Pourquoi partir du principe que personne ne détient la vérité fait gagner du temps

C’est un principe tout simple dont je vais vous entretenir mais il me semble tellement oublié au quotidien qu’il ne fera pas de mal de le rappeler…

COERCIVE PERSUASION © Nicolas Monin Baroille

J’observe trop de mes contemporains tomber dans le piège de l’admiration…

Certes il est des personnes merveilleuses, fantastiques qui font grandir notre monde et nos pensées mais aucun être ne détient LA vérité, aucun être n’a pas de faille dans son raisonnement. Même si un spécialiste ou un connaisseur peut avoir un avis très intéressant sur un sujet, personne ne peut prétendre détenir “la clef ultime”, il y aura toujours une erreur, une nuance non saisie.

A partir de là, en gardant toujours en tête que la personne en face, malgré l’admiration sans borne que vous lui vouez, a autant raison que vous (ni plus, ni moins) vous fera gagner bien du temps et de l’énergie. Le temps perdu à suivre une pensée qui n’est pas la vôtre est un immense gâchis ! Adopter la pensée d’un autre vous mènera forcément à l’échec puisque si vous pensez que cette dernière va “miraculeusement” vous apporter LA solution, vous verrez tôt ou tard qu’il n’en est rien. Ne perdez pas d’énergie à suivre une voie qui n’est pas la vôtre.

C’est quasiment “simplet” comme raisonnement pourtant c’est essentiel de l’intégrer pleinement au quotidien tout en n’étant pas extrémiste. Il faut savoir écouter avec intérêt, sans juger mais tout en restant critique. Chaque raisonnement, aussi séduisant soit-il contient une part de vérité et une part d’illusions. Des vérités que chacun voit par le prisme de sa vie, de sa classe sociale, de ses expériences et qui donc ne peuvent qu’être personnelles.

” Tenter d’adopter la pensée de l’autre sans discernement, sans distance ni esprit critique c’est comme s’approprier les lunettes du voisin parce qu’on a la flemme d’aller prendre rendez-vous chez l’ophtalmologiste. C’est rapide, facile mais ça ne répond absolument pas à nos besoins réels.”

Que vous discutiez avec un ami, écoutiez un journaliste influent à la radio ou lisiez un livre de développement personnel, tentez de vous poser deux minutes et de vous rappeler que cette personne a ses faiblesses, comme vous. Si son discours paraît séduisant, logique, voire qu’elle semble vouloir l’imposer en “règle universelle”, ne vous oubliez pas, ne vous niez pas pour autant.

Certes de nombreux spécialistes ont une analyse digne d’intérêt mais parfois (souvent ?) le commun des mortels peut en avoir une meilleure. D’ailleurs la BBC s’est amusée dans son reportage Comment vous prenez vos décisions à poser un problème à des agents de services des renseignements et à un quidam concernant une potentielle menace terroriste : le seul qui a réussi à l’éviter… le quidam ! Pourquoi ? Parce qu’il n’avait pas de préjugés et d’idées toutes faites : il a regardé la situation et les éléments tels qu’ils étaient pour en tirer les meilleures conclusions.

Votre pensée est tout aussi importante, tout aussi légitime que ce que les “penseurs désignés” transmettent. Point de démagogie ici, c’est avant tout parce que la pensée mise en application dans la vie doit vous correspondre et que personne ne sait mieux que vous ce qui vous convient. Vous pouvez être perturbé, perdu mais cela ne rend pas la pensée de l’autre plus “vraie” pour autant. Elle reste un ersatz en attendant que la vôtre revienne.

Tenter d’adopter la pensée de l’autre sans discernement, sans distance ni esprit critique c’est comme s’approprier les lunettes du voisin parce qu’on a la flemme d’aller prendre rendez-vous chez l’ophtalmologiste. C’est rapide, facile mais ça ne répond absolument pas à nos besoins réels.

“Votre pensée est tout aussi importante, tout aussi légitime que ce que les “penseurs désignés” transmettent.”

 

vérité

Alors arrêtons si vous le voulez bien d’attendre de l’autre une réponse miracle puisqu’elle ne viendra jamais. C’est cruel je sais, c’est emmerdant parce que ça nous arrangeait bien de penser comme ça et d’attendre tant de l’autre, c’était presque excitant même d’aller chercher cette vérité ailleurs… comme une quête qui ne prend jamais fin et qui donne une raison de vivre, d’espérer.

Mais douchez bien vite vos espoirs en la matière et gardez en tête que personne ne détient jamais totalement la vérité. Vous gagnerez du temps pour mieux apprendre à penser par vous-même.
Vous devez aussi comprendre que beaucoup de personnes qui passent leur journée à vouloir se faire écouter, à “transmettre” n’ont pas toujours des intentions louables. Elles n’assouvissent parfois là qu’un besoin de pouvoir sur autrui. Elles ne s’en rendent pas forcément compte mais parfois tout ce qu’elles cherchent à travers leur façon de vouloir à tout prix vous convaincre et vous aider c’est la gratification personnelle, le succès, l’enviable place de “guide”.

Cette façon de penser peut-être illustrée par la bataille qui fait rage en ce début de siècle entre la science toute puissante qui pense qu’une chose n’existe pas si elle n’est pas prouvée et évaluée à de multiples reprises et la religion qui pense que tout a un sens et que notre Univers a été créé par un Dieu. Et pourquoi diable n’y aurait-il pas du vrai dans les deux ?! Comme la physique quantique tend à nous le démontrer, nos pensées pourraient modeler notre réalité mais une réalité physique existe également qui est soumise à des règles précises et plutôt immuables. Bref je pense qu’il est intéressant d’imaginer que ce qui se rapproche le plus de la vérité est entre les deux.

” Le doute ne paralyse pas, il ouvre au contraire de multiples possibilités, laisse la place à l’erreur et n’érige personne en Dieu.”

citation kant

Il faut faire le deuil de “la vérité”. Elle est plurielle, elle s’exprime et se perçoit selon chacun et ne pourra jamais être saisie. Il n’y a pas de mal à penser ainsi : à ne pas être pétri de certitudes.

En quoi le doute est-il mauvais ? Depuis quand empêcherait-il de penser et même de vivre ?

Le doute ne paralyse pas, il ouvre au contraire de multiples possibilités, laisse la place à l’erreur et n’érige personne en Dieu. Le doute mène au partage, à la pondération, à la réflexion et, s’il  n’est pas rassurant, il est apaisant et libérateur. Apaisant parce qu’il nous affranchit de cette impossible tâche de fixer notre esprit sur une seule façon de penser. Libérateur parce qu’il remet l’individu au centre de sa vie : celui où personne d’autre que lui-même ne peut lui dicter la façon dont il doit vivre. Il autorise le mouvement, le changement; ne nous fait pas culpabiliser. Rien n’est irréparable si nous sommes ouverts à la remise en question et parallèlement la non remise en question des autres est réparable. Nous pouvons l’acquérir à n’importe quel moment de notre vie. Si vous avez suivi toute votre vie des chemins de pensée dictés par les autres il n’est jamais trop tard pour en sortir.

“Si l’être humain se permettait plus souvent le doute, s’il remettait plus souvent en question ceux qui s’érigent en penseurs, en guides, il commettrait moins souvent d’erreurs, il ne tuerait pas au nom d’une religion, il réfléchirait avant d’agir guidé par l’esprit de groupe.”

Si l’être humain se permettait plus souvent le doute, s’il remettait plus souvent en question ceux qui s’érigent en penseurs, en guides, il commettrait moins souvent d’erreurs : il ne tuerait peut-être pas au nom d’une religion et il y réfléchirait à deux fois avant d’agir guidé par l’esprit de groupe en faisant fi de sa “petite voix intérieure”.

 

C’est mon avis, que vous êtes invités à ne pas adopter sans discernement ^^

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (24)

  1. “Si l’être humain se permettait plus souvent le doute, s’il remettait plus souvent en question ceux qui s’érigent en penseurs, en guides, il commettrait moins souvent d’erreurs, il ne tuerait pas au nom d’une religion, il réfléchirait avant d’agir guidé par l’esprit de groupe.”

    Lors de ces derniers siècles, ce n’est pas la religion qui a commis des massacres… mais toutes les autres inventions humaines, j’en cite dans un ordre chronologique :
    Quête de territoire et richesse
    Lavage ethnique
    Esclavage
    Colonisation organisée
    Suppression de l’histoire d’autrui et redessiner leurs frontières
    Manipulations et mensonges pour diviser l’humanité
    détruire des pays au nom de la démocratie et l’énergie fossile

    Arrêtez de prendre les français pour des cons!!

    Répondre
    François - 20 septembre 2018
    1. Mais quel commentaire constructif et emprunt de gentillesse François…

      Savez-vous que vous n’êtes pas obligé de commenter tous les propos qui vous débectent ? Et savez-vous que vous pouvez aussi publier vos propres articles et avoir la joie de les voir ensuite commentés de manière si charmante.

      Surtout, n’hésitez pas, vous verrez c’est un régal de se voir parler de manière aussi brutale par ceux qui, dans la vraie vie, n’oseraient jamais faire ainsi.

      Au passage, ce qui est dit dans l’article est précisément une invitation à réfléchir par soi-même, ce qui n’a absolument rien d’incompatible avec ce que vous dites. Vous semblez avoir compris que je ne parlais là que des religions, ce qui n’est absolument pas le cas (c’était un exemple parmi d’autres). Le sujetde la religion semble particulièrement vous toucher, ce que je peux concevoir, mais ça n’est pas une raison pour être désagréable et frôler l’insulte.

      A bon entendeur et dans la joie et la bonne humeur !

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 20 septembre 2018
  2. Dit comme ça le mot “vérité” parait assez abstrait. La majorité des gens ont déjà du mal avec la franchise alors la “vérité” …

    La vraie question serait plutôt de savoir : la vérité qui veut l’entendre?

    Si chacun se poserait la question et y répondrait en toute franchise en comprenant ce que cela implique dans sa vie de tous les jours je pense qu’il y’aurait sûrement beaucoup moins de curieux ^^

    Répondre
    Eric - 23 janvier 2016
    1. Ha ça l’envie d’entendre la vérité c’est effectivement un grand problème !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 24 janvier 2016
  3. […] nous en parlions il y a peu dans Pourquoi partir du principe que personne ne détient la vérité fait gagner du temps, aucun « maître à penser » n’est infaillible, ce sont même avec leurs airs confiants […]

  4. Presque admis … par ceux qui décident de se poser honnêtement la question, bien sûr, et de creuser le sujet. Qu’ils soient plutôt spiritualistes, ou bien un peu plus matérialistes, leurs « conclusions » convergent désormais, à commencer justement par les scientifiques qui restent médusés devant cet imbécile d’électron qui est à deux endroits à la fois.
    La matière s’effiloche tout doucement, apparaît derrière une trame plus énergétique, plus informationnelle, à découvrir et qui annonce peut-être un changement majeur de vision du monde. La science quantique n’en est qu’à son enfance et nous réserve probablement bien des surprises.
    Comme disait un de ses précurseurs, Albert Einstein : « Dieu ne joue pas aux dés ; il est subtil mais pas trompeur ». A l’aube de sa mort, il se déclarait prêt à remettre totalement en question ses propres travaux pour y dénicher son erreur. Chapeau l’humilité !
    Pour ma part, qu’il existe UNE source, et qu’elle soit intérieure, ne sont pas des hypothèses incompatibles, bien au contraire. Il suffit qu’elle se divise et se diversifie, afin d’expérimenter, ce qu’elle fait le mieux d’ailleurs dans tous ce qu’on peut observer dans la nature. Je pense aussi que la vérité sur le sujet est au moins en partie disponible, accessible, et que certains l’ont tutoyée et nous ont légué un enseignement précieux. Mais je sais que là-dessus, nos opinions diffèrent et c’est ce qui fait la beauté de ces échanges pleins de respect. Puissions-nous justement en discuter longtemps, c’est très sain pour l’esprit je pense.

    Répondre
    Fabien - 1 décembre 2015
    1. Oui, tu as raison pour ce qui est d’échanger de manière longue, respectueuse et apaisée car tu m’emmènes sur tes contrées ce qui est très intéressant, eh bien pour ce sujet je n’aurais rien d’autre à ajouter mais je dis vivement la prochaine fois ! 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 2 décembre 2015
    2. Je viens de trouver dans le livre de Frédéric Lenoir “La guérison du monde” un passage qui m’a convaincue sur le sujet de la vérité qui me perdais totalement ces derniers temps et que je crois tu vas aimer :
      “[l’existence des trois religions monothéistes révélant chacune sa vérité a procédé à] un choc des vérités ultimes qui a eu historiquement pour effet de discréditer l’idée-même de “Vérité Révélée” au seind e l’occident moderne. […] Ce qui domine aujourd’hui dans la modernité c’est donc une certaine conception relativiste de la vérité. “Qu’est-ce que la vérité?” : cette interrogation fait évidemment écho à un célèbre passage des Évangiles. Interrogé par Pilate, Jésus affirme : “Je ne suis né et je ne suis venu dans le monde que pour rendre témoignage à la vérité.” Ce à quoi Pilate fait cette réponse “Qu’est-ce que la vérité ?” André Comte-Sponville commente ainsi ce dialogue : “Que la question ait été posée par le chef d’une armée d’occupation – juste avant qu’il ne se lave les mains pendant qu’on crucifie un innocent – devrait nous inciter à davantage de vigilance. S’il n’y a pas de vérité ou si on ne peut pas du tout la connaître, quelle différence entre un coupable et un innocent, entre un procès et une mascarade, entre un juste et un escroc ? Le philosophe souligne à juste titre qu’il ne conviendrait pas de jeter le bébé avec l’eau du bain : ce n’est pas parce que l’horizon ultime de la vérité nous échappe qu’il faut renoncer à discerner le vrai du faux.”

      Voilà, je suis apaisée, j’ai enfin mis le doigt sur ce qui me dérangeait, j’ai compris, je vais pouvoir continuer à avancer plutôt que me torturer l’esprit 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 16 décembre 2015
      1. Quiconque la recherche sincèrement et simplement ne peut que la trouver.
        Tiens ça me fait penser à un chant de Kabir (que j’utilise en préface de tu sais quoi) :
        « Où me cherches-tu, l’ami ?
        Je suis là avec toi.
        Je ne suis ni dans l’idole
        Ni dans le pèlerinage
        Ni dans l’isolement
        Aux confins du monde
        Ni dans le temple
        Ni dans la mosquée
        Je suis en toi, l’ami
        Ni dans la prière
        Ou les austérités
        Ni dans la discipline ou le jeûne
        Je ne suis ni dans les bonnes actions
        Ni dans le yoga ou le renoncement
        Ni dans un livre sacré
        Ou au sommet d’une montagne
        Ce que tu cherches, l’ami
        En un instant tu le trouveras
        Je te le dis, l’ami
        Je suis dans la foi. »

        Répondre
        Fabien - 17 décembre 2015
        1. Oui, c’est finalement très simple 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 17 décembre 2015
  5. La vérité existe là où on veut bien la voir. On a chacun nos propres vérités non ? Et si on est en quête d’une vérité, c’est plutôt rassurant d’entendre celle des autres et de prendre des réponses quelque part. Ce qui est dangereux c’est de tomber dans l’extrême et de ne pas voir que certains aiment manipuler les esprits. Prendre du recul n’est pas toujours évident mais nécessaire. Croiser les sources, de faire sa propre idée. C’est ce que j’ai essayé de faire comprendre à une de mes élèves qui me révélait jeudi que “oui madame, tous les élèves savent que vous sortez avec le prof de techno parce que on le voit toujours avec vous !”. C’est clair qu’il est pas mal du tout et fort sympathique mais non, les élèves ont fumé la moquette visiblement ! 😀 (je ne lui ai pas répondu ça hein…)

    Répondre
    Austenland - 30 novembre 2015
    1. Oui complètement et en fait il faut juste, je pense, comprendre, que les autres et leurs discours doivent se limiter à être “inspirants”, il ne faut pas trop en attendre car on sera systématiquement déçu et heureusement, ça veut dire qu’on est tous un peu au même niveau ^^ (même s’il y a des intelligences plus fulgurantes que d’autres c’est évident).

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 novembre 2015
  6. Qu’elle existe !
    Peut-il vraiment en être autrement ? Sinon, nous ne serions pas en train d’en discuter, non ? Comme disais Pascal : « Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé ».
    Je pense que tu as complètement raison de mettre en garde contre les usurpateurs, les malveillants, ainsi que contre la facilité de ne pas suffisamment penser par soi-même, de tomber dans le piège de l’admiration, comme tu dis, de prendre les lunettes du voisin, et ses illusions dans le même temps.
    Mais faut-il pour autant « faire le deuil de la vérité » ? Quelle qu’elle soit, elle EST, nécessairement, en tant que cause première indispensable. Sinon, il va falloir qu’on m’explique 2 ou 3 choses sur l’existence du monde qui nous entoure. Je n’ai jamais vu un mouvement ne pas être initié…
    Mais j’imagine que tu parlais du deuil d’une vérité partielle et partiale, accaparée, imposée, prêchée, qui fait plus de dégâts qu’autre chose. Et là je te rejoins complètement, comme concernant les puériles guéguerres religion / science, ou esprit / matière. La vérité englobe tout cela et s’amuse probablement des gesticulations humaines pour la découper, l’étiqueter et y planter un drapeau. D’ailleurs religion comme science n’ont été séparées que par l’orgueil et l’ignorance de ses représentants « officiels », en coulisse les réels « savants » ont gardé intact un enseignement unifié.
    Je crois comme toi que cette vérité immanente et transcendante nous est offerte à chacun dans les replis de notre âme, avec notre couleur personnelle, qu’elle frappe à chaque seconde à la porte pour être reconnue et aimée (la « petite voix intérieure » qui conclue ton article).
    Je pense qu’elle est aussi à l’œuvre dans les merveilles de beauté et de précision de la nature, qu’il s’agit de la même et que si nous peinons à en prendre conscience, elle nous envoie des « messagers » pour nous soutenir et nous orienter. Ceux-ci seront désintéressés et se garderont de se présenter comme tels, mais leur douceur et la pureté de leurs intentions seront une évidence.
    Je me suis délecté de ton dernier paragraphe sur le doute, apaisant et libérateur. Il me semble qu’on peut sainement continuer à douter chaque matin, sans pour autant exclure qu’une source universelle lumineuse de bienveillance, de sagesse et de vérité (que d’efforts pour ne pas dire D… !) (pré)existe, que sa « trace » a traversé les siècles discrètement, et que certains en aient une meilleure connaissance ou ressenti, à offrir…
    Dans toute recherche philosophique et spirituelle, j’ai l’impression qu’il y a comme un entonnoir ; au fil des années on a viré tout un tas de rigolos et de copieurs-colleurs, mais il reste une poignées de sources étrangement et joliment convergentes… hasard ???
    Comment faire court avec un tel sujet, tu exagères !! Allez stop, je livre ça en pâture avec toutes les inévitables approximations quand on essaie de parler d’un indicible.
    Merci pour agiter nos esprits.

    Répondre
    Fabien - 28 novembre 2015
    1. Tu fais bien de préciser avec force détails car en fait mon doute me fait aller jusqu’à douter de choses qui effectivement sont certainement intangibles et réelles qu’on ne peut en douter (mais c’est mon propre de douter de tout, même du physique qui aurait l’air immuable et qui, qui sait n’est peut-être qu’une illusion lui aussi). Donc oui je pense également qu’il y a certaines vérités : notre monde physique, certaines règles “animales” du plus fort, le monde dans lequel nous vivons et ses règles physiques mais ces mêmes règles peuvent parfois faire des exceptions, on le voit avec certains phénomènes “paranormaux”. Donc oui en ce sens il y a une vérité 🙂
      En revanche je en crois pas personnellement en un Dieu même si je suis très spirituelle. Je ne crois pas en une entité ou un bonhomme suprême. Si je devais décrire ma vision des choses (qui n’est pas fixe), je dirais que nous sommes sur Terre pour une bonne raison, expérimenter la vie physique avec ses dures règles pour expérimenter nos esprits et arriver à trouver la paix et le bonheur à travers la souffrance et le malheur mais il existerait un autre endroit où nos esprits vont, se retrouvent et agissent quand nos corps nous quittent mais où nous sommes égaux ou avec peut-être une sorte de hiérarchie, de “rôles” mais pas avec une entité suprême, pour moi la lumière, la bonté sont des caractéristiques que nous avons à la base, touts et le but du jeu serait justement de les entretenir, d’arriver à les garder et les chérir malgré les vicissitudes de l’existence 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 novembre 2015
      1. Il est désormais presque admis que le monde matériel est une illusion nécessaire, comme tu le dis qui s’adapte à nous, que nous co-construisons (même si certains semblent co-détruirent, mais ça c’est une autre question, quoique…).
        Il reste juste à savoir pourquoi une telle débauche d’effets et de perfection, hasard incroyable ou intelligence et volonté ?
        Dans le premier cas, c’est l’absurdité, pourquoi pas ? Dans le second cas, nous « tombons » sur Dieu. C’est vrai que la science nous l’a bien ridiculisé, ce mot, et les religions nous l’ont fait détester, créant ainsi un inquiétant vide spirituel.
        Mais si on oublie l’image CONSTRUITE de l’être supérieur (mâle et barbu), et qu’on y substitue une énergie source aimante, on peut avancer humblement en compréhension, sans dogme, peut-être, avec un esprit religieux, au sens premier, et non endoctriné.
        Si comme tu le supposes (et je suis 100% d’accord), nous sommes sur Terre pour bâtir notre propre évolution, l’absurde n’est plus de mise et un merveilleux plan est bien à l’œuvre, ici par moments et dans cet « autre endroit » que tu mentionnes.
        Prétendre le décrire ou le concevoir dans sa globalité est sûrement prétentieux, mais s’en approcher pas à pas, chacun avec sa sensibilité, et à certaines occasions grâce à des esprits plus éclairés que nous, devient possible, voire souhaitable.
        Sans orgueil, sans certitude et sans violence, car comme tu le dis ceci est « un jeu », dans lequel nous exerçons notre plus beau cadeau, le libre arbitre.
        Mais l’issue de ce jeu est-elle si aléatoire que ça ? Et si Dieu (toujours pas une entité qui règne bien entendu !) a créé les règles du jeu, et que nous sommes nous même créateurs de la « réalité », alors est-il finalement si « extérieur » que cela ?

        Répondre
        Fabien - 1 décembre 2015
        1. Non justement je ne pense pas qu’il soit extérieur c’est pour cela que je ne pense pas qu’il existe “UNE” source, ou une “entité” mais comme aucun de nous sait on peut en discuter longtemps ^^
          Je pense aussi (pour travailler à un dossier sur le théorie de l’évolution en ce moment) que ça fait beaucoup de hasard et donc je penche plus pour d’autres thèses, enfin c’est compliqué mais l’essentiel est que chacun y réfléchisse et cherche en soi ou à l’extérieur un sens à tout cela.
          Quand tu parles de “fait presque admis” j’imagine que tu exclus pas mal de gens alors parce que je n’en vois pas beaucoup croire fermement aux “illusions nécessaires”, la science est encore très puissante et beaucoup n’admettent pas tout ce qui en sort. Comme si elle était la nouvelle religion.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 1 décembre 2015
  7. Il me semble que ta proposition se décline bien à un de tes thèmes d’intérêt : la nutrition. Chaque corps est spécifique, a son histoire et ses particularités : à mon sens, même les thèses les plus solides doivent passer par le filtre d’une expérimentation personnelle. Dans cette logique, les retours d’expérience que tu as partagés m’ont particulièrement intéressé

    Répondre
    Guillaume - 28 novembre 2015
    1. Oui c’est exactement ça et personne ne peut prétendre être totalement objectif, ne rien attendre des choses ou ne pas avoir de pensées finalement, donc partant de ce principe rien n’est “neutre” puisque tout est vu à travers nos esprits en permanence en branle et comme nos esprits construisent notre réalité en l’influençant (très simplement au quotidien en ne voyant les choses qu’à travers nos prismes et peut-être bien plus qu’on ne l’imagine comme le laisse penser la physique quantique), il n’y aurait jamais une vérité puisque la réalité serait principalement ce que l’on en ferait.
      Merci pour ton gentil mot 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 novembre 2015
  8. Très belle vision, merci pour cet article. je suis pratiquement d’accord à 100%…mais je me laisse quand même une marge de manoeuvre^^. La physique quantique en effet permet de relier la science et la conscience. Mais comme tu dis il n’y a pas une vérité. Bien des choses sont expliquées par la religion, d’autres par les mathématiques, la physique, la nature… Il n’y a pas une vérité mais SA vérité, tout le monde détient la vérité en soi.

    Bonne journée

    Jeremy

    Répondre
    Jeremy opinet - 28 novembre 2015
    1. Oui c’est difficile à expliquer (et je n’ai pas encore une opinion fixée sur le sujet^^) mais peut-être qu’il y a des choses qui “sont”, (donc sur lesquelles il y aurait une vérité (comme par exemple a raison pour laquelle nous sommes là si il y en a une) et en même temps d’autres, au quotidien sur Terre où tout serait fait pour s’adapter à nous et donc n’aurait de réalité que celle que nous lui trouvons.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 novembre 2015
  9. Même si elle ne peut être entièrement détenue, l’essentiel est qu “elle” existe, cette vérité, non ? Après,il y a en effet plein de façon de la chercher, ou pas…

    Répondre
    Fabien - 27 novembre 2015
    1. Tu crois ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 27 novembre 2015
      1. Qu’elle existe ou qu’il y a plein de façons de la chercher ?

        Répondre
        Fabien - 27 novembre 2015
        1. Qu’elle existe 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 27 novembre 2015