Pilule : quand l’industrie parle du corps des femmes… sans elles !

En tapant “arrêter la pilule” ce matin sur Google j’ai eu la surprise de trouver tout en haut des résultats de recherche, en lien sponsorisé, un tout nouveau site crée par Biogaran pour que nous arrêtions “d’avaler n’importe quoi sur la pilule”

biogaran pilule

Un site où, pour rassurer les femmes, la firme a tout simplement choisi… de les effacer du décor !

Vous avez quelques minutes ? Dites-nous si vous avez été satisfaite de la pilule ou si  vous avez eu des effets secondaires. Venez répondre à notre sondage “les femmes et la pilule” ! Déjà 3 000 répondantes (disponible jusqu’au 18 avril 2017

De plus en plus de femmes décident de se passer de la pilule parce qu’elles trouvent injustifié de prendre un médicament (avec les effets secondaires bénins et graves que cela comporte) alors qu’elles sont en pleine santé. Face à la multiplication des témoignages de femmes qui racontent comment elles souffrent d’acné et de troubles du cycle jusqu’à plusieurs années après l’arrêt de leur pilule, face à ces femmes qui libèrent la parole et n’ont plus peur de dire qu’elles en ont marre de voir leur libido en berne, d’avoir des migaines ou des mycoses à répétition à cause de la contraception hormonale, Biogaran a riposté avec un site visant à “mettre fin aux idées reçues sur la contraception orale”. Site où pas une seule femme n’est visible !

On voudrait montrer publiquement comment on écarte la parole des principales concernées que l’on ne s’y prendrait pas mieux…

Je vous laisse réfléchir par vous-même au crédit que l’on doit accorder aux sites réalisés par des firmes qui ont des intérêts financiers de plusieurs millions d’euros annuels et paient des équipes de communicants pour faire figurer en haut de page Google des sites qui prétendent nous procurer les “bonnes informations”… La marque annonce de toute façon en toutes lettres dans ses mentions légales que “ce site fournit à l’utilisateur des informations à titre indicatif” et qu’elle “ne garantit ni leur exactitude, ni leur exhaustivité et ne saurait être tenue responsable en cas d’erreur”. En d’autres termes de la “bonne information” mais ni forcément exacte ou complète. Oui donc pas de l’information mais ce que Biogaran a envie d’écrire quoi 🙂

dangers pilule

On voudrait montrer publiquement comment on écarte la parole des principales concernées que l’on ne s’y prendrait pas mieux…

En plus de ne fournir aucune réponse réellement sourcée, Biogaran joue sur le doute (technique préférée de l’industrie, particulièrement en matière de santé) en nous disant que les problèmes de libido et de prise de poids constatés par de nombreuses femmes sous pilule sont certainement principalement… causés par d’autres facteurs extérieurs. Merci, on n’y avait pas pensé, zut alors ! Mais, Monsieur Biogaran, quand ces symptômes commencent pile poil avec la prise de la pilule et s’arrêtent exactement au moment où on l’arrête c’est encore dans notre tête ?

On en reparlera de manière bien plus sourcée à la sortie de mon livre et vous allez être surpris. En attendant, il semblerait que la gent féminine soit encore une fois enjointe à arrêter de raconter ses sempiternelles sottises et à comprendre que tout ce qui lui arrive est surtout dans sa tête. Puisqu’il n’y rien à voir on vous dit ! Arrêtez de faire peur aux hommes avec vos petits tracas de femmes !

Que l’on efface absolument toute présence féminine d’un sujet qui ne concerne QUE le corps des femmes est un choix absolument hallucinant

Le fait que ce site apparaisse lorsque l’on tape les mots-clefs type “arrêter la pilule” signifie que Biogaran a payé Google pour apparaître en haut de page dès que quelqu’un fait ce genre de recherche. Leur objectif est clair.

Le site se serait contenté de faire de la communication positive (comme l’industrie en a l’habitude) je n’aurais pas trouvé cela choquant. Quand bien même la journaliste indépendante que je suis déplore ce genre de pratiques qui incarnent l’antithèse de l’information, c’est la dure réalité du jeu d’influence. Mais là, que l’on efface absolument toute présence féminine d’un sujet qui ne concerne QUE le corps des femmes est un choix absolument hallucinant.

Plutôt que de risquer le tollé viral, ils ont préféré ne faire s’exprimer que des hommes. C’est mignon, ça fait vachement “on se préoccuppe de votre santé”. C’est indirect, malin.

L’industrie a compris que les premiers à être emmerdés par le fait que leurs femmes arrêtent la pilule sont les hommes

Serait-ce parce qu’ils ont saisi que les femmes n’étaient plus dupes qu’un de leur dernier levier d’action est de manipuler les hommes afin qu’ils fassent pression sur leurs compagnes et leurs prêchent la bonne parole ? “Mais non, ma chérie, c’est dans ta tête ta libido en berne ! Je l’ai lu sur Ilparaîtquelapilule.”

L’industrie a compris que les premiers à être emmerdés par le fait que leurs femmes arrêtent la pilule sont les hommes, qui doivent alors souvent assumer une part de la charge contraceptive. L’industrie a compris que les hommes n’iront pas, ou peu, s’informer en profondeur sur le sujet mais qu’en revanche ils s’inquiètent de voir leurs compagnes arrêter la pilule. Alors elle leur offre sur un plateau des réponses édulcorées qu’ils pourront ensuite aller répéter comme des perroquets à leurs copines pour les convaincre qu’elles devraient vraiment arrêter de cogiter et de se poser des questions. Un bel exemple qui nous montre à quel point la parole des femmes est volontairement disqualifiée et effacée des débats qui les concernent.

Femmes, il n’est plus acceptable que nos avis soient dans le meilleur cas ignorés, dans le pire absents ou disqualifiés

Pour lutter contre cela, quoi que vous pensiez, nous devons, Mesdames, oser nous exprimer et arrêter de ne parler que timidement entre nous, le soir sur les réseaux sociaux. La société doit comprendre ce que nous voulons ou refusons. Il n’est plus acceptable qu’en matière de violences médicales, ou de quoi que ce soit, nos avis soient dans le meilleur cas ignorés, dans le pire absents ou disqualifiés.

Une campagne pour faire pression sur les femmes… via leurs hommes ! Voilà que l’industrie pharmaceutique et le monde de la communication nous régalent encore d’une de leurs pépites !

Connaissant l’esprit critique présent sur la toile, je suis sûre que l’impact de ce genre de site propagandiste et partial sera faible mais c’est l’occasion d’en parler ensemble et d’envisager le type de combats féministes qui attendent les femmes du 21e siècle.

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires (10)

  1. JE SUIS TOTALEMENT D’accord avec toi sabrina. jamais aucun médecin ne m’a informée sur les effets secondaires de la pilule (migraines, sècheresse des yeux et de la peau, sècheresse vaginale, problèmes de circulation sanguine, essoufflements, prise de poids, rétention d’eau…) et j’ai découvert sur internet la raison de tous ces problèmes. Les médecins que j’ai consultés se sont contentés de me donner d’autres médicaments pour contrer ces effets secondaires, au lieu de m’orienter vers d’autres moyens de contraception. mais les résultats n’étaient pas du tout satisfaisants. j’ai donc décidé d’arrêter la pilule après avoir lu plusieurs articles sur le sujet (dont le tien). après un an et demi d’arrêt, je me bats encore avec ces effets secondaires même si ma peau ne tiraille plus comme avant. j’ai pris la pilule pendant plus de 15 ans et je me dis qu’aujourd’hui, j’ai gâché une partie de mon capital santé a cause de ce médicament, parce qu’il faut bien le préciser ça en est un, et a cause des médecins et autres gynécologues qui font leur beurre sur nous les femmes et notre ignorance en la matière.
    Alors avant de prendre la pilule, renseignez vous bien sur les conséquences qui vous suivront toute votre vie. Pesez le pour et le contre avec d’autres moyens de contraception et faites le point sur les avantages et les inconvénients. Parlez en avec votre compagnon, informez le sur les conséquences pour votre santé. c’est aussi en informant nos hommes que nous pourrons combattre cette industrie manipulatrice et faire changer les mentalites.

    Répondre
    laure - 27 février 2017
    1. Salut Laure, je pense que quels que soient les choix des femmes il faut absolument que nous nous battions pour faire entendre notre voix parce que sinon c’est ce genre de pensée qui finit par l’emporter. Ce genre de pratiques qui éteignent nos voix et parfois jusqu’à notre présence parce qu’elles dérangent un système en place. On en parlera en détail à la sortie de mon livre mais, quand je vois que l’on disqualifie aujourd’hui le féminisme sans le connaître, je veux rappeller aux femmes que nos droits sont loin d’être totalement acquis et que, si nous voulons les conquérir, il faut oser dire tout haut ce que nous ne voulons plus sans quoi aucun progrès ne verra le jour…

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 27 février 2017
  2. C’est assez sidérant de se rendre compte qu’encore aujourd’hui, alors que nous sommes les premieres concernées, nous ne soyons pas ecoutees. La derniere fois que je parlais de mon refus de prendre la pilule a ma gyneco, au lieu de me proposer d’autres methodes, elle m’A REPONDU DU TAC AU TAC QUE toute la polemique autour de la pilule etait une vaste fumisterie.
    Je n’y SUIS PAS RETOURNEE…

    Répondre
    Marie Kléber - 27 février 2017
    1. A force de faire des investigations sur le sujet et en me renseignant de manière poussée sur la pilule j’ai découvert que le principal problèmes qui a ensuite entraîné tous les autres à propos de la pilule est… la misogynie ! Misogynie de ses créateurs qui balayaient d’un revers de main les effets secondaires sur les femmes (dès les premiers essais) en les qualifiants de “névrotiques”, bref d’imaginaires, misogynie des laboratoires pharmaceutiques qui ont comencé à faire des recherches au même moment sur la pilule pour hommes et pour femmes (trois mortes chez les femmes, une paire de testicules ratatinée chez les hommes, devinez laquelle est mise sur le marché et l’autre toujours pas soixante ans après ?), misogynie des médecins qui perdure en n’expliquant pas aux femmes les choix à leur disposition et en continuant trop souvent à refuser d’écouter leurs plaintes vis-à-vis des effets secondaires, etc.
      Le but sera désormais que toute femme sache cela pour enfin prendre sa contraception en toute connaissance de cause. En sachant qu’elle n’est pas obligée de suivre l’idée selon laquelle elle doit obligatoirement souffrir et prendre des risques pour sa santé pour éviter les conséquences d’un acte qui, jusqu’à preuve du contraire se fait toujours à deux. En sachant que d’autres solutions existent, même si aucune n’est la panacée. C’est en sachant mais surtout en disant haut et fort que nous refusons de prendre des risques pour notre santé et que nous voulons mieux que tout cela avancera.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 27 février 2017
  3. Affligeant. Pour les femmes, pour les jeunes en général, et donc pour nous tous.
    Vivement que ton livre contribue à ouvrir des paupières, beaucoup de paupières.

    Répondre
    fabien - 27 février 2017
    1. Salut Fabien,
      Je le souhaite aussi, en espérant surtout que les femmes apprennent à s’exprimer haut et fort, c’est la condition sine qua non pour que cela devienne un vrai débat public.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 27 février 2017
  4. C’est juste incroyable! Les bras m’en tombent!

    Répondre
    Anne - 28 février 2017
  5. Non mais c’est une blague ?!?!!!! Comment peut on etre aussi bete ? PARDONNE moi mes paroles mais là je suis choquée ! Rien de plus à dire

  6. C’est dingue ce truc… J’ai fait le test du coup, j’ai fait la même recherche sur Google et en fait je ne suis pas tombée sur ce site de Biogaran. Et j’ai aussi essayé avec le moteur de recherche Bing et pareil, je ne trouve pas le site dont tu parles. Ouf ! Ca voudrait dire que peut-être, Biogaran a eu des vagues de contestations de la part des femmes qui, comme toi, moi et tes lectrices en ont plus qu’assez de cette MISOGYNIE toxique. Je suis optimiste, je pense que certaines ont prit leurs plumes et ont écrit au laboratoire pour lui dire d’arrêter de se moquer de nous. Un site sur la pilule où les femmes n’apparaissent pas…non mais sans blague ! Ils sont dingues ! On a de la voix les filles, il faut l’utiliser !

    Répondre
    Austenland - 2 mars 2017
    1. Oui et puis ces publicités étant payantes ils peuvent changer de mots-clefs sur lesquels ils se placent ou ne pas payer tout le temps et donc disparaître momentanément sur tel ou tel mot-clef. Je sais que certaines femmes ont écrit à Biogaran suite à mon article mais peu importe, ils ne vont pas changer à moins qu’un réle mouvement fasse jour. En soit, l’idée de parler de la pilule à travers les hommes ne serait pas choquante mais la manière dont s’est fait montre clairement le but. Certains ont critiqué mon article sur des forums, disant que le genre de réaction que j’ai est nuisible au féminisme, que c’est trop et que Biogaran a seulement voulu parler aux hommes pour qu’ils avertissent leurs compagnes, qu’ils leur en parlent et ainsi s’impliquene plus dans la contraception (ou du moins se préparent à s’y impliquer plus au cas où la pilule pour homme verrait le jour). Moi ce que je constate et qui m’inquiète plus c’est que, sous couvert de faire cela, ils gomment totalement la parole des femmes et cela les arrange bien, surtout quand il s’agit de parler d’effets secondaires. Subreptricement, le procédé permet d’éloigner la parole des femmes (parce que faire figurer des actrices qui ne parlent jamais des effets secondaires ou les minimisent ne serait pas ou peu crédible). Bref, je ne suis pas manichéenne et je ne crois pas manquer de nuance mais il s’agit là clairement d’un procédé marketing d’industriels qui trouve normal de n’aborder les effets négatifs de la pilule que par le biais des hommes, qui ne les subissent pas donc : incohérence totale. or, l’industrie, d’habitude si “cohérente”, quand elle se permet de ne pas l’être, ne le fait que parce qu’elle y a intérêt. En l’occurrence, invisibiliser la parole des femmes face à la montée des scandales vis-à-vis de la pilule et la multiplication des témoignages féminines négatifs sur la toile.