la vie est comme elle est, le monde ne va pas s’adapter à nous et il est plus sain de nous adapter à lui (tout en n’oubliant pas pour autant d’agir concrètement pour un futur meilleur). Il vous faut vous adapter au monde si vous ne voulez pas vous taper la tête contre les murs chaque jour. On ne fait jamais aussi bien avancer le monde que quand on le prend en compte dans sa réalité pour trouver des solutions adaptées (et non pas celles qui nous conviennent ou qui sont les plus faciles à mettre en place).

Que ceux qui préfèrent se taper la tête contre les murs passent éventuellement leur chemin…  le plus important pour moi en ce qui concerne le sujet c’est de m’éviter des énervements pluri-quotidiens inutiles. Je refuse que les dragueurs de rue me polluent la vie alors, comme je ne peux les supprimer et que visiblement m’énerver sur eux ou les ignorer n’a aucun effet, j’adapte ma réaction pour économiser énergie et conserver ma tranquillité d’esprit.

Prévenir la drague de rue, tout est dans l’attitude :

Pour commencer, la confiance en soi est primordiale. De mes 15 ans à mes 27 ans aujourd’hui j’ai pu constater la différence. Chaque homme est différent dans sa façon d’approcher une femme dans la rue mais, de manière générale, si vous vous tenez droite, que votre regard n’est pas fuyant et que vous respirez  la confiance en vous, vous allez déjà éliminer trois quarts des dragueurs de rue (je ne choisis pas volontairement le terme “harceleur” car je ne trouve pas que chaque homme qui aborde une femme dans la rue en soit un).

“Le lourd a malheureusement le flair pour sentir celle qu’il peut emmerder et celle qui va l’envoyer chier. Si vous respirez tout simplement la confiance en vous, vous allez déjà éliminer trois quarts des dragueurs de rue”

Le monde est ainsi fait que les chasseurs sentent les proies. Un voleur va préférer voler la petite 106 facile à ouvrir plutôt que la grosse BM avec alarme anti-vol, c’est pareil pour la drague. Le lourd a malheureusement le flair pour sentir celle qu’il peut emmerder et celle qui va l’envoyer chier. Or comme se faire envoyer chier n’est pas son but, il va aller à la facilité dans la grande majorité des cas. Donc ne pas avoir peur, vivre votre vie naturellement sans frémir à la moindre interaction sociale et être tout simplement vous-même  est un bon début.

Ceci dit la confiance en soi étant une des problématiques les plus récurrentes de la psychologie. Je sais qu’elle ne s’atteint pas en un claquement de doigt. Il est possible que vous ne l’ayez pas et je ne vous en blâme pas. C’est pourquoi, quand le mal est déjà fait, d’autres techniques pour tenter de limiter les dégâts  existent…

Comment réagir de manière originale face aux dragueurs de rue ?

Ces réactions face aux dragueurs de rue sont à appliquer selon votre feeling avec la personne en face. Certains rares harceleurs sont vraiment dangereux et avec ceux-là je pense qu’il vaut tout simplement mieux limiter le contact, peu importe votre envie de lui faire la leçon, c’est votre sécurité qui prime alors.

  • Un homme me fixe assez longuement du regard : Je lui demande s’il veut une photo de moi dédicacé (encore testé ce matin), réaction généralement amusée ou gênée. Soit l’homme se rend compte qu’il m’a regardé un peu trop longuement, ce qu’il n’avait pas réalisé, forcément emporté par le saisissant spectacle de ma beauté^^, soit il répond un “Oui” en rigolant et tout en continuant mon chemin je lui dis que cela ne va pas être possible. Celui de ce matin m’a par exemple répondu “Vous êtes vraiment très très belle.” Ça m’a fait sourire et ça s’est arrêté là. Situation désamorcée. Vous repartez le sourire en coin. Vous vous êtes respectée, vous ne vous êtes pas mise en rogne et l’homme a compris que, la prochaine fois, il pourra peut-être être plus discret dans son regard (ou pas mais ça vous n’y pouvez rien).
  • Un homme me suit dans la rue ou accélère le pas pour se retrouver à ma hauteur et m’aborder :Plusieurs solutions.
    1/ Je fais semblant d’être muette. Testé à Nice un soir à 21h. Je descendais la rue menant à mon appartement et je sens une présence sur ma gauche. Écouteurs sur les oreilles, je réalise qu’un jeune homme d’une trentaine d’années se tient à mes côtés et cherche le contact visuel. J’enlève mes écouteurs et le regarde d’un air interrogateur tout en continuant de marcher. Il commence à me parler et je le regarde en désignant ma bouche avec mes doigts comme pour signifier que je suis muette. Il ne comprend pas tout de suite et se met à me parler en anglais puis en espagnol pour finir pas comprendre que “je suis muette”. Il continue son manège et le voir se débattre tout seul dans cette discussion me fait mourir de rire ! Finalement je lui dis une phrase afin de lui indiquer que je ne suis pas muette, il est très surpris et se met à rire. Cela détend l’atmosphère et moi-même je  ne cache pas ma fierté de l’avoir dupé. Je lui explique rapidement qu’il n’a pas à me suivre comme ça dans la rue à 21h alors que je rentre tranquillement chez moi. Que je suis fatiguée et n’ai pas forcément envie de parler et que c’est mon droit, qu’il n’a pas à m’emmerder. Il me répond “Oui mais vous les filles du sud êtes tellement jolies”. Je lui rétorque qu’il pense ce qu’il veut mais que si lui n’est pas violent son comportement l’est car il m’impose un contact que je ne souhaite pas, qu’il me parle de mon physique ce qui me gêne et que, pour un pas mauvais bougre comme lui, il y en a dix autres par jour qui vont m’insulter si je ne leur accorde pas d’attention. Étonné, il me dit qu’il ne pensait pas que cela pouvait nous arriver aussi souvent et aussi violemment chaque jour, s’excuse me souhaite une bonne soirée et s’en va.
    Peut-être ce jour-là cet homme aura-t-il compris que, chez une femme, son comportement peut susciter comme peur, angoisse ou agacement. J’ai bien ri de m’être moqué de lui et lui ai fait passer intelligemment un message qu’il ne sera sûrement pas près d’oublier !

2/ Je me retourne brusquement pour lui faire face sans rien dire (en souriant ou pas) et je reste plantée là à le regarder. En général soit ils me prennent pour une tarée et ce sont eux qui partent la queue entre les jambes sans demander leur reste, soit ils sont interloqués, commencent à bafouiller un truc incompréhensible et s’en vont se sentant comme des petits garçons pris en faute.

Harcèlement de rue

“c’est plus utile que de hurler ou de s’énerver. Vous reprenez la main, vous n’avez plus l’impression de subir et souvent les jeune-hommes sont bien moins agressifs qu’ils n’y paraissent, ce sont juste de gros lourds mal éduqués.”

  • Un homme me hèle au loin avec sa bande et m’insulte si je ne lui réponds pas : La plupart du temps je les ignore mais, si je suis suffisamment près d’eux, je vais calmement les voir (déjà ça les étonne) pour leur demander s’ils feraient ça à leur mère ou à leur sœur. Autre variante, leur demander, l’air très sincère, si ce genre de technique de drague a déjà marché une fois dans leur vie. Ça calme généralement. Rien que l’effet de surprise d’une fille qui les approche sans agressivité genre vraiment “naïvement” ça engage un dialogue. Certes, vous me direz que vous n’avez peut-être pas envie de dialoguer mais perso je me suis un peu donné cette mission d’essayer de faire comprendre ça à tous ceux que je croiserai. C’est comme planter des petites graines, qui vont germer (ou pas) ça et là. Quoi qu’il en soit c’est plus utile que de hurler ou de s’énerver. Vous reprenez la main, vous n’avez plus l’impression de subir et souvent les jeunes hommes sont bien moins agressifs qu’ils n’y paraissent, ce sont juste de gros lourds mal éduqués. Ceci dit, encore une fois, question de feeling. Si vous les sentez vraiment malsains, fuyez sans demander votre reste. Je sais que vouloir jouer les redresseuse de tort est tentant mais vous serez la seule ensuite à en payer les conséquences et finalement les mecs n’en auront tiré aucune leçon.
  • Un homme vient m’aborder directement et me parler :

Sans me départir de ma bonne humeur naturelle je me contente de montrer ma bague au doigt sous entendu “Je suis prise ça ne m’intéresse pas” (ce qui n’en rebute pas certains, les fameux “Mais j’suis pas jaloux”) et alors là je lui dis clairement ce que j’ai en tête : “je n’ai pas envie de parler” et je coupe court.

“Ouais je sais, normal j’suis trop belle, tu veux une photo dédicacée ?”

Drague de rue

  • Un homme me fait une réflexion gratuite sur mon physique :

“T’es bonne.”, “Beau cul!”, “Ma-gni-fi-que!”, “Han ça y est j’suis amoureux!” “Souriez mademoiselle !” font partie des classiques.

Soit je répond le même type de phrase ce qui les décontenance énormément; ils comprennent que je me fous de leur gueule et s’arrêtent pour limiter la casse. Soit je dis “Mouais je sais”, en général ils ne savent plus quoi dire non plus.
Ou alors je ressors ma fameuse “photo dédicacée” : “Ouais je sais, normal j’suis trop belle, tu veux une photo dédicacée ?”. Généralement ils comprennent très bien et n’insistent pas ou alors sont sur le cul et, quand ils reprennent leurs esprits, vous êtes déjà partie ! S’ils sont en groupe c’est souvent là qu’ils se font chambrer par leurs potes pour le vent qu’ils viennent de recevoir.
Bien sûr il y en aura toujours qui continueront d’insister voire qui prendront ça pour une invitation, eh bien qu’ils viennent parler ils seront bien reçus jusqu’à la station suivante ! En fait si vous ne portez aucun intérêt à la personne il va le sentir, mais il faut que ça soit profond, aucun intérêt, même pas un agacement. Ce mec est un chewing-gum sur le trottoir, un moucheron sur votre pare-brise, il ne vous inspire pas plus que ça. Donc toujours sans me départir de ma bonne humeur, je les regarde un peu amusée et leur réponds des phrases qui expriment exactement ce que je pense et souvent ils sont si surpris qu’ils n’ont pas grand-chose à y répondre.

Pourquoi j’ai décidé de répondre aux dragueurs de rue au lieu de les ignorer :

En fait l’objectif final est de ne pas être agressive mais ferme, quitte à être obligé d’avoir un échange avec cette personne, qu’elle en retienne une leçon. En lisant mes “techniques” certaines vont dire que je joue le jeu de ces dragueurs ou harceleurs de rue en leur répondant. Effectivement, j’ai pris le parti d’agir comme ça, c’est un choix qu’on peut ne pas vouloir prendre. Mais ce choix je l’ai fait car je constatais que de toute façon dans la plupart des cas il y avait un échange et souvent très agressif. Alors pour ne pas ressentir encore et encore cette colère qui vous assaille lorsque vous vous promenez tranquillement et qu’un homme vous insulte ou vous fait passer un moment désagréable alors que vous n’avez rien demandé je  me suis dit, quitte à être obligée d’avoir un échange avec ces hommes, autant qu’il soit constructif.

Je fais aussi attention à ne pas encourager les remarques qui ramènent au physique en évitant d’y répondre “Merci” pour montrer qu’elles sont inacceptables. Enfin ma bonne humeur n’est là que pour moi, simplement parce que je ne vais pas m’en départir à cause d’un con qui m’embête de bon matin. Je ne vous dis donc pas d’être de bonne humeur face à ces réactions dans le sens “pour être agréable à ces messieurs “ou éviter de les froisser, pas du tout.

“Je sais que ça ne devrait pas être à nous femmes de nous adapter à ce type de comportement […] de même qu’il ne devrait pas y avoir de guerres, de viols et de famine. Mais il en va ainsi alors autant faire avec mais positivement, en essayant de faire changer les mentalités, jour après jour, homme après homme.”

Je sais que ça ne devrait pas être à nous femmes de nous adapter à ce type de comportement. De même qu’il ne devrait pas y avoir de guerres, de viols et de famine. Mais il en va ainsi alors autant faire avec mais positivement, en essayant de faire changer les mentalités, jour après jour, homme après homme.

Beaucoup d’hommes avec qui je discute m’expliquent qu’ils sont perdus. Entre drague à l’ancienne, millénaires de domination masculine et mauvaise éducation, beaucoup sont mal à l’aise et un homme mal à l’aise, notamment en groupe, compense parfois par une fausse confiance, vulgarité ou agressivité apparente (je vous conseille à ce propos l’excellente analyse de Sonia Feertchak sur le sujet dans Les femmes s’emmerdent au lit). La drague saine ne doit pas disparaître pour autant car le jeu de la séduction peut-être très agréable mais il n’a pas à être imposé ou à insister quand il rencontre porte close.

“La drague saine ne doit pas disparaître pour autant car le jeu de la séduction peut-être très agréable mais il n’a pas à être imposé ou à insister quand il rencontre porte close.”

Je vous propose donc mesdames une façon de réagir originale, positive et constructive pour transformer un événement quotidien désagréable en véritable reprise du pouvoir et espace de dialogue. Tentons d’arroser les arroseurs, que leur comportement se retourne contre eux. Que ceux qui se croient chasseurs se retrouvent à leur tour pris dans nos filets.
Je considère plus intelligent de faire avec les choses telles qu’elles sont et je refuse de rentrer dans ce cercle vicieux d’agressivité et de tension qu’il y a actuellement dans les rapports homme femme.

Alors, avez-vous aussi pris le parti de réagir d’une telle manière ?
Avez-vous mesdames d’autres techniques qui marchent pour faire face aux dragueurs sans se mettre de mauvaise humeur ?
Et vous messieurs vous rendez-vous compte de l’ampleur du phénomène ? Etes-vous vous-même un dragueur des rues et si oui comment ?


Pour aller plus loin…

Féminisme maquillage talons epilation cheveux blancs contraception

BEST OF DE TOUS MES ARTICLES FEMINISTES : No bra, maquillage, porno, cheveux blancs, épilation, contraception : tous mes articles féministes

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (25)

  1. j’ai rencontré ma futur epouse dans la rue, on est marié depuis 18 ans ,,, on peut y faire des rencontres hors des carcans sociaux.. où est il prevu de draguer !? est il toujours permit de draguer !? je ne comprends pas à part bien sûr les vulgarités qui sont de vrais agressions mais un regards appuyé ou un sourire.. vous me faite peur… je ne comprends plus. moi qui esperait que pour s’émanciper la femme allait à son tour oser draguer dans la rue. au lieu de ça, vous faite la chasse personne qui veulent creer du contact.. de toute facon aujourd’hui tout le monde marche avec son smartphone et ses ecouteurs.. les rencontres ça s’organisent, se planifient,se normalisent. la rue est un lieu hostile ? pour moi c’est un espace de liberté, de surprise, de rencontre d’homme et de femme. on y rencontre de tout et aussi votre sensualité, ou un sourire d’enfant, un regard touchant d’une personne âgée, alors ou on réagit à ce que l’on rencontre ou pas.. moi je préfère etre vivant. je caresse un chien, ou la tête d’une petite fille, et parfois un mot gentil pour remercier une femme magnifique qui m’irradie de sa beauté.. il y a des choses merveilleuses dans la vie, une femme epanouie est toujours un cadeau quand on la croise. la politesse est de l’en remercier. certaines femmes l’apprécient simplement et naturellement.

    Répondre
    eric - 27 septembre 2018
  2. C’est courageux, pour ma part généralement je prends sur moi et j’ignore (déjà testé la réponse gentille pour aller envoyer balader poliment, à tous les coups le gars continuait à me parler et à me coller comme si j’avais tendu la main) mais c’est frustrant et finalement comme tu dis je m’énerve intérieurement, contre eux, contre le monde, contre moi… alors que si j’arrivais à répondre ça me soulagerait. Mais j’ai toujours terriblement peur des réactions violentes même si je ne dépasse pas les bornes et si je ne provoque pas. J’espère que j’arriverai à prendre assez confiance en moi un jour pour oser les réactions que tu conseilles. Par contre j’essaie toujours d’avoir l’air “fière” et sans peur quand je croise des gars dans la rue et que je suis seule ou quand je vois arriver l’emmerdeur du coin de l’oeil, c’est vrai que ça semble relativement efficace comme filtre.

    Répondre
    The Flonicles - 11 décembre 2016
    1. Super contente de voir que cet article peut servir à d’autres, je pense qu’effectivement il faut une très grande confiance intérieure qui se dégage inévitablement à l’extérieur, avec les années ça viendra !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 12 décembre 2016
  3. Tellement drôle ! Moi une fois j’ai fait croire que j’étais pas intéressée par les hommes. Le type me lance un “vous êtes belle, je peux prendre votre numéro ?” Du coup j’ai répondu “désolée mais nous n’avez pas assez de poitrine pour me plaire” avec un grand sourire. Le type était choqué et j’ai filé rapidos ! Moi j’étais morte de rire ^^

    Répondre
    Austenland - 10 septembre 2015
    1. Mouhahaha ta technique est pas mal mais risquée parce que les “- Ho mais ça me dit bien moi un plan avec ta copine…”
      T’en as d’autres ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 10 septembre 2015
      1. ^^ J’avoue que je me serais sûrement agacée si le type m’avais répondu ça… Ouf !
        Une fois un mendiant m’a demandé une pièce et quand je lui ai donné des euros il m’a dit “Je veux bien votre main aussi”. Et là j’avoue que j’ai montré ma main en lui disant que j’étais déjà prise alors qu’en fait non, c’est juste une bague que je mets à la main gauche. Je porte toujours une bague à ce doigt donc c’est pratique ^^

        Répondre
        Austenland - 10 septembre 2015
        1. HiHi un SDF m’avait fait le même coup ! Mais il était assez dégueulasse dans son regard donc j’avais pas trop aimé et je m’étais cassé… sacrés mecs !

          Répondre
          Ca Se Saurait - 10 septembre 2015
  4. J’ajoute également ces réactions originales proposées par TerraFemina :

    http://www.terrafemina.com/article/13-facons-creatives-de-reagir-au-harcelement-de-rue_a276370/1

    Répondre
    Ca Se Saurait - 30 août 2015
  5. Un grand merci pour cet article ; c’est une gymnastique à mettre en place mais j’imagine très bien à quel point ça doit être efficace. De mon côté (j’ai écrit un article il y a peu à ce sujet), je m’en tenais à l’ignorance, le plus souvent sans m’en rendre compte puisque je regarde toujours par terre quand je marche et je ne fais que peu attention à ce qui m’entoure (j’ai aussi l’attitude dont tu parles dans la façon de marcher d’un pas décidé).
    Pour le coup de faire la muette, j’avais eu l’idée de répondre en anglais (j’arrive à un accent qui peut faire croire que je suis anglaise). C’était mon père qui me l’avait déconseillé pour ne pas que le mec s’imagine que je suis seule dans cette ville et n’essaye d’en profiter. Je dirais que c’est encore plus dangereux en voulant passer pour une muette : si on tombe sur un fou il peut se dire qu’il peut nous violer dans un coin, on ne criera pas (même si on crie, la situation a commencé à dégénérer)… Il faut vraiment bien garder à l’idée de faire les choses au feeling comme tu dis, de pas pousser si vraiment le mec a l’air hyper chelou. Mais je me dis aussi qu’il y en a qui ont juste l’air d’idiots mais qui cachent un gros malade donc méfiance.

    1. Salut Fanny et merci pour ton commentaire, oui, tout se joue au feeling et ce n’est pas si facile, encore une fois moi je vous raconte ma manière de faire et vous disposez mais je trouvais intéressant de parler de cette troisième voie dont peu parlent et après, bien sûr il ne faut pas appliquer ça bêtement mais en fonction de la personne en face :-p

      Répondre
      Ca Se Saurait - 15 août 2015
  6. Bonjour Sabrina, et merci pour cet article!
    Comme tu le dis, en attendant d’eradiquer cette realite de notre quotidien, autant faire entendre nos voix pour ouvrir le dialogue et partagez entre nous autour de cette problematique 🙂

    Tu dois certainement connaitre le site MadmoiZelle.com, mais si certains n’y sont pas familiers, le site a ecrit ces deux tres bons articles a ce sujet:
    “Harcelement de rue, cette epuisante banalite”: http://www.madmoizelle.com/harcelement-de-rue-118018
    “Harcelement de rue ou compliment? Je veux comprendre”: http://www.madmoizelle.com/harcelement-de-rue-drague-322645

    En lisant les commentaires, je tenais a reagir sur quelques points souleves.
    D’abord a mon avis on ne se prend pas TROP la tete sur ce sujet en ce moment; c’est juste qu’on realise après des annees a subir ca que c’est un probleme de fond qui touche quasi toutes les femmes et que ce n’est pas normal. Donc pour moi c’est plutot sain qu’autre chose, et on ne reagira jamais trop lorsqu’il s’agit a faire evoluer les choses (et c’est ce qu’il se passe quand la parole se libere)

    Ensuite par rapport a SEB, je pense qu’il faut faire attention a donner des conseils sur un phenomene qu’on ne vit pas soi-meme. Tout comme il serait deplace de ma part en tant que femme blanche de dire a une personne racisee comment il/elle devrait vivre une situation difficile, c’est facile en tant qu’homme de dire aux femmes quelle reaction est appropriee ou non, ou bien comment elles devraient interpreter une remarque dans la rue.

    Meme si c’est une croyance bien ancree, NON l’immense majorite des commentaires ne sont pas des compliments, sinon on n’y reagirait pas toutes avec colere, lassitude et/ou degout. Encore une fois, il est de bon ton pour un homme de se taire 2minutes et d’ecouter celles qui vivent la situation quotidiennement: peut etre que si on dit toutes la meme chose c’est qu’il y a effectivement un probleme et qu’il serait bon de s’y mettre tous (femmes ET hommes) pour faire changer les choses.

    Répondre
    Cecilia - 4 août 2015
    1. Salut Cécilia et merci beaucoup pour ce commentaire très constructif 🙂

      Effectivement je pense que tu as tout à fait raison quand tu dis qu’on ne peut juger le ressenti de quelqu’un qui vit quelque chose que l’on ne peut intrinsèquement pas vivre. Malgré ça, comme souvent en ce moment si, je trouve qu’on se prend trop la tête avec le harcèlement de rue mais par ça j’entends que s’il est bien de parler d’un problème et de crier haut et fort qu’il n’est pas normal on a aujourd’hui (je trouve) une agressivité et une incompréhension homme-femme mutuelle (Sonia Feertchack développe cela admirablement bien dans son dernier livre que je t’invite à lire si le sujet t’intéresse, c’est vraiment bluffant et à contre courant, ça te prends et ça t’emmène avec une grande sincérité là où tu ne pensais pas) donc difficile d’exprimer tout cela dans un commentaire mais si, vraiment, aujourd’hui même s’il est bien que nous nous exprimions, comme souvent quand la parole a été longtemps retenue c’est fait avec excès. Tu n’as jamais toi-même suréagit ou été témoin de femmes qui du coup mettent tous les hommes dans le même panier et sont agressives alors qu’avant la polémique elle ne réagissaient pas pareil ? Je ne dis pas que je ne comprends pas, juste que ce n’est pas la solution (même si je comprends que face à un idiot on n’ait pas envie de jouer l’intelligente ou que lm’on considère que ça ne soit pas notre rôle). enfin je m’exprime s^purement de manière incomplète mais j’espère que tu comprends ce que je veux dire.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 4 août 2015
      1. Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, c’est vrai qu’il n’est pas toujours évident de rendre nos idées par commentaire ^^

        Je suis également d’accord avec le fait qu’il y ait parfois une incompréhension mutuelle mais je ne pense pas qu’on puisse mettre ca sur un pied d’égalité puisque les conséquences qui en découlent sont quand même très différentes.

        Je m’explique: oui c’est sûr, certains hommes ne pensent pas à mal en abordant une femme dans la rue et se font rembarrer violemment. C’est injuste, ça fait mal à l’ego, et ça rend un peu amère. Sauf que de l’autre côté, on a une femme qui a sûrement déjà eu x regards lubriques, commentaires déplacés, sifflements, ou même mains aux fesses. Cette femme, elle veut juste se déplacer d’un point A à un point B, elle est fatiguée, elle a peur, elle est lassée. Donc notre brave garçon qui va l’aborder “gentiment” (selon lui en tout cas), et bien il se prend tout ce ral-le-bol en pleine face.

        Ce que j’essaie de dire c’est qu’il est important de replacer le tout dans le contexte de notre société sexiste (avec tout ce que ca comporte), et que je ne pense pas que les sentiments froissés de quelqu’un qui se fait éconduire équivalent au sentiment de peur et d’insécurité que la plupart des femmes ressentent dans ces moments là.
        Donc perso, oui je comprends que certains hommes soient décontenancés, mais mon empathie pour eux a ses limites étant donné que ce qu’on vit est quand même un chouia plus grave et que des bons garçons comme SEB arrivent encore à minimiser nos vécus.
        Alors oui, dans un monde idéal les femmes ne devraient pas se montrer agressives (encore qu’on ne doit à personne d’être poli/e constamment et dans toute situation) mais dans un monde idéal les hommes ne considéreraient pas qu’une femme marchant dans la rue est systématiquement une invitation à se faire draguer!

        Répondre
        Cecilia - 5 août 2015
        1. C’est bien que tu développe plus ton argumentation même si j’avais bien compris exactement ce à quoi tu pensais, et tu as raison. Comme je l’explique dans l’article le genre de réaction “positive” et patiente que je peux avoir est un choix éthique et personnel que je ne fais que parce que j’en ai es capacités énergétiques et parce que je crois au cercle vertueux (donc c’est ma façon paradoxale à moi de casser le cercle vicieux). Je conçois complètement comme je subis tout ça que l’on ne fasse pas ce choix, néanmoins je persiste à croire que si la réaction la plus primaire apparaît comme normale elle ne soit pas toujours la plus adaptée pour résoudre un problème.
          Mais jamais jamais je ne critiquerais les femmes qui réagissent autrement, je l’ai moi-même été et Dieu sait que c’est chiant !

          Répondre
          Ca Se Saurait - 5 août 2015
  7. MERCI ! ! ! !
    Merci d’apporter des solutions constructives à ce sujet qui ne fait que me déprimer tant il est grave, et nié. Un problème face auquel les solutions sont généralement faire comme si de rien n’était (pour éviter le conflit) et laisser la “normalité” de cette situation se répandre, soit réagir et risquer une agression plus violente.
    Ton articles est très avant-gardiste car au-delà de dénoncer cette situation et de constater les deux seules solutions que je voyais (qui pour moi était choisir entre la honte de laisser faire et la peur de m’en prendre une (déprimant j’ai dit)) tu proposes de la répartie, du positivisme et SURTOUT de l’éducation.
    Tu m’offres une troisième vois que je cherchais mais ne parvenais pas à identifier.
    Merci.

    Répondre
    Eva - 20 juillet 2015
    1. Salut Eva,

      Merci beaucoup pour ton analyse, ça me fait très plaisir car c’est exactement l’esprit dans lequel je vis et dans lequel j’ai écrit l’article.
      La vie est ainsi faite et nous devons nous adapter au mieux pour nous et pour les autres sans se faire des névroses pour autant alors oui je crois que nous pouvons transformer chaque mauvaise chose en une bonne si nous prenons du recul et réfléchissons 🙂

      Très contente de t’y avoir aidé ! 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 20 juillet 2015
  8. Je suis d’accord avec toi quand tu dis qu’il ne faut pas se laisser pourrir la vie par ce genre de comportements.
    Sans vouloir nier ou minimiser le probleme voici quelques raisons de positiver :
    – que ce soit fait de façon grossiere, lourde ou un peu déplacé il faut se dire qu’à la base c’est parce que vous plaisez donc il faut essayer de prendre ça comme un compliment
    – il faut se dire qu’il y a beaucoup de personnes qui reçoivent aussi des remarques sur leur physique mais de façon négative car ils ne correspondent aux criteres de normalité : en surpoids, de petite taille, atteinte d’albinisme, de strabisme, etc..

    Personnellement je ne pense pas que le fait de répondre soit une bonne idée car comme tu le dis ce qu’ils cherchent en priorité c’est à attirer l’attention. L’ignorance totale genre “tu n’existes meme pas pour moi” “je suis bien au dessus de tout ça” est la meilleure.

    Apres en tant qu’ex “chasseur” (comme tu dis) je voudrais dire que comme d’habitude il ne faudrait pas mettre tout le monde dans le meme panier et ça me gene que tu désignes tes cibles par dragueur de rue ou chasseur.
    Je ne me suis jamais considéré comme “lourd” mais j’imagine que c’est pareil pour tout le monde : les lourds ce sont toujours les autres 🙂
    Je comprends que ça puisse te déranger suivant le moment et la façon dont c’est fait.
    Quand on est célibataire, il n’y a pas que les boites, les bars et internet pour rencontrer des gens, il y a aussi le quotidien. Tous les jours on a de multiples occasions de rencontrer des gens dans la rue, dans une file d’attente, au supermarché etc…
    Si on décide d’aborder quelqu’un on a souvent que quelques instants et pas 50 façons de le faire : soit classique (ce qui est souvent perçu comme “lourd”), soit avec humour, soit un peu à la provocation. Le probleme c’est que sans connaitre la personne et son état d’esprit du moment c’est vraiment un exercice délicat.

    Perso je n’abordais jamais les filles qui avaient un visage “fermée” c’est à dire qui avait l’air soucieuse, préssée ou qui semblait manquer d’assurance donc je vais un peu à l’inverse de ce que tu dis. Ce que je trouve attirant au premier abord , en dehors du physique pure c’est le sourire et l’assurance : c’est pour moi signe de quelqu’un de bien dans sa peau et d’ouvert.

    De façon encore plus général c’est vraiment dur aujourd’hui d’aller vers l’autre. J’ai encore en tete l’autre jour ou voyant un gars qui lisait l’Equipe j’ai fait commentaire en m’approchant et il m’a répondu : “je suis pas pédé moi : casse toi !” Et une autre fois une dame s’inquietait que je lui parle alors que c’était juste pour lui dire qu’elle avait fait tomber son foular. Mais j’avoue que je suis pareil et tres méfiant quand une personne inconnue m’accoste : toujours un peu peur qu’on me demande de l’argent, qu’on veuille me vendre un truc ou me faire signer quelque chose… De toute façon entre les casques sur les oreilles et/ou les yeux rivées sur nos smartphones on reste de plus en plus “isolés” au milieu de la foule. Mais bon on s’éloigne du sujet …

    Un petit conseil pour les “chasseurs” : j’avais remarqué que j’arrivais plus à entamer un dialogue avec une inconnue quand j’étais en costard. Alors soit c’est parce que je le porte tres bien soit c’est parce que socialement ça rassurait.

    Dernier petit truc concernant les compliments sur le physique.
    Dans la plupart des cas c’est pris comme ça doit l’etre : c’est à dire un compliment. Point barre. Dans d’autres cas effectivement ça engendre une sorte de gene. Comme tu le dis tres bien de nombreuses personnes manquent de confiance en elle et le plus grave je trouve c’est quand ça leur pourrie la vie. Et franchement les filles si y a bien un domaine où vous etes au top c’est au niveau des complexes que vous faites sur votre physique !

    Répondre
    Seb - 20 juillet 2015
    1. Salut Seb,

      Merci de ton témoignage de garçon, c’est intéressant. Après garde en tête qu’un commentaire, même pour nous dire que nous sommes belles, quand il vient de la part de quelqu’un avec qui nous n’avons pas envie d’avoir un échange (voire qui nous dégoûte) est une façon de “s’imposer à l’autre” qui peut être très désagréable quand elle est répétée dix fois par jour par des mecs de l’âge de ton père, c’est surtout là qu’est le problème.
      Tu dis ne pas aimer le terme dragueur mais quand un homme t’aborde uniquement parce que ton physique lui plait et qu’il a quelque chose en tête (même juste l’envie de te connaitre sans parler sexe immédiatement), c’est de la séduction. Comment voudrais-tu que je qualifie les hommes qui nous abordent dans la rue ?

      Quant au fait de répondre à ces hommes (ce que je ne fais pas non plus tout le temps mais souvent), oui l’ignorance serait, pour a tranquillité, la solution la plus évidente (quoique certains te harcèlent encore plus si tu les ignore ou augmente le niveau des insultes donc tu vois pas forcément) donc l’ignorance est parfois une solution mais si on veut faire passer un message elle ne l’est pas, or ce que je cherche est de faire passer un message. Mon message c’est que la séduction comme tu as l’air de le faire est ok mais les lourds qui imposent leur vision, commentent notre physique alors qu’on ne leur montre aucun intérêt etc. ça ça suffit. Il faut aussi malheureusement le vivre pour comprendre la haine et tout ce que ça peut engendrer en nous. J’ai le recul de ne pas plonger dans cette haine mais c’est loin d’être le cas de toutes les femmes. Elles font face à des comportements anormaux et par réaction parce que c’est vraiment relou, suréagissent, mettent tous les hommes dans le même panier et deviennent des ayatollahs de la relation humaine homme-femme dans la rue…que veux-tu, je préfère réagir comme je le fais pour que les hommes comprennent…tu comprends mieux mon point de vue ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 20 juillet 2015
      1. Le terme “dragueur de rue” convient tout à fait : je voulais simplement dire que tous n’ont pas le comportement que tu décris.
        Tu n’as jamais été séduite ou du moins fait connaissance avec quelqu’un qui t’avait abordée ?

        Répondre
        Seb - 21 juillet 2015
        1. Ha d’accord je croyais que le terme t’embêtais ^^
          Non, j’ai toujours fait connaissance dans un cadre privé, chez des amis ou autre, tous ceux qui m’ont abordés en extérieur ne m’ont jamais transcendé mais bon ça ne veut rien dire, tant mieux pour les autres si c’est le cas, ce que je dis ne veut pas dire qu’il ne faut pas se parler entre hommes et femmes à la recherche de l’amour en lieu public 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 21 juillet 2015
    2. Bonjour Seb !
      Pour compléter les réponses de ça se saurait :
      – Un compliment non désiré est une intrusion dans la vie privée, un manque de respect. On ne sort pas dans la rue pour ça. Tu nous trouves jolie, tant mieux mais garde le pour toi ^^
      – Comme ça se saurait, je n’ai jamais rencontré des gens dans la rue (quelle drôle d’idée!) mais toujours dans des contextes privées, des fêtes, la fac, les asso > s’investir dans une asso, aller à des conférences, des spectacles, participer à un projet de ton quartier > tu rencontreras des gens comme ça, facilement ! (je me suis fait un pote lors d’une fête de quartier on est était bénévoles pour monter les scènes ! J’ai aussi rencontré un mec via mon asso etc. L’excuse de “y’a que la rue pour rencontrer des gens” c’est faux, totalement faux.
      – Aborder une nana dans la rue juste parce qu’elle est jolie, c’est vraiment vraiment problématique. déjà elle est pas jolie pour toi, mais pour elle et en plus tu la déranges, et ça va vraiment falloir l’intégrer. Les gens comme toi dérangent les filles ! En plus ça veut dire que les autres personnes de la rue, rien à foutre ? La meuf pas très jolie, le papy, la maman tu veux pas aller leur parler ? (Oui j’ai lu ton commentaire, tu as dit que tu étais allé parler à un mec et une dame et tu t’es fait rembarré.. donc tu as arrêté si je comprends bien? Pourquoi tu n’arrêtes pas donc avec les filles puisqu’elles n’aiment pas ça ? )

      J’espère que tu vas arrêter du coup !

      Répondre
      Nanou - 30 novembre 2016
  9. Superbe article qui pourra en aider plus d’une ! Merci !

    Répondre
    Miss Tamara - 18 juillet 2015
    1. Merci la Miss 🙂
      Et toi tu réagis comment ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 18 juillet 2015
  10. J’ai a-d-o-r-é ton article, déjà il est super bien rédigé et agréable à lire, ta manière d’agir est vraiment top, je ne sais pas si j’oserai faire pareil dans toutes les circonstances car comme tu le dis, il faut être sûre de soi afin d’être crédible, ce qui n’est pas encore tout à fait mon cas mais tes conseils m’ont donné des idées, au cas où 🙂 Bisous bisous

    Répondre
    Subjective Fantasy - 18 juillet 2015
    1. Salut Mathou, merci beaucoup ça me fait très plaisir et oui voilà, je pense sincèrement qu’il faut garder notre bonne humeur et ne pas se pourrir la vie avec les choses qu’on ne peut changer ! J’ai vraiment tenu à l’écrire parce que je trouve qu’on se prend vraiment trop la tête sur ce sujet en ce moment (même si c’est chiant c’est vrai).
      Je te rassure il y a encore quelques années je n’aurais jamais été capable de répondre comme ça aux hommes dans la rue, c’est venu avec l’expérience ^^

      Répondre
      Ca Se Saurait - 18 juillet 2015