Nous sommes tous reliés

FacebookTwitterMore...

Ce matin en partant au travail je descends dans ma rue et tombe nez à nez avec des camions de pompiers, la police et devant le SPAR où je vais tous les jours un drap tendu.

Crime spar nice

Personne ne semble pressé. Je comprends que quelque chose de grave est arrivé.

La caissière d’une quarantaine d’année avec qui je discutais un peu tous les jours et qui m’avait touché par sa gentillesse et son sourire venait de se faire tuer par son compagnon à coup de fusil.

A 9h30 du matin ce jeudi.

Un homme qui après avoir accompli son forfait a retourné son arme contre lui.

Il la laisse froide sur le carrelage de sa supérette avec son fils de 6 ans qui ne profitera plus du beau sourire de sa maman. Un sourire que je n’avais pas aujourd’hui. Moi la fille venue seule d’une autre ville et qui rentrait seule tous les soirs chez elle. Parfois le sourire et la conversation de cette femme étaient mes seuls rayons de soleil de la journée. Comme personne ne m’attendait chez moi je m’attardais à discuter. On parlait des alcooliques qui venaient chercher leurs bouteilles de bon matin. Elle m’avait aidé à choisir des produits pour un panier de Noel que j’avais offert à un SDF de la rue et elle avait mis tout son cœur à m’aider pour choisir les chocolats qui lui feraient plaisir. Toujours souriante, d’une patience d’or et le regard complice.

Aujourd’hui cet homme en la tuant a meurtri les centaines de gens dont cette femme était le rayon de soleil.

Nous sommes tous reliés alors aujourd’hui plus que jamais pensez que chaque chose que vous faites se répercute sur vos voisins et à leur tour sur les leurs.
Dans la vie d’une personne dépressive, un sourire peut lui ôter l’envie d’en finir. En revanche bousculez la même personne ce jour-là plutôt que de lui sourire et le soir en rentrant sa décision est prise, et il ou elle passe à l’acte, ne voit plus l’intérêt de rester sur cette Terre entourée d’autant de merde.

Vos gestes les plus infimes et les plus infâmes ont toujours des répercussions.
Pensez-y chaque jour et efforcez-vous d’être la meilleure personne possible pour votre entourage.

Ainsi on pourra changer le monde. C’est à vous d’en décider avec vos gestes et vos microdécisions chaque jour. Car non “ce n’est pas la vie”, non ce “n’est pas comme ça”. La vie c’est l’ensemble de nos décisions individuelles assemblées.
A vous maintenant de décider ce que vous voulez en faire.

Cette femme a été victime d’un “crime passionnel”.
Le mois dernier encore dans mon immeuble j’étais la seule parmi la centaine de nos voisins à appeler la police alors qu’un homme hurlait sur sa femme en cassant sa fenêtre. Ahuris, les voisins aux fenêtres d’en face me regardaient téléphoner à la police et, lorsque je leur demandais s’ils pouvaient m’indiquer la fenêtre et l’étage pour les indiquer à la police, m’ont regardé, ont fermé les volets et se sont tapis chez eux. Ce monsieur a cassé sa fenêtre deux fois dans la semaine et à chaque fois j’ai été la seule à appeler la police (police qui m’a confirmé au passage que j’avais bien fait).

Voilà comment sont la plupart d’entre vous, vous mes congénères terriens avec qui je vis chaque jour. De quoi avoir envie de gerber.

Voilà notre monde, votre monde où chacun se regarde le nombril et n’a même pas le courage d’appeler le 17 bien planqué chez soi quand la voisine hurle.

Peut-être que cette caissière aussi ne serait pas morte si la société entière n’avait pas laissé croire à son compagnon qu’il pouvait disposer d’elle comme il voulait et que jamais personne ne réagirait.

Regardez-vous chaque matin dans la glace et pensez à cela.

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (22)

  1. […] je vous en parlais déjà avec les femmes battues qui se font assassiner en janvier 2015 et la responsabilité collective que nous avons face à […]

  2. Je t’ en prie c’ est juste la vérité.
    Longue vie à toi. Et merci de m’ avoir répondu.

    Répondre
    johanna - 25 février 2015
    1. 🙂 (et <3)

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 26 février 2015
  3. Tellement triste pour cette dame.
    Si tu pouvais savoir à quel point tu viens booster mon mental.
    J’ ai l’ impression d’ avoir mûri grâce à ton article.
    Et d’ avoir compris le sens de la vie.
    Un grand MERCI à toi Sabrina qui prend du temps pour rédiger tes articles.

    Répondre
    johanna - 25 février 2015
    1. Oh merci Johanna pour ce super commentaire <3
      Je l'ai vraiment écrit sous le coup de l'émotion, de l'impulsion et de la colère et des fois faut croire que ce sont les meilleurs articles 🙂
      Merci à toi parce que c'est grâce à des commentaires comme le tien que je trouve l'envie de continuer à écrire malgré les heures de travail.

      Merci à toi <3

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 25 février 2015
  4. Piouf…article poignant…
    En tout cas ça nous remet en question et dans mon cas ça m’a remis les idées en places. Je ferai en sorte de sourire et de parler plus à ces “pas si inconnus que ça” que je croise tous les jours.
    Merci pour ton témoignage

    Répondre
    mummymoonie - 6 février 2015
    1. Merci pour ce gentil commentaire Mummy et même si il faut agir en “gentillesse” tous les jours, il faut aussi parfois savoir s’énerver et réagir en méchanceté aussi 🙂

  5. C’est très dur tout ça.
    Quand on ne côtoie pas toute cette violence, on se dit qu’on est privilégié.
    Je crois comme toi, qu’il faut faire preuve de bienveillance à l’égard de chaque personne, juste parce que c’est normal et que c’est bon pour tous.
    Merci pour ton article, qui sort du train-train de la blogo et qui a beaucoup de sens.
    Bises,
    Marie.

    1. Et merci à toi Marie d’avoir écrit ce gentil message 🙂 (on sent ta bienveillance justement haha !)

  6. Il y a longtemps, j’ai aidé une personne qui se faisait taper dessus, pourtant, elle m’était inconnue mais JE NE POUVAIS PAS ne rien faire.

    Répondre
    Agnès - 31 janvier 2015
    1. C’est très courageux 🙂
      Quelle était la situation ?

  7. super article ! mais dans quel monde on vie 🙁

    Répondre
    buterfly57 - 30 janvier 2015
    1. Merci Buterfly 🙂
      J’espère surtout que ce genre d’article fait réfléchir tous ceux (et ils sont nombreux ne nous voilons pas la face) dont le courage s’est endormi…

  8. Je partage ton chagrin. Décidément ce début d’année est bien sombre…
    Je suis d’accord avec toi et essaie d’être toujours aimable et égale, quand c’est à la caisse d’un supermarché ou avec une femme de ménage, mais bon, je ne suis pas le dalaï lama non plus… Ce matin j’ai hurlé des insanités et fait des gestes avec mon majeur à un automobiliste en gros 4×4 crossover qui squattait la file de gauche à 90km/h… Y a encore un peu de boulot !
    Tu connais peut être déjà, mais dans l’idée, il y a un livre que j’aime beaucoup, c’est “les 4 accords toltèques” dont l’un des 4 préceptes principaux est “que ta parole soit impeccable”. Et c’est exactement ce que tu décris.
    Bon courage pour ce soir ! 🙂

    Répondre
    Marike & Co - 30 janvier 2015
    1. Oui, après être aimable c’est la base je dirais (et péter un câble quand c’est justifié ça aussi c’est très bien, cela montre à la personne qui a fait une mauvaise chose qu’il y a réaction de la part des autres quand elle agit ainsi donc s’énerver est aussi une bonne chose^^) mais ce qui me sidère vraiment c’est l’inaction au quotidien, parce que quand les valeurs sont ancrées dans le cerveau elles se transforment en actes. En appel au 17 quand vous entendez la voisine se faire taper, par exemple et même cela peu le font aujourd’hui donc c’est surtout réagir quand il le faut que nous devons apprendre ou réaliser tout du moins.
      J’aime bien les livres de développement personnel mais cela fait quelques années que j’essaie de trouver ma vérité car celle dans les livres est toujours reliée à l’état d’esprit de son auteur, j’ai trop tendance à me calquer à un état d’esprit quand il me plait alors je refuse toute influence, c’est mon chemin mais merci quand même (sinon oui je connaissais avec le nombre de blog qui en parlent!)^^

      1. Je n’ai jamais été dans cette situation… Alors on peut dire “si…” mais on ne sait jamais vraiment… plus récemment, j’ai grillé un voisin sur le point de lever la main sur son chien… Il s’est arrêté quand il m’a vue mais je sais très bien que c’est ni la 1ère ni la dernière fois… Malheureusement s’il y a peu de recours pour les violences conjugales, il n’y a presque rien pour les violences faites aux animaux… Bon, je lui ai quand même dit ma façon de penser… Pas très poliment d’ailleurs… (d’aucuns disent que j’ai mauvais caractère…) Mais ça c’est clairement un truc qui me fait partir comme une fusée !!!
        C’est pas toujours facile de trouver un équilibre entre colère (donc d’une certaine façon violence, ne serait-ce que verbale), valeurs, conscience et ingérence… Mais tu as raison, à notre petit niveau à chacun, on peut faire une différence !!
        Encore courage à toi pour les jours à venir !

        Répondre
        Marike & Co - 30 janvier 2015
        1. C’est bien de ne pas hésiter à montrer sa désapprobation parce que c’est ce qui s’appelle agir en accord avec sa conscience 🙂

  9. Le silence est une grande lâcheté

    Répondre
    Bernieshoot - 30 janvier 2015
    1. Exactement et force est de constater (et pas qu’avec cet événement) que nos concitoyens sont devenus très lâches !

  10. Comme c’est triste… j’essaie de ne pas trop culpabiliser les gens qd ils me disent que c’est leur faute si telle chose est arrivée, que parfois, les décisions sont prises et que rien n’y change. Mais on ne peut pas s’empêcher de se dire “et si…”. Et si j’avais appelé mon amie, est-ce qu’elle serait encore là?…
    Jolie article quand même, il faut qu’on fasse attention les uns aux autres, même si on ne se connait pas, c’est important. Bises et tellement désolée pour cette dame, pour ce petit bout…

    Répondre
    Magali - 30 janvier 2015
    1. Oui, ce n’est pas notre faute si des dégénérés prennent les armes mais c’est la faute à la société dans son ensemble qui leur laisse croire qu’ils peuvent faire du mal. La violence conjugale est un fléau et très peu de gens la dénoncent alors qu’ils savent que leur voisine se fait frapper, l’emprise psychologique est telle que je ne demande pas d’aller discuter avec la femme en question, souvent cela ne changera rien elle a besoin elle même de réaliser les faits mais appeler le 17 c’est arrêter ce soir-là la dispute et c’est surtout faire comprendre au violent que la société, ses voisins et l’ensemble des gens qui l’entourent condamnent son comportement. Trop d’hommes violents ont une sensation de toute puissance car ils voient bien que tant qu’ils ne tuent pas leur conjointe on ne leur fera rien. Aujourd’hui les hommes violents le peu de fois où ils sont condamnés ne prennent que rarement de la prison ferme et ne subissent même pas le regard désapprobateur des voisins alors que voulez-vous qu’ils pensent ? Ils pensent que personne ne les empêchera de faire de leur femme leur objet et ça va jusqu’au jour où quand la femme en a marre ou se rebelle hé bien on la menace, et parfois on passe à l’acte.

      Voilà notre triste société et voilà où est notre responsabilité à tous, ne nous voilons pas la face.

  11. Un article très touchant

    Répondre
    santecouple - 29 janvier 2015