J’ai testé pour vous arrêter la pilule avec sevrage… partie 1 : les effets

C’est juste LA découverte santé la plus importante que j’ai fait ces dernières années. Arrêter la pilule et découvrir qu’elle avait bien plus d’effets secondaires que je ne le croyais…

arreter pilule

Voilà sept mois que j’attends d’écrire cet article. Parce qu’il y a sept mois j’ai décidé après près de dix années de contraception orale aux hormones de me libérer de tout ça et de voir ce que ça allait donner. Je n’ai pas été déçue…

Je prenais donc la pilule Jasmine depuis très longtemps et suis passée au stérilet cuivre en avril dernier. J’ai arrêté la pilule progressivement en me sevrant.

Je n’imaginais pas que j’allais découvrir qu’autant de choses dans mon corps étaient régies par les hormones…

Commençons par les choses qui fâchent avant de voir les surnuméraires bienfaits !

Les inconvénients de l’arrêt de la pilule :

– Recrudescence des imperfections : ma peau a commencé à s'”emballer” trois mois après l’arrêt (malgré sevrage progressif) et encore deux ans après je souffre de légères imperfections (j’ai vraiment eu quatre mois difficiles côté peau, pas une catastrophe internationale non plus mais disons que je n’ai jamais autant utilisé de fond de teint). Pour lire mois après mois l’évolution de ces effets secondaires je vous invite à aller lire mon article sur le sevrage progressif.

– Cheveux qui graissent plus vite que d’habitude (tous les deux/trois jours pendant la période critique et désormais, après deux ans c’est revenu à quatre/cinq jours entre chaque shampoing). Quand je prenais la pilule j’étais à un shampoing tous les six jours.

Ces deux effets secondaires principaux peuvent être considérés comme minimes mais je vous jure qu’ils ne sont pas à prendre à la légère. Il semblerait, dans mon cas, que l’acné post-pilule soit due à un effet rebond de l’anti-androgène (drospirénone) contenu dans ma pilule (cf. encart plus bas dans l’article pour plus de détails). Toutes les femmes qui arrêtent leur pilule n’ont pas ces effets. Chaque femme vit très différemment l’arrêt de la pilule selon son propre système hormonal et la pilule qu’elle prenait mais c’est un risque dont vous devez être averties avant de vous lancer. Encore deux ans après l’arrêt de la pilule, et alors que je n’ai jamais eu d’acné auparavant, j’en souffre encore légèrement aujourd’hui.

Maintenant passons plutôt aux réjouissances !

Les effets “esthétiques” de l’arrêt de la pilule :

– Sécheresse cutanée disparue (petit à petit depuis quelques années j’avais une peau que rien ne semblait pouvoir hydrater), je suis revenue à une peau mixte donc moins de “rides de déshydratation”.

– Fin de la sécheresse oculaire qui m’empêchait de porter des lentilles.

– Fini les lèvres sèches qui ne peuvent se passer une journée d’un baume à lèvres.

– Repousse impressionnante de cheveux (j’évalue ça à  au moins le double de ce que j’avais avant l’arrêt), c’est très visible à l’avant du crâne à cet endroit où parfois les cheveux fins ont comme un “trou” comme sur cette photo :

chute cheveux arret pilule

Désormais chez moi tout est comblé de cheveux, plus de trou et voyez ces nouveaux petit cheveux en pagaille !

chute cheveux arret pilule

Voici un avant/après pilule côté masse capillaire avec une belle évolution malgré la même routine (shampoing sans sulfate/après-shampoing et gel pour mettre en forme)

Décembre 2012 :perte cheveux pilule

Février 2015 :repousse cheveux pilule

– Tous mes poils de manière générale poussent bien plus vite et plus nombreux : cils renforcés plus long et fournis. Ils sont aussi plus forts et du coup si je dois m’épiler les mollets deux fois plus souvent, je n’ai presque plus de poils incarnés (les poils plus solides ne restent pas sous peau).

– Ongles qui sont bien plus forts (avant ils étaient ultra-mous) et bien blancs (moins transparents).

– Perte de graisse impressionnante et surtout qui se fait toute seule, comme si mon corps se dégonflait. Le peu de gras que je n’arrivais pas à perdre malgré une super alimentation et du sport s’en va tout seul petit à petit depuis sept mois, je sens que des graisses qui semblaient comme durcies” sur les hanches, le ventre, les fesses sont toutes molles, comme dissoutes et donc s’en vont rapidement (****EDIT MAI 2015 PLUS D UN AN APRES*******même aujourd’hui je continue à perdre lentement ma graisse superflue sans bouger).

******EDIT MAI 2016*****

Après recherches il s’avère que la pilule que je prenais, Jasmine, contient  de la drospirénone, un progestatif qui a un effet anti-androgénique c’est à dire qui limite la production d’hormones androgènes (dont la plus connue, la testostérone). Cet anti-androgène diminue donc la pilosité mais également le sébum (donc les imperfections), diminue la libido et fait stocker de la graisse plus facilement puisque les androgènes limitent la capacité de certaines cellules à stocker les lipides. Cet anti-androgène me procurait donc une peau comme naturellement photoshoppée  mais également des poils très fins et peu nombreux (y compris cheveux malheureusement) et me faisait grossir plus facilement.
BREAKING NEWS SUPER SYMPA : les anti-androgènes sont entre-autres utilisés pour castrer chimiquement les hommes (vous comprenez mieux l’effet anti-libido ?)
Rien d’étonnant donc à ce qu’en arrêtant, même avec le sevrage, ma masse de cheveux ait triplée, que j’ai perdu du poids sans faire de sport, retrouvé une libido assez effrayante mais aussi que j’ai eu de l’acné comme jamais. La faute à ces hormones androgènes qui d’un coup se retrouvent trop secrétées et doivent trouver leur équilibre. En conséquence je vous conseille afin d’être sûres d’éviter de l’acné comme moi pendant un an et demi post-sevrage de vous sevrer pendant au moins six mois et très doucement, parce que c’est la méthode qui semble la plus sûre.
Nous sommes en train, avec le médecin Martin Winckler, d’élaborer une technique pour éviter cet effet rebond des anti-androgène, la réponse sera indiquée dans notre livre J’arrête la pilule. En attendant je vous conseille de prendre du gattilier, une plante qui est aussi un anti-androgène et qui prendra le relai pour limiter l’effet rebond (plus de détails dans cet article).

************

Mais arrêter la pilule ce n’est pas qu’avoir des effets sympas au niveau esthétique, ça joue aussi à d’autres niveaux. Comme dirait l’autre “et c’est pas fini !”

Les effets “bien-être” de l’arrêt de la pilule :

En plus de ces nombreux effets physiques, il y a donc aussi eu du nouveau côté santé et bien-être après avoir arrêté la pilule.

– Je n’ai plus une envie de manger permanente qui me tiraille, avant il semblait que mon estomac n’avait pas de fond, maintenant je sens très vite quand je n’ai plus faim.

– Mes odeurs corporelles sont beaucoup plus agréables (urine, transpiration), je ne saurais l’expliquer mais moins acides, “moins” tout simplement ^^.

– Moi qui était essoufflée au moindre effort, sans que la médecine sache expliquer pourquoi, retrouve petit à petit mon souffle (à 26 ans, tout de même, s’esssouffler comme une personne en obésité morbide dès qu’on monte dix marches… cela m’a fait penser à ces femmes qui sont mortes d’une embolie ou un AVC après avoir pris une pilule de 3/4ème génération).
NB : je fais le point sur ces problèmes d’essoufflement et de suspiscion d’embolie pulmonaire dans l’article “J’ai testé pour vous me sevrer de la pilule après 10 ans de prise : le stérilet“)

– Je n’ai plus chaud en permanence comme avant, des sortes de bouffées de chaleur m’assaillaient en lieux clos comme au travail où mes collègues rigolaient toujours de me voir en débardeur l’hiver.

– La libido alors là gros dossier ! Je ne dirais qu’une chose à ce sujet : POURQUOIIIIIIIIIIII ??????!!!!!! Oui, pourquoi je n’ai pas arrêté la pilule plus tôt ?! Pour illustrer ce passage tragi-comique de l’article je vous propose une galerie d’images qui seront plus parlantes qu’un discours :

arret pilule libido

arret pilule libidoarret pilule libido

Sur ces considérations totalement obscènes, j’ajoute que j’ai également une meilleure maîtrise de mes émotions de manière générale (particulièrement quand je dois créer des images Internet tout droit sorties de mon esprit malade pour illustrer des articles !).

Je ne pensais pas que l’arrêt de la pilule aurait autant de retentissements en moi. Je n’avais pas vu tous ces “symptômes” s’installer insidieusement après des années de prise de pilule (car tout n’est pas venu d’un coup). Je pensais qu’avec l’âge ma peau se déshydratait, que mes cheveux se raréfiaient et que mes ongles seraient mous à jamais malgré une super alimentation… je croyais que ma libido n’était juste plus celle de mes 16 ans, que c’était normal d’avoir de la cellulite qui ne part pas… eh bien quel bonheur et quelles bonnes surprises à l’arrêt de la pilule !

Voilà, je voulais faire un énooooorme article pour parler de ce qui a été la plus grosse “découverte” santé que j’ai fait à titre personnel mais je préfère rester claire avec cet article très factuel et très “petits-tirets” et petites listes. J’espère qu’un maximum d’entre vous seront heureuses d’avoir ces informations détaillées sur l’arrêt de la pilule, même s’il faut savoir que l’exercice est limité puisque chaque corps réagit différemment. Quoiqu’il en soit, franchir le pas d’une vie sans hormones a changé beaucoup de choses pour moi !

Pour plus de détails sur le sujet, je vous invite fortement à lire les trois autres volets de cet article :

“J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif”

“J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise …partie 3 : le stérilet”

“Arrêt de la pilule, vingt mois après : le bilan”
(tous les articles ont été mis à jour en janvier 2017)

Si vous avez décidé de vous lancer, vous trouverez toutes les réponses à vos question sur l’arrêt de la pilule dans mon livre à paraître chez un grand éditeur à l’hiver 2017 : Et si la pilule n’était pas l’avenir de la femme ? (en collaboration avec Martin Winckler).

Alors, qui a franchi le pas parmi vous ?
Avez-vous ressenti des effets similaires ?

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires (304)

  1. Bonsoir Sabrina,

    J’ai arrêté la pilule il y a bien longtemps car c’était devenu impossible “d’ingurgiter” chaque jour des “médicaments”. Je n’ai pas ressenti tout ce que tu décris mais je pense que ça se rejoins quelque part. Je m’évanouissais (c’était d’ailleurs des syncopes), subitement, sans que jamais un médecin trouve la raison. Quand ça m’arrivait au travail, SAMU et tout et tout.
    Autre symptôme, j’avais l’impression de ” n’être pas moi” mais c’était difficile à expliquer et, comme tu le dis, c’est venu insidieusement.
    Après l’arrêt de la pilule, plus de syncopes et je suis redevenue “moi” .
    Pour moi, une libération et finie la peur de tomber en syncope, en conduisant par exemple, surtout qu’à l’époque, je circulais en moto, fini aussi cette impression de mal dans sa peau.
    J’aurais du arrêter plus tôt mais le principal c’est d’avoir ARRETE !!!!
    Merci pour cet article, car, lorsque j’explique tout ça, on a tendance à ne pas me croire. Je suis contente que quelqu’un partage mon avis. Merci ! 🙂

    Répondre
    Agnes - 5 novembre 2014
    1. Oui, je crois que tu m’en avais touché un mot d’ailleurs dans un commentaire récemment, hé bien oui, parlons-en autour de nous et disons-le bien haut et fort car plus nombreuses nous serons à arrêter mieux nous nous porterons !
      Tu sais que parfois je me demande si la fameuse blague populaire qui dit que les femmes donnent toujours des excuses de migraines parce qu’elles ont moins de désir que les hommes n’est pas née depuis les années où les femmes ont commencé à prendre la pilule et donc à baisser en terme de libido…ça peut aller loin sur des changements de société quand on sait que 60 % des femmes la prennent !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 5 novembre 2014
      1. Idem pour une partie des symptomes quand j’ai arrété cet été: boutons dans le dos (sympa l’été) qui sont à présents disparus, libido revenue également. Pour les cheveux j’espère aussi que ça va repousser comme toi sur la photo!!
        Moi malheureusement je ne peux pas porter de stérilet sinon cela aurait été mon choix du coup je me suis faite poser des implants Essure qui “bouchent” les trompes.
        En tout cas je n’en pouvais plus de la contradiction entre faire gaffe à mon alimentation, aux ingrédients toxiques dans mes cosmétiques… et prendre chaque jour une hormone de synthèse.
        Donc déjà être en ligne avec mes valeurs, ça fait du bien.

        1. Rh oui m’en parle pas les boutons dans le dos j’y suis encore un peu du coup c’est fou le nombre de hauts que tu peux pas mettre parce qu’on “voit un peu, je ne me coiffe plus les cheveux haut également à cause de ça depuis 6 mois …mais bon ça passe, ça passe !
          Sinon ce n’est pas moi sur la photo cheveux mais c’était pour montrer le “trou” que j’avais avant dur les tempes, maintenant au contraire j’ai pleins de petits cheveux à cet endroit 🙂
          C’est étonnant ton moyen de contraception je en connaissais pas tiens !
          Sinon oui, c’est clair que pareil pour moi, avec la pilule je n’étais plus en accord avec moi-même dans tous les sens du terme ^^

          Répondre
          Ca Se Saurait - 6 novembre 2014
  2. bon, moi j’ai arrêté après environ 14 ans de pilule (pas d’arrêt progressif, j’ai juste fini une tablette et c’est tout), j’ai pas eu le temps de voir grosse différence car je suis tombée enceinte genre 1 semaine plus tard (c’était souhaité, je précise 😉 ). Donc difficile de dire ce qui est dû à quoi… Mais j’ai quand même eu le temps de voir une différence niveau libido 😉

    Répondre
    ifeelblue - 5 novembre 2014
  3. Et oui c’est une belle saloperie et on vit très bien sans !
    Finies les idées reçues de l’unique contraception par pilule !

    Répondre
    L'Art Du blabla - 5 novembre 2014
  4. Ah mais oui ! Dans les bénéfices, j’ai eu pour ma part un cholestérol qui redevient normal, des crampes qui disparaissent, des migraines qui s’espacent, jusqu’à disparaitre quasiment… Et ces presque dix kilos qui s’envolent ! La vraie vie, quoi !

    Répondre
    Lola - 5 novembre 2014
  5. Merci infiniment pour cet article !
    J’en parlais encore justement il y’a deux jours de la perte de libido du à la pillule qui aurait très certainement un lien avec l’idée répandue des femmes qui n’ont pas souvent envie.
    Je rêve de m’en débarrasser mais je dois encore patienter car je suis à l’étranger actuellement et je voyage de ville en ville (contrats de travail différents dans l’année) et impossible de me faire poser un stérilet en Australie sans avoir un médecin attitré… 8ans bientôt que je l’endure et le plus difficile c’est pour la libido de mon côté. Mais je me reconnait dans toute ta description ! Lèvres et peau de plus en plus sèche, essoufflée, ect… C’est quand même dramatique qu’aucuns médecins nous prévienne durant l’adolescence.

    Répondre
    nouillemie - 6 novembre 2014
    1. Hé oui ça craint, pareil j’ai attendu deux ou trois ans avant de pouvoir arrêter la pilule pour diverses raisons…

      Répondre
      Ca Se Saurait - 6 novembre 2014
    2. Un grand Merci pour cet article!!!

      Cela fait un peu près un mois que j’ai arrêté la pilule et j’ai également remarqué que mes cheveux deviennent hyper gras au bout de deux jours donc obligé de les laver, que mes ongles poussent hyper vite et sont plus dur puis je retrouve ma libido petit à petit pour le moment !!!
      En ce qui concerne ma peau j’ai qlq boutons et ma peau et super grasse.
      Je n’ai plus de migraine comme je pouvais en avoir.
      Parcontre mes yeux sont toujours aussi sec et jspr que ça va passer, mon ophtalmo ne savait pas pq ils étaient aussi sec mais en voyant ton article je me dis que c’est peut être à cause de la pilule donc je laisse le tps passé pour voir si c’était bien ça ou pas…

      Quand je vois l’effet que peut avoir le pilule sur nous je me dis que je suis bien contente de ne plus la prendre!!

      Pour ma part, je ne prend plus de moyen de contraception. Je laisse la nature faire.

      Répondre
      Lamyâa - 30 janvier 2016
      1. Salut Lamyâa et merci à toi pour ton témoignage 🙂
        N’hésites pas à nous tenir au courant de l’évolution pour tes yeux !

        Répondre
        Ca Se Saurait - 30 janvier 2016
      2. Bonjour Lamyâa,

        J’ai également arrêté la pilule sans rien prendre d’autre, comme tu l’as dit “je laisse la nature faire”.
        Pourrais-tu nous dire, au bout d’un an comment ça s’est passé pour toi? es-tu restée comme ça, sans rien prendre, en es-tu satisfaite?… bref, je crois que j’ai besoin d’être rassurée sur ma décision.
        merci beaucoup

        Répondre
        francine - 31 mars 2017
        1. Bonjour Francine, si cela vous intéresse, le livre “Dossier Hormones” de Barbara Seaman (publié dans les années 1980), détaille énormément les compléments en vitamine que vous pouvez prendre pour parer au mieux aux effets secondaires négatifs liés à l’arrêt de la pilule Vous pouvez facilement vous le procurer sur Amazon et il est très complet.

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 1 avril 2017
          1. Merci pour vos conseils SABRINA!

            Francine - 2 avril 2017
          2. Avec plaisir Francine, à bientôt !

            Sabrina Debusquat - 3 avril 2017
  6. J’ai aussi l’intention d’arrêter la pilule (Diane 35), mais c’est une vraie angoisse car j’ai déjà essayé d’arrêter il y a deux ans, j’ai eu une poussée d’acné monstrueuse qui m’a laissé plein de cicatrices que je porte encore aujourd’hui… Je me dis que le fait que je sois devenue végétalienne (omni à l’époque) pourrait peut-être empêcher une nouvelle poussée, je ne sais pas.
    J’ai envie de suivre un arrêt progressif mais je ne sais pas trop comment m’y prendre… car je ne veux surtout pas resubir l’acné… :S

    Répondre
    Sophie - 6 novembre 2014
    1. Salut Sophie, bon ben écoute je sors tout prochainement mon article sur le sevrage donc tu pourras y trouver pleins de conseils qui m’ont énormément aidé à limiter la casse côté acné, entre autres des plantes et puis le sevrage progressif, gros bisous et promis ça arrive tout bientôt comme ça tu pourra refaire une tentative !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 6 novembre 2014
  7. J’ai arrêté Jasmine depuis 2 ans et… je vais la reprendre ce mois ci :'(
    Bon, je ne me suis pas sevrée, de qui a certainement eu un impact… mais tout ce que tu décris, je l’ai eu x1000 et pas quelques mois, 1 AN 1/2 !!!!
    Tu parles de quelques boutons, j’ai eu des crises d’acné kystique, beaucoup plus sympa ! au lieu d’être seulement défigurée, tu as l’impression d’avoir des clous plantés dans la figure toute la journée… Et j’ai pleins d’autres symptômes du genre à raconter…
    Je me suis accrochée, j’ai essayé pleins de choses et celle qui a le mieux marché c’est une molécule extraite du chou, le dim ou diindolylmethane et ça a commencé à aller mieux. Et puis… depuis 4 mois, gros problèmes, grosses douleurs, 2 à 3 semaines par mois, tous les mois…
    Résultat : endométriose ! Youpi !!! Les symprômes étaient “masqués” par la pilule… Je dois la reprendre pour essayer de les “re-masuqer” pour qu’il ne reste que les kystes et là : opération ! Après, on verra… j’espère pouvoir arrêter cette m%#@e un peu plus tard mais pour le moment, pas le choix… J’ai bien la haine !!!
    Pour finir, concernant les bienfaits, je confirme !!! (surtout la libido ^_^)

    Répondre
    Marike & co - 6 novembre 2014
    1. Hé ben dis-donc pas facile ce que tu vis …
      En revanche malgré tout je ne suis pas sûre que reprendre la pilule soit une bonne solution, ça reste temporaire et je dois dire que moi aussi j’ai eu une reprise de mon système ovarien assez violente depuis l’arrêt de la pilule, c’est normale, tout ce système endormi pendant 10 ans se remet à fonctionner alors ça ne va pas sans mal !
      Qu’en penses-tu ? Les médecins t’ont-ils proposées une alternative pour ton endométriose plutôt que de reprendre la pilule ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 6 novembre 2014
      1. Ah! c’est bien là le problème… la plupart des gynécos sont pro-pilule et t’envoient péter quand tu oses dire autre chose… Quand j’ai parlé de sevrage progressif à ma gynéco elle m’a pourrie sur le thème “non mais n’importe quoi !” et quand j’ai cherché des solutions à mon déséquilibre hormonal, la réponse était “faut reprendre la pilule” ou pire, quand je parlais de mes cheveux gras, “ça, la pilule ça fait des beaux cheveux !” comme si c’était une raison suffisante pour se gaver de substances dangereuses !!! O_ô
        Là l’idée c’est que mon système ovulatoire est en mode feu d’artifice (je cite : “vous avez de très gros ovaires”… merci merci !) l’idée c’est de calmer tout ça pour ne mettre en évidence que les kystes et les traiter…
        L’autre solution naturelle serait… d’avoir un enfant… mouais… je trouve le géniteur et je vous rappelle !!! 😛
        Après, je me dis que la prochaine fois que j’arrêterai je ferai le sevrage progressif et en plus, ça m’a appris pleins de bon réflexes et de trucs naturels et ça m’a obligé à modifier mes habitudes (moins de gluten, moins de sucre, plus du tout de produits industriels…)
        En tout cas ma source d’inspiration a été http://petiteceriz.com/ une mine d’or !
        Bon courage à toutes celles qui se lancent dans l’aventure !!!

        Répondre
        Marike & co - 6 novembre 2014
        1. Oui, perso je fais un peu les choses de mon côté maintenant côté médical tant les médecins que j’ai côtoyés m’ont déçus de par leur manque d’ouverture d’esprit…
          Pfff…la réaction de ta gynéco en est un bel exemple, je vos pas pourquoi on se sèvrerait progressivement de tous les médicaments un peu fort et pas de celui-ci ! On n’a un peu oublié que c’en était avant tout un traitement hormonal lourd je crois …
          Et ne spoile pas mon futur article sur le sevrage dans lequel ptiteceriz figurera en bonne place :-p ^^

          Répondre
          Ca Se Saurait - 6 novembre 2014
          1. J’ai aussi rencontré des gynécos fermés à l’arrêt de la pilule, j’ai même entendu des ” Il faut la prendre, ça protège des cancers”. Quelle belle connerie !
            Au début on les croit, c’est eux les médecins, jusqu’à finalement comprendre que notre corps est empoissonné tous les jours, sans parler des risques de thromboses.
            N’écoutez pas les médecins, nous sommes les seuls maitres de notre corps !

            L'Art Du blabla - 6 novembre 2014
          2. Oui, ils se basent sur une étude (ou plusieurs je ne sais plus) qui datent d’il y a 5/10 ans et qui avaient conclu que la pilule protégeait de certains cancers car il y a avait un pourcentage légèrement plus petit de femmes touchés par ces cancers dans le groupe prenant la pilule. Sauf que le chiffre était plutôt “petit” et qu’en plus nous ne savon pas si l’étude n’était pas biaisée par certains intérêts…enfin bref comme tu le dis, écoutons notre corps avant tout et je crois que nous sommes nombreuses à l’affirmer, quoi que qui que ce soir en dise : la pilule est une belle saloperie pour l’équilibre du corps féminin.
            7 mois après je n’en suis toujours pas sortie de ces déséquilibres…

            Ca Se Saurait - 7 novembre 2014
          3. Effectivement qui nous dit que ce n’est pas un accord entre labos et médecins pour cette étude. Ils vendent les mérites de pilules qui savent mettre l’endomètre et ovaires à plat pour les cancers, oui mais a quel prix pour la santé ?

            L'Art Du blabla - 7 novembre 2014
          4. Ha ben ça complètement…et que l’on n’essaie pas de faire passer pour une idiote complotiste celle qui dira ça ! D’ailleurs si ça t’intéresse je viens d’écrire un gros dossier sur le sujet des violences médicales envers les femmes dans le magazine NEXUS de novembre-décembre 🙂

            Sabrina de Bio Pas Cher - 9 novembre 2014
          5. Oui ! Je veux bien le lien 🙂

            L'Art Du blabla - 10 novembre 2014
          6. Pour le desmodium ? (parce que j’en ai pas ^^) juste qu’il te faut chercher en parapharmacie ou herboristerie du desmodium 🙂

            Sabrina de Bio Pas Cher - 10 novembre 2014
          7. Non ! Pour ton article !

            L'Art Du blabla - 11 novembre 2014
          8. Coucou les filles!

            Ce que vous dîtes me fait réagir et me révolte.
            Moi j’ai aussi vécu un “abus de pouvoir d’une gynéco comme ça”.

            J’ai arrêté la pilule il y a au moins 6 ans (j’en ai 29) après 4 ans de prise. Plus envie de mettre des substances dans mon corps.
            J’ai une fille de 3 ans et demi donc née en 2011. Déjà dès la maternité, la sage-femme me parlait de contraception. Je lui disais que je n’en voulais aucune mais elle ne comprenait pas. Elle m’a quand même fait une ordonnance de pilule à la sorite, je ne l’ai jamais prise.

            Mais ensuite, c’est la gynéco puis la sage-femme qui ont pris le relais. En passant, la sage-femme a osé me dire 2 mois après l’accouchement que ce n’était pas normal que je n’aie pas repris les rapports sexuels. Incroyable!

            Enfin, bref je me suis fait poser un stérilet Milena (donc avec hormone) par ma gynéco à contre-coeur 7 mois après l’accouchement (fin de l’allaitemeent exclusif de ma fille). Je l’ai beaucoup regretté et en mars j’ai demandé à ce qu’elle me l’enlève. J’avais des contractions tout le temps et pas de règles du tout ça me perturbait. En plus, j’étais célibataire désormais. Et bah elle m’a dit non et je me souviens tout à fait de sa réponse “C’est hors de question! Vous avez de la chance d’avoir accès à ses moyens de contraception, moi à on époque… Le stérilet coûte 120€. Je ne vais pas vous l’enlever pour que vous retombiez enceinte dans 6 mois.” Je n’ai rien dit tellement j’ai été choquée par ses paroles. Je suis donc repartie avec mon stérilet. 3 mois après je n’avais toujours pas changé d’avis. J’appelle donc pour prendre rendez-vous et lorsque j’explique à la secrétaire la raison de mon appel elle me répond : “Je ne suis pas sûre qu’elle vous autorisera à l’enlever.” Et là je me suis carrément sentie prise en otage genre je n’ai pas de pouvoir de décision concernant mon propre corps.

            Je n’y ai donc jamais remis les pieds. J’ai été voir le gynéco de ma mère (un homme, une première!) en septembre. Je lui ai expliqué la situation et il m’a enlevé le stérilet dans les 2 minutes. Je ne regrette absolument pas!
            Ça fait donc 2 ans que je ne prends plus aucune contraception et je me sens bien. J’ai des cycles super-réguliers alors que ça n’avait jamais été le cas avant. Je n’ai plus envie de mettre aucune hormone ni aucun corps étranger dans mon organisme. Je connais bien mes cycles, sais quand je suis en période d’ovulation et je ne suis pas retombée enceinte depuis ma fille.

            Je repense souvent à cette gynécologue et je ne m’en remets toujours pas. Mais bon j’aurai tant de choses à dire concernant le corps médical et sa toute puissance…je suis encore traumatisée par mon accouchement mais c’est un autre sujet.

            Sandra - 9 novembre 2014
          9. Salut Sandra,
            Ce qu’a fait ta gynéco est absolument ignoble mais malheureusement vous êtes nombreuses à raconter des histoires similaires…
            Je connais bien le sujet puisque je viens de publier un dossier d’investigation sur le sujet qui s’appelle “La médecine est-elle violence envers les femmes” c’est dans le magazine Nexus de novembre-décembre en ce moment en kiosques, 8 pages pour expliquer comment du choix de contraception en passant par l’accouchement la médecine est souvent violente avec les femmes, physiquement et psychologiquement. Si tu le lis je serais ravie que tu me dises ce que tu en penses ! D’ailleurs je pense faire un article pour dire que j’ai écrit ce dossier.

            Sabrina de Bio Pas Cher - 9 novembre 2014
          10. Non mais l’hallu ! C’est super intelligent de mettre tout le monde dans le même panier, ta gynéco ( enfin ancienne) confond les gens qui n’ont rien dans le crane et qui font des gosses en 2 secondes sans réfléchir et les gens raisonnés qui arrêtent pour des raisons de bien être et santé.
            Ça me scotche !

            L'Art Du blabla - 10 novembre 2014
          11. Tout à fait daccord avec toi. Il ne faut pas oublier que les médecins “gagnent leur vie” en prescrivant des médicaments et que les labos font tout pour les y encourager. Beaucoup de médecins suivent “bêtement” le protocole thérapeutique qu’on leur enseigne et ne cherchent pas plus loin, malheureusement. Ils n’ont pas la science infuse, comme l’on dit et il faut écouter son corps et ses convictions, je pense.

            Agnès - 7 novembre 2014
          12. Exactement 🙂

            Ca Se Saurait - 7 novembre 2014
          13. Hihi ! Désolée pour le spoil ! Mais ça a été un tel soulagement de trouver un endroit où des filles vivaient la même chose, certaines même en pire et où on pouvais trouver pleins de conseils et de pistes à explorer ! Alors que les docteurs se fichent de toi et que c’est compliqué d’en parler à tes proches qui ne comprennent pas que “tu déprimes pour quelques boutons”

            Marieke & Akita - 9 novembre 2014
          14. Hé bien voilà du coup je viens de le publier à l’instant l’article sur mon sevrage, enjoy 🙂

            Sabrina de Bio Pas Cher - 9 novembre 2014
  8. Hello ! Tout comme toi, j’ai arrêté ma contraception hormonale il y plusieurs mois a cause de problèmes hormonaux et tout comme toi, j’ai constaté pas mal de choses qui ont changé :
    perte de poids sans effort, plus de sautes d’humeur, un peu plus d’acné mais très gérable avec une bonne routine au naturelle et surtout comme toi, l’effet sur la libido est assez spectaculaire… j’ai eu l’impression d’avoir eu mes hormones enrobées dans du coton pendant toutes ses années, comme “anesthésiée” et pouah y’a pas photo !

    depuis deux mois je suis sous hormone pour détecter un dérèglement potentiel… et tous les effets indésirables sont revenus, j’ai pris 2kg en un mois et demi, poussée d’acné, sautes d’humeur… et plus AUCUNE libido, atroce! Je me rends compte que mon corps ne supporte vraiment plus les hormones! ( il ne les as jamais vraiment toleré d’ailleurs). Ca donne de quoi reflechir quand on voit ce qu’un simple petit cachet peut changer dans notre vie ….

    Répondre
    Flou - 6 novembre 2014
    1. C’est fou hein…ben je te souhaite que tout cela rentre vite dans l’ordre 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 6 novembre 2014
  9. Hello, merci pour cet article, je suis ravie de voir que tu as changé d’avis (je me souviens d’un article sur la prise de pilule en continu 😉 ) J’ai moi-même arrêté il y a un an, j’étais alors à l’étranger et mes règles ne revenant pas tout de suite, le gynéco là-bas a voulu me filer des hormones pour les déclencher et faire des tests (‘y’a pas d’autres moyens !’) En France j’avais déjà cédé une fois après un an, là j’ai préféré attendre et tout s’est remis en place au bout de 6 mois (merci gatillier…) Et j’en ai subi de l’hormone de synthèse, 15 ans de pilule, dont 6 de Diane 35 et une prise intermittente d’androcur en plus pendant 2 ans (je prenais 6 mois, l’acné partait, du coup j’arrêtais parce que je me disais bien que c’était pas bon, retour de l’acné, re 6 mois, jusqu’à ce que mon corps dise stop et que mes analyses soient mauvaises…) Et oui j’ai à nouveau de l’acné mais moins que sous Diane 35 avant Androcur (avec un régime alimentaire adapté, exit lait et gluten, limitation maximale du sucre) et surtout je m’en fiche un peu, je me maquille et je le vis très bien, pareil que les autres ma libido et la sensation d’être moi sont revenues, et je qualifie la pilule de ‘camisole chimique’, ça remet en cause toute la lecture de la libération des femmes par la contraception hormonale, l’oppression est bien plus insidieuse mais elle est toujours là, nous sommes prisonnière de ce petit cachet si rentable (un par jour pendant des années, tout bénéf) Bon je stoppe là mon pavé, bravo à toi pour l’arrêt! (et oui moi aussi ongles, cheveux, peau, silhouette, tout est mieux^^)

    Répondre
    mioumi - 7 novembre 2014
    1. Mince c’est vrai que beaucoup de femmes ont des “parcours compliqués” vis à vis des hormones et je me demande même si ce n’est pas justement cette forte pris d’hormones qui t’a complètement déréglée et qui t’empêches aujourd’hui d’être naturellement et rapidement bien “régulée”, aussi bien à cause de tout ce que tu as pris cela va prendre des années o ce que ton corps reprennent ses droits (je viens de me rendre compte que ce que je viens de dire est un peu déprimant, désolé).
      Oui, ta phrase sur la libération de la femme est très juste 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 9 novembre 2014
      1. Merci pour ta réponse 🙂 en fait j’avais déjà de l’acné avant de prendre la pilule (j’ai pris du roaccutane aussi, autre cochonnerie…) et des soucis de règles douloureuses/irrégulières, mais finalement cette fois-ci, après 6 mois mon corps s’est régulé, mes règles sont à peu près régulières (revenues après une séance d’acupuncture…), l’acné est là mais pas si forte que ça et je n’ai plus mal à me tordre, je crois qu’il y a une bonne part psychologique aussi, je me sens tellement mieux dans ma peau 😉 Mais je suis bien d’accord avec toi, toutes ces hormones prescrites à la légère pour des boutons, c’est fou et ça dérègle encore un peu plus le système hormonal quand il est un peu bancal 😉 Et j’ai l’impression que la pilule détraque le système digestif aussi, parce que sans lait/gluten ma peau est beaucoup plus saine… Et ne t’en fais pas, je suis optimiste ^^ (et ça marche!)

        Répondre
        mioumi - 9 novembre 2014
        1. Oui, je crois que parmi les choses les plus fortes que l’on puisse prendre il y a les hormones. Enfin hé bien contente de voir que tu t’en sors dans tous les sens du terme ^^ et oui j’ai mon ventre qui se sent beaucoup mieux également.
          La pilule surcharge aussi le foie qui devient paresseux, d’ailleurs faudra que j’en parle de ça parce que forcément, quand le foie marche mal c’est sur la peau que ça ressort alors desmodium à fond (c’est une plante qui aide à drainer le foie tu devrais essayer tiens si tu ne l’a pas déjà fait)!

          Répondre
          Sabrina de Bio Pas Cher - 10 novembre 2014
          1. Merci pour l’info, je ne connaissais pas le desmodium, je vais me renseigner de ce pas!

            mioumi - 10 novembre 2014
          2. Je vais faire un article dessus bientôt, c’est super, ça aide à désengorger le foie et le foie c’est juste presque le truc santé numéro 1 🙂

            Sabrina de Bio Pas Cher - 10 novembre 2014
  10. Voilà 1 an que j’ai arrêté la pilule. Difficile pour moi d’en identifier les conséquences car en même temps j’ai réduit ma consommation de protéines animales de manière importante et je ne consomme presque exclusivement bio (alimentation et cosmétiques). J’ai perdu 15% de mon poids alors que je suis déjà fine (espérons que ça s’arrête là !), petite poussée d’acné les premiers temps puis plus rien maintenant, cheveux qui ne tombent plus et qui sont beaucoup (beaucoup !) plus beau, et une “explosion ” de ma libido. C’est définitif : la pilule, plus jamais de la vie !! Et de lire des témoignages comme le tien vient renforcer cette idée.

    Répondre
    Marina - 8 novembre 2014
    1. Super, oui, je pense qu’on est vraiment en train de libérer une parole en ce moment de ce côté 🙂
      Continuons !

  11. j’ai arrêté la pilule il y a 8 ans, j’avais des nausées dés l’approche de mes règles entre autres, je suis passée ensuite au stérilet, puis à plus rien… je ne regrette pas !

    Répondre
    lecorpslamaisonlesprit - 9 novembre 2014
    1. Super, tu es donc en méthode naturelle avec calcul des cycles ?

      1. on va dire ça comme ça lol. non je calcule rien du tout. en fait depuis que j’ai arrêté la pilule je ne suis jamais tombée enceinte… ça fait 2 ans et demis depuis la stérilet 🙂

        Répondre
        lecorpslamaisonlesprit - 9 novembre 2014
        1. D’accord mais donc tu fais quoi comme méthode ?

          1. ben aucune looool
            j’ai arrêté la pilule parce que je trouvais que c’était mauvais pour mon corps
            j’étais avec un vrai chéri, donc je me disais que si je tombais enceinte, c’était pas très grave
            heureusement la vie m’en a préservée (merci la vie)
            et maintenant je suis mariée donc idem
            je n’ai pas spécialement arrêté la pilule pour avoir un enfant à la base, ça ne me convenait juste plus
            après j’ai remplacé par le stérilet…

            lecorpslamaisonlesprit - 9 novembre 2014
  12. […] secondaires peut êtres encore plus désagréables que ceux que j’ai eu (cf. « J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les effets« ). Le sevrage a duré deux mois et demi et les effets vraiment indésirables (boutons, […]

  13. Coucou ! Comme je disais sur l’article de Camille j’ai moi aussi arrêté la pilule. C’était au mois de mars je crois. J’avais décidé de la stopper car j’avais pris 13 kilos en 10 mois alors même s’il devait y avoir d’autres facteurs, je me suis demandée si ça ne venait pas aussi de ça. Car en plus au début de ma prise de poids c’était une nouvelle car avant j’avais un générique de la Diane que j’ai demandé à changer à cause de l’actualité qui en était à ce moment là.
    Je ne saurai pas dire si l’arrêt de la pilule à changer quelque chose car en même temps je me suis mise à beaucoup pratiquer le sport et à modifier complètement mon alimentation. Mais je perds doucement et surement. Je n’aurai pas attendu des mois pour voir la différence, si oui ou non je perdais du poids.

    Je me suis fais poser un stérilet, tout comme toi, et pour rien au monde je ne reviendrais à la pilule. Je disais justement à mon copain l’autre jour que c’est un réel plaisir de ne pas avoir à penser à ça. Par la même occasion je suis passée à la coupe menstruelle et je trouve ça génial !

    Répondre
    onsenfiche - 19 novembre 2014
  14. je prenais la pilule pendant 5 ans et demi et un jour j’ai décider de l’arrêter
    pourquoi ? car j’avais des nausées tout les soirs, j’étais tout le temps énervé
    bref j’ai arrêté subitement
    et dés le premier mois j’ai eu des effet sur cette arret
    – j’ai prix un taille de soutien gorge
    – hyper mal au sein (impossible de toucher)
    – je suis devenu hyper calme( bon sa c’est un bon point)
    – une acné horrible malgrés le changement de routine soin et maquillage
    – plus de nausée
    – la libido est revenu au top ( car avant plus rien du tout)
    – perdu du poids
    – et je me sentait beaucoup mieux

    par contre rien n’a changé au niveau de me règles
    peu être qu’elles durent un peu plus longtemps que quand je prenais la pilule ( 2 jours de règles sous pilule et 5 sans)
    aujourd’hui cela fait 1 ans et demi que j’ai arrêté et je la reprendrais pour rien au monde

    Répondre
    benoit - 20 novembre 2014
  15. bonjour, à toutes
    J’ai 47 ans et je n’ai jamais eu de cycles réguliers, j’ai donc repris la pilule après avoir eu mon petit bout aussi pour ça.
    un jour j’ai décidé d’arrêter après la fin de la plaquette.
    bon alors effectivement je suis moins irritable, mon poids redevient stable, c’est plus facile d’en perdre.
    par contre, j’ai une peau plus grasse, alors qu’avant il fallait que je l’hydrate en permanence, maintenant c’est le contraire et c’est pas facile à gérer.
    mais bon au vue de vos commentaires j’espère que cela vas aller de mieux en mieux.
    rien que le fait de ne plus être obligé de prendre ce petit cachet tous les jours, rien que ça me déprimais.
    en attendant les beaux jours.

    Répondre
    isa - 15 février 2015
    1. Coucou Isa,

      Oui c’est normal le fait de prendre des hormones nous fait un yo-yo côté hormonal et le corps doit après l’arrêt se remettre à fonctionner normalement ce qui ne va pas sans heurts. Pour ma part cela fait maintenant 10 mois tout pile que je l’ai arrêté je suis passé par une bonne période boutons, j’en sors à peine mais tout doucement, tout progressivement, même ados je n’avais jamais eu des boutons comme ça mais ça en vaut la peine alors j’ai tenu bon, fini les jambes lourdes, le gras en plus, la libido en berne et les cheveux/yeux/peux secs !
      Mais voilà il faut être prête à endurer ça et c’est pas facile, j’ai des copines qui dès qu’elles ont vu les boutons arriver ont repris la pilule, c’est un choix. Moi j’ai vu ça comme l’occasion de m’affranchir du regard de l’autre, moi qui depuis toujours n’ai jamais eu un seul bouton et une peau de bébé. Aujourd’hui encore j’ai des imperfections dans le dos, j’espère qu’elles vont diminuer et disparaître pour les beaux jours, pas facile facile mais ça en vaut vraiment le coup, promis !

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 17 février 2015
      1. coucou
        le pire pour moi c’est cette peau grasse avec les petits boutons et surtout dans le dos, moi qui n’en ai jamais eu. je vais d’ailleurs aller acheter crème de jour, fond de teint etc… tout ça pour peau grasse (évidemment).
        Et les cheveux, tout une histoire, moi qui ait les cheveux très fins un peu frisés et qui suit obligé de faire les plaques 1 fois par semaine et qui doit en plus les colorer à cause des cheveux blancs.
        Du coup super galère parce qu’en lavant les cheveux 2 ou 3 fois par semaine, plus possible de faire les plaques, ça les a abimé.
        Il faut en plus que je trouve des astuces pour les coiffer (sans les plaques), c’est la crise tous les matins.
        Enfin en lisant ton post, j’ai lu un autre point positif, les jambes lourdes, j’ai également des problèmes circulatoires, avec gonflement des jambes, surtout quand il fait chaud, si cela disparait, se serait le top !!!
        De toute façon quoi qu’il en soit la pilule pour moi c’est terminé
        En attendant des jours meilleurs, mais la pilule on est mieux sans…

        Répondre
        isa - 18 février 2015
        1. Ralala si tu savais, je n’ai jamais utilisé autant de fond de teint que depuis que j’ai arrêté cette satanée pilule !
          Mais je ne reviendrais en arrière pour rien au monde ! Je te conseille en revanche côté maquillage du minéral sans cochonneries qui soignera ta peau et la matifiera plutôt que de l’encrasser avec des silicones (ne va pas m’acheter ces gammes de m**** Laroche Posay, Vichy et Cie stp !). Pour les cheveux pourquoi ne les laisses-tu pas pousser et garder leur forme naturelle ? (c’est beau un peu long et bouclés :-)), parce que les plaques c’est abusé, c’est comme si tu passais le fer à repasser sur les cheveux, cela devrait reste occasionnel, tu ne peux pas consciemment tuer tes cheveux comme ça ! (moi je ne les sèche même pas au sèche-cheveux alors tu vois)

          Répondre
          Sabrina de Bio Pas Cher - 19 février 2015
          1. Merci pour tes conseils je pensais aller chez yves rocher.
            Pour les cheveux ils sont plutôt courts.
            Mais la frisure n’est pas au top, ils sont ni frisés ni raides.
            Bref la grosse galère pour les coiffer.
            je voudrais tenter le henné pour la couleur mais j’ose pas trop.
            Par contre un autre effet bénéfique j’ai beaucoup moins de migraines. J’en ai simplement au début de mon cycle, c’est déjà ça.
            Il faut avoir la positive attitude! !!

            Isabelle Caporossi - 19 février 2015
          2. Mhh…Yves Rocher c’est vraiment de la m**** côté compo tu le sais ?
            Du green washing, on se donne une image verte mais on vend des produits qui ne risquent pas de faire effet. De toute façon dites-vous bien qu’un bon produit ça se paie, c’est pour ça que mieux vaut avoir des produits naturels de base et savoir les utiliser ou ne pas en acheter 15 000, à bon entendeur ^^
            Le henné par contre si tu es brune ou châtain c’est génial, ça rend les cheveux plus forts et bien brillants 🙂

            Sabrina de Bio Pas Cher - 19 février 2015
          3. bonjour !! je viens de lire tout le post concernant l’arret de cette satanée pilule… je l’ai arrêté il y a seulement 20 jours, je l’a prenait depuis… presque 16 ans !! (j’en ai 35). J’ai décidé de l’arrêter car je ne supportait plus l’idée d’ingurjiter ces hormones depuis trop longtemps, envie d’un corps fonctionnant naturellement… J’avais également les jambes lourdes, peu de libido, et des douleurs au coeur récurantes un mois avant l’arrêt. Bon en 20 jours tout ce que j’ai pu observer pour le moment c’est des jambes de plus en plus “légères”… la sensation est assez flagrante, j’avais oubliée ce que c’était de marcher sans se traîner les jambes . j’attends de voir si comme vous : acné, pb de peau… tout ça tout ça…. Maintenant de mon côté c’est stérilet en cuivre sans hormones (plus jamais ça !! ), j’avoue que la pose a été…. très très très douloureuse, a la limite du malaise, au secours !!! ça réconforte de voir que je ne suis pas la seule a avoir cet avis sur ce poison…… merci d’avoir écrit ce post pour qu’on puisse échanger nos ressentis sur ce sujet tabou, car oui la pilule a été considérée comme une libération pour la femme, mais a quel prix ?? a tout bientôt, ci joint un article très intéressant aussi. : )

            http://www.alternativesante.fr/contraception/pilule-on-vous-cache-la-verite-depuis-50-ans

            Ps : euh, question : où et sous quelle forme trouve tu du « desmodium », merci !!!

            léti - 1 mars 2015
          4. Je ne connaissais pas cet article du Pr Joyeux qui résume très bien tout ce qui est reproché à la pilule depuis ses débuts, merci pour le partage 🙂
            On est énormément à décrire ce que toi et moi avons vécu sous pilule mais le combat reste encore long. Je pense qu’il faut juste que les femmes soient extrêmement conscientes de ce qu’elles ingurgitent avec la pilule et ne la prennent pas trop longtemps (s’il devait y avoir un juste milieu). Et quand je vois quelques commentaire où l’on m’a accusé de tenir des propos dangereux en conseillant aux femmes d’arrêter la pilule (mais pas toute contraception), je vois bien que certains ne comprennent pas les cris d’alertes que je lance à la suite des nombreux précédents…dommage parce que pour le coup je suis vraiment dans le souci d’un juste milieu et d’un non intégrisme mais quad on voit les dégât s de la pilule sur la santé je trouve cela absolument nécessaire d’y réfléchir un instant 🙂

            Ps : le desmodium se trouve sous forme de poudre dans des pilules ou de plantes séchées en parapharmacie, magasins bio ou herboristeries. Mais je conseille énormément le complexe à boire Drainaflore qui s’est avéré bien plus efficace (en effet le desmodium je l’ai compris après coup soutient le foie mais ne le détoxique pas forcément)

            Sabrina de Bio Pas Cher - 1 mars 2015
  16. Bonsoir,

    Merci pour l’article. Cela prend toujours beaucoup de temps de rédiger un article et de tenir un blog plus largement. Donc merci.

    Je voudrais juste faire deux remarques à propos de cet article, et de votre expérience de la pilule :

    1/ Je pense qu’au cours de vos premiers mois de prise de la pilule vous auriez du être plus attentive aux effets ressentis. Voir que vos cheveux étaient moins denses, que vous aviez moins d’endurance, que vous aviez pris du poids. Ces symptômes que vous décrivez semblent signifier que votre pilule n’était pas adaptée, ou qu’elle l’était au début mais plus par la suite. Or 10 ans avec une même pilule, quand celle-ci ne convient pas, me semblent être une éternité.

    Ne prenez pas mal mes remarques, j’ai ressenti certains des effets que vous décrivez… Sauf que j’ai changé de pilule au bout de 4 mois pour cela.

    2/ Je pense que vous auriez mieux vécu cette période avec une pilule progestative pure. Les effets que vous avez ressentis sont surtout dus aux oestrogènes : rétention d’eau, émotions difficilement contrôlables, endurance sportive réduite,…
    Je ne sais pas si vous comptez définitivement renoncer à la contraception, mais si ce n’est pas le cas, ou si vous changez d’avis, je vous conseillerais de prendre une pilule progestative pure : Cérazette pour être précise !! C’est celle que je prends, ayant ressenti les mêmes désagréments avec les autres pilules. Je ne sais pas pourquoi quand les gens parlent “de la pilule”, ils oublient toujours qu’il y a vraiment plein de sortes de pilules, mais surtout deux grandes catégories : les combinées, qui sont les plus dangereuses (risques accrus de trombose veineuse, cancer de l’utérus,…), et les progestatives pures (il y en a moins : MICROVAL je crois, et Cérazette). Les progestatives pures sont les moins dangereuses (on les donne aux fumeuses après 35 ans). Si vous avez la chance de ne plus avoir de règles en prenant cette dernière catégorie de pilule (50% de chances :P), alors votre vie ne sera que meilleure !! Le risque de cancer de l’utérus est réduit car le niveau d’hormone stabilisé, donc le système est “endormi” temporairement.

    Globalement, ce que l’on remarque à propos de contraception, c’est que la plupart des “grands spécialistes” toujours médiatisés et influents sont des hommes, qui parlent souvent des femmes comme de petites choses manipulées, que l’on peut gaver aux hormones à souhait. L’obscurantisme est roi dans le domaine de la santé pour tout ce qui concerne les femmes, ce sont comme les dernières niches du patriarcat du siècle dernier. Restons informées, multiplions les sources et les points de vue, afin de choisir en toute connaissance de cause notre contraception.

    🙂

    Pavé césar, ceux qui vont dormir te saluent…

    Répondre
    typh - 2 mars 2015
    1. Salut Typh et merci pour le gentil message 🙂

      E, fait non, tout cela n’est arrivé qu’extrêmement progressivement, ma pilule me convenait parfaitement (et j’ai essayé celles dont tu parles à un moment quand le scandale des pilules 3ème génération a éclaté) et ça a été un enfer elles ne me convenaient pas : acné, peau grasse, rétention, etc.
      Donc non ce n’est pas une simple question de pilule adaptée ou pas, c’est une question d’effets secondaires à long terme.

    2. Pour ma part, pareil que Typh ! J’ai testé plusieurs pilules oestrogèniques et à chaque fois avec beaucoup d’effets secondaires : nausées et migraines terribles (au point d’être en arrêt de travail quand j’avais mes règles). Après 7 ans la gynéco a finit par me dire “il ne vous reste plus que la micro-progestative” : je revis ! Enfin une pilule adaptée, plus de règles ni les effets associés. Pourquoi elle ne me l’a pas donné plus tôt ? Bref, n’hésitez pas à changer de pilule et à trouver LA bonne. Sinon passer au stérilet au cuivre (sans hormone). J’hésite à passer au “rien ou stérilet au cuivre” car j’ai peur d’avoir de nouveau mes règles abondantes, douleurs, etc.

      Répondre
      Liza - 7 juin 2015
      1. Salut Liza, oui moi aussi au final Jasmine malgré les désagréments était elle qui me convenait le mieux : toutes les autres avaient été un désastre !
        Je comprends pour le reste et malheureusement seul le fait de se lancer pourra te dire 🙂

        Répondre
        Ca Se Saurait - 7 juin 2015
  17. Bonjour,

    Je suis tombée par hasard sur ton article et je souhaite y participer.
    J’ai 25 ans j’ai arrêté la pilule il y a 5 mois maintenant après 9 ans de CALVAIRE !!

    Je suis une migraineuse et après des réflexions poussées je me suis rendu compte que la pilule influait beaucoup sur mes maux de tête. J’avais déjà des migraines avant de la prendre (problèmes de cervicales et dos) donc je ne m’étais pas posée la question si c’était en relation.
    Le fait est que depuis 2 ans (et 6 mois maintenant) plus ça allait moins ça allait; les crises était de plus en plus forte.

    Vu que ça n’allait toujours pas j’ai décidé de tenir un agenda pour en trouver la ou les causes. Je voulais savoir pourquoi je suis la seule dans la famille a en avoir! Je vous passe les détails entre séances chez le kiné et ostéo, inscription sur le site SOS Migraine, faire gaffe à mon hygiène de vie bla bla bla…
    A côté de ça mon médecin m’a fait changer plusieurs fois de pilule après le scandale de diane 35 : minidril, leeloo et melodia.
    Et après 4 mois a tout noté BINGO. Les plus grosses crises était 3 jours avant mes règles.

    J’ai tout stoppé sans consulter médecin et gynéco et franchement je re VIE ! Alors oui j’ai retrouvé l’acné que j’avais et les cheveux gras mais surtout je n’ai plus mal à la tête comme avant. Mon corps à mis le temps à se remettre en route (3 mois) mais je me sens mieux au quotidien.

    A voir sur le long terme mais pour le moment c’est le meilleur choix que j’ai fait dans ma vie.
    Et déjà un kilo en moins en fonctionnant de la même manière qu’avant!

    Répondre
    ptitemarin - 5 mars 2015
    1. Oui, je crois qu’à divers degrés la plupart des femmes finissent par ne plus supporter la pilule pour X ou Y raisons. Et encore tu as eu l’intelligence d’y penser ! Je suis sûres que beaucoup d’entre nous se traînent des petits soucis quotidiens qu’elles ne relient absolument pas à la pilule et qui ne sauront jamais que c’était du à cela et qui se diront “-Oh tiens ça a disparu”! sans faire le lien…
      Comme la blague que les hommes se racontent sur les femmes qui “ont la migraine”, aussi bien cette expression n’existait pas avant la généralisation de la pilule puisque les femmes n’étaient pas à moitié castrées chimiquement ^^, je demanderais à ma grand-mère 🙂

  18. Bonsoir à toutes!

    Je viens apporter mon témoignage suite à l’arrêt de la pilule. Je vais avoir 37 ans en mai. J’ai 2 enfants.
    J’ai décidé en janvier 2015 de ne plus prendre la pilule après de 5 ans et demi de loyaux services, sans oubli.
    Sous pilule, j’étais très souvent nerveuse, je m’énervait pour un rien, mon mari, le pauvre il a souffert, il ne me comprenait plus, heureusement qu’il m’adore.
    J’avais totalement perdu la libido, j’ai cru que je n’aimais plus mon mari, je doutais de mon amour pour lui, car je ne voulais pas faire l’amour, je trouvais des excuses tout le temps. Cette saleté a failli briser mon couple!!!!! et oui il n y a pas de vie en couple sans sexualité.
    J’avais les cheveux qui se cassaient beaucoup, pendant les 5 ans mes proches me demandaient ce qui arrivait à mes cheveux. J’avais les seins douloureux en permanence.
    J’avais aussi des bouffées chaleur, même en hiver, je transpirais beaucoup, je ne comprenais rien, car avant la pilule, ce n’était pas le cas.
    J’ai fini ma dernière plaquette le 22 janvier, et pour rien au monde je ne reprendrai la pilule. A l’arrêt de la pilule j’ai eu 2 boutons sur le visage, des migraines pendant une semaine et puis c’est tout.
    Fini mon irritabilité, ma libido est revenue, mon mari trouve que j’ai changé. Je suis redevenue moi même, je ne me reconnaissais plus quand j’étais sous pilule.
    Je n’ai eu aucun problème au niveau cutané, il faut dire que la nature m’a gâté coté cutané, je n’ai jamais eu d’acné même à la puberté.
    La pilule c’est un POISON, je ne la conseillerai à personne. Je ne regrette pas mon arrêt.
    Je préfère avoir un calendrier sur ma table de chevet pour noter les dates de règles que de reprendre ce poison.
    Par contre mes règles sont revenues à la date prévue en février. donc pas de dysfonctionnement particulier.
    Merci à toutes pour les témoignages.

    Répondre
    Sandra - 8 mars 2015
    1. Salut Sandra, la chaaaaance que tu as eu de n’avoir aucun problème cutanés ^^
      Cela prouve à toutes celles qui ont eu peur des conséquences de l’arrêt de la pilule en lisant mon article que l’on est pas toutes logées à la même enseigne et que cela n’est QUE du positif pour certaines 🙂
      Au top ton témoignage : MERCI !

      1. Salut Sabrina!

        Oui il ne faut pas avoir peur d’arrêter cette fichue pilule, j’avoue que moi aussi j’avais peur au début quand j’ai lu les témoignages des effets négatifs de l’arrêt de la pilule.
        Mais est ce que ça vaut la peine de continuer de s’empoisonner avec les hormones au lieu de l’arrêter et d’avoir de l’acné que l’on peut masquer avec du maquillage? D’avoir une thrombose? En plus l’acné finira par partir, je sais que ce n’est pas facile de vivre avec des boutons douloureux, mais moi franchement je préfère vivre quelques temps avec l’acné que de continuer la pilule.
        Moi c’est fini la pilule!!!
        Les filles, ne vous fiez pas à ce que les autres racontent sur l’arrêt de la pilule, chaque personne est unique en son genre, on ne peut pas avoir toutes les mêmes conséquences.
        Moi par exemple je n’ai jamais prit un gramme de poids en cinq ans de pilule, juste mes seins qui gonflaient et c’est tout.
        Je prenais Adepal, ma copine prenait aussi Adepal et elle grossissait tellement qu’elle a arrêté la pilule pour le stérilet, et elle n’a eu aucun problème particulier à l’arrêt de la pilule.
        Voilà, pour celles qui hésitent, lancez vous, courage n’ayez pas peur!!!
        Vous verrez le plaisir qu’il y a à être sois même, sans avoir à s’inquiéter d’oublier de prendre la pilule.
        COURAGE !!! LAISSEZ LA PILULE Moi j’aurai dû l’arrêter depuis si j’avais prit conscience de la saleté que c’est.

        Répondre
        Sandra - 9 mars 2015
        1. Merci pour le témoignage Sandra 🙂
          Effectivement il faut bien garder en tête que l’on est toutes différentes, n’ayez pas peur en lisant les conséquences qu’a eu l’arrêt de la pilule sur moi : oui cela peut vous arriver mais oui c’est mieux d’en passer par là et d’être ensuite tranquille que de continuer si ça ne va pas ^^

          1. Bonjour Sabrina

            Pour en revenir au fait que nous sommes toutes différentes, quand je prenais la pilule, j’avais des transpirations excessives la nuit, je nageais dans mon lit!!! j’étais souvent obligée de me changer en pleine nuit, et ceci même en plein hiver et cette transpiration avait une forte odeur, je n’y comprenais rien, mon odeur corporelle me gênait. Depuis l’arrêt de la pilule, MIRACLE, plus une seule goutte de transpiration au milieu de la nuit, même sans utiliser une déodorant, je n’ai aucune odeur désagréable. Je dors mieux car sous pilule, j’avais des troubles de sommeil, un petit bruit me réveillait et je n’arrivais plus à retrouver le sommeil, du coup j’avais en permanence les poches sous les yeux le matin. Les poches sont entrain de se réduire petit à petit depuis l’arrêt de la pilule. OUFFFFF, je revis normalement, je suis soulagée.
            Si vous avez des fortes transpirations nocturnes et des troubles de sommeil, la pilule est peut être la cause!!!!

            Sandra - 12 mars 2015
          2. Oui, il y a tellement d’effets secondaires différents selon les femmes, c’est fou dans certains cas comme le tien la puissance des ces effets ! Et combien de temps as-tu subi cela sans trouver la cause ?

            Sabrina de Bio Pas Cher - 12 mars 2015
          3. Les troubles de sommeil ont commencés environs 2 mois après le début de la pilule exactement au mois de juillet 2009 car j’ai commencé la pilule en mai 2009, jusqu’à ce mois de janvier 2015, donc on va dire que j’ai subi ces effets pendant 5 ans et 8 mois, QUELLE HORREUR!!!!!. C’est en fin février que j’ai commencé à ressentir que les effets de la pilule s’en allaient et qu’il y avait de plus en plus des changements positifs dans ma vie quotidienne. JE TRANSPIRAIS EN JOURNÉE MÊME AYANT MIS MON DÉODORANT ANTI TRANSPIRANT MÊME PLEIN HIVER.

            Sandra - 12 mars 2015
  19. Hello

    Merci pour cet article ! Pourrais tu me dire au bout de combien de temps tu as commencé a retrouver ta libido ? as tu eu tes règle tout de suite ? J ai mis le sterilet il y a 1 mois et demi… j ai bien tous les effets négatifs mais rien de positif pour l instant et je n ai surtout plus de règle… l arret de cette pillule est surtout pour la libido… j ai peur que ca ne revienne jamais…

    Merci d avance pour ta réponse.

    Audrey

    Répondre
    lienard - 21 mars 2015
    1. Haha Audrey ne t’inquiètes pas comme ça ! Tout n’est pas millimétré c’est notre corps !
      Tes règles reviendront régulièrement avec le temps et ta libido sera aussi forcément au rendez-vous, sauf si la pilule n’avait en fait pas d’effets sur toi à ce niveau-là, nous sommes toutes différentes mais comme je le dis dans un autre commentaire, moi j’ai vraiment vu l’effet libido entre le second et le troisième mois 🙂
      Reviens nous dire !

      Répondre
      casesaurait - 21 mars 2015
  20. Comme toi j’ai décidé d’arrêter la pilule après 6 ans et 12 kilos plus tard, je me suis fais poser un stérilet en cuivre.
    Raison de ce changement les kilos et des cheveux qui devenaient de plus en plus gras, impossible de tenir 2 jours sans faire de shampoing. Certes aujourd’hui il le sont toujours mais j’arrive à tenir 3 jours. Par contre pour ce qui est des kilos là est le problème!!! En ne voyant pas de différence depuis la pose j’ai décidé d’aller voir une diététicienne, ça va faire 2 mois, 2 kilos de perdu et je stagne. Quelques jours avant l’ovulation je reprends entre 1 et 1,5 kg, que je perds une fois celle-ci passée mais impossible de descendre en dessus d’un certain poids, c’est une horreur. Quand je fais référence à un problème hormonal à ma diététicienne, je n’ai pas de réponse, et elle trouve toujours une autre excuse au fait que ça méthode à index glycémique ne fonctionne pas sur moi. Ca ne fait que 4 mois que je ne prends plus d’hormones donc le temps que mon corps les libèrent je suis bien consciente que cela puisse prendre du temps, mais est ce qu’une d’entre vous a eu du mal à perdre??

    Répondre
    Anne-Laure - 23 mars 2015
    1. Salut Anne-Laure 🙂

      A mon humble avis, no panic ! Laisses faire le temps, vraiment, moi la perte s’est effectuée très progressivement sans même que je ne m’en rende parfois compte.

      Que manges-tu sur une journée type ?

      Répondre
      casesaurait - 23 mars 2015
      1. Je mange du pain complet au petit déjeuner avec beurre et confiture, thé, 1 fruit, et un fromage blanc à 0%, aux collations un laitage et un fruit et aux repas des légumes avec de la viande blanche, yaourt et fruit. J’essaie d’évité de craquer mais bon en cas de grosse faim ça m’arrive de craquer

        Répondre
        Anne-laure - 23 mars 2015
        1. Bon alors si tu veux mon avis, tu manges beaucoup de produits laitiers, essaies- de ne plus en prendre pendant un mois voir ce que ça donne sur ta peau.

          Les protéines de lait, faites pour l’estomac du veau sont trop grosses pour être digérées entièrement par notre système digestif ce qui engendre des lourdeurs et parfois cela surcharge un peu notre système, et cela se voit sur la peau, cela ressort sur elle. Souvent en naturopathie quand un ado a de l’acné on lui recommande l’arrêt des produits laitiers, ça aide.
          Remplace tes yaourts par des yaourts soja, teste un mois et vois les effets, tu ne perds rien 🙂
          Et au passage arrêtes ces m**** de yaourts 0%, les édulcorants artificiels qu’ils y mettent pour remplacer le sucre sont pires que le vrai sucre lui-même, une vraie connerie marketing !
          Essaie pourquoi pas de limiter les doses de beurre et de confiture, cela peut aider.
          Tu me dira ce que ça donne (si tu es partante ^^) !

          Répondre
          casesaurait - 24 mars 2015
  21. Oui je vais essayer, je termine mon stock et je commence après ça, je te dirais ça dans un mois, un mois et demi. Merci pour le conseil 😉

    Répondre
    Anne-Laure - 24 mars 2015
    1. Super ben vivement ton retour ! 🙂

      Répondre
      casesaurait - 25 mars 2015
  22. Hello !

    Je reviens poster un commentaire car j’ai un petit problème.
    Voilà, j’ai commencé mon sevrage il y a 2 jours (on peut difficilement faire plus récent) mais je rencontre un problème.
    En effet, j’ai de très fortes brûlures d’estomac engendrant aussi des sensations de ballonnements. Les brûlures m’ont quand même réveillée la nuit et empêchée que je me rendorme.

    Comme je suis assez sensible au niveau estomac (c’est de famille) je me demande si c’est dû au fait que je coupe mes comprimés (ce qui du coup abîme l’espèce de pellicule de protection qu’il y a autour) ou si c’est juste dû à la baisse hormonale.

    Je precise que je prends jasmine depuis 7 ans et qu’elle ne m’a occasionné des effets secondaires que ces deux dernières années (cheveux plus fins et peau toute fine et fragile). J’ai aussi remarqué que j’avais de plus en plus de mal à digérer les aliments et que j’avais plus souvent des nausées. Est ce dû à la pilule, mystère.

    J’ai appelé mon gynéco qui m’a dit qu’il n’avait jamais vu une fille arrêter sa pilule progressivement mais que bon ça ne lui semblait pas risqué. Il m’a aussi dit qu’il ne savait pas d’où provenait les brûlures.

    Donc je me tourne vers vous pour savoir si je suis la seule dans ce cas ou pas ! Si jamais le fait de couper les comprimés me donne des brûlures je pense que je prendrais les comprimés entiers mais un jour sur deux puis un sur trois puis un sur quatre.

    Merci à toutes !

    Répondre
    calinette - 26 mars 2015
    1. Alors là vraiment Calinette je n’ai pas de réponse non plus, désolé…
      Peut-être plutôt que votre flore intestinale, déjà fragilisé à la base et encore plus par la pilule est perturbée en ce moment et qu’elle doit s’habituer à retrouver un certain équilibre…

      Répondre
      casesaurait - 27 mars 2015
    2. Coucou,

      Tout comme toi, j’ai arrêté la pilule il y a peu (juste une semaine) . Ayant des soucis intestinaux et fragilité à ce niveau là, je fais en parallèle une cure de levure de bière et je dois dire que je ne me suis jamais aussi bien senti niveau digestif et intestinal. En plus, cela me fait une jolie peau (moi qui suis habitué à la rosacée) comme je ne l’avais pas vu depuis longtemps et cela a aussi un impact sur les cheveux et les ongles plutôt positif.
      Donc regardes de ce coté là.

      Répondre
      Sabrina - 30 mars 2015
      1. Merci Sabrina pour ce conseil !

        Répondre
        Ca Se Saurait - 31 mars 2015
  23. Bonjour à toutes !

    Juste un petit commentaire pour vous signaler que depuis que je mets ma pilule coupée dans des gélules vides, je n’ai plus du tout de brûlures.

    Si d’autres filles sont dans mon cas, n’hésitez pas à faire l’essai de placer votre pilule dans des gélules, pour moi ça a tout changé !

    Je voulais aussi vous dire qu’une semaine après le debut du sevrage, l’effet qui me perturbe le plus est… l’hypersalivation.

    J’ai lu sur des forums que c’était un signe de grossesse (impossible dans mon cas) mais je crois tout simplement que mon corps a déjà senti la baisse d’hormones et est en train de s’adapter (l’hypersalivation diminue au fil des jours).

    Voilou !

    Merci à toutes !

    Répondre
    Cali - 1 avril 2015
    1. Ha super Cali, heureuse d’entendre que tu ne souffres plus et que tu as trouvé une solution 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 2 avril 2015
  24. […] Début mars j’ai eu la chance de rencontrer sur un stand de la Foire Internationale de Nice un naturopathe de la région marseillaise qui m’a conseillé pour tenter de régler définitivement mes problèmes de peau suite au sevrage de la pilule. […]

  25. Trop bien cet article il me conforte dans mon choix! Je viens d’arrêter cet °°°°°°° pilule car je la soupçonne de me causer pas mal de “petits” désagréments qui s’empirent un peu plus avec le temps! J’ai hâte de pouvoir constater tous ces effets positifs 🙂

    Répondre
    Jo - 26 avril 2015
    1. Je te le souhaite aussi Jo, reviens nous faire un retour ou poser des questions si tu as besoin 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 27 avril 2015
  26. Bonjour

    J ai arrêté seulement depuis un mois et demi la pillule. Ça faisait 18 ans que je la prenais. Je vais avoir 35 ans.
    Comment dire… C est le pied!!!
    Quel saloperie cette camisole chimique.
    Merci pour votre analyse.
    J espère que ça va aider d autres femmes a y voir plus clair.

    Répondre
    manue - 6 mai 2015
    1. Merci à toi Manue pour ce retour 🙂

      A quels effets (positifs et négatifs) as-tu eu droit ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 6 mai 2015
  27. Bonjour.
    Je suis ravie de voir ces effets positifs.
    Je constate un amincissement de mes cheveux depuis la prise de ma pilule (mercilon puis jasmine), j’aimerais arrêter mais j’ai peur de l ‘effet rebond et d’une chute spectaculaire. As-tu perdu plus de cheveux au début de l’arrêt ou pas du tout? Merci beaucoup de ta réponse.

    Répondre
    calypso - 9 mai 2015
    1. Salut Calypso 🙂

      L’effet rebond malheureusement est totalement imprévisible, en revanche ce qui est sûr c’est que prendre la pilule sur le long terme est nocif donc à choisir, tu ne fera que reporter l’échéance donc autant en finir au plus vite, ‘est en tout cas ma façon de voir 🙂
      Pour les cheveux je n’ai pas du tout eu de perte mais au contraire ils n’arrêtent pas de pousser depuis 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 9 mai 2015
  28. Bonsoir,
    Cet article me fait penser à ce que je vis. Je prends différentes pilules depuis maintenant 4 ans et je me demande si ma peau n’a pas changé à cause de ça. En effet j’ai remarqué des ridules sous mes yeux que je n’avais jamais remarquées auparavant. Ma peau (visage et corps) est devenue très sèche. Alors j’ai décidé d’arrêter depuis 2 semaines maintenant. Je me demandais, combien de temps il t’a fallu pour voir ta peau s’hydrater et effacer petit à petit ces fameuses ridules ?

    Répondre
    Juliettee - 10 mai 2015
    1. Salut Juliette,

      Alors déjà il y a l’âge, si tu as 25/27 ans ces ridules apparaissent normalement à cause de la vieillesse qui commence, ceci dit j’ai toujours la peau sèche et même si elle est plus belle les ridules sont là.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 11 mai 2015
      1. J’ai à peine 20 ans alors je me disais que c’était tôt pour avoir des ridules d’autant que j’ai pas tjrs eu la peau sèche comme ça. Ca m’attriste un peu de me dire que j’en ai à cet âge-là lol

        Répondre
        JULIETTEE - 11 mai 2015
        1. Hé bien certains en ont plus tôt, des fois je remarque des filles qui en ont à cet page-là. Après ça dépend ce que tu entends pas ridule(est-ce que ce sont des plis multiples et très très fins très en surface de la peau que tu ne vois coin des yeux que quand tu souris par exemple ou est-ce que c’est un sillon, fin, mais toujours visible au bord des lèvres (là où tu souris) ?

          Répondre
          Ca Se Saurait - 12 mai 2015
      2. Des petits plis sous les yeux permanents. La dermato dit que c’est de la déshydratation et que ça part avec un hydratant. Les pharmaciennes pareil mais malgré les contours des yeux, rien n’y fait. Enfin ça c’était avant que j’arrête la pilule, c’est un peu ma dernière chance. Je me demandais combien de tps tu penses il faut attendre pour dire que la peau est redevenue comme avant (avant la pilule) ? Parce dans les commentaires, je lis plusieurs mois pour un retour à la normale. Peut-être qu’il faut du temps pour que la peau se regorge d’eau, se réhydrate

        Répondre
        JULIETTEE - 12 mai 2015
        1. Hé bien pour te dire moi un an après ça commence à peine à redevenir normal (2 tout petits boutons on va dire) mais mes pores sont plus dilatés, j’ai plus facilement des points noirs et des imperfections avant les règles et les ridules elles sont restées ! (si c’est déjà un pli ça ne partira plus il faut le savoir, c’est le collagène qui est cassé, c’est irréversible). Donc j’espère que cela va continuer à s’améliorer mais j’ai peur que cela ne revienne jamais à ma peau de bébé d’antan…(je ne veux pas te faire de fausse joie)

          Répondre
          Ca Se Saurait - 12 mai 2015
  29. Bravo pour cet article !
    Il faut le dire, tous les effets secondaires ne sont clairement pas précisés ! En tout cas moi aussi j’ai redécouvert ma libido quand j’ai arrêté ma pilule après plus de dix ans de prise. Et mes cheveux ne sont plus ceux qu’ils étaient mais ça repousse 🙂 Les odeurs corporelles, je n’y avais pas pensé mais c’est vrai !!! Et je suis d’accord avec d’autres ça a des effets sur la personnalité.
    Merci pour cet article 🙂

    Répondre
    Jenny - 17 mai 2015
    1. Et merci à toi de venir encore montrer qu’une femme de plus est d’accord ! 🙂
      Tes cheveux n’ont donc pas du tout repoussé ou ne se sont pas renforcés ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 18 mai 2015
  30. […] teinte adaptée. Son prix : 15 € environ (avec une utilisation quotidienne assez soutenue pendant ma période post-pilule un pot me dure près de 5 à 6 mois (un an quand je n’avais aucune imperfection, mais ça […]

  31. Wahou !

    Ton article m’a conforté dans mon choix d’arrêter la pillule!

    J’ai arrêté la pilule il y a maintenant 2 mois (que je prenait depuis 2007 ) car je n’arrivait pas à comprendre ma perte de libido… j’ai lu plusieurs articles et j’ai vu que cette p***** de pillule en était probablement la cause. En lisant tout vos commentaires j’ai bon espoir que ca revienne (mon chéri commence à en avoir marre). Pour le moment j’ai juste 2, 3 boutons en effet, dont je comprend maintenant mieux l’origine. Mes règles ont dû mal à revenir aussi, mais c’est encore récent donc je vais voir ce que ca donne dans les prochains mois, le temps que mon corps revive !

    Répondre
    Céline - 30 mai 2015
    1. C’est tout ce que je te souhaite Céline 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 31 mai 2015
      1. Mon dieu que ça fait du bien de vous lire aussi positives les filles !
        Merci pour cet article salvateur.

        Perso je vais avoir 40 ans et sous pilule depuis 25 ans…..waouuuuuuuuuuuu rien que de l’écrire ça fait peur !
        j’en ai testé plusieurs avant d’opter depuis presque 15 ans la Cérazette….
        Biensur…..beaucoup d’effets secondaires et surtout à la reprise après mon accouchement il y a 6 ans…..
        Avec l’âge quelques nodules découverts aux seins…..j’ai eu le droit à la biopsie et tout le toutim puis ma gygy a voulu me mettre sous lutényl pour “me protéger” d’une mauvaise évolution de ces kystes….alors là…. LA CATA ……+ 6 kg en moins de 6 mois donc je suis revenue la voir et lui disant….j’arrête tout, c’est du foutage……..et elle n’a pas voulu entendre quoique se soit……j’ai eu le droit aux kilos dûs à l’âge…….bref, j’ai repis malgré tout Cérazette mais rien ne s’arrange donc j’envisage l’arrêt complet et définitif de tout ce poison !!!!!
        Vos témoignages sont encourageants…….je voulais seulement vous demander vos avis et expérience côté stérilet…..lequel envisager? j’avoue que je me demande même si je ne vais pas simplement ne plus du tout parler contraception…….voir demander à mon mari une vasectomie….LOL….pourquoi il n’y aurait que les femmes qui devraient trinquer!!!!!!!

        Encore merci pour ce lieu de partage !

        Répondre
        coco - 7 juin 2015
        1. Salut Coco, côté stérilet ben moi j’ai le NT380 short pour nullipares (en cuivre) donc pour arrêter les hormones ce sera forcément un stérilet cuivre et après le modèle à voir avec ta gynéco qui connais bien ton anatomie.
          Pour le reste tu as mon expérience du stérilet stipulée ici :
          Mais oui, si tu sens que c’est la pilule et ces hormones qui te gâche la vie franchit le cap !

          Répondre
          Ca Se Saurait - 7 juin 2015
  32. […] « J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les ef… […]

  33. Bonjour,

    ton blog est très inspirant, j’avais en effet déjà entendu parler du sevrage progressif sur beauté pure. J’ai 22 ans je prend la pilule depuis déjà 7 ans, je suis passée par toutes les pilules et meme l’anneau. il ya un an j’ai décidé de l’arreter et 3 mois après la CATASTROPHE, je n’avais jamais autant eu de boutons de ma vie. J’ai mis 8 mois à m’en sortir: après un test leelo, triafemi (par une gyneco incompétente qui ne cherchent qu’à masquer le problème), et ludeal qui semblait me convenir. + 5 mois de traitement antibiotique tolexine qui a fait ses fruits, j’ai maintenant une peau de bébé.
    Malheureusement je sais que les rechutes sont fréquentes après l’arrêt de la tolexine, et je souhaite arrêter la pilule définitivement pour passer au stérilet en cuivre. J’ai plusieurs questions:
    – Mes comprimés de pilule sont difficiles à découper, en effet ce sont des sortes de petites boules ovales… est il possible avec un bon cutter de le faire quand même?
    – Sinon j’envisageais la méthode d’espacement de la pilule connais tu des gens chez qui cela a marché?
    – et dernièrement, puis je me faire poser le stérilet et continuer à prendre la pilule de manière espacée en meme temps ? J’ai un copain et remettre des préservatif serait vraiment casse bonbons..

    Merci beaucoup de ta réponse !

    Répondre
    Aline - 12 juin 2015
    1. Salut Aline,

      Tout d’abord merci beaucoup à toi pour ce gentil mot 🙂
      Ensuite je crois que je vais un peu te décevoir avec mes réponses mais le fait est qu’en la matière comme souvent lorsqu’une nouvelle pratique se fait jour on n’a pas assez de recul pour en parler de manière détaillée donc oui je pense que tu peux découper tes cachets et que c’est mieux d’avaler une petite dose chaque jour qu’un cachet tous les deux jours (plus perturbant peut-être pour l’organisme alors que l’on essaie justement de ne pas le brusquer) mais je ne connais pas de personne ayant testé cette méthode donc je n’ai aucun retour…ceci dit dans le principe cela reste similaire donc c’est un sevrage différent c’est tout (ce qui à mon avis est mieux que pas de sevrage du tout). Pour le stérilet oui comme je le précise dans l’article tu te fais poser ton stérilet, tu continues ton sevrage et voilà, ce n’est en rien incompatible. 🙂 Il faut juste t’assurer de bien avoir une contraception avant d’entamer le sevrage puisque lors du sevrage la contraception n’est plus efficace.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 12 juin 2015
      1. Merci pour tes réponses, j’ai acheté le coupe médicaments je m’y met des que le sterilet sera posé, j’ai hate de me debarasser de cette pilule !

        En tout cas, tes articles sont d’une grande utilité, on trouve trop de messages de désespoir par rapport à ca sur internet et ca redonne confiance !
        Merci

        Répondre
        Aline - 12 juin 2015
        1. Tant mieux, c’est vraiment pour cela que je les fais 🙂
          Il faut toujours rester positif car si parfois le chemin est long (comme cela l’a été pour moi avec une année dont quelques mois de grosses imperfections sur le visage) au final ça vaut le coup !

          Répondre
          Ca Se Saurait - 12 juin 2015
  34. Pour ma part j’ai 36 ans et j’ai pris la pilule quand j’en avais besoin avec parfois des arrêts de plus d’un an et ce depuis l’âge de 19 ans. Après avoir changé plusieurs fois de pilules car elles ne me convenaient pas, j’ai pris ces dernières années Cérazette malgré des migraines et une baisse de la libido.
    Lors de l’arrêt des autres pilules je n’avais pas remarqué d’effets secondaires mais j’ai toujours plus ou moins eu des problèmes de peau, minimes mais présents. Lors de l’arrêt de Cérazette (désire de grossesse) ça a été une autre histoire… acné, cheveux gras, gonflement au niveau du ventre, douleurs aux ovaires… certains jours je n’arrivai presque pas à m’assoir tellement c’était douloureux. Tout ces symptômes étaient soulagés lors des règles qui sont revenues tout de suite et assez régulières.
    Les deux premiers mois ont été horribles, les deux suivants un peu mieux et 5 mois après je suis tombée enceinte.
    Lors du retour de couche j’ai testé le stérilet Mirena. On m’avait dit qu’il distillait l’équivalent d’une micro pilule par semaine et que donc peu d’effets indésirables… La pose a été douloureuse avec chute de tension.
    Ensuite j’ai tenu 2 mois avant de me le faire enlever (aucune douleur lors du retrait ouf!) car : retour de l’acné au visage (qui avait pratiquement disparu depuis la grossesse), apparition d’acné dans le dos et le décolleté, irritabilité, envie de rien, envie de pleurer pour un rien, maux de tête, ventre gonflé, douleur aux ovaires, sensation de constipation, douleur dans une fesse qui rendait la position assise très pénible… 2 semaines après l’avoir enlevé : reste l’acné et la douleur dans la fesse. Après le retour des premières règles reste que l’acné. Plus de migraine, ni de saute d’humeur, bcp moins d’hypersensibilité, libido +, cheveux + (j’ai aussi adopté le shampoing sans sulfate)…
    J’ai maintenant un stérilet en cuivre et j’en suis très contente! La pose s’est passé sans aucune douleur. Fini les hormones.
    En lisant votre article je me suis aussi rendue compte que la repousse de mes cheveux était peut-être bien liée à ça également (j’ai les mêmes petits cheveux que vous sur les côtés du front). Et depuis ma grossesse je pèse un kilo de moins qu’avant! Je suis très mince mais j’avais toujours le ventre un peu gonflé, une légère culotte de cheval et de la cellulite : tout cela à disparu sans rien faire!
    Maintenant je vais tester la cup pour cet été 🙂

    Répondre
    tos - 10 juillet 2015
    1. Salut Tos,

      Super témoignage, merci ! Tu en a testé des choses ^^
      Oui tu as certainement bien fait pour toi et pour l’environnement de te passer d’hormones même si c’est parfois le parcours du combattant (ou les montagnes russes dira-t-on ^^) entre temps !
      Je te conseille vivement la cup ! En ce moment j’en fait 3 fois par semaine + footing c’est hyper efficace (et ça se renforce à chaque fois puisque les graisses deviennent de plus en plus molles et donc partent vite).

      Répondre
      Ca Se Saurait - 10 juillet 2015
      1. Par la cup j’entendais la coupe menstruelle… 🙂

        Répondre
        tos - 15 juillet 2015
        1. Ho oui mince pardon qu’est-ce que je dis moi ^^
          Oui j’étais à fond sur ma ventouse moi !! Haha, excuse :-p

          Répondre
          Ca Se Saurait - 15 juillet 2015
      2. Je suis intriguée par cette histoire, il y a une autre coupe que la menstruelle et qu’on pourrait utiliser 3x /semaine? :p

        Répondre
        Céline - 15 juillet 2015
        1. Non Céline comme je l’ai répondu j’ai con fondu coupe menstruelle et ventouse anti celullite : Madame 3615 aucun rapport quoi ! :-p
          Enfin ceci dit ça a la même forme ^^

          Répondre
          Ca Se Saurait - 15 juillet 2015
      3. Haha oui mais je ne visualisais pas la ventouse maintenant j’ai compris :p

        Merci 🙂

        Répondre
        Céline - 15 juillet 2015
        1. Voilà, voilà ^^ X-)

          Répondre
          Ca Se Saurait - 16 juillet 2015
  35. Bonjour les filles,

    Merci pour ton article. J’ai 10 ans d’hormones derrière moi (d’abord sous forme de patch puis anneaux, en plus du fait que je dois en prendre pour ma thyroide) et ça fait presque 8 ans que mes soucis de libido me font souffrir. Gynéco, médecins et psy me disent tous que c’est psychologique. Mais aucun d’entre-eux n’a réussi à faire évoluer quoi que ce soit… et moi encore moins… je ne fais que perdre confiance en moi un peu plus à chaque fois.

    Et si c’était hormonal? 8 ans, ça me semble long… Jamais je n’y aurais pensé…ça n’est pas arrivé du jour au lendemain, mais maintenant je réalise : et si c’était les hormones? Puis je lis vos commentaires, et je me dis : Mon dieu, si c’est ça j’écris un livre ça n’est pas possible!

    Bref : j’ai décidé d’arrêté il y a deux jours. Suite au prochain épisode… et pour les boutons : j’en ai déjà souvent donc un peu plus un peu moins, let’s see!

    (J’ai aussi d’autres soucis type peau sèche, ballonnement et essoufflement. Avec le patch j’ai même eu des boutons style vraiment mal placés, si vous voyez ce que je veux dire… ils m’ont tous dit que c’était génétique (dermato et gynéco) ou psychologique (pour les psy, évidemment…). Finalement, ça m’est passé progressivement quand je suis passé à l’anneaux, si ça n’est pas dire que ça avait un sens…

    Je croise donc les doigts aujourd’hui pour un avenir avec moins de larmes sur le coin de l’oreiller car j’ai peur de ne jamais avoir envie “normalement”.

    Merci encore pour ton partage et celui de toutes les autres, je me sens pour la première fois moins seule 🙂

    Répondre
    Céline - 12 juillet 2015
    1. Salut Céline et oui c’est pour cela que les blogs sont aussi appréciés : on partage et sans filtre, sans intérêt donc c’est du “vrai”.
      Je pense d’après ce que je ressens à travers tes mots que tu penses effectivement que ce sont les hormones et si tu as cette intuition c’est que tu es certainement dans le vrai puisque seule toi le vis.
      Reviens nous en dire plus très vite !!
      Pour ce qui est d’en faire un livre c’est vrai que peu de gens en parlent mais je crois aussi avant tout que c’est parce que il faudrait toujours emmener des preuves scientifiquement validées et que le désir malheureusement ne se quantifie pas comme ça…ceci dit moi dont c’est le métier j’aimerais avoir les moyens de communiquer en radio ou en presse écrite sur ce genre de sujet, je vais voir tiens ^^

      Répondre
      Ca Se Saurait - 13 juillet 2015
      1. Je croise les doigts en tout cas 🙂 Au moins je serai fixée sur le fait que cela provienne ou non des hormones contraceptifs. Dans tous les cas, je n’envisage pas de reprendre un moyen de contraceptif hormonal. Etant réticente quant au stérilet, je pense passer au diaphragme. C’est plus contraignant d’un côté (encore qu’après il parait que ça devient naturel) mais à part ça je trouve qu’il a beaucoup d’avantages par rapport aux inconvénients. A J+4, je me sens assez bien, mes règles ont repris. Let’s see!

        Pour le livre, c’est plus dans l’idée de faire passer un message auprès des femmes. que de vraiment écrire un livre. (En passant, écrire un livre témoignage à plusieurs mains pourraient être intéressant tout de même. Que je ça ait un effet sur ma libido ou non, je lis que pas mal de femmes ont des choses à en dire).

        Comme tu le signales si bien, il est important de communiquer là dessus en indiquant bien que ce n’est pas une vérité absolue, et que ce n’est pas pour diaboliser les hormones à tout prix. Ce serait simplement pour permettre aux femmes d’avoir un regard plus large et plus conscient des présupposés risques afin de pouvoir faire des choix en connaissance de cause.

        Je crois beaucoup en la science… mais je pense qu’elle a aussi ses limites. Dès lors qu’il y a beaucoup de facteurs probables, comme ici, il devient très difficile d’arriver à des conclusions que l’on pourrait qualifier de “vérifiées scientifiquement”. Seulement, je pense que ça n’empêche pas chacun de faire part de son expérience personnelle afin de pousser la réflexion et l’observation collective.

        L’autre raison est aussi que pas mal d’expériences scientifiques sont faites pour rapporter de l’argent (ainsi va l’économie). Du coup, prouver que les moyens contraceptifs ne sont pas tout rose, surtout au niveau de la libido, n’est juste pas rentable, ça ferait même perdre de l’argent : celui des recherches + celui de tous les produits non vendus par la suite. (car les moyens contraceptifs sans hormones coûtent souvent moins chers au final).

        Bref, j’aurais aussi aimé trouvé ce genre d’infos bien plus tôt dans ma vie de femme. Et ce n’est pas faute d’avoir cherché… toute ces femmes qui se sentent sans doute isolée elles aussi doivent savoir, il faut que le tabou cesse à un moment ou l’autre. 🙂

        Merci pour ta réponse rapide en tout cas 🙂

        Répondre
        Céline - 14 juillet 2015
        1. Oui, ce que tu dis est très juste car modéré. Rien n’est tout noir ou tout blanc et ça ne sert à rien d’avoir, entre guillemets, des regrets parce que ce qui est fait est fait et nous l’avons fait avec les informations que l’on nous a donné sur le moment. Mais maintenant que beaucoup de femmes se battent pour dire que ça suffit je pense que pas mal de choses vont changer d’elle-même mais doucement, comme tout 🙂
          L’essentiel est d’avoir accès à l’info comme tu dis.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 14 juillet 2015
      2. Trois mois plus tard :

        J’ai à nouveaux des boutons sur le visage, et même sur le dos, le torse et les bras! (au départ, les deux premiers mois après l’arrêt j’en avais moins)

        Mais bon, c’est le seul point négatif. A part ça, je me sens : libérééééée, délibrééééée!

        Je ne me suis plus sentie aussi femme depuis longtemps! C’est comme si je m’étais retrouvée après tant d’années à me chercher; comme si mon corps et ma tête était enfin en cohérence.

        Et niveau libido, ça y est je sens les effets! J’ai à nouveau des envies, des fantasmes et même des frustrations! (et oui, j’avais presque oublié la frustration du désir inassouvi !) Bon le désir… parfois pas dirigé sur les bonnes personnes, j’ai pfs un peu envie de sauter sur tout le monde (ça dépend la période du mois)… mais bon ça, quand on a eu des soucis de libido pendant dix ans… c’est un détail! Mon amoureux peut en profiter <3 Et moi, je reprends confiance.

        Merci merci merci!

        Répondre
        Céline - 27 octobre 2015
        1. Yes, super, merci beaucoup de revenir donner des nouvelles 🙂
          Ce que tu décris est exactement ce que j’ai ressenti côté libido, redécouverte de la frustration (encore hier ^^), je suis devenue une vraie femme épanouie aussi, qui n’a pas peur de prendre les devant parce qu’elle a vraiment envie et les émotions aussi sont mieux canalisées même si bizarrement j’en ai justement plus, notamment juste avant les règles.

          Tu n’imagine pas à quel point je suis heureuse de me dire que j’ai pu contribuer à ton bonheur !
          Merci à toi d’être venu m’en reparler 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 28 octobre 2015
      3. Je suis contente que ça te fasse plaisir en retour !

        Ha oui un autre aspect très positif: je ne suis plus fatiguée de manière permanente. Avant j’avais toujours, ou presque, l’impression d’être au bout de ma vie. C’est terminé, je suis spitante maintenant ! Bon par contre j’ai tout le temps envie de manger mais bon, ce n’est qu’un petit mal en comparaison à l’énergie retrouvée 🙂

        Je reviens donner des nouvelles s’il y a du neuf 🙂

        Répondre
        Céline - 30 octobre 2015
        1. Ben ouais écoute c’est génial forcément ^^
          Peut-être une histoire d’hormones qui fonctionnent plus librement pour ta fatigue (ou alors d’hormones de pilules qui encombraient le système…), super pour le pep’s retrouvé ça a vraiment eu de supers effets sur toi ! Ravie !

          Répondre
          Ca Se Saurait - 30 octobre 2015
  36. Je suis contente de lire tout cela ! J’ai arrêter la pilule après plus de 23 ans de prise ! Et j’ai exactement les mêmes effets je me sens plus joyeuse mieux dans ma peau (j’ai testé après mon accouchement l’implant : j’ai fait une première chute, pied cassé et j’en ai fait d’autres, peut être que ça n’a rien à voir !)et j’ai décidé de tout arrêté du jour au lendemain et d’essayer le stérilet. Pareil pour la libido ! Je revis ! La peau ! C’est mieux aussi ! Et surtout le poids je suis à -5kg en 3/4 mois , fini les fringales je mange ce dont j’ai envie j’écoute mon corps et il va tellement mieux ! Pourquoi on nous a menti ?!!!

    Répondre
    Amande - 15 juillet 2015
    1. Salut Amandine et merci pour ton témoignage qui apporte encore du poids aux nôtres.
      “Pourquoi on nous a menti” je dirais que les médecins sont souvent dépassés et nous proposent ce qu’ils peuvent et comme nous manquons de recul sur cette contraception et que la médecine a tendance à ne pas prendre en compte les ressentis de beaucoup de femmes accusés que ce soit “dans leur tête” hé bien voilà peut-être pourquoi…
      L’essentiel est qu’aujourd’hui les femmes se passent le mot, cherchent de nouvelles façons de se protéger sans en pâtir pour autant. Le monde ne sera jamais parfait, à nous de le changer et en commençant par nous-même !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 15 juillet 2015
  37. Bonjour!
    Ça fais 2 mois que j’hésite à arrêter la pillule mais maintenant je crois que je me suis décidé grâce à votre article!
    J’ai bientôt 20 ans, j’ai commencé la pillule il y à 4 ans après avoir dû avorter.. Et en 4 ans j’ai pris 10kilos! Je n’est jamais été mince mais prendre à ce point je savais que ça venais de la pilule. J’ai changé plusieurs fois, au début je prenais la “Yaz” que ma Gynéco ma enlever soit disant parce qu’elle était dangereuse alors qu’elle m’allait très bien, ensuite “Optilova” (7kilos avec celle là) et maintenant un générique de la “Jasmine” et je continue à prendre du poids.. Je me sens vraiment mal dans mon corp, je me met même plus en short ou maillot de bain à la plage.. Alors j’aimerai que ça change

    Répondre
    Marie - 16 juillet 2015
    1. Salut Marie, si tu es désespérée à ce point bien évidemment qu’expérimenter l’arrêt de la pilule est une piste qu’il serait bête de ne pas explorer.
      Ce qui est chi*** c’est que comme nous prenons toutes la pilule à une période où notre corps a tendance à changer aussi (souvent les filles sont toutes minces au sortir de l’enfance à 15/16 ans puis grossissent et prennent des “formes” dans la vingtaine) du coup les gynécos et autres ne mettent pas ces prises de poids sur le dos de la pilule et même nous si nous ressentons des choses finissons par en douter…
      Tiens-nous au courant des effets de l’arrêt si jamais, effectivement les hormones sont quelque chose de très puissant dans le corps et certaines les supportent moins bien que d’autres.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 17 juillet 2015
      1. Je voulais vous demander quelque chose.. Ça fais 4jours que j’ai arrêté la pilule. J’ai eu mes règles il y a 15jours et la je l’ai est de nouveau depuis cette nuit, c’est normal ?

        Répondre
        Marie - 21 juillet 2015
        1. Salut Marie,

          J’ai eu exactement le même phénomène en arrêtant la pilule (même progressivement), presque toutes les femmes ont des règles très irrégulières en arrêtant une contraception aux hormones, pas de panique, perso ça a mis 3 mois à bien se réguler et même encore aujourd’hui un an après il y a des évolutions (règles de moins en moins abondantes par rapport au début après la pose du stérilet).

          Répondre
          Ca Se Saurait - 21 juillet 2015
      2. Oui c’est tout à fait normal, j’ai eu la même chose. Pour le corps, l’arrêt de pilule est devenu synonyme de règles (car on l’arrête cette semaine là en principe). Si tu as arrêté en plein milieu de ton cycle, ça ne change pas ça pour lui. Perso j’ai arrêté une semaine plus tôt que la fin semaine “off” habituelle et j’ai été réglée une semaine plus tôt aussi.

        🙂

        Répondre
        Céline - 21 juillet 2015
  38. Quel soulagement de tomber sur votre article et sur tous vos témoignages!

    J’hallucine vraiment de voir la concordance de tous vos témoignages et que pas une seule d’entre vous (je crois avoir lu tous les commentaires) ne regrette d’avoir arrêté. C’est vraiment incroyable.

    J’ai 24 ans et suis sous pilule (minidril) depuis 5 ans. Je m’étais déjà posé la question d’arrêter parce que je ne voulais plus “manger des hormones” tous les jours et que divers soucis sont apparus dans le temps. Aujourd’hui les soucis que je constate sont:
    – Migraines récurrentes depuis 4 ans
    – Fatigue liée aux maux de tête et impression “d’être dans le coton” la plupart du temps (pourtant je suis vraiment sportive)
    – Baisse progressive de libido et de lubrification naturelle: aujourd’hui j’ai une libido à ZERO, sous terre, ce qui commence à poser de sérieux problèmes avec mon chéri avec qui je suis depuis plus de 3 ans et demi et qui patiente depuis plusieurs mois.

    C’est aujourd’hui l’absence totale de libido qui me motive à franchir le pas d’arrêter. De plus ce soucis est un véritable cercle vicieux, il entraine une perte de confiance en soi, une remise en question constante etc. Donc avant de me créer une psychose à ce sujet (je n’en suis plus très loin) je veux arrêter cette salo***ie, au moins je verrai ce qu’il se passe “au naturel”.

    Je vous cache pas que j’ai la trouille de tous les effets négatifs liés au sevrage, j’ai l’impression que c’est un peu la loterie! Mais vos encouragements motive ma détermination.

    J’arrête donc la pilule aujourd’hui avec pour objectif de me faire poser un stérilet en cuivre dès que mon cycle naturel (et régulier?) aura repris (je ne voudrais pas mélanger les effets de deux nouveautés en même temps). J’ai aussi un peu peur de la réaction de mon chéri, même s’il est très compréhensif. Mais comme m’a dit un ami: “mieux vaut faire l’amour avec capote (dans un 1er temps) que de pas faire l’amour du tout!”

    Voilà, je vous tiendrai au courant des suites! Merci encore pour tous vos témoignages!

    Répondre
    Margo - 4 août 2015
    1. Salut Margo,

      Je pense que chaque femme au fond d’elle quand elle a envie d’arrêter la pilule a en fait reçu un message, été à l’écoute de son corps même si elle ne comprends pas de suite pourquoi. Effectivement c’est en arrêtant que l’on fait le lien avec des phénomènes physiques parfois anciens.
      Ce problème de baisse de la libido est vraiment très problématique parce qu’il touche à des choses importantes : au couple, celui qui fait une bonne partie de notre vie, de notre équilibre et alors là ça devient gravissime. Peut-être découvrira-t-on dans quelques temps que de nombreux divorces ont été en partie causés par des problèmes dus à la pilule, ce serait dommage quand même.
      Je comprends tes inquiétudes quant à “la loterie” à l’arrêt de la pilule, je t’invite pour ça à pratiquer un sevrage de 6 mois très progressif pour faire ton maximum pour limiter la casse niveau montagnes russes hormonales.

      Pour le stérilet tu n’es pas obligé d’attendre la reprise de tes cycles naturels mais c’est comme tu le sens ^^

      Bon courage et viens nous faire un retour dans quelques temps !

      ps : tu as aussi concernant la pose du stérilet mon témoignage ici dans la troisième partie de cet article : J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise …partie 3 : le stérilet

      Répondre
      Ca Se Saurait - 5 août 2015
      1. Merci pour ta réponse 🙂

        Je reviendrai dans quelques temps vous faire part des évolutions!

        J’hésite encore quand au sevrage malgré les témoignages en ce sens… instinctivement j’aurais arrêté net. Mais mon copain me dit comme vous, qu’il paraît plus logique de faire cela de manière progressive. Je suis de toute façon dans ma semaine sans pilule donc j’ai encore quelques jours pour me décider.

        Pour le stérilet je préfère attendre un peu, mais j’ai lu ton article qui est très intéressant aussi. C’est super de pouvoir partager ses expériences, c’est une belle forme d’entre-aide je trouve.

        Par ailleurs, petite parenthèse pour celles que ça pourrait intéresser:

        Je pense qu’un problème de libido peut être multi-causal, surtout lorsque l’on est dans une relation depuis assez longtemps. Me concernant je pense que la pilule est un des facteurs, mais je me suis posée d’autres questions aussi qui m’ont menée à consulter une hypnothérapeute. La première séance m’a conduit à travailler sur un événement ancien que je pensais avoir digéré. Ce n’était clairement pas le cas.

        Conclusion: ce n’est pas parce qu’un événement est ancien et paraît “digéré” qu’il l’est forcément! Il faut être bien à l’écoute des signaux envoyés par son corps, ils n’apparaissent pas pour rien!
        Parenthèse fermée 🙂

        Répondre
        Margo - 7 août 2015
        1. Ben oui je pense que le sevrage ne peut que faire du bien, je ne vois pas en quoi il ferait du mal donc bon après à chacune de voir…
          Si effectivement la libido est forcément un problème qui peut-être multi causal, il faut savoir que les pulsions sexuelles sont extrêmement reliées aux hormones (peut-être pas quais exclusivement mais presque) donc bon, perso moi ce n’était QUE ça le problème (d’où les questionnements inutiles et que je ne comprenais pas). Oui il peut y avoir d’autres causes mais quand tu arrêtes la pilule et que c’est pile poil à ce moment-là que tous tes problèmes de libido disparaissent je ne suis pas sûr que ce soit psychologique même si après un avènement mal digéré est autre chose 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 9 août 2015
      2. Bonjour à toutes!

        Je reviens donner quelques nouvelles après un peu plus deux mois d’arrêts de la pilule (j’ai arrêté le 10 août).

        Tout d’abord je suis super contente de ne pas avoir à prendre ce truc tous les jours, j’y pense encore et à chaque fois je me dis “ah non c’est vrai, plus besoin!!”. Rien que ça, c’est un plaisir. Ah oui, parce que j’ai opté pour un arrêt sans sevrage. J’ai beaucoup hésité mais mon instinct me disait “arrête net”, donc je l’ai suivi.

        Sur les effets que je ressens jusque là, j’en ai relevé deux négatifs et un positif.

        Le premier est que j’ai les cheveux qui regraissent encore plus vite qu’avant, pour me sentir bien je dois vraiment les laver tous les jours.

        Le deuxième est que j’ai la peau du visage qui est un peu plus grasse qu’avant. Rien de violent pour l’instant mais quelques petits boutons en plus et une peau qui regraisse plus vite. C’est cependant tout à fait supportable avec une bonne hygiène de la peau matin et soir.

        Le troisième effet, positif cette fois, c’est le retour à la normale d’un appétit que je n’arrivais jamais à satisfaire. J’ai perdu 3 ou 4 kilos sans effort, je me souviens que j’avais pris l’équivalent quand j’avais commencé la pilule. J’ai enfin l’impression d’avoir un appétit normal: j’ai faim avant un repas, je suis bien rassasiée après et je n’ai pas besoin de grignotter frénétiquement sans cesse comme c’était le cas avant.

        Voilà donc à un peu plus de deux mois le bilan est positif pour moi car les effets sont largement supportables pour l’instant 🙂

        Côté libido, pas de changement flagrant mais peut-être une petite amélioration malgré tout!

        Côté contraception j’ai opté pour un DIU en cuivre (short), j’écrirai sur mon retour d’expérience dans la rubrique sur le stérilet.

        Répondre
        Margo - 12 octobre 2015
        1. Salut Margo !

          Je suis super contente de ce retour somme toute assez positif si ‘on table sur un retour à la normale de ta peau après une période d’adaptation 🙂
          Super, super, super, tu as l’air de te sentir mieux, j’espère que tout va vite se réguler et que tu n’aura pas trop de problèmes de peau.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 12 octobre 2015
  39. Arrêt de l’anneau contraceptif J+ 26

    – Presque plus de boutons au visage (ça faisait des années que j’en avais)
    – Moins de sautes d’humeur et plus de prise de distance pour l’instant (à part cette semaine mais c’était notre déménagement donc forcément plus stressant que le quotidien, voir cmt ça évolue)
    – J’ai été réglée quelques jours après mon arrêt de façon relativement normale, ce fut seulement un peu plus douloureux.
    – Effet sur la libido : pour l’instant pas vraiment sauf que je me sens beaucoup plus attirée par moment par des jolis garçons (mais ça ne m’aide pas forcément dans mon couple pour l’instant, après je me mets bcp de pression aussi et c’est vrmt pas bon pour ça)

    A dans un mois 🙂

    Répondre
    Céline - 5 août 2015
    1. Intéressant Céline merci dis-donc la libido ^^

      Répondre
      Ca Se Saurait - 5 août 2015
  40. Bonjour,
    Cela va faire presque 15jours que j’ai arrêté la pillule et pour l’instant aucun effet secondaire à part que je suis stresser pour n’importe quoi. Sinon pas de bouton ni rien.. Donc tant mieux tout va bien ^^

    Répondre
    Marie - 5 août 2015
    1. Salut Marie,

      Tant mieux ! (après je neveux pas casser ton délire mais moi c’est arrivé tout doucement au bout de deux mois alors que les premiers jours étaient nickel aussi, méfiance !

      Tu fais le sevrage ou pas ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 6 août 2015
  41. Bonjour et MERCI

    je n’avéais pas fait le rapprochement;
    je me demandais pourquoi j’avais des petits cheveux qui poussaient commeça et pourquoi je couper mes ongles plus souvent…

    Parce que je ne suis plus sous l’emprise des effets secondaires.

    MERCI

    et bonne continuation

    Répondre
    purvin audrey - 6 août 2015
    1. Avec plaisir Audrey ! Oui c’est fou hein ! Moi je n’en reviens toujours pas de mois en mois ça continue !!! Une vraie tignasse je suis heureuse moi qui n’avait plus que quelques cheveux fins avec les années… 🙁
      Après toutes les femmes ne réagissent pas comme ça mais certaines d’entre nous doivent être plus sensibles à certaines hormones que d’autres…

      Répondre
      Ca Se Saurait - 6 août 2015
  42. Salut,

    Merci pour ce super article. J’ai arrêté la pilule mi juillet 2015 et je commençais à me poser des questions. J’ai 26 ans et j’ai décié d’arrêter la pilule car je ne me sentais plus de prendre des produits chimiques tous les jours, et voulais revenir à un état plus naturel, tout en songeant à poser un sterilet cuivre bientôt.

    Les effets de la pilule sur moi sont les suivants : plus de règle (j’aurais dû les avoir il y a une semaine), ballonement, perte de cheveux conséquente. Pour l’instant, je n’ai pas l’occasion de constater les effets positifs.

    As-tu constaté une perte de cheveux durant les premiers temps ? Je t’avoue que cela m’inquiète… Je n’ai pas envie de devenir chauve à 26 ans !

    Anaïs

    Répondre
    Anais - 22 août 2015
    1. Salut Anais,

      Oui j’ai eu une perte de cheveux aussi mais comme c’était aussi une période stressante professionnellement pour moi je ne sais pas sic’était uniquement ça, ceci dit très vite au bout de 3 mois et en parallèle à cette perte j’ai vu tous ces petits nouveaux cheveux (qui apparaissent encore aujourd’hui après plus d’un an d’arrêt !) donc ne t’inquiètes pas je ne pense pas que tu devienne chauve, bien au contraire,c’est juste une transition 🙂

      Merci pour ton témoignage sur les symptômes ! Laisse passer déjà trois mois et je suis sûre que tout ça ira mieux, ton cycle va doucement se réguler, ton ventre devrait dégonfler et j’espère que tu reviendra nous le dire car on pense toujours à dire quand cela va mal et rarement quand tout va bien 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 23 août 2015
  43. Bonjour, j’ai beaucoup aimé ton article. Je m’y retrouve surtout dans les cheveux gras. C’est hallucinant. Je suis une vraie blonde, j’ai les cheveux tres fins et de plus je n’en ai pas beaucoup et je suis obligée de laver mes cheveux tous les jours tellement ils graissent vite. C’est très désagréable. Je prenais Jasmine aussi que j’ai arrêté en mai 2015. Je l’ai arrêter dans le but de tomber enceinte… Bon j’attends toujours apparemment il faut etre patiente . Bref. Je me sens mieux dans ma tête mais j’ai pris quelques kilos. J’ai l’impression d’avoir les jambes lourdes par contre et je me sens très fatiguée. Je ne sais pas si c’est relié. Merci pour ton témoignage en tout cas. Meme si au final je suppose que chaque femme ressent les choses différemment. Nous sommes toutes des raleuses mais nous sommes toutes différentes .

    Répondre
    Aline - 22 août 2015
    1. Salut Aline,
      Oui moi aussi au début avant que tout cela ne se régule qu’est-ce que j’ai pu pester sur ces cheveux redevenus pire qu’au cours de mon adolescence ! Ceci dit tout se régule très vite ! Pour les autres sensations que tu décris je ne saurais te dire si c’est relié si ce n’est que moi aussi au tout début les trois premiers mois, je n’étais pas au top non plus… mais ça passe, promis 😉
      Et non, on n’est pas des râleuses ^^

      Répondre
      Ca Se Saurait - 23 août 2015
  44. Bonjours,

    Cela faisait trois mois que je réfléchissait à arrêter ou non ma pillule Jasmine que je prenais depuis un an. Malheureusement je ne l’a supportais plus, problèmes de respiration, perte de mes cheveux. Je l’ai arrêté sur un coup de tête il y a deux semaine, j’en avait assez de donné à mon corps des hormones que mon dermato m’avait cité ses bienfait pour “guérir” l’acné. Je voulais aussi retrouver ma densité de cheveux et mes boucles d’antan. En effet mes cheveux étaient devenu lisse et fin. Plusieurs amies m’ont dit que je ne pourrais retrouver mon ancienne nature de cheveux, je ne sait plus quoi penser. Pour mon dermato c’était une décision stupide que d’arrêter la pillule. Dois-je me dire que je ne reverrai plus ma crinière?

    Répondre
    Lucie - 1 septembre 2015
    1. Lucie…je ne peux que vous dire d’essayer !
      Peu importe l’avis de votre dermatologue, enfin sur quoi se fonde-t-il ? Pas grand chose hormis ses préjugés apparemment…
      Quoi qu’il en soit il n’y a qu’essayer qui vous donnera la réponse, mais ne vous attendez pas çà ce que cela revienne en un mois non plus. Cela va prendre plus ou moins de temps de même qu_e chacun a sa manière de réagir, mais oui je pense au vu de ce qui m’est arrivé à l’arrêt de la pilule et tous les témoignages sous cet article qu’il y a de l’espoir 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 1 septembre 2015
      1. Oui il faut que je sois patiente en tout cas je suis contente de l’avoir arrêté et merci pour votre article qui m’a ouvert les yeux sur la sources de mes problèmes 🙂

        Répondre
        lucie - 1 septembre 2015
        1. Merci Lucie et bonne route, revenez nous dire ce qu’il en est !

          Répondre
          Ca Se Saurait - 1 septembre 2015
  45. Wah ça c’est un article complet à ce sujet! ^^
    J’aime beaucoup ton témoignage, avec simplicité et humour.

    La pilule on pourrait en faire des articles et des articles… Je crois que les femmes y réfléchissent plus qu’avant et qu’on commence à se dire : “non mais attendez, c’est vraiment bien ce truc que je dois prendre tous les jours?” il était temps, d’ailleurs! ^^

    Répondre
    Nessendyl - 3 septembre 2015
    1. Oui heureusement les femmes reprennent de plus en plus en main l’aspect médical de leur vie et se font plus confiance, s’écoutent, c’est bien ! (j’en parle d’ailleurs aussi en presse écrite avec ce gros article rédigé l’hiver dernier)

      Répondre
      Ca Se Saurait - 3 septembre 2015
  46. Bonsoir,
    J’ajoute mon témoignage.
    J’ai 30 ans, et je prenais la pilule depuis l’âge de 14 ans à cause de la présence de kystes sur les ovaires qui étaient douloureux. Mff…
    J’ai arrêté la pilule en mars 2014 pour avoir un bb. Bim. 15 jours après j’étais enceinte. Tout de suite après l’accouchement j’ai repris la pilule. Pendant 4 mois. Un monstre, une crise de nerfs ambulante, envie de hurler, pleurer tout le temps. Puis un jour, pas moyen de la retrouver cette plaquette à 10euros par mois ;( alors je ne l’ai pas prise pendant 1 mois. Et là, révélation. Plus de sautes d’humeur, plus apaisée, un appétit correct contrairement à avant où comme toi j’avais l’impression de ne jamais être rassasiée. Je me sent plus en accord avec mon corps plus à l’écoute. La décision fut facile à prendre surtout que depuis la libido à aussi grimpée et que l’usage de préservatifs ne nous perturbe aucunement, voir a un côté pratique. Il faut arrêter cette mer…si je peux me permettre. Il faut être d’avantage à l’écoute de son corps.
    C’est mon avis.

    Répondre
    Oberyne - 15 septembre 2015
    1. Merci Oberyne pour ton avis détaillé 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 15 septembre 2015
  47. Bonjour !

    Je réagis à cet article car depuis quelque temps je remet en question la pilule que je prends depuis mes 17 ans (j’en ai 24), au départ pour l’acné.

    Je suis intéressée par un stérilet en cuivre, solution qui est, me semble-t-il, la seule contraception permettant d’éviter les hormones (enfin en dehors des préservatifs, spermicides, est-ce exacte ?). Cependant, j’utilise une coupe menstruelle depuis bientôt 2 ans et je n’envisage absolument pas de revenir aux tampons et serviette. Hors bien que certaines ici mentionnent la coupe, j’avais lu que sterilet et coupe menstruelle étaient incompatibles car la coupe pouvait faire bouger le stérilet et réduire son efficacité, enfin bref les deux seraient incompatibles (j’ai lu ça sur la notice de ma mooncup).

    Certaines utilisent-elles les deux ? Suis-je la seule à penser que c’est incompatible ?

    Je rêêêêêve d’un stérilet en cuivre sans hormone… !

    Répondre
    Anne-So - 16 septembre 2015
    1. Salut Anne-So, comme tu as pu le lire sur “J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise …partie 3 : le stérilet” je porte bien un stérilet sans aucun souci avec ma cup et je ne suis pas la seule.
      Comme tout ceci est un peu nouveau je pense que les fabricants de cup prennent leurs précautions en indiquant cela sur leur notice mais rien n’a été prouvé à ce sujet. Don à toi de faire ton choix en toute conscience en fonctions de tes priorités.
      Et oui, en contraception sans hormone il n’y a que le DIU qui soit à un niveau de sûreté très élevé.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 16 septembre 2015
  48. […] peut-être une humeur plus massacrante à l’arrivée de leurs règles. Parce que depuis que j’ai arrêté la pilule c’est effectivement mon cas, je remets tout en question, je suis plus sensible et surtout […]

  49. J’ai peur. Tellement peur d’arrêter. Mais je l’ai fait, hier. J’ai pris ma décision après avoir relu trois fois cet article et les commentaires qui l’accompagnent. J’ai 34 ans et ça fait 21 ans que je prends la pilule. Je me rends compte que je ne sais même pas comment je suis au naturel. J’ai arrêté certes pour tomber enceinte vers 25 ans; trois mois d’arrêt prévu avec condom avant d’essayer d’avoir un bébé. Je ne me souviens pas d’avoir eu des boutons, une perte de cheveux ou tout autre désagrément que ce soit. Mais ça fait si longtemps. Ça fait 15 mois que je suis pas menstruée, je prends la pilule Jasmine en continue depuis mon dernier voyage dans le sud. Je suis déprimée depuis un an. Tout me tappe sur les nerfs. Alors, après une conversation avec ma collègue je comprends que ma pilule pourrait être en cause. Curieuse de nature, je me mets à chercher de l’informations sur Internet. Oui, très possible que ma pilule me rende de mauvaise humeur…et là…je tombe sur cet article. Yeux secs, peau sèche, souffle court…il semble que les astres s’alignent ! Alors sur un coup de tête hier (bien qu’en janvier j’avais consulté mon médecin pour arrêter cette pilule, elle m’avait convaincue du contraire) j’ai rangé cette plaquette de poison bien loin dans le tiroir avec la ferme intention de ne plus jamais toucher cette merde. Mais j’ai peur. Peur des effets “secondaires”. Je viens tout juste de me remettre d’une perte de cheveux, qui je crois, est due à la dernière fois que j’avais arrêté de la prendre en continue pour “laisser couler” avant un voyage. Alors, j’ai peur de perdre mes cheveux à nouveau. J’ai lu que ça arrivait si souvent avec l’arrêt de prise de pilule. J’ai peur des boutons. Tellement. Mais je veux retrouver ma libido. Je dois retrouver ma libido. Elle est morte; dix pieds sous terre il y a quelques temps déjà. Mon mari en souffre et j’en souffre aussi, de plus en plus. C’est ma motivation première, mais je le fais d’abord pour arrêter de me bourrer d’hormones et faire vivre ces compagnies qui nous tuent sans rancune. Alors c’est commencé cette aventure. Merci pour cet article. Je vais le relire dans les temps difficiles.

    Répondre
    Marie-Claude - 6 octobre 2015
    1. Salut Marie-Claude, que de souffrances dans votre témoignage !
      Je suis vraiment de tout cœur avec vous, si vous ressentez aussi profondément ce besoin c’est que vous êtes sur la bonne voie, même si l’humanité est un peu divisée entre ceux qui croient en leur instinct et les autres, je crois qu’un instinct fort, même mal affûté, est salutaire. Notre corps sait, quand on l’a souvent expérimenté on peut le dire, c’est inexplicable selon des critères purement scientifiques mais c’est pourtant bien là. Aussi vous avez raison de vous écouter.
      Pensez-vous quand-même faire le sevrage progressif (vous n’en parlez pas) ? Je vous le conseille surtout après autant de temps, ça ne peut qu’être bénéfique au corps de ne pas être brusque. Pour une méthode de sevrage rendez-vous sur le deuxième volet de cet article : “J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif”
      Pour la chute de cheveux, quand bien même elle se produit vous e deviendrez pas chauve non plus Marie-Claude 🙂 quand on regarde mes cheveux pendant la pilule, juste après l’arête et aujourd’hui (deux fois plus nombreux et épais) : je n’ai aucun regret même si ils se sont légèrement désépaissis après l’arrêt.

      bref Marie-Claude de toute façon vous m’avez l’air bien décidée à tenter de voir si vos problèmes viennent bien des hormones que vous prenez depuis très longtemps, venez nous raconter vos ressentis pour que l’on sache la suite de l’histoire, c’est un véritable feuilleton ici 🙂

      A bientôt.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 7 octobre 2015
      1. De retour 2 mois et demi après l’arrêt complet – aucun sevrage de mon côté. Premièrement, je constate vraiment un changement instantané côté libido; j’en connais un qui est pas mal content 🙂
        Sinon, toujours pas de boutons mais un front sec qui gratte. C’est peut-être dû à l’installation d’un échangeur d’air à la maison qui a fait chuter le taux d’humidité. Visiblement je commence à perdre plus de cheveux, et ça fait peur j’en ai si peu.
        Le moral est beaucoup mais beaucoup mieux qu’avant. Moins irritable et plus souriante. Je suis bien et j’aurais aimé faire ce move bien avant! Je suis moins fatiguée en général et mon cardio semble meilleur.
        Au travers cette expérience j’ai aussi découvert la Diva Cup. Quelle révélation! Je prenais la pilule en continu alors ça faisait un petit bout que je n’avais pas utilisée de tampon et après avoir lu sur le sujet j’avais hâte de trouver un autre moyen.
        Alors c’est pas mal ça pour mes deux premiers mois. Sauf la perte de cheveux, que du positif. Même mes règles sont quasi normales. À suivre.

        Répondre
        Marie-Claude - 18 novembre 2015
        1. Super Marie-Claude ça se passe donc super bien 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 18 novembre 2015
  50. Bonjour à toutes,

    Comme d’habitude, quand j’ai une question, je me tourne vers ce blog 🙂

    J’ai pris Jasmine pendant 7 ans, ai décidé de l’arrêter, ai fait mon sevrage progressif sur 6 plaquettes et depuis un mois, je ne prends plus la pilule.

    Voilà ce que je peux dire sur quelques sujets : mes règles sont, pour l’instant, régulières, et mes cycles semblent exister et être stables (je sens ma période d’ovulation, je sens quand je vais avoir mes règles, etc). Lors de mes premières règles post arrêt complet pilule, j’ai eu assez mal au ventre mais les suivantes ont été plutôt cool.
    De ce point de vue, je suis plutôt contente.

    MAIS : mon dieu, niveaux peau et cheveux, quelle misère :

    – mes cheveux et ma peau regraissent à une vitesse folle. Moi qui avais la peau sèche sous pilule (et très légèrement mixte avant), je brille à la fin de la journée comme une luciole et devrais, pour bien faire, me laver les cheveux tous les jours (je résiste pour ne pas les abîmer, cf. point suivant) ;

    – je perds mes cheveux (et quand je dis je les perds, comment dire, même la coiffeuse a eu peur !) ils sont gras, poisseux, raplapla, moches, ternes etc. Evidemment je me suis précipitée à la pharmacie (me voilà avec 3 mois de lobamine cystéine et silettum). Il faut préciser que la pilule Jasmine (qui soit disant doit faire de beaux cheveux m’a en réalité affiné les cheveux et les a rendus secs, j’en avais également moins qu’avant – je suis italienne donc normalement j’ai plein de cheveux plutôt épais).

    – j’ai des boutons sur le front (et pas deux, mais plutôt 10/12), je n’arrive à maintenir cet état qu’à grand renfort de lotion antibiotique (erythro… je ne sais plus quoi), moi qui suis plutôt nature, c’est pas le top ! et surtout je sens bien que je vais en avoir d’autres. Là encore, je dois préciser qu’avant la pilule il m’arrivait d’avoir des boutons sur le front, mais c’était quelques uns avant mes règles (max deux en même temps).

    Alors ma question est combien de temps pour que mes cheveux arrêtent de tomber et recouvrent leur vigueur d’antan et combien de temps pour que ma peau revienne à la normale ?

    A vot’ bon coeur pour les réponses !

    Courage à toutes

    Répondre
    Calinette - 7 octobre 2015
    1. Salut Calinette et merci de ta confiance !
      Pour te faire part de mon expérience, car c’est tout ce que je peux faire, la période vraiment critique côté cheveux gras et boutons a duré pour moi de juin à décembre et s’est calmée progressivement (donc une fois le sevrage terminé j’ai eu 7 mois de cheveux très gras par rapport à d’habitude (aujourd’hui je suis revenue à un shampoing tous les 5 jours). La chute de cheveux elle aussi s’est très vite calmé, elle n’a durée que trois mois puis tout a repoussé de manière assez hallucinante comme ut peux le constater sur les photos :-), aujourd’hui j’ai plus du double de masse par rapport à quand je prenais la pilule et quand je regarde mes photos d’ados avant de a prendre ça correspond en fait à ce que j’avais (autrement dit au fil des années la pilule m’avait comme toi rendu les cheveux fin, secs et moins nombreux, [je prenais aussi Jasmine]).
      Côté peau je m’en sors à peine (donc plus d’un an et demi après la fin du sevrage) mais pour résumer : avril début sevrage, juin fin du sevrage et première imperfections, 5 mois avec autant d’imperfections que toi puis diminution progressive jusqu’à aujourd’hui, un an et demi post sevrage où ma peau est redevenue normale malgré quelques traces dans le dos et deux micros boutons sur le visage ainsi que des points noirs qui arrivent plus facilement et des pores qui me semblent plus dilatés à l’œil. Ceci dit j’attends pour vous écrire un article définitif et voir si ça e s’améliore pas encore. Aujourd’hui en tout cas ma peau est mixte et beaucoup moins sèche qu’avant, elle vit quoi.

      Quoi qu’il en soir : voici mes conseils pour une peau à imperfections (pour l’avoir testé plus d’un an, enfin c’est la dernière et meilleure routine peau trouvée, aujourd’hui il ne me reste que deux imperfections sur le visage donc c’est dire, même si je pense que tout simplement aussi mes hormones se sont calmées) :

      Vous démaquiller sans produit chimique, de ne vous laver le visage qu’un jour sur deux et avec un savon surgras, d’appliquer ensuite cette crème fait-maison ultra peu chère que j’ai crée spécialement pour renouveler rapidement la peau, traiter les imperfections et effacer les tâches dues à l’acné: “Crème visage fait-maison éclat et nutrition”, de faire de temps en temps des masques miel-cannelle (article à paraître mais j’en parlais ici : “Ma routine naturelle qui fait merveille contre les imperfections”) ainsi qu’un gommage doux (au sucre, café ou avec un savon exfoliant et enfin ne mettre que du maquillage qui n’aggrave pas le problème : “Lily Lolo, le maquillage minéral bon pour votre peau”!

      Bon courage ! Grâce à toutes ces astuces que j’ai mis un an et demi à trouver j’ai aujourdh’ui retrouvé une belle peau (et puis bon surtout mes hormones se sont calmées) mais j’avoue que n’ayant jamais eu d’acné de ma vie je l’ai très mal vécu donc j’ai toute mon énergie et mes connaissances sur les cosmétiques pour créer cette routine que je vous assure 100 % efficace, bien plus qu’aucun produit chimique acheté super cher en parapharmacie (le tout pour finalement pas cher et en plus c’est écolo !)

      Répondre
      Ca Se Saurait - 7 octobre 2015
      1. Ayayaye. Je suis celle qui a écrit le commentaire précédent. Ça fait deux jours que j’ai arrêté, je ne suis même pas menstruée encore. Il t’arrive exactement tout ce que je redoute. J’ai la chienne là. 🙁

        Bon courage. J’ai hâte d’avoir la suite de l’histoire. Tiens nous au courant tu veux?

        Répondre
        Marie-Claude - 8 octobre 2015
  51. Wow. Depuis quelques semaines je pense sérieusement à arrêter la pilule.

    Mais à lire tous les commentaires, vous aviez toute la peau sèche pendant la prise puis poussée d’acné dès l’arrêt. A 10 ans j’ai perdu ma peau de bébé ; au collège-lycée c’était la catastrophe. Puis j’ai pris la pilule, ça s’est atténué mais j’ai toujours la peau qui brille dès le midi, toujours des boutons sur le visage, le dos, les épaules. Donc j’ai vraiment peur que ce soit encore piiiiiiiire ^^ Je pense aussi aller consulter un magnétiseur pour mon acné, j’espère qu’il pourra y faire quelque chose. Petite parenthèse sur ce qui est le plus efficace pour moi : huiles végétales et essentielles, savon d’Alep, eau précieuse, bicarbonate de soude. Rien à voir avec les tonnes de crèmes chimique/synthétiques des dermatos !

    Pour ce qui est des symptômes, là aussi je m’y retrouve. Cheveux qui tombent en abondance, l’impression que le sang ne circule pas bien dans mon corps (dès que ça me prend j’ai super peur…), je m’essouffle très facilement (ça aussi j’en ai peur, je n’ai que 24 ans!), j’ai parfois des migraines, je transpire énormément de la tête la nuit…

    Je suis actuellement très loin géographiquement de mon médecin, je dois encore attendre un peu avant de lui en parler.

    Merci à toi ainsi qu’aux auteurs des commentaires d’avoir partagé vos expériences !

    Répondre
    Miska - 12 octobre 2015
    1. Avec plaisir Miska, merci également à toi pour ton témoignage 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 12 octobre 2015
  52. […] J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les effets […]

  53. Bonjour j’aime beaucoup cet article moi qui prend la pilule que depuis 1mois et demi et je compte stoppé sur le champs c’est juste insupportable les effet secondaire en tout cas pour zoely et Leeloo mon dieu les boutons sur mon visage au bout de si peu de temps et les nausées j’en parle même pas ! En tout cas merci pour cet article on se sent moins seule grâce à vous !

    Répondre
    Morgane - 23 octobre 2015
    1. Salut Morgane, oui ben si tu sens (comme beaucoup de femmes) que cela ne te conviens pas tu as bien raison de vouloir faire cesser le calvaire, d’autant plus qu’il y a d’autres solutions même si elles ne sont pas très nombreuses 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 23 octobre 2015
  54. Bonsoir !

    Merci pour ce témoignage et tous les commentaires encourageants !

    De mon côté, j’ai aussi pris la décision d’arrêter la pilule après plusieurs années de prise ( de 18 à 25 ans) ! Mais au départ pas pour le même problème !
    Je souffre d’eczema chronique, les traitements à la cortisone me permettent de soulager les symptômes pendant quelques semaines, mais dès que j’arrête, rebelotte l’eczema reprend ses droits ! Adolescente j’en avais déjà un peu dans le pli des coudes seulement l’hiver, c’était gérable! Et puis chaque année j’en ai de plus en plus, les mains, le cou, le visage… Ouf les jambes sont intactes je peux porter des jupes en été histoire d’attirer le regard ailleurs! Puis là, cet automne, j’en ai de la tête aux pieds, verdict du dermato : eczema généralisé et comme seule solution il me prescrit à nouveau de la cortisone…
    J’ai, comme vous toutes, observé que ma peau devenait plus sèche, mes cheveux aussi, du coup j’ai arrêté la pilule pour voir si il y a un lien et si mon eczema peut me quitter par la même occasion! Est ce que quelqu’un à vécu une situation similaire?

    Au vu de vos commentaires, je me dis que même si la pilule n’a aucun rapport avec mon eczema, j’apporterai quand même d’autres bienfaits à mon corps ! Ça me conforte dans mon choix ! Prochaine étape le stérilet au cuivre !

    Répondre
    Virginie - 25 octobre 2015
    1. Salut Virginie,

      Malheureusement je ne m’y connais pas assez en ces domaines pour t’affirmer quoi que ce soit. En revanche j’ai moi-même souffert d’un eczéma de stress sur le visage (sorte de dermatite péri-orale) pendant des mois qui s ‘est aggravée suite à l’application d’une crème corticoïde Tridesonit 0,75, j’en parle en détail dans La cortisone : attention à votre peau ! et apporte quelques solutions cosmétiques dans Atténuer ou faire disparaître dermatites et eczéma naturellement

      Tiens nous au courant !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 26 octobre 2015
  55. Moi j’ai arrêté… Aujourd’hui! Je viens de me faire poser un stérilet mais hormonal, sur les conseils de ma gynéco. Ses patientes semblent réellement satisfaites de ce type de contraception, on verra si ce sera mon cas aussi!
    Je me dis que la dose en local sera toujours bien moindre que celle administrée par voie orale… Je ne suis pas médecin, mais ça semble logique.
    J’espère ne pas avoir trop d’effets secondaires, en tous cas la pose de ce truc, c’est pas une sinécure! Pas facile d’être une femme.
    Affaire à suivre!

    Répondre
    CCSinger - 29 octobre 2015
    1. Salut CC,

      merci de ton témoignage, on te souhaite que tout se passe bien 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 octobre 2015
    2. j’espère que tu n’es pas sujette à l’acné car Mirena aggrave l’acné. Parole de pro

      Répondre
      Angel - 9 décembre 2015
      1. Angel il y a certes des pilules comme Diane35 ou Jasmine et Jasminelle qui, étant à base d’anti-androgènes diminuent l’acné et font un effet rebond à l’arrêt mais pour le reste cela dépend des hormones de chacune, comme l’explique Martin Winckler sur son site, certaines femmes ont un profil hormonal qui fait qu’il vaut mieux qu’elle prenne tel type de pilule pour éviter d’aggraver l’acné, d’autres en predornt un autre type :

        “La pilule et les boutons – une conversation en ligne
        Article du 22 août 2005
        Question : Est ce que la pilule peu donner la peau grasse et donner des boutons aussi ?

        Réponse : Oui, certaines pilules. laquelle prenez-vous ?

        Question : Adepal

        Réponse : Oui, elle peut. Vous devriez demander qu’on vous change de pilule.

        Rappel : le “climat hormonal” d’une pilule.

        Les différentes pilules combinées contiennent des doses variables d’estrogènes et de progestatifs. De plus, si l’estrogène est toujours le même, il existe cinq progestatifs différents.

        Si dans une pilule donnée, l’effet de l’estrogène l’emporte sur le progestatif : on parle de pilule à « climat estrogénique » ; les effets indésirables des pilules à “climat estrogènique” sont : gonflement des seins et jambes lourdes en fin de plaquette, amélioration de l’acné, augmentation de la quantité des règles.

        si les effets du progestatif l’emporte sur ceux de l’estrogène : on parle de pilule à « climat progestatif ».
        Les pilules à climat progestatif ont tendance à diminuer le volume des règles et à soulager la tension des seins et le gonflement des jambes, mais elles favorisent l’acné chez les femmes qui y sont sujettes, ainsi que la pousse des poils…

        On comprend donc qu’il faut toujours se repérer au “profil” hormonal naturel de la femme (c’est à dire, avant toute prise de pilule) pour lui prescrire la pilule adéquate. Une femme qui a des règles très abondantes, douloureuses, des seins qui gonflent en fin de cycle a plutôt un profil “estrogénique” ; elle se sentira plus confortable avec une pilule à “climat progestatif”.

        Une femme qui a beaucoup d’acné et/ou un hirsutisme (excès de pilosité) a plutôt un “profil” progestatif, et se sentira mieux avec une pilule à climat “estrogénique”.

        Comme l’estrogène est le même dans toutes les pilules combinée, c’est la nature du progestatif qui détermine le « climat » :

        Les pilules à « climat progestatif » sont celles qui contiennent du lévonorgestrel ou de la noréthistérone :

        Adépal,
        Minidril (Générique : Ludéal Gé),
        Miniphase,
        Ortho-Novum 1/35,
        Triella,
        Trinordiol (Générique : Daily Gé)

        Les pilules à « climat estrogénique » sont celles qui contiennent du gestodène, du désogestrel ou du norgestimate :

        Cilest
        Cycléane 20
        Cycléane 30
        Effiprev
        Harmonet
        Méliane
        Mélodia
        Mercilon
        Minesse
        Minulet
        Mirlette 20
        Mirlette 30
        Mirtinu (Générique de Varnoline Continu)
        Moneva
        Phaeva
        Triafémi
        Tricilest
        Triminulet
        Varnoline
        Varnoline continu (Varnoline + 7 comprimés placebo)

        ATTENTION : Diane 35 (qui n’est pas une pilule) et Jasmine (et leurs génériques) ne contiennent aucun de ces progestatifs. Elles ont cependant un climat estrogénique. [1]

        En pratique, comment choisir une pilule :

        A. Vous souffrez d’acné et/ou d’hirsutisme ? Demandez qu’on vous prescrive une pilule monophasique « à climat estrogénique » : Cilest, Cycléane (20 et 30) Effiprev, Harmonet, Méliane, Mercilon, Minulet, Mirlette (20 et 30) Moneva, Varnoline, Varnoline Continu (ou son générique : Mirtinu)

        N’acceptez pas de prendre Diane 35 (ou l’un de ses génériques Holgyème, Lumalia, Minerva 35, Evepar) ni Jasmine s’il s’agit de votre première pilule.

        En effet, ces deux produits s’accompagnent d’un risque de phlébite plus élevé que les autres pendant les deux premières années de prise. Les médecins ne devraient donc pas les prescrire en tant que toute première contraception !

        B. Vous avez des règles plutôt abondantes et douloureuses, voire un syndrome prémenstruel (rétention d’eau) . ? Demandez qu’on vous prescrive une pilule monophasique ou biphasique à « climat progestatif » : Adépal, Minidril, Miniphase”

        Répondre
        Ca Se Saurait - 10 décembre 2015
  56. Je viens de lire ton article et je me retrouve parfaitement dans tout ce que tu viens de décrire. Quel bonheur de plus être sous pilule !!!!

    Répondre
    severine - 29 octobre 2015
    1. Salut Séverine,

      Oui et je vais d’ailleurs 1 an et 8 mois après l’arrête faire prochainement un article bilan global deux ans sans pilule car ce n’est que du positif !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 octobre 2015
  57. Salut les filles,

    Ca fait plaisir de voir que nous sommes de plus en plus, enfin quand j’en parle autour de moi c’est genre soit tu es folle, soit tu veux avoir un enfant.
    J’ai terminé ma plaquette et ça fait 10 jours que ne le prends plus et j’en suis tellement ravie. Et je vois déjà certains effets notamment la libido c’est un truc de fou.
    Pour le coté nourriture également. C’est ma meilleur décision pour 2015.
    Merci pour cet article 😉

    Répondre
    Lolin - 30 octobre 2015
    1. Et merci à toi pour ton commentaire, tu va remplacer par quoi comme nouveau moyen de contraception ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 octobre 2015
  58. Merci beaucoup pour cet article à propos de l’arret de la prise de la pillule.
    ça fait aussi 10 cette année que je la prend et tout ce dont tu parle je le subit tout
    les jours en me disant, mais bordel!! J’ai rien modifié, j’ai toujours fait du sport et
    mangé sainement, pourquoi je grossi, pourquoi je perd pas? J’étais trop bien avant!

    Tu m’as bien motivée, ma seule peur, comment calculer juste maintenant pour ne pas
    tomber enceinte, que faire pour que ça reste pratique?!

    Mais merci encore, c’est super!

    Christel

    Répondre
    Michon - 17 novembre 2015
    1. Salut Michon 🙂
      Alors tout d’abord tu trouves un autre moyen de contraception avant d’entamer ton sevrage, quand tu te sèvres tu n’as plus de contraception, tu avale des demi-cachets UNIQUEMENT pour ne pas arrêter les hormones trop vite c’est tout !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 17 novembre 2015
  59. J’ai spontanément arrêter la pillule il y a deux mois, un ras le bol général! J’ai déja remarqué les boutons et les cheveux qui graissent plus vite, pour le reste pas encore mais ca ne fait que 2 mois, en tout cas aucun problèmes importants. Mais surtout ce que j’attend le plus c’est le changement sur ma libido! J’espère pouvoir me ré-épanouir sexuellement!

    Crois tu que tu pourrais décrire davantage ce changement en particulier? Genre avant-après?

    Merci pour l’article

    Lili…

    Répondre
    Wouabis - 20 novembre 2015
    1. Salut Wouabis,

      Oui donc visiblement tu fais partie de celles chez qui l’arrête d’hormones engendre déjà rapidement des changements.
      Je vais faire un article bilan après 1 an et 8 mois d’arrêt de pilule pour résumer tout es les étapes très prochainement ! (pour la libido je ne vais peut-être pas non plus entrer particulièrement dans les détails puisque je souhaite protéger ma vie privée et que ce blog est un blog relié à ma personnalité publique en radio ^^

      Si tu veux qu’on en parle plus en détails je t’ionvite à m’envoiyer un message privé dans l’onglet “Me Contacter” dans “Qui suis-je”

      Répondre
      Ca Se Saurait - 20 novembre 2015
  60. […] la graisse la ventouse anti-cellulite et je bois beaucoup d’eau tous les jours. L’arrêt de la pilule m’a également beaucoup aidé à perdre le peu de graisse qui ne voulait pas s’en aller malgré le sport, à cause des […]

  61. […] pas non plus à aller regarder du côté hormonal, arrêter la pilule m’a permis de me débarrasser de presque toute ma cellulite sans faire d’effort, juste […]

  62. […] “J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise …partie 1 : les effets&#… […]

  63. Salut !
    Merci pour cet article. J’ai commencé à prendre la pilule à 16 ans, j’en ai 22 maintenant et comme ma relation est terminée je me suis posée la question si j’allais en profiter pour arrêter la pilule. (on ne sait pas qui croire entre les gynéco et les articles sur les thromboses ) . Je dois dire que tous les effets bénéfiques paraissent merveilleux – mais j’ai bien peur pour les boutons, car j’en avais quand même pas mal à l’âge ado, sans parler des cheveux qui grasse vite – devenu presque une phobie. Ce serait un cauchemar de les avoirs à nouveau pour une durée en plus indéterminée !! 4 mois je veux bien et encore…
    Mais bon, de l’autre côté j’ai aussi tous les effets que tu as cité ( sécheresse de la peau, lèvres, yeux, cellulites, saut d’humeurs, pas de libido, prise de poids) j’ai l’impression que c’est pas gagné des deux côtés lol .
    Les hommes ont la vie tellement simple !

    Répondre
    MM - 1 décembre 2015
    1. Oui malheureusement en l’occurrence tu va devoir avoir le courage de te lancer et d’essayer mais promis, je n’avais jamais eu un seul bouton de ma vie donc je l’ai très mal vécu et malgré tout malgré tout je n’hésiterais pas à recommencer si ça peut te donner une idée des bénéfices obtenus ^^ (je t’invite d’ailleurs à lire sur le sujet mon dernier article bilan après 20 mois d’arrêt).

      Répondre
      Ca Se Saurait - 1 décembre 2015
  64. Bonjour, super cet article, personnellement chui anti hormones j’ai jamais voulu prendre ces pilules, parce que c’est tous sauf naturel, je préfère encore me taper les préservatifs. Malheureusement pour moi j’ai pris Leeloo Gé 3 ans sous prétexte que j’étais SOPK, j’ai l’impression que c’était faux parce qu’à l’arrêt de la pilule yavai plus rien. Et là comme par hasard, on me trouve de l’endométriose interne, et bien sûr seul traitement pilule en continue, super. J’ai acheté la boîte mais j’ai toujours pas commencé à la prendre parce que tous les symptômes que ça provoque je les ai déjà au naturel : acné, migraine… En plus, c’est une progestative alors la prise de poids n’est casi pas évitable. Bref, tous ça pour dire que ça me révolte que les gynécos ne connaissent que la pilule en gise de traitement gynécologique.

    Répondre
    Anonyme - 19 décembre 2015
    1. Salut ,

      Oui je suis tout à fait d’accord avec toi. Je connais bien le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques pour celles qui ne connaîtraient pas^^) puisque j’en fais. A l’arrêt de la pilule j’ai fait pleins de kystes douloureux qui allaient et venait au gré de mon cycle et je viens aujourd’hui de trouver une solution : les plantes. Depuis 20 mois que j’ai arrêté la pilule j’avais de très fortes douleurs au moment de l’ovulation et des règles, à me plier, et personne ne trouvait de solution à tout ça hormis pilule ou médicament. En me renseignant j’ai compris que le SOPK est aggravé (voire provoqué) par une trop forte sécrétion d’hormones mâles (androgènes), par exemple quand on arrête des pilules comme celle que j’avais (Jasmine) qui contiennent des hormones anti-androgène, le corps d’un coup secrète beaucoup trop d’androgènes (il est déréglé et peut mettre jusqu’à deux ans pour retrouver son équilibre). Donc j’ai cherché côté plantes ce qui pourrait avoir un effet anti-androgène : le gattilier. J’ai également pris en même temps une plante qui régule les hormones féminines et décongestionne la zone de l’utérus au niveau sanguin (donc tout remarche mieux et moins douloureusement) : l’achilée millefeuille. Enfin une autre plante dépurative et détoxinante : la pensée sauvage pour aider à éliminer si mon corps en a besoin (et il en avait besoin vu mon acné). Tu commande ces trois plantes en mélange pour tisane dans une bonne herboristerie et tu fais infuser 10 minutes tous les jours une boule à thé (remplie de deux cuillerées à café de tisane) et tu bois avec du miel et du lait végétal pour améliorer le goût. C’est RADICAL !
      J’avais fait cette tisane tous les jours juste après l’arrêt de la pilule : plus de douleurs, cycles réguliers, disparition de l’acné. J’avais un peu zappé puis je m’y tiens en ce moment : disparition totale de mes douleurs dues aux kystes !
      Essaies avant de passer au chimique, si ça marche comme pour moi tu en sera heureuse 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 19 décembre 2015
      1. Pour le syndrome, je me suis énormément documentée et le mieux c’est d’avoir un régime à bas indice glycémique, si vous cherchez régime montignac sur le net, il y a toutes les explications, ça permet aussi de perdre du poids puisque c’est un des symptômes répandu des SOPK. Moi, ce que j’ai c’est l’endométriose, et je n’ai encore aucune solution naturelle contre cette maladie.

        Répondre
        Anonyme - 20 décembre 2015
        1. Oui, j’ai été la deuxième blogueuse en France à parler des méfaits des IG élevés à trop forte doses et raffinés donc même sur les effets sur la santé en général je suis d’accord 🙂
          L’endométriose quelle galère ça, quelle épidémie (on va d’ailleurs certainement découvrir pourquoi il y en a autant chez les nouvelles générations et je pense que cela vient de nos mauvaises habitudes soit pilule soit mode de vie…)

          Répondre
          Ca Se Saurait - 21 décembre 2015
      2. C’est sûr, on parle déjà des pesticides et de la nourriture industrielle pour cause, adopter une alimentation bio, c’est très loin d’être à la porter financière de tout le monde. C’est sûre que je plains les nouvelles générations, déjà quand je vois qu’à 11-14 ans, elles ont déjà pour beaucoup des poitrines énormes (qui témoignent de l’abus d’œstrogènes dans leurs organismes), ya vraiment de quoi s’inquiéter.
        J’ai vraiment du mal à me faire à l’idée de prendre encore une pilule contre mon gré, en plus en continu pour un temps indéfini puisque je ne suis pas prête à faire des enfants étant encore étudiante et que bien sûr l’endométriose est une maladie qui se développe avec le temps.

        Répondre
        Anonyme - 21 décembre 2015
        1. Bien sûr, d’ailleurs à propos du bio je développe l’idée dans “Pourquoi le bio est plus cher mais nécessaire” si ça t’intéresse 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 22 décembre 2015
  65. Bah en tout cas merci pour cet article, chui contente de savoir que chui pas la seule à me rendre compte des complications que peuvent engendrer la pilule, parce que j’ai l’impression que ça préoccupe personne. Quand je lis des gamines de 11 ans qui disent chercher une pilule pour grossir de la poitrine, j’ai peur pour les générations futures. Pour la contraception, pour les adolescentes qui n’auront en général pas de relation stable avant un moment ya les préservatifs combinés avec des spermicides, je pense que c’est faisable. Et pour les adultes ya le stérilet de cuivre pour celles qui la supporte mais aussi le fait d’être à l’écoute de son corps, ça fait un an que je le teste et je me suis pas faite avoir une seule fois. Sinon les tests d’ovulations peuvent aussi servir dans le sens inverse qu’ils ont été conçu. Voilà mon point de vue.

    Répondre
    Anonyme - 21 décembre 2015
    1. Oui tout cela n’est pas facile et pour les ados c’est quand même délicat de prendre le moindre risque à mon humble avis (ceci dit en Angleterre et en Afrique ils posent des stérilets sur des jeunes filles et ça ne pose aucun souci physique ou psychologique…) sur ce sujet il faut savoir à la fois être réaliste et ne pas pour autant abuser sur les conséquences de santé future parce que le risque immédiat est très réel.
      Je pense quand même que ça bouge et que ça va encore plus bouger dans les années à venir et les jeunes filles ne sont pas toujours les inconscientes que l’on croit, sur Internet beaucoup sont aussi très informées 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 22 décembre 2015
  66. Bonjour 🙂 je reviens après 4 mois et 2 semaines depuis l’arrêt de ma pilule, concernant les effets désagréables je n’ai eu que quelques boutons mais pas de quoi m’affolée puisque j’avais connu pire. Niveau santé rien à dire, finis les problèmes de poids, j’ai par contre énormément perdu; même mais proche me demandait le nom de mon “régime” alors que je n’avaient rien changé de mon alimentation mais a par pour éviter la recrudescence de boutons, j’ai arrêté le lactose et le gluten, qui m’a d’ailleurs peu être sauvé d’une peau horrible. Sinon j’ai perdu énormément de cheveux et je continue à en perdre, mais là-dessus j’ai lu un article sur internet qui disait que JASMINE était pareille à peu de chose près de DIANE 35, je ne sais pas si cela est vrai mais en tout cas je me êtis compte que toutes les pilules sont de sacrées saloperies : D concernant mon médecin lorsque je lui ai posé la question tant redouter 3 c’est dangereux la pilule?” il a détourné la question et au final ne m’a pas répondu. Voilà mon bilan de “ma joie” de l’avoir arrêté 🙂

    Répondre
    lucie - 30 décembre 2015
    1. Salut Lucie et merci pour ton retour 🙂
      Jasmine n’est pas non plus comme Diane 35 si tu regardes les compositions mais elle contient effectivement des anti-androgènes qui lorsqu’on les arrête perturbent le corps qui doit retrouver son équilibre et produit alors d’un coup beaucoup d’androgènes ou plus assez, or un fort taux d’hormones androgènes favorise l’acné et la pilosité et ça peut mettre jusqu’à deux ans à se remettre d’équerre (comme pour moi).
      En tout cas nous ne pouvons pas pour l’environnement non plus continuer à rejeter des hormones comme ça dans nos eaux usées et constatant qu’e plus à terme la pilule a de très nombreux effets indésirables sur la majorité d’entre nous oui il faut changer.
      En ce sens les médecins sont parfois un peu à la ramasse et c’est bien dommage !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 décembre 2015
  67. […] Some Kitchen posts for inspiration – Ready, set, go! Be sure to come back and link-up your progress (at bottom of this post)! Looking ahead …. Happy De-Cluttering! Very Bad Consumer. Accueil – Démocratie Durable. My First Board, Online Whiteboard for Visual Collaboration. Toulouse | Résultats de recherche | Gyn&co. Ingress. §. J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les effets ‹ Ca s…. […]

    Répondre
    Belette | Pearltrees - 2 janvier 2016
  68. Merci pour cet article qui résume toutes mes interrogations, j’arrête également suite à de gros problèmes de santé que j’attribue à ma pilule. Rdv dans quelques mois …

    Répondre
    Ludmilla - 18 janvier 2016
    1. A dans quelques mois alors ! 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 22 janvier 2016
  69. Bonjour,

    Je viens d’arrêter la pilule il y a un mois après 6 ans de pilule. Pour l’instant rien à signaler à part la peau qui commence déjà à se manifester (et comme je suis comédienne c’est pas évident) mais j’essaie de rester calme et d’accompagner mon corps 😉
    Je voulais savoir à partir de combien de temps tu as commencé à voir des changements (surtout pour le poids, la libido).
    Merci beaucoup à toi, ton article est plutôt rassurant malgré les difficultés évoquées ça donne quand même envie de tenter le coup !

    Répondre
    Marie - 20 janvier 2016
    1. Coucou Marie et merci de tes encouragements ça fait très plaisir 🙂
      J’ai eu le ventre affiné et une perte de poids très rapidement, déjà pendant le sevrage donc au bout de deux mois et pareil pour la libido, et ensuite ça a continué jusqu’à aujourd’hui encore plus de 20 mois après.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 22 janvier 2016
  70. Bonjour, super article ! c’est exactement ça ! j’ai arrété la pillule après 12 ans (melodia). j’en avait marre, je sais pas pourquoi un ras le bol ! puis mon fils m’a mis la puce à l’oreille car il est en première année de medecine et il a appris plein de choses sur les hormones, la contraception, pillule du lendemain ect…Et paf, j’ai stopper net d’un coup ! au début, des douleurs lors des règles, règles abondantes voir très abondantes (m’en fous, je tiens le coup) et après 6 mois, ma santé générale va beaucoup mieux ! moral en hausse, pousse des cheveux, libido revenu, c’est ce qui m’a fait consulter des articles comme le votre !! si j’avais su… je souffrais notemment de pieds glacés au point de souffrir terriblement tout les soirs et m’enpecher de dormir y compris l’été, (malgre la bouillote, les pieds sur l’insert de la cheminée, bref j’ai tout essayé !!) et bien TERMINER je souffre plus !!! j’ai également plus d’énergie, moins de fatigue, plus de secheresse de partout (peau, cheveux, yeux…) mieux qu’un antidepresseur (que j’ai pris et que je ne prends plus !!!) mon poids et mon gras n’ont pas changé pour l’instant.

    Répondre
    Véronique - 31 janvier 2016
    1. Merci Véronique pour avoir ajouté ton témoignage aux autres et bon vent alors 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 31 janvier 2016
  71. Bonjour,
    Cela fait 4 mois que j’ai repris la pilule Diane 35 après un stérilet au cuivre pendant 5 ans. Je l’ai reprise car j’avais énormément d’acné et des règles à n’en plus finir. Si l’acné a été mieux le 3 ème mois, cela revient progressivement. J’ai la peau sèche mais pleins de boutons et de marques d’acné alors que je n’en ai jamais eu pdt l’adolescence.
    J’ai repris du poids en 3 mois et surtout un ventre gonflé et une faim insatiable…
    Et quant à ma libido, autant vous dire que mon mari commence à râler sérieusement !!!
    Comme cela fait seulement 4 mois que je l’ai reprise, je pense arrêter complètement car je n’en peux plus de ce ventre et de cette libido.
    Je te remercie pr cet article qui m’a encore plus booster à arrêter et à convaincu mon mari qu’effectivement la pilule inhibe la libido.
    Merci merci merci

    Répondre
    Dd151 - 21 février 2016
    1. Salut DD,

      Oui effectivement c’est un peu la peste ou le choléra ces histoires de pilule ! Si ça t’intéresse saches que tu peux encore attendre un à deux mois que je sorte mon e-book complet sur l’arrêt de la pilule et le sevrage (co-rédigé avec un médecin) qui expliquera tout de A à Z, y compris pourquoi pas sur le fait de peut-être passer d’abord dans ton cas à une autre pilule (qui génère moins d’effets secondaires à l’arrêt) pour ensuite te sevrer définitivement le tout sans perturber trop ton corps et générer encore plus d’acné.
      Il sera vendu très peu cher et sera vraiment très complet donc je te le signale au cas où 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 21 février 2016
      1. Merci pour le conseil mais je n’arrive pas à me dire qu’il faut que j’attende encore pour arrêter cette pilule. Je crois que je vais tester un arrêt brutal. Je ne la prends que depuis 4 mois de je me dis que les effets ne seront peut être pas aussi important… Même si une part de moi se dit que vu comment je réagis au bout de 4 mois de pilule, l’arrêt sera peut être laborieux mais tant pis je tente !!!
        ☺️☺️

        Répondre
        Dd151 - 22 février 2016
        1. Fais quand même un sevrage alors, en fonction de ce qu’il te reste comme plaquette, ça ne mange pas de pain et évite de perturber ton corps…

          Répondre
          Ca Se Saurait - 23 février 2016
      2. Bonjour,
        Il me reste 2 plaquettes dc je vais voir. Par contre, j’ai une question: est ce que cela ne risque pas de perturber mon cycle ovarien si je prends 1 pilule /2 voir 3 jours?
        Merci bcp pr tt tes conseils
        Dd151

        Répondre
        Dd151 - 24 février 2016
        1. Salut DD,

          Ben autant tu peux avoir des cycles presque normaux pendant le sevrage autant tant que tu prend des hormones (et à plus forte raison de manière espacée ou non journalière, forcément ne faut pas s’attendre à un cycle régulier pendant le sevrage, d’ailleurs ce n’est pas le but et franchement je crois que peu importe, le but est d’enlever doucement les énormes en diminuant pour ne pas faire un yo yo d’un coup. Je demanderais au médecin avec qui j’écrit l’e-book si perturber un cycle comme ça peut avoir des conséquences à long terme mais sincèrement je en crois pas.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 24 février 2016
  72. Bonjour

    Je me doutais que la pillule était néfaste mais merci pour toutes ces infos dont personne ne parle!
    Moi aussi j’ai eu beaucoup d’effets néfastes et ne peux pas prendre de pillule. Merci de me rassurer je ne suis pas la sule à avoir ces symptomes.
    Le stérilet cuivre est mieux?

    Répondre
    Louange - 29 février 2016
    1. Bonjour Louange et avec plaisir,
      Après je en parle ici que de mon cas personnel, qui se limite donc… à mon cas personnel mais tu peux constater en lisant les commentaires que le phénomène est loin de ne concerner qu’une minorités de femmes.
      Je suis en train de rédiger un e book sur le sevrage de la pilule avec un médecin pour répondre à toutes vos questions, il sera bientôt disponible pour moins de 3 € si ça t’intéresse e oui si tu ne veux plus d’hormones le stérilet cuivre est la meilleure solution rapport santé/confort/efficacité/prix 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 29 février 2016
  73. Je me reconnait dans ton témoignage 😉
    Après 14 ans de prise de pilule, j’ai décidé il y a 4 mois de l’arreter je n’en pouvait plus de cette “drogue”
    Je reflechissait depuis 2 ans à changer de moyen de contraception mais sans franchir le pas…trop de peurs : grossir, perdre encore plus de cheveux, perdre de la poitrine….
    Mais je me sentait de plus en plus mal avec ma pilule (qui pourtant n’a pas la réputation d’etre si mauvaise…) malgré une tres bonne hygiene de vie, allimentation, sport… il y avait des maux qui n’avaient pas lieu d’etre : Jambes et veines enflées, douleurs aux jambes, pertes de cheveux à l’année (des touffes chaque jour) , l’impression d’etre souvent déconnectée, droguée quoi, douleurs bizarres dans la poitrine… etc etc Tout celà empirait semaine apres semaine…
    J’ai donc arrêté du jour au lendemain ma pilule pas de sevrage, rien…

    Mes regles sont revenues un mois apres, j’ai repris 3 kilos qui commencent à partir doucement depuis peu, j’ai eut plus de poils c’est vrai, mais en épilant régulièrement et en utilisant de l’huile de souchet, l’invasion de poils c’est calmée depuis peu, j’ai perdu un peu au niveau de la poitrine enfin surtout au dessus, mes seins étaient gonflés par la pilule, j’ai aussi eut un peu d’acné mais avec de l’argile et du flocon d’avoine en masque tres regulier, çà part!!!
    Je n’ai plus mal aux jambes, elles ne sont plus enflées, je me sent plus connectée, moins de douleurs à la poitrine, et je perds plus que 5 cheveux max en me coiffant, j’ai meme des petits cheveux qui repoussent…

    Je pense me faire poser un DIU cuivre, je ne souhaite pas revenir aux hormones, qui sont dangereuses, j’en suis convaincue

    Répondre
    Jenni - 1 mars 2016
    1. Salut Jenni et merci pour ton témoignage 🙂
      Oui j’ai aussi ressenti tout cela et pour les poils c’est un effet rebond assez classique qui se calme (un excès d’hormones), pareil mes jambes ont dégonflées et douleurs à la poitrine aussi.
      Je suis en train de rédiger un e-book sur le sujet et j’espère qu’il en aidera de nombreuse comme toi à franchir le pas avec des infos fiables et sans peur 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 1 mars 2016
  74. Merci pour cette article !
    J’ai fais retirer mon implant contraceptif hier, la principale cause : une libido inexistante. Aucun scrupule a laisser monsieur sans rapport pendant 3 semaines (bon après je culpabilisais.. mais la machine était tellement longue à mettre en route..).
    Me voilà sans contraceptif, après un cancer du col de l’utérus, c’était la seule contraception possible pour moi (pilule sans oestrogène, la pose d’un stérilet est à réfléchir, pas sûr qu’il ne tienne en place..). Monsieur me suit sans trop hésiter, en même temps, entre avoir l’implant et qu’il ne se passe rien ou devoir se protéger, il a vite choisit 😉

    Je suis tombé sur cette article la veille de mon RDV, et cela m’a conforté dans mon choix, mais j’ai un peu stressé avec la lecture des commentaires concernant les réactions des gynécologues. Et bien contre toutes attentes, le mien a été au top, il m’a devancé en proposant de retirer l’implant, en confirmant que de nombreuses patientes se plaignaient d’une baisse de libido après la prise d’une pilule. Il m’a rassurée en me disant que le préservatif était une invention géniale et qu’on pouvait faire pleins de trucs sympa avec (bon, je demande à voir quand même !).
    On laisse 6 mois avant de faire un point, mais bon, au vue de ma situation je pense qu’on va s’en tenir là.

    Voilà pour mon expérience, toute récente, et j’espère voir les effets arriver rapidement, enfin L’effet surtout. Merci encore !

    Répondre
    Céline - 2 mars 2016
    1. Coucou Céline 🙂

      Dans ton cas je dirais que l’idéal serait les calculateurs Clearblue qui t’accompagnent dans les méthodes de contraception au naturel parce qu’après ton cancer je crois aussi qu’il serait bon de laisser ton utérus tranquille sans le fragiliser ni lui faire prendre aucun risque que ce soit.
      Tu peux effectivement utiliser le préservatif quand tu es aux alentours de ton ovulation, regardes sur le net des techniques de contraception au naturel c’est assez facile mais si il faut du temps pour se connaître. je commence déjà m’y intéresser avec le stérilet (puisque sous stérilet c’est un cycle totalement lire et naturel donc tu peux analyser tes pertes, etc. et c’est vraiment fascinant (oui oui fascinant mdr :-p), je commence à très ben me connaître, je sais quand j’ovule,je le sens, au niveau des pertes ça se voit très facilement en fonction de leur texture tu sais que tu en es à tel ou tel jour et il suffit de se protéger 6/7 jours avant l’ovulation et après et le reste tu fais ce que tu veux donc ça va quand même.
      Bonne continuation à vous deux !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 4 mars 2016
  75. Bonjour Sabrina,
    J’ai arrêté la pilule à début janvier, soit il y a 2 mois en arrière, après 10 ans de prise non stop et encore quelques années avant avec une interruption d’une année. Les seuls symptômes que j’observe pour le moment sont des cheveux gras et une transpiration un peu plus excessive qu’avant. J’ose espérer que ce ne sera pas si intense que vous, car j’avais également peu d’effets secondaires pendant mes années de prise de pilule. Je prenais une pilule légère, c’est peut-être la raison. Parmi les effets positifs, outre la satisfaction de ne plus manger des hormones et dépendre de l’industrie pharmaceutique, je note aussi une nette augmentation de la libido. A suivre!
    Merci pour votre témoignage
    Valérie

    Répondre
    Valérie - 4 mars 2016
    1. Salut Valérie, malheureusement je prenais une pilule légère de troisième génération ce qui n’a pas empêché ces effets secondaires que je subis encore 24 mois après mais ma pilule, Jasmine, contient de la drospirénone qui, comme je l’explique est un produit plus susceptible que d’autres d’induire des effets secondaires à l’arrêt (j’en parlerais, le tout validé par un médecin dans mon e-book à paraître sur le sujet).
      Côté transpiration perso désormais j’ai bien moins d’odeurs corporelles que quand je prenais la pilule (transpiration, urine) donc je pense que cet excès est caractéristique de la période de sevrage, ça a des chances de passer ensuite 🙂

      Et la libido, ha la libido (papillons et oiseux dans mon cœur haha ^^), on en est toutes très heureuse de la retrouver ! 😉

      Répondre
      Ca Se Saurait - 5 mars 2016
  76. […] pas non plus à aller regarder du côté hormonal, arrêter la pilule m’a permis de me débarrasser de presque toute ma cellulite sans faire d’effort, juste […]

  77. Me revoilà après (quasi) un mois d’expérience sans pilule, et miracle, disparus les maux de dos, envolés !!

    5ans que je souffrais du dos toutes les nuits, à mal de dormir et à mettre 1h (ou la journée) pour que ça passe. Nous avions changé 3 fois de literie (forcément que ça devait venir du sommier, ou du matelas..) pour se rendre compte qu’une fois l’implant retiré, plus rien. Quel soulagement, je n’en pouvais plus. La première nuit sans implant j’ai eu plus mal que d’habitude, et après, terminé. Juste une douleur une nuit (qui doit correspondre à l’ovulation) et au moment des règles (ha tien.. celles-ci il va falloir que je me réhabitue -_-). Jamais je n’aurais fais le lien avec l’implant.. comme quoi 😮

    Sinon, dans le positif et le négatif :
    – j’ai pris 2kg d’un coup, paf, en une semaine, sans faire d’excès et en remettant en route une activité physique
    – ma transpiration sent moins mauvais
    – J’ai chaud.. mais j’ai chauuuuuud, pfiou
    – moins d’envie de grignotage

    Bon sinon.. nous attendons toujours le retour de la Libido ^^ (c’est encore long ?)

    Répondre
    Céline - 29 mars 2016
    1. C’est déjà génial 🙂

      Qui l’eut cru pour les maux de dos !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 29 mars 2016
  78. Bonsoir,

    Je viens de livre ton article car je compte arrêter la pilule pour passer éventuellement (je me renseigne encore) au stérilet cuivre. J’aurais juste une petite question : j’ai viens de finir ma plaquette. Puis-je arrêter directement la pilule ? C’est-à-dire ne pas du tout commencer la prochaine plaquette, sans que ça ait des conséquences importantes ? Ou est-ce un processus qui doit se faire progressivement ?

    Merci d’avance pour votre réponse.

    Marion

    Répondre
    Marion - 25 avril 2016
    1. Salut Marion,

      C’est le principe même du sevrage : tu arrêtes doucement (l’idéal étant au début d’un nouvelle plaquette pour conserver en quelque sorte tes cycles).
      Si tu arrêtes directement la pilule ce n’est pas un sevrage, c’est un arrêt brutal, d’un coup. Le sevrage signifie progressivement, en douceur.
      Donc là sur ta nouvelle plaquette tu fais en sorte de trouver un autre moyen de contraception (stérilet, préservatif) et tu commences à diminuer la dose de pilule avec la même technique que j’évoque dans l’article Partie 2 sur le sevrage progressif :

      1 cachet sur deux pendant deux mois
      1 cachet sur trois pendant deux mois
      1 cachet sur quatre pendant deux mois

      Et au bout de six mois tu as fini tons sevrage. tu as d’autres questions ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 26 avril 2016
      1. Donc, si je comprends bien… Je commence ma nouvelle plaquette en prenant mon premier cachet, je jette le deuxième (un jour sans), puis je prends le troisième, je jette le quatrième (un jour sans), etc. ?

        Répondre
        Marion - 26 avril 2016
        1. Oui sauf que pour faire des économies tu ne jettes pas les cachets (et encore moins dans les déchets ménagers d’ailleurs !. Pour faire des économies vu que le sevrage dure 6 mois tu prends le premier cachet, jour 2 tu ne prends rien, jour 3 tu prends le 3ème cachet ^^ (après tu as peut-être une pilule ou les cachets sont de différentes couleurs et différentes dosages ?)

          Répondre
          Ca Se Saurait - 27 avril 2016
      2. Affectivement, je prends Adepal. Donc il y a plusieurs dosages.

        Répondre
        Marion - 27 avril 2016
        1. D’accord, alors je n’ai pas de réponse toute faite (d toute façon nous sommes des pionnières du sevrage et devons nous débrouiller toutes seules) mais je suis en train d’écrire un livre sur le sujet et la question des pilules phasiques y trouvera sa réponse (cf. J’arrête la pilule.
          Je pense toutefois si tu veux commencer dès maintenant que tu peux procéder exactement de la même manière avec un cachet sur deux et des doses qui vont varier selon les cachets, l’essentiel étant de réduire doucement.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 27 avril 2016
  79. Bonjour,

    Tout d’abord, j’aimerais te dire que j’adore ton blog et ton style d’écriture! merci de nous partager tes expériences!

    Moi aussi j’ai un petit témoignage concernant l’arrêt de la pilule.
    je l’ai commencé à 17ans…

    j’en ai aujourd’hui 26 et j’ai 14kg en plus!

    aout 2015, je suis partie pour plusieurs mois d’étude à l’étranger… n’ayant pas besoin de la pilule vu que mon copain restait au pays, j’ai décidé de l’arrêter et d’en faire un arrêt définitif par la même occasion.

    2mois plus tard, certes je voyais ma cellulite devenir plus “flasque”, mon envie de manger divisée par 3, je sentais mon corps plus léger.

    Mais je n’ai pas eu que des bons effets (mais pour du positif au final), je m’explique: j’ai commencé à avoir des nausées les matins, une fatigue intense qui me tombe dessus à n’importe quel moment, des douleurs abdominales, et j’en passe des meilleures. On aurait pu croire que j’étais enceinte, mais c’était impossible. j’avais de plus en plus de mal à me lever… j’étais en cours intensifs de chinois et je devenais incapable de tenir le rythme…

    j’ai décidé de consulter pour ces douleurs, je me suis imaginé une grippe intestinale… enfin tout sauf ce qu’on allait m’annoncer.
    j’ai donc consulté, je vais vous éviter tous les détails de mon périple médical en Chine. bref, plusieurs examens plus tard j’apprends qu’en fait j’ai une endométriose de stade 2. Rien de TROP dramatique comparer au pire qu’on peut avoir mais je vous assure que quand on a 26ans et qu’un docteur vous dit “vous allez souffrir toutes votre vie jusque la ménopause, reprenez la pilule et ça ira mieux”…. donc en fait, la pilule a camouflé mes symptômes toutes ces années… à 26Ans on m’a dit d’envisager un enfant car j’en aurai pas autant que je le voudrai… ah ben merci la pilule!!!!!!

    Faites attention à la pilule, moi je l’ai arrêté et plus jamais je ne reprendrai cette M****.

    et pour celles que ça intéressent, je ne reprends toujours pas les hormones pour calmer mes douleurs, j’ai opté pour le yoga, une alimentation totalement changée et saine, je cours aussi de temps en temps, je ne bois plus que de l’eau et du thé—> à l’heure d’aujourd’hui, je ne ressens plus que les nausées (mais moins fréquentes qu’avant).

    Répondre
    Fleurette - 27 avril 2016
    1. Salut Fleurette,

      Merci pour ta confiance et pour partager ici ce témoignage. Si je peux me permettre une touche d’espoir : nous en savons encore peu sur l’endométriose et j’espère que nous aurons de nouvelles pistes dans les années à venir pour mieux traiter (au naturel) cette maladie.
      Je crois, c’est mon intime conviction, que la prise massive de la pilule contraceptive par les femmes de plus en plus jeunes n’est pas étrangère à l’épidémie actuelle d’endométriose. On nous dit soi disant que “la pilule masque les symptômes de l’endométriose”, je crois surtout que la pilule en mettant les ovaires au repos, et en perturbant durablement le système hormonal féminin et les règles génèrent des conséquences que nous ignorons encore. Je suis persuadée que l’épidémie actuelle d’endométrisoe sera bientôt reliée au fait d’avoir pris la pilule a long terme.
      Ce n’est que mon avis et il n’est pas médical.
      Je précise ceci car j’ai pensé un temps avoir de l’endométriose et pour des raisons personnelles je n’ai pas souhaité faire un dépistage à ce sujet parce que je pense qu’à partir du moment où on nous dit “vous avez telle maladie”, l’esprit renforce encore plus la “maladie”. J’ai eu d’immenses douleurs aux ovaires et à l’utérus depuis deux ans que j’ai arrêté la pilule. J’ai décidé comme toi d’agir plutôt sur mon alimentation, le sport et je prends régulièrement du gattilier en tisane. Même si je souffre d’endométriose je ne veux pas le savoir car ce n’est pour moi qu’un terme apposé sur un phénomène que subit mon corps et que nous ne savons finalement que très peu de chose sur le rapport corps/esprit et sur cette maladie.

      Il y a un mélange de physique et de psychologique a mon avis mais jusqu’ici mon esprit a toujours bien mieux soigné mon corps que la médecine, donc à titre personnel je choisis d’abord d’agir sans les médecins et ensuite avec. C’est comme ça qu’en 2012 j’ai réussi spontanément à arrêter une crise d’appendicite dont je souffrais depuis plusieurs jours. J’étais hospitalisée trois jours, on me disait qu’on allait m’opérer mais je ne voulais pas. Alors j’ai très rapidement tenté de comprendre comment j’en étais arrivée là. J’ai compris que j’avais rentré trop de colère en moi niveau professionnel, et j’ai ensuite demandé à corps de combattre cette inflammation immédiatement (j’ai visualisé mes globules/cellules en leur demandant de combattre l’inflammation). Deux jours plus tard je sortais de l’hôpital sous le regard médusé des médecins qui me disaient que c’était extrêmement rare qu’une crise d’appendicite se résorbe ainsi spontanément ^^ (ils ne m’ont administré aucun produit ou antibio).
      Je te raconte tout ça pour te donner espoir et te dire que je soutiens énormément ta décision d’agir à ton niveau avant de te considérer comme un des nombreux “cas perdus” de la médecine 🙂

      Dans le cadre d’une prise d’hormones longue durée il est clair que le phénomène est physique avant d’être psychologique, mais comme corps et esprit sont reliés peut-être que nous supportons mal cette castration, cet empêchement chimique de nos cycles et que notre utérus sort littéralement de sa cage, se met “hors de lui”.

      NB : Pour rappel pour celles qui nous lisent mais en connaissent pas l’endométrisoe. L’endométrisoe c’est en gros des cellules de l’utérus (des cellules de l’endomètre qui tapisse l’utérus) qui s’implantent anarchiquement hors de l’utérus (pour des raisons encore inconnus même si l’on pense que ce serait à cause “de facteurs hormonaux” donc la pilule pourrai vraiment y être pour quelque chose, d’autant plus que l’endométrisoe se retrouve principalement chez des femmes occidentales donc qui ont accès à ce type de contraceptif). Ces cellules anarchiques s’implantent souvent dans la zone utérine (système urinaire, muscles environnants) mais autour, à l’extérieur. Ces cellules reproduisent le phénomène des règles mais en dehors de l’utérus ce qui génère des douleurs puisque chaque mois ces cellules génèrent des règles hors de l’utérus.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 27 avril 2016
  80. Bonjour à toutes,

    voici la deuxième fois que j’arrête la pipule et cette fois ci définitivement.
    Lors de mon premier arrêt (brutal), j’ai eu une poussée d’acné et de poils monstrueuses. L’acné s’est finalement calmé au bout de 6/8 mois en me laissant des belles marques rouges, et il me reste du duvet que je n’avais pas avant. Entre-temps bien sur, j’ai repris la pilule, ce que je n’aurais jamais du faire. J’ai en effet lu que cela prenait parfois un ou deux avant avant que le corps ne se régule de lui même.
    En fin d’année dernière j’ai finalement décidé d’arrêter progressivement la pilule et d’adoper le stérilet cuivre.
    Bilan des courses: j’ai arrêté complètement la pilule depuis 4 mois, et l’acné repointe le bout de son nez, en intensité modérée comparé à mon acné d’il y a deux ans mais tout de même… j’avais oublié la douleur que ça procurait entre autre. Mais je persévère avec une routine soins naturelle et non agressive. J’ai mon stérilet depuis deux mois, et mise à part la pose très douleureuse, tout se passe très bien. Je le conseille à toutes.
    Je précise: j’ai 23 ans, je prenais des pilules minidosées depuis mes quinze ans.
    Courage à toute, ça fait du bien de voir que l’on est pas seule !

    Répondre
    Aline - 24 juin 2016
    1. Salut Aline et merci de ton témoignage 🙂
      Oui, j’ai moi-même été tentée de reprendre cette satanée pilule mais finalement je ne regrette rien. Aujourd’hui après deux ans de stérilet je le soupçonnais d’être à l’origine de douleurs pendant les rapports + ballonnement la moitié du mois (semaine avant et semaine des règles) et depuis que je l’ai retiré il y a une semaine plus aucune douleur, ballonnements disparus et imperfections dos/décolleté en voie de disparition totale…. alors est-ce que e stérilet peut aussi causer des désagréments cutanés… en tout cas rien que pour les autres je suis heureuse d’être totalement au naturel. Je découvre donc les méthodes écologiques (sympthothermie, Billings), etc. et je me sens super bien 🙂

      Je vous en reparlerai quand j’aurais plusieurs mois de recul !
      Bises Aline.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 24 juin 2016
      1. Salut ! Merci à toi de ta réponse, effectivement j’ai commencé à avoir des petits boutons dans le decolleté et dans le dos, mais comme j’ai aussi arrêté la pilule je me dis que c’est peut être lié à ça. Bilan dans un an et demi deux ans. Le secret c’est la patience chez les femmes 😉
        Je vais me renseigner sur les autres méthodes de contraception, ça peut être intéressant pour moi.

        Bises à toutes et n’hésitez pas à partager vos vécus.

        Répondre
        Aline - 24 juin 2016
        1. Oui donc c’est quand même étrange ces apparitions de boutons dans des zones bien spécifiques pour beaucoup d’entre nous suite à l’introduction du stérilet cuivre…

          Allez, viendez témoigner vous toutes ^^

          Répondre
          Ca Se Saurait - 24 juin 2016
  81. Bonsoir,
    Je viens de découvrir ton blog car je cherchais des avis sur les ventouses et je suis tombée sur une réponse ou tu disais que la pilule n’était pas bonne pour la cellulite et aussi d’autres choses. Je me suis retrouvée sur : les lèvres sèches ( et pas que en haut hein ) , la libido 0, prise de poids ( facilement 3 en 4 mois) et des seins douloureux et très lourd, essoufflement comme si j’étais énorme alors que je fais 1m63 pour 58 kil ( avant mes 2 loulous je faisais 52)
    J’ai eu 2 fois des stérilets, hormonal et cuivre. AU moins de Janvier après 3 ans de cuivre, j’avais très mal pdt les rapports, au début quelques positions et après toutes, horrible sensations. Je ne voulais plus rien faire et quand ca fait que 2 mois que tu es avec ton chéri pas cool.
    Bref le gynéco me l’a enlevé le stérilet et m’a expliqué que ds ceux en cuivre il y a dedans du nikel et ce nikel certaines femmes en font une allergie, et cette allergie pouvait provoquer ces douleurs. Mais prescription de pilule du coup car j’ai très peur de tomber enceinte, je suis assez fertile.
    Le soir même câlin avec mon chéri et la plus rien, plus mal du tout et n’importe comment lol. Mais la ça revient et je dois faire une prise de sang pour Endométriose. Je vais la faire , je la traîne depuis 4 mois et j’avoue que je n’y crois pas, car pas assez de symptômes même s’ils sont différents d’une femme à une autre. Du coup je suis perdue car avec tout ce que je viens de lire sur la pilule et ce que j’ai remarqué ( pourtant j’ai pris la pilule des années avant de tomber enceinte et j’ai jamais eu de prise de poids, d’acné.)
    Du coup je suis intéressée par ta méthode car je compte bien arrêter la pilule, et du coup préservatif.
    Merci. Au fait c’est Aurélie et j’ai 38 ans.

    Répondre
    Aurélie - 29 juin 2016
    1. Salut Aurélie et bienvenue alors 🙂

      Oui, nous sommes toutes différentes c’est pourquoi il faut vraiment énormément s’informer ET surtout s’écouter, suivre son intuition pour savoir ce qui s’applique à soi ou pas. Si c’était si facile et qu’on était toutes faites pareil… ça se saurait (c’est dans ce genre de moments que je me dis que j’ai bien choisi le nom de mon blog ^^).
      D’ailleurs, ma propre expérience en la matière (10 ans de pilule puis deux ans de stérilet et enfin aujourd’hui méthodes naturelles) m’ont prouvé que chacune supporte une méthode mieux qu’une autre. Malheureusement une chose est sûre : la pilule ou le stérilet entraînent très souvent des effets secondaires (de quasi invisibles à très gênants selon les femmes) et que donc la contraception la plus respectueuse du corps de la femmes c’est celle qui ne nécessite ni hormones ni corps étranger. Ceci dit je suis super heureuse pour toutes celles qui supportent le stérilet, etc. J’aurais moi-même aimé le pouvoir (les hormones en revanche je pense que ça a TOUJOURS une influence, c’est automatique quand on sait comment cela fonctionne, prendre des hormones n’est jamais anodin). Bref, tout ça est bien compliqué mais je suis sûre qu’avec les années les femmes conquièrent de belles choses dans ces domaines et que les hommes s’y intéressent de plus en plus.

      Pour ce que tu décris du stérilet, cela m’a fait exactement la même chose…

      Tout ça pour dire qu’une contraception est personnelle mais qu’elle s’inscrit aussi dans une société (j’insiste sur ce point, cf. Pourquoi les femmes modernes sont prêtes à tout pour ne surtout pas tomber enceintes ?. C’est dans cet esprit que je rédige tout cet été (pour une sortie à la rentrée “J’arrête la pilule” avec Martin Winckler pour vous fournir des infos fiables, précises et surtout très pratiques à ce sujet et apprendre à bien choisir sa contraception 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 juin 2016
  82. Salut!
    Très bon article et je te remercie enormement. Voilà j’ai stoppé la pillule définitivement la pillule hier profitant de ma semaine de pause. Apres juste 15mois de prise j’ai directement ressenti tous ses inconvenients cités précédement dans les differents témoignages et j’ai pris la decision de mettre un terme.
    Mais j’ai quelques préoccupations :
    -vais je tellement souffrir de l’acné?
    -vais aussi tôt perdre mes kilo en trop? (Il est vrai que j’en ai pas pris des tonnes car je suis quittée de 58kg à 61kg)
    Que me conseillez vous?
    Merci

    Répondre
    Lele - 8 juillet 2016
    1. Salut Lele, merci de ton message 🙂
      Malheureusement chaque femme, chaque corps étant différent on ne peut rien prédire à l’avance. Tu risque fortement d’avoir des imperfections si ta pilule contient un anti-androgène type drospirénone puisque son arrêt génère ce genre de symptômes et pour la perte de poids, la plupart des femmes en perdent à l’arrêt, certaines pas et d’autres (une minorité) en prennent un peu. Donc pas de règles !

      Quoi qu’il en soit cet article n’est pas juste un article sur l’arrêt de la pilule mais sur l’arrêt avec sevrage. Je te conseille donc de suivre un sevrage progressif (particulièrement si ta pilule contient un de ces fameux anti androgène type dropsirénone) pour limiter les dégâts côté peau.

      Je t’invite donc à lire l’article sur le sevrage : J’ai testé pour vous arrêter la pilule avec sevrage… partie 2 : le sevrage progressif et saches si tu le souhaites qu’avec Martin Winckler nous allons bientôt sortir un livre sur le sujet pour répondre en détail à tout ce genre de question et donner de astuces pour limiter les dégâts en se sevrant de telle ou telle manière et avec des routines cosmétiques naturelles également.

      Bises.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 8 juillet 2016
  83. Merci encore mais j’avoue que ma plus grosse préoccupation est au niveau du poids.
    Pourrais je les perdre aussi tôt?

    Répondre
    Lele - 8 juillet 2016
    1. Oui Lele mais il va falloir comprendre qu’en matière de santé un truc qui marche pour l’un ne marche pas pour l’autre donc personne ne pourra te donner une réponse, celui qui te dit “oui à 100% tu vas perdre du poids est un menteur” donc fait le deuil de ça, rien n’est sûr en matière de corps 🙂
      J’en parle pas mal d’ailleurs dans mon livre qui vient de sortir si tu veux aller y jeter un oeil ^^ : Métro, boulot… bonheur !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 9 juillet 2016
  84. Coucou,

    Alors tout d’abord tes différents articles sont tout simplement fabuleux MERCI!!!!!

    Ensuite j’ai arrêté la pilule sur un coup de tête il y a tout juste 3 mois (après 13 ans de prise) sans même me demander s’il y avait des effets secondaires possibles…bravo! Je suis maman d’un petit garçon de 16 mois et j’ai eu recours à Clomid et Duphaston pour tomber enceinte car ovaires noires de kystes et donc conception difficile selon mon gynéco. Il m’a tout de suite prescrit ce traitement sans même que j’essaye de concevoir sans. Bref ravie car tombée enceinte immédiatement. Le problème est que Jules est né avec une fente palatine (heureusement pas complète), mais malformation quand même qui aurait pu être associée à d’autres bien plus graves (cerveau, coeur ou reins).

    Nous sommes dans l’optique d’un deuxième d’ici un an mais je souhaite que tout se fasse naturellement cette fois-ci (car j’ai trouvé un ou deux articles qui incriminent Clomid dans certaines malformations), voilà pourquoi j’ai déjà arrêté la pilule, le temps que mon corps reprenne ses droits.

    J’ai de graves problèmes de fatigue chronique depuis une dizaine d’années (manque d’énergie permanent, problèmes de concentration et d’apprentissage, endormissement régulier en voiture, fatigue au réveil…) mais jamais trouvé pourquoi. Maintenant que j’ai lu ton article je m’interroge. Ma fatigue a débutée environ 3 ans après le commencement de la pilule (Ludeal Gé). Et depuis 3 mois que je l’ai arrêté je remarque que je suis plus dynamique, moins “endormie”. À suivre…

    PAR CONTRE depuis une semaine cheveux gras à souhait!!! Avant un shampooing tous les 3-4 jours et là je pourrais graisser les roues de la poussette au bout d’une demi-journée Même au bout de 4 jours ils n’étaient pas gras à ce point sous pilule! C’est tout simplement l’horreur! Je suis à deux doigts de recommencer cette satanée pilule!

    Les filles si vous pouviez me dire concernant vos cheveux après combien de temps vous avez retrouvé une apparence humaine car j’ai vraiment peur que ça reste comme ça à vie

    J’ai trouvé un remède homéopathique que je vais commencer aujourd’hui je vous dirai ce qu’il en est…

    Encore merci pour le temps que tu nous accorde

    Bises

    Répondre
    Marie67 - 26 août 2016
    1. Salut Marie,
      Merci pour ton témoignage très touchant.
      Je connais quelqu’un (adulte aujourd’hui) qui est né avec une fente palatine et finalement aujourd’hui tout ça très bien, j’imagine que de nos jours ils font de belles chirurgie non ?

      Pour les cheveux il y a eu un pic de cheveux très gras et d’autres désagréments trois mois après l’arrêt puis pendant 4 mois et cela s’est ensuite calmé progressivement. Aujourd’hui plus de deux ans après c’est revenu à la normale (avec tout de même des cheveux plus gras que sous pilule mais ça c’est normal, question d’hormones). En gros avant avec la pilule je me les lavais tous les 6 jours, maintenant c’est plutôt tous les 5 jours (grand max et parfois avec shampoing sec). Ça dépend aussi des moments du cycle, juste avant les règles c’est quatre jours max. Félicitation ton corps va maintenant retrouver ses marques puis faire sa vie et ton prochain loulou sera accueilli dans le temple qu’est ton corps sans hormones et ça c’est top pour toi et pour lui 🙂

      Quoi qu’il en soit oui arrêter la pilule c’est parfois horrible avec des gros moments difficiles à vivre pour notre corps mais n’oublions pas que c’est à cause de cette pilule que nous subissons ça alors perso je ne reviendrai plus en arrière. Tu peux d’ailleurs lire mon article bilan sur le sujet pour avoir une idée globale des bienfait sur que l’arrêt de la pilule a eu chez moi (cf. Arrêt de la pilule avec sevrage, vingt mois après : le bilan [+routine visage acné]

      Répondre
      Ca Se Saurait - 26 août 2016
  85. […] de longs mois à retrouver son équilibre elle est désormais représentative de mon état intérieur. Et ça me plaît […]

  86. […] essayez de voir si ce n’est pas votre pilule contraceptive qui influe sur votre volume capillaire (j’ai personnellement un volume de cheveux qui a doublé voire triplé depuis son […]

  87. Bonjour, merci infiniment pour les articles que tu publies sur ton blog 🙂

    J’aimerais beaucoup arrêter la pillule et cette manière progressive de le faire me semble la plus logique, néanmoins quand j’en ai parlé à ma gynéco elle m’a dit que j’avais “meilleur temps d’arrêter d’un coup” car ça allait “encore plus perturber mes cycles et provoquer des saignements”… Je comptais utiliser la méthode 1 pillule un jour sur deux, puis un jour sur trois,etc car je me vois mal couper ces petits trucs .du coup je me demandais si il fallait quand même faire l’arrêt de 7 jours usuel ou si c’était une prise ” en continu” ? Je suis un peu perdue et ce qu’elle m’a dit m’a encore plus mis dans la confusion.

    Merci d’avance pour ta réponse et longue vie à ton blog !

    Répondre
    Lorena - 24 octobre 2016
    1. Salut Lorena et merci pour ton gentil message.
      Que ce soit clair une bonne fois pour toutes : le sevrage est sans danger. Tu prenais des pleines doses avant, tu veux les diminuer progressivement cela n’a rien d’aberrant. On le fait avec pleins de médicaments. Si ta gynéco semble fermée d’esprit et surtout n’est pas à ton écoute, je te conseille tout simplement d’en changer. Son rôle est d’écouter tes doutes et de t’en parler franchement, si tout ce qu’elle sait faire est t’imposer son avis sans arguments valables concernant ta question du sevrage je crois que tu sais ce qu’il te reste à faire. Je me permets de dire cela car je connais très bien le sujet et parce que des médecins compétents et à l’écoute de leurs patients disent la même chose.

      Le sevrage progressif peut effectivement perturber le cycle mais la pilule perturbait déjà énormément ton cycle dans le genre, le sevrage est une période transitoire qui n’est pas faite pour durer, c’est juste un moment où tout va forcément être anormal puisque le corps va subir des changements. Avant, ta pilule faisait croire à ton corps que tu étais enceinte avec des hormones, pendant des années (oh et ça ce n’est pas un bouleversement pour le corps peut-être ? peux-tu répondre à ta gynéco, et un bouleversement bien plus important qu’un éventuel spotting ou cycle irrégulier), pendant le sevrage tu t’autorise justement une période “entre deux” pour faire une transition douce plutôt que d’y aller d’un coup et là de risquer de subir des désagréments bien réels et connus. Il n’y a aucun argument valable contre le sevrage progressif. Des mythes, pour la simple et bonne raison que les médecins ne connaissent même pas cette pratique que les femmes font seules dans leur coin et dont elles se parlent entre elles. Il n’existe pas d’étude sur le sujet, seulement les témoignages très positifs que les femmes s’échangent entre elles et des discours de médecins qui sont à leur côté et expliquent qu’il n’y a aucun danger à cela et que c’est même très intelligent comme technique (cf. L’arrêt progressif de la pilule : c’est dangereux ?)

      C’est de toute façon toi seule qui prend la décision finale, je n’ai pas à t’influencer là-dessus mais je peux te dire effectivement de manière objective que de très nombreux gynécos sont très en retard sur des thématiques sur lesquelles les femmes avancent avant de leur demander leur avis… à toi de voir, de tester (je t’assure que tu ne risques rien) et de te demander qui semble avoir les meilleurs arguments, ceux qui te parlent et collent avec ton propre ressenti 😉

      Bises.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 25 octobre 2016
      1. Bonsoir,

        Je reviens deux mois après ta réponse qui m’a rassurée et confortée dans l’idée que je faisais le bon choix si j’arrêtais avec sevrage. J’ai changé de gynéco et j’ai rdv avec la nouvelle demain, je croise les doigts pour qu’elle comprenne la démarche… J’ai vu que ton livre sur l’arrêt de la pilule sort début 2017 mais je ne sais pas si j’ai le courage d’attendre, j’ai l’impression de sentir chaque jour un peu plus le poison que la pilule représente. Je vais donc sûrement commencer le sevrage dès que je finis la plaquette de ce mois. Je voulais juste une information, Est-ce que si j’utilise la méthode 1 pilule tous les 2 jours, puis tous les 3, etc je dois faire un arrêt de 7 jours comme je faisais avant ? Et si je la coupe, est ce que je fais un arrêt ?

        Je t’avoue que j’hésite entre la couper (ce qui me paraît fastidieux) et la prise espacée.. je m’excuse pour ces questions un peu répétitives mais je m’inquiète et je veux être sûre de bien faire les choses.

        Bonne soirée et merci encore pour toutes ces informations précieuses que tu partages avec nous !

        Répondre
        Lorena - 5 décembre 2016
        1. Salut Lorena, et tu fais bien de ne pas attendre car le livre va finalement sortir chez un grand éditeur et certainement pour la rentrée 2017.
          Donc, pour te répondre favorise la méthode sans couper les cachets et non là tu ne fais plus la pause de 7 jours qui n’a de sens que quand tu prend la pilule (et encore, juste si psychologiquement tu veux avoir tes règles).
          Bon sevrage et pour ta future gynéco pas besoin de rentrer dans les détails ou alors juste tu lui dis que ce n’est pas négociable, tu veux faire comme ça et que même Martin Winckler et pleins de médecins compétents préconisent le sevrage, reste ferme 🙂
          Saches que c’est ton corps, tu es une adulte et tu n’as pas à te mettre en position d’enfant face ) ton médecin, le protocole soignant/soigné (surtout dans le cas où il n’y a rien à soigner) doit se faire en alliance parfaite entre ce que toi tu souhaites pour ton corps et le médecin n’est pas là pour juger, juste t’apporter son savoir-faire. Point. A ce propos si tu veux te motiver, tu peux acheter Les brutes en blanc de Martin Winckler où il explique très bien comment le patient doit se défendre face à son médecin, ça remet es choses à leur place 🙂

          Bises.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 5 décembre 2016
  88. Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article, qui est vraiment motivant pour l’arrêt de la pilule ! 🙂
    Je suis en plein dans le sujet et je m’y reconnais pleinement : j’ai 26 ans, je prends la pilule depuis 12 ans (…on me l’a prescrite sans me demander de réfléchir pour des problèmes d’acné…) et ma boîte se termine dans un mois. Depuis quelques années, ma vie a beaucoup changé : super écolo de nature, je suis également devenue végétarienne, consomme principalement du bio et fait maison, et je fais de plus en plus attention à mon mode de vie et à mon empreinte énergétique. Bref, avec toutes ces réflexions, je ne pouvais pas continuer la pilule ! 😉
    Donc j’ai décidé de l’arrêter quand j’arriverais à la fin de mon stock, et, si je suis super motivée et pressée que ça arrive enfin, je suis aussi stressée et je me sens très seule quant à ce sujet, car j’ai pour ainsi dire pris la pilule toute ma vie, donc je ne connais pas le quotidien sans… C’est pour cela que je viens chercher du réconfort auprès de vous ! 🙂
    Que les choses soient claires : si je cherche à en finir avec les hormones, c’est avant tout pour me sentir bien et pour être enfin en phase avec mon convictions. Je ne suis pas dans l’attente d’un miracle (même si je l’accueillerais les bras ouverts :p J’ai en effet un manque total de libido, 10kg en trop qui stagnent, les jambes lourdes, etc.). Je suis donc tout à fait ouverte à tous les changements qui peuvent se produire, qu’ils soient positifs ou négatifs pendant un temps. Mais j’avoue que certains témoignages sont tout de même angoissants. Si j’en parle autour de moi ou à un médecin, j’ai l’impression qu’on me regarde comme une hippie sortie tout droit du Moyen Âge. 😉 Bref, auriez-vous des conseils pour bien gérer cet arrêt ? Comment appréhender les moments difficiles (mes règles ont toujours été minimes du coup, n’ont jamais été douloureuses et je n’ai jamais eu de migraines) et y a-t-il un moment où il faut envisager de se faire aider si c’est trop difficile ?

    Bref, je suis super motivée mais un chouia anxieuse et je me sens un peu seule au monde 😀
    Merci mille fois!

    Répondre
    Wonderchoupette - 3 novembre 2016
    1. Salut Wonderchoupette,

      Ma réponse va être rapide ^^, je suis en train de regrouper tous mes conseils dans un livre très complet que je rédige en collaboration avec Martin Winckler et qui paraîtra au premier trimestre 2017 : J’arrête la pilule donc je t’invite vraiment à attendre sa sortie pour être rassurée et avoir accès à toutes les infos !

      Si tu es une hippie moyenâgeuse alors nous sommes nombreuses à l’être ! En l’attente je t’invite à aller lire les autres volets de cet article (indiqués dans l’article avec les liens) mais également ces articles-ci :

      La pilule : libération ou prison ?

      Pourquoi les femmes modernes sont prêtes à tout pour ne surtout pas tomber enceintes ?

      Ma routine naturelle qui fait merveille contre les imperfections

      Aucune d’entre nous ne peux savoir ce qui l’attend, comment son corps va réagir. En revanche si tu es sûre que tu veux arrêter, et il semblerait que ce soit le cas, eh bien il faudra forcément affronter cette inconnu un moment. Quoi qu’il en soit c’est un choix qu’il faut effectivement parfois assumer avec force.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 3 novembre 2016
    2. Coucou, moi j’en ai parlé à ma gyneco avant d’arrêter (j’ai arrêté la pillule au moment de ma visite annuelle). Elle a parfaitement compris ma démarche sans me juger. Elle m’a prescrit un médoc sur ordonnance pour les règles douloureuses (je n’y avais absolument pas pensé). D’ailleurs j’ai eu mal au retour de mes premières règles (j’étais moi sous androcure, la pseudo pilule gfatale à la féminité). Depuis j’ai surtout une petite lourdeur en début de règles, un flux normal pensant 4-5 jours maxi, surtout les 2 premiers jours. Si tu as peur pour ta peau, les cremes normaderm de Vichy m’ont beaucoup aidé. Mais tu n’as pas besoin d’appréhender, tout se passera très naturellement.
      Bises

      Répondre
      Severine - 3 novembre 2016
  89. […] teinte adaptée. Son prix : 15 € environ (avec une utilisation quotidienne assez soutenue pendant ma période post-pilule un pot me dure près de 5 à 6 mois (un an quand je n’avais aucune imperfection, mais ça […]

  90. Bonjour, souffrant depuis l’adolescence de cheveux affinés, je suis surprise par ta pousse de cheveux après l’arrêt de la pilule. Ça me fait rêver! Les médecins prescrivent souvent Diane 35 ou Jasmine pour justement lutter contre la chute de cheveux, permettant d’empêcher les hormones mâles d’attaquer le bulbe du cheveu.
    En sais-tu plus sur les raisons de ta pousse plus dense?
    Merci

    Répondre
    Amda - 7 décembre 2016
    1. Salut Amda, eh bien quand tout va bien au niveau de nos cheveux il n’y aucune raison de prendre des hormones pour influer sur eux donc pour commencer, une hormone qui se vante de faire ceci ou cela sur eux n’a rien à faire dans une pilule qui est un médicament contraceptif donc quoi qu’il en soit les cheveux reviennent juste tels qu’ils étaient auparavant après la pilule, à ce détail près que certaines verront au contraire leur masse capillaire diminuée parce qu’elles auront été trop longtemps exposée à une hormone qui chez elle, au contraire, fait diminuer la masse capillaire (des femmes comme moi). Donc quoi qu’il en soit je dirais naturellement de plutôt laisser ses cheveux tels qu’ils sont, personnellement même s’ils ont repoussé en masse à l’arrêt de la pilule, mes cheveux ont quand même moins de masse qu’au tout début où je l’ai prise. De plus sur la deuxième photo mes cheveux sont méché et donc plus poreux, plus facilement malléables en boucle alors que sur la première ils sont quasi naturels.
      Finalement je n’ai donc pas de pousse plus dense j’ai simplement retrouvé ma vraie nature de cheveux à l’arrêt de la pilule 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 9 décembre 2016
  91. […] peut-être une humeur plus massacrante à l’arrivée de leurs règles. Parce que depuis que j’ai arrêté la pilule c’est effectivement mon cas, je remets tout en question, je suis plus sensible et surtout […]

  92. Bonjour, J’ai arrete la pilule fin novembre, toujours pas de retour de regles depuis le 4/12, pas enceinte! Pas de perte de poids malgre toujours sport et aLimentation equiliBree…je suis decue.

    Répondre
    Antonucci - 24 janvier 2017
    1. Bonjour Antonucci,

      Il ne faut pas être déçue pour la simple et bonne raison que personne n’a dit que chaque femme qui arrêterait la pilule perdrait du poids 🙂
      Cet article n’est que le reflet de mon expérience, c’est loin d’être une xpérience partagée par toutes les femmes (on en parlera en détail justement dans mon livre à paraître sur la pilule et son arrêt)
      On ne cessera jamais de dire que chaque corps de femme réagit différemment à la prise et à l’arrêt de la pilule. Certaines ne retrouvent un cycle normal qu’après plusieurs mois, c’est certainement votre cas.
      Arrêter la pilule doit être un geste réfléchi et effectué par convictions (parce que vous ne souhaitez plus certains effets secondaires ou que vous avez peur de polluer) mais ne doit pas se faire sur un coup de tête parc que vous avez lu un témoignage sur Internet disant qu’une femme a perdu un peu de poids suite à l’arrêt. D’ailleurs, les études s’intéressant à la prise de poids sous pilule montrent qu’il n’y a pas de lien évident entre la prise de pilule et la prise de poids donc, a priori, en 2017, toutes les études nous disent que la pilule ne fait pas grosssir (ce qui prouve bien que mon cas n’est pas général).

      Bien à vous.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 24 janvier 2017
      1. Oui, j’ai arreté pour les hormones mais cette pilulu m’a toujours convenu. Par contre, j’ai mal aux seins là…

        Répondre
        Antonucci - 25 janvier 2017
        1. D’accord, eh bien après c’est à chacun de faire son parcours et de prendre ses décisions, là malheureusement c’est un choix personnel. Rapprochez vous de votre médecin si vous remarquez des effets secondaires indésirables qui vous gênent trop ou s’inscrivent dans la durée.

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 26 janvier 2017
          1. Bonjour sabrina,

            Merci merci beaucoup pour ton article qui est très intéressant.
            Je me permets de t écrire car je suis comme toi je suis sopk. JAI BCQ DE SYMPTOMES QUE TU AS DECRIS (perte de cheveux aux tempes alarmante que je narrive pas a soigner, ACNE, douleurs aux ovaires etc)

            Comment savoir si on est aussi atteinte de l’endometriose?? COMMENT DEPISTER CETTE MALADIE? En effet, je suis atteinte de vives douleurs dans le ventre mais je ne sais pas si cest du quaux SOPK ou si jai aussi de l’endometriose…

            Je voulais aussi savoir quel est ton moyen de contraception?? Me concernant jai un sterilet en cuivre mais jai lu que cetait mauvais pour les femmes atteintes dendometriose et dans le doute je me demande sil ne faudrait pas que je me le fasse enlever

            MERCI PAR AVANCE DE PRENDRE LE TEMPS DE ME REPONDRE

            BONNE JOURNEE

            Camelia

            CAMELIA - 16 février 2017
          2. Salut Camelia,

            Perso je n’ai pas été diagnostiqué SOPK mais j’ai souffert de kystes multiples aux ovaires pendant plusieurs années sous pilule puis ensuite environ un à deux ans après l’arrêt (mais j’avais un stérilet cuivre et en l’enlevant tout s’est calmé), voilà pour les kystes.
            Si tu veux savoir pour l’endo, je t’invite à aler tout d’abord regarder cette page sur les symptômes réalisée par l’association française d’endométriose, EndoFrance.

            “Le symptôme le plus courant de l’endométriose (retrouvé chez 50 à 91% des femmes selon les études) est la douleur, règles douloureuses (dysménorrhée), douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie), douleurs pelviennes fréquentes, défécation douloureuse, difficulté pour uriner (dysurie), douleurs lombaires, abdominales (ombilicales …), douleurs pelviennes ou lombaires pouvant irradier jusque dans la jambe (cruralgie), … […]
            La douleur liée à l’endométriose peut être continue ou ponctuelle, fonction de la localisation des lésions et des adhérences. Liée au cycle, elle se manifeste souvent de manière plus aiguë au moment de l’ovulation ou des règles. […]
            Les autres symptômes les plus couramment relevés dans l’endométriose sont :

            saignements (métrorragie, rectorragie ou spotting) principalement prémenstruels
            fatigue
            diarrhée ou constipation
            troubles digestifs
            brûlure urinaire, sang dans les urines
            lombalgie, sciatique ou cruralgie (douleurs irradiant dans la jambe)
            infertilité : la maladie est souvent révélée à l’occasion d’un bilan de fertilité”

            Mais tout ceci doit être diagnostiqué par ton médecin pour trouver où sont les lésions (l’endométriose peut s’implanter plutôt vers la vessie, plutôt vers le côlon ou sur la paroi vagino-rectale, plus rarement dans la cavité abdominale (bas-ventre) voire même dans les poumons pour les cas les plus graves.

            Aujourd’hui n’ayant pas supporté le stérilet cuivre (pourtant le plus petit NT 380 short, vaillamment gardé deux ans mais finalement insupportable) et comme je ne veux plus d’hormones non plus car effets secondaires je suis à la symptothermie (une méthode naturelle, la plus efficace) + préservatif et diaphragme 15 jours/mois. Effectivement je crois avoir vu passer aussi un lien plutôt négatif entre stérilet et endo mais je ne le retrouve pas là tout de suite.

            En espérant avoir répondu à tes questions.

            Bises.

            Sabrina Debusquat - 16 février 2017
  93. Bonjour,

    J’ai arrêté de prendre la pilule le 1 janvier 2017 sans “vrai” sevrage : pendant les 2 dernières semaines, j’ai pris 1 comprimé sur 2 puis 1 sur 3 donc ça a été assez court. Cela faisait 14 ans que je prenais Yasmine et je voudrais partager ce qui m’arrive en terme d’effets secondaires.
    Tout d’abord je voudrais parler de l’acné,
    j’ai eu très peur car j’avais énormément d’acné quand j’étais jeune (vraiment vraiment beaucoup) j’ai pris du roaccutane et c’est d’ailleurs à cause de lui que l’on m’a ordonné -n’ayons pas peur des mots car ce fut le cas- de prendre Yasmine pendant mon traitement pour l’acné. j’avais 14 ans et j’en ai 28 maintenant, je n’avais jamais arrêté la pilule avant, la question ne s’était jamais posée car j’ai toujours été parano de la grossesse non désirée.
    Bref, 1e janvier, nouvelle ère.
    Dès le premier mois j’ai observé que ma peau redevenait plus “à imperfections” mais pas autant qu’avant, je n’ai pas (encore?) de gros boutons enflammés, plutôt quelques taches rouges que je ne dois pas encore camoufler. Les imperfections sont apparues sur mon visage et mon décolleté illico et sur le dos ça commence à venir. Sinon en plus des imperfections ma peau est toujours sèche mais un peu moins qu’avant (je mettais de la nivéa pour les mains, le gros pot bleu, et ma peau pelait encore).
    Peut-être n’est-ce que le début?
    Pour les imperfections, pour le moment, j’utilise de l’eau précieuse, ça désinfecte en douceur sans trop assécher et les résultats sont encourageants.
    Mes cheveux sont plus gras, je dois les laver 1jour sur 3 ou sur 2 alors qu’avant je les lavais 1 fois semaine.
    Ensuite je voudrais parler du poids. Je ne sais pas vous mais moi, dès la 3e semaine et encore maintenant j’ai littéralement fondu. Je suis très sportive et déjà avec Yasmine je perdais du poids assez facilement mais alors maintenant, c’en est presque alarmant, tous mes muscles se dessinent, y compris mes abdos (ce qui n’est pas trop dérangeant 🙂 )
    J’ai faim tout le temps, je mange plus qu’avant, j’avale des tonnes de chocolat et je ne prends pas un gramme (vraiment pas) voir je maigris encore. est-ce que quelqu’un à déjà eu cela?
    Concernant la libido, c’est sur, elle est revenue! CE n’est pas constant, généralement les 2 premières semaines après les règles c’est la folie mais le reste du mois c’est comme avant (quasi rien donc)
    Enfin, j’ai l’impression que je dors mieux, que je suis moins fatiguée qu’avant et contrairement aux témoignages que j’ai lu, j’ai plus facile à me contrôler maintenant: je ne pleure plus sans raison et en fait même avant mes règles je suis de meilleure humeur mais plus “énergique”.

    Enfin voila, ça ne fait que deux mois mais je ressens déjà de grosses différences. en tout cas je ne regrette certainement pas d’avoir arrêté car je me sens beaucoup mieux!
    Je repasserai sans doute dans quelques mois pour raconter l’évolution des choses.

    Répondre
    Marion - 24 février 2017
    1. Salut Marion et merci pour ce retour détaillé de sevrage, on a finalement à peu près eu les mêmes symptômes (même pilule prise quasiment autant de temps), je te souhaite que ça ne se mete pas à dérailler comme pour beaucoup d’entre nous au troisième mois mais ton début est encourageant et pour la libido c’est normal que tu ais un pic avant l’ovulation et bien moins envie après, c’est hormonal (d’ailleurs si tu es sensible tu devrais aussi ressentir un petit pic juste avant les règles parce qu’on a un pic d’oestrogènes à ce moment-là ^^).

      En tout cas merci pour ce témoignage détaillé ! A très vite.

      PS: tu as de la chance, je viens de lire une étude expliquant qu’en fait pendant six mois à un an après l’arrêt de la pilule, le corps peut encore avoir des niveaux d’hormones qui régulent le désir sexuel très bas, ce qui expliquerait que certaines femmes qui arrêtent la pilule vont mettre longtemps avant de retrouver une libido normale.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 24 février 2017
    2. Bonjour,

      Comme Marion j’ai pris Jasmine pendant longtemps et j’ai arrêté de la prendre complètement il y a 2 mois. Sauf que je ça ne se passe pas aussi bien de mon côté. Pas de perte de poids (ça aurait été trop beau), pas d’amélioration sur le sommeil ou la fatigue.

      Je n’ai toujours pas retrouvé mes règles mais je ne m’inquiète pas car je sais que ça peut être long à revenir.

      Ce qui m’inquiète c’est qu’au début rien à signaler si ce n’est les cheveux qui regraissent plus vite. Pas d’acné. Mais il y a 15 jours j’ai eu de violents spasmes, et depuis j’ai des douleurs dans les ovaires, ça “tire”, le jour, la nuit. A côté de ça mon bas-ventre s’est mis à gonfler comme un ballon de baudruche, j’ai du mal à fermer mes jeans, je me sens ballonnée et quand je mange c’est pire. J’ai aussi quelques bouffées de chaleur (pourvu que je ne couve pas une ménopause précoce !). Ah, et j’ai pris 2 kilos en 2 semaines! Moi qui ai toujours eu un poids très stable, je n’ai jamais pesé aussi lourd, pas cool. Je suis aussi fatiguée et je n’ai pas beaucoup d’entrain.
      Je prenais du gattilier depuis l’arrêt complet de la pilule mais ma naturopathe m’a conseillé de l’arrêter, ce que j’ai fait (bizarre vu que plein de filles en prennent, mais bon). Je prends du desmodium pour détoxifier le foie.
      Si mes règles ne reviennent pas dans 1 ou 2 mois j’irai faire un bilan hormonal chez un endocrino.

      Je ne sais pas trop ce qui se passe là-dedans mais je suis vraiment mal physiquement. mais pour l’instant je refuse de regretter d’avoir arrêté la pulile. Je sais que c’est pour mon bien et que mon corps lutte pour se remettre de tout ça. En tout cas voilà mon expérience, L’arrêt de la pilule c’est pas une promenade de santé!

      Répondre
      Linouille - 13 mars 2017
      1. “L’arrêt de la pilule c’est pas une promenade de santé !”, comme tu dis. Cela peut mettre beaucoup de temps selon les femmes avant de revenir à des cycles normaux donc jusqu’à maintenant tout va “bien”, tu es dans la norme, certaines comme moi ayant des effets secondaires résiduels jusqu’à trois ans après l’arrêt 🙁
        Je ne peux que te dire bon courage et t’envoyer tout mes bonnes ondes pour continuer à arpenter le chemin que tu as choisi. J’ai eu un peu les mêmes symptômes que toi mais j’avais fait poser mon stérilet cuivre et je lui ai attribué mes ballonnements donc impossible de comparer… Ceci dit selon ton climat hormonal de base la pilule peut effectivement avoir un effet qui limite ton poids (si tu produis naturellement beaucoup d’oestrogènes, quand tu reviens au naturel tu peux alors avoir tendance à prendre plus facilement du poids) et côté flore inetstinale l’arrêt à beaucoup d’effets donc c’est normal aussi que ça se bouge de ce côté. Pour la gattilier, il n’est optimum qu’en prise sur la deuxième partie du cycle (qui sera difficile à deviner vu que tu n’en as pas) et tu fais bien d’aider ton foie qui est rudement sollicité.

        Répondre
        Sabrina Debusquat - 13 mars 2017
  94. Bonjour. Je pensais que la pilule était à l’origine de mes problèmes de circulation de sang mais après 3 mois d’arrêt je ne vois pas d’amélioration. Je me sens pas + libérée, je ne retrouve pas de libido, j’ai la peau et les cheveux très gras. J’ai retrouvé mes règles rapidement mais sans maux de ventre. En revanche arrivé au 3ème mois plus de règle (je précise être sûr de ne pas être enceinte). Je redoute beaucoup d’avoir un rebond d’acné. Est-il inévitable surtout avec la peau grasse que je peux avoir ? C’est tellement flagrant depuis que j’ai arrête la pilule. En combien de temps cela revient à la normale ? J’ai répondu au questionnaire. Merci à vous

    Répondre
    Laure BB - 28 mars 2017
    1. Bonjour Laurence,
      Chaque cas est à part mais, si vous preniez une pilule 3e ou 4e génération avec un progestatif pensé pour améliorer l’aspect de la peau, arrêter la pilule va forcément faire que votre peau ne sera plus comme sous pilule. Pour le reste, les effets négatifs de la pilule peuvent rester très longtemps donc trois mois ne sont pas forcément suffisants pour voir une amélioration notable (c’est mon avis personnel). Le rebond d’acné ne touche qu’une minorité de femmes donc avec un peu de chance vous n’aurez pas à le subir. En bref, arrêter la pilule (surtout si la prise a duré longtemps) c’est un énorme bouleversement. Cela peut prendre beaucoup de temps avant que vous retrouviez votre corps tel qu’il était avant, parfois des années. A force de lire des témoignages et parce que j’enquête sur la pilule depuis un an (en lisant toutes les études, en écoutant des spécialistes mais aussi en lisant des milliers de témoignages), je suis personnellement convaincue que certains dommages sont presque irréparables. Mais c’est uniquement mon avis.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 28 mars 2017
      1. j’ai pris la pilule pendant 12 ans (diane 35 pendant + de 5 ans puis jasmine). je pense et j’espère que l’état de ma peau et de mes cheveux vont d’améliorer, ça doit être les hormones qui s’emballent, la preuve je n’ai pas encore eu mes règles ce mois ci. JE N’ai jamais souffert d’acné sauf quelques imperfections de temps à autres avant d’être sous pilule. CELA ETANT DIT MËME SOUS CETTE PILULE J’avais une peau mixte avec des imperfection quelques fois. qu’entendez vous par certains dommages irréparables ? J’espérai vraiment retrouver ma libido mais aussi une meilleure energie, des jambes + légères .. Je vais patienter il est peut-être comme vous le dite trop tôt pour s’apercevoir des bienfaits. Merci sabrina

        Répondre
        Laure BB - 28 mars 2017
        1. Personnellement, même si j’ai vu des bénéfices rapidement, les effets négatifs étaient aussi très pénible donc difficile de se réjouir les premiers mois même si je préferais retenir le positif. Vous avez effectivement pris pendant très longtemps deux des pilules les plus problématiques et à risques. Ce sont avec ces pilules que les effets secondaires à l’arrêt semblent les plus forts car les progestatifs qu’elles contiennent sont eux-même très puissants. Je n’avais moi non plus jamais eu d’acné, à peine quelques boutons ados et aujourd’hui pourtant j’en ai alors que j’ai arrêté depuis trois ans ma pilule… La pilule est soupçonné par de nombreuses études d’abîmer de manière durable le système immunitaire, de générer des allergies et des problèmes circulatoires longue durée (parce que justement vous l’avez prise très longtemps et que tout votre corps a pris le pli en quelque sorte). J’en parlerai en détail dans mon livre mais les recherches ne sont absolument pas rassurantes sur le sujet (sauf bien sûr celles de l’industrie qui disent toujours que tout va bien).

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 28 mars 2017
  95. bonjour 🙂

    je suis tombée sur cette page en cherchant des indices pour arrêter la pilule (et changer de pilule surtout)
    mais je suis très surprise de voir autant de femmes mécontentes (et je me trouve presque anormale) car la pilule ne change absolument rien de mon côté. Au contraire ça m’a enlevé mes soucis de mal de ventre, je n’ai pas pris un gramme en 6 mois déjà,j’ai un gyneco très chouette qui m’écoute et ne force à rien (un monsieur, je déteste les femmes dans le médical ahah), j’ai moins de soucis d’humeur, toujours plein d’envie sexuelle voir plus ahah, toujours une belle peau, des cheveux brillant et j’en passe. mais si je pensais à changer c’est parce que malheureusement (tout ne peux pas être beau) j’ai des règles anémiques au lieu d’en avoir beaucoup moins c’est beaucoup plus.
    du coup je partage un peu mon ressenti. peut-être que c’est faiblement dosé (je prends la minidrill) du coup pas trop de changement.
    mais du coup je suis devenue presque inquiète de me demander : pourquoi chez moi tout vas presque plutôt bien (à par l’ombre au tableau des anémies) ? et si une femme passant par ce petit coin du site a aussi eu plus de règle sous pilule et qu’elle en peu être la cause ? merci à vous et l’article est très interessant 🙂

    Répondre
    lora - 9 avril 2017
    1. Salut Lora, oui nous réagissons toutes différemment à la pilule et tant mieux pour toi si tout se passe bien 🙂
      Si tu as envie de tout savoir en détail, comme je ne peux tout t’expliquer ici je t’invite à lire mon livre quand il paraîtra (cf. http://www.ca-se-saurait.fr/jarrete-la-pilule/). De nombreux paramètres font que les effets secondaires de la pilule peuvent passer inaperçus ou ne se déclencher qu’au bout de quelques années c’est surtout ça qui est gênant. La pilule est aussi un produit classé cancérigène de catégorie I et c’est un peu la roulette russe. Certaines supportent très bien, d’autres ont des effets secondaires très graves, d’autres rien. Mais de plus en plus de recherches montrent que la pilule agit de manière importante sur de nombreux processus du corps et cela touche toutes les femmes qui la prennent. La pilule induit avec le temps des carences en vitamines B, E en magnesium et en zinc (mais tu ne la prend pas encore depuis assez longtemps pour l’avoir expérimenté). En fait, on ne sait même pas encore totalement quels sont les effets réels de tous les produits qu’elle contient.
      A titre personnel j’ai pris la pilule dix ans et ce n’est qu’en l’arrêtant que je me suis rendue compte qu’elle avait eu de nombreux effets secondaires sur moi mais tout cela c’était installé si progressivement dans le temps que je ne l’avais pas remarqué. Je me disais “c’est l’âge”, etc. alors qu’en fait non. Bref, c’est très compliqué tout ça et je l’expliquerai de manière claire, précise et sourcée dans mon livre si ça t’intéresse (une sous-partie parlera d’ailleurs de comment mieux supporter la pilule si on ne veux pas l’arrêter, comment se prémunir d’éventuelseffets secondaires qui arrievraient dans le temps) 🙂

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 10 avril 2017
  96. Bonsoir, j’ai arrete la pilule Antigo Ge dePuis 15 jours. Toujours pas de regles, est ce normal ?
    Avec cette pilule j’ai pris 7 kg en 8 mois. Vais je avoir une perte de poids depuis cet arret de pilule ?
    Merci, cordIalemEnt

    Répondre
    Keller - 12 avril 2017
    1. Bonjour Keller,

      Beaucoup de femmes mettent du temps avant de retrouver un cycle normal, parfois des mois donc a priori ce n’est pas anormal. Si vous avez un doute ou que ça dure trop, consutez votre médecin. Concernant le poids personne ne pourra jamais vous prédire quoi que ce soit nous sommes toutes différentes, mettez toutes les chances de votre côté avec une alimentation saine et un peu d’activité physique.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 12 avril 2017
  97. (impossible D’ÉCRIRE en minuscule, je ne sais pas pourquoi donc ne pas mal le prendre), voila ça fait 2 ans que je suis sevrée, (sachant que j’en ai repris une 1 mois en pure PROGESTÉRONE que j’ai vite ARRÊTÉ). je fais malheureusement partie de ces femmes très sensible aux hormones et par conséquent j’évite comme la peste les contraceptifs hormonaux. RÉCEMMENT, j’ai rencontré des problèmes avec mes règles je suis donc allée voir une GYNÉCOLOGUE rapidement. sauf que je suis tombée sur une folle qui me prend de haut et ne me dit même pas quel est le problème. elle m’a juste donné un générique de cezarette en me disant que c’est la meilleure, etc… BIEN SUR JE NE L’ai pas prise car j’ai eu un aperçu avec l’autre générique de cezarette. de plus quand je lui ai parlé des problèmes rencontrés avec les anciennes celle-ci me rétorque que ce n’est pas la pilule mais mon environnement, mon alimentation, etc… la malhonnête des médecins sur les effets indésirables des pilules me sidère.

    Répondre
    kawaii - 13 avril 2017
    1. Bonjour Kawaii,

      C’est effectivement malheureusement encore courant et c’est inadmissible, tu as raison. C’est d’ailleurs pour cela que je tiens à rédiger ce livre avec Martin Winckler qui depuis toujours prône l’écoute du patient attentive et le place au centre du processus de soin. Peut-être devrais-tu plutôt aller voir un spécialiste endocrin ologue là non ?

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 14 avril 2017
  98. hello, cela fait quelques mois que je prends la pilule (une minidosée) j’ai voulu essayer pour voir avec le chéri mais en quelques mois à peine je suis plus sujet aux angoisses, je dors moins bien et je me sens finalement pas bien “de prendre un médicament” moi qui n’en prends pas quand j’ai une grippe etc. j’ai repris la pilule pour mon 4ème mois depuis 7 jours et j’aimerai savoir si je peux l’arrêter soudainement malgré un tier de la plaquette entamée ? cela va t’il me déréglée complètement comme j’ai pu l’entendre partout ? ou vais-je seulement avoir des règles plus tot ? merci à vous

    Répondre
    laura - 17 avril 2017
    1. Salut Laura, impossible à prévoir donc faites comme vous le sentez, en règle générale, ça n’a pas non plus un impact fou si ça peut vous rassurer.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 18 avril 2017
  99. […] J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les effets […]

  100. Salut !
    MErci pour toutes ses informations dieu sait combien utile et trop peu colportées !! Je n’ai pas fait de servage comme toi, je devais reprendre ma pilule samedi passé (le 5 avril) et l’ai simplement laissée de côté.

    De plus, pour tout vous dire, je prenais L’ANNÉE dernière le générqiue de la DIane 35 (pour ses effets bénéfiques sur L’ACNÉ et la pilosité). MOn nouveau gynéco m’a alors conseillé un petit MÉLANGE : CLimen (a prendre à la ménopause, si j’ai bien compris) avec de l’androcur. Apparemment cela est plus naturel car l’hormone n’est pas synthétique.

    Pour ma part, j’ai surtout eu envie d’arrêter la pilule a cause des effets sur mes émotions ! OUtres, tous les bienfaits que tu as décrits sur les changements physiques, j’attends aussi beaucoup de l’arrêt de la pilule sur les effets psychiques. A chaque fois, chaque mois, mon syndrome pré-MENSTRUEL prenait des proportions ÉNORMES ! DÉPRESSIONS, envie de pleurer, insomnie, colère etc… Gérable car depuis le temps j’ai appris à les maîtriser, mais j’attends beaucoup sur l’arrêt de la pilule à ce niveau là aussi !

    Merci encore pour ton site !
    A bientôt
    Deborah

    Répondre
    Deborah - 26 avril 2017
    1. Bonjour Deborah et merci pour ton gentil message,
      Malheureusement il n’y a pas réellement d’hormones “naturelles” dans le sens où elles sont toutes synthétisées en laboratoires et modifiées ou dans le meilleur des cas extraites de plantes (c’est donc “naturel” pour la plante car c’est son organisme mais ça n’a rien de “naturel” de l’implanter dans un corps humain). La dépression est en effet un des pires effet de la pilule et beaucoup plus répandu qu’on ne le croit mais personne n’en parle car les médecins, en l’absence de preuves physiques, ont tendance à classer cela dans le “psychosomatique” alors que c’est totalement faux. La science atteint là c’est limite et c’est pour cela que nous devions imposer nos avis de patientes. J’expliquerai dans mon livre tout cela (pour la fabrication des hormones comme pour l’ensemble des effets secondaires de la pilule) 🙂

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 26 avril 2017
      1. Merci pour cette réponse rapide ! Je me réjouis de lire ton livre !

        Tu as raison, toutes les hormones ingérées oralement ou par d’autres biais ne sont absolument pas naturelles ! De plus, le cylce de nos règle non plus… Bref, quelle angoisse tout ça quand on y réfléchis ! D’autant plus que cela fait pour ma part 15 ans que je suis sous pilule. J’ai 30 ans. J’en ai essayé bcp ! C’est la big pharma comme je l’appelle qui est derrière tout ça ! Tellement d’argent à se faire !

        JE suis toujours rassurée de lire que mes états “dépressifs” ne sont que la cause de la pilule car sinon, j’y comprends rien ! Je suis profondément heureuse, je le sais ! Je ne comprends pas ces moments de tristesse qui me tombent dessus et qui, pour ma part durent bien 15 jours !

        IL est possible que j’aie naturellement une déficience au niveau de mes hormones (je crois qu’à l’époque, on m’avait dit que j’avais pas assez D’ŒSTROGÈNE) mais ça date de mes 15 ans ! C’est peut-être régulé à ce jour.

        Je vais aller faire une prise de sang dans 3 mois afin de voir où en sont mes hormones à moi et en DISCUTER avec mon médecin et pas mon gynécologue !

        QUel bien ça fait de pouvoir en discuter librement, être comprise et surtout écoutée sur les effets secondaires si bien gardés pour le corps médical et pharmaceutique !

        MERCI pour ton site !!
        Deborah

        Répondre
        Deborah - 27 avril 2017
        1. Tu sais, depuis ce matin je suis en train de lire les centaines de témoignages que les femmes m’ont adressés lors de mon grand sondage et ils sont similaires au tien. La plainte la plus courante est la non-écoute du corps médical (“c’est dans votre tête”), le manque d’information (“la pilule est ce qu’il y a de mieux pour vous” mais je ne vous dit pourquoi ni quels sont les éventuels effets secondaires), les jugements et l’idéologie (la pilule est un progrès pour les femmes, vous êtes une affreuse rétrograde si vous n’en voulez pas). Martin Winckler qui collabore avec moi sur ce livre connaît bien le sujet… Effectivement nous devons en tant que femmes apprendre à nous écouter et à imposer notre avis quand les arguments en face sont nuls ou issus de croyances non médicalement justifiées. Bref, le féminisme a encore des combats à mener ! Quand on se documente comme moi pendant près d’un an sur les hormones on fait des connexions entre les différentes études, les effets et j’ai voulu vous expliquer tout ça dans ce livre parce que savoir c’est pouvoir. Pouvoir choisir… en toute connaissance de cause.

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 27 avril 2017
          1. MERCI !!! SIncèrement MERCI !

            J’ai arrêté la pilule il y a deux semaines, (disons que je ne l’ai pas reprise quand il aurait fallu) et je suis “en plein” dans ce chamboulement hormonal. Je l’espère du moins, sinon, je suis malade…. Hier j’avais une boule au ventre de stress, une respiration rapide et je n’ai pas réussi à m’endormir avant très très longtemps (comme si j’allais sauter dans le vide…) C’est les mêmes symptômes post règles….

            Bref, ton site n’est pas le mur des lamentations, et ne cela ne sert à rien de tergiverser, mais j’ai, en ce moment, très peur que se ne soit pas les hormones. Même si je sais que oui !

            Enfin…. J’attends impatiemment ton livre (il va sortir en Suisse aussi) ? J’habite à Lausanne…. et surtout, MERCI pour ton combat et ton information (formation, même) sincère !

            Deborah - 28 avril 2017
          2. Il sortira en France mais tu pourras l’acheter sans souci via Internet, peut-être même en librairie, cela dépendra de son succès ^^
            Tu verras, des études montrent notamment comment la pilule agit sur les mêmes mécanismes que l’ecstasy (diminue certains éléments dans le corps qui diminuent à leur tour la sérotonine) ce qui fait que quand on l’arrête il y a une sorte de mauvais passage qui ressemble fort à ce que tu décris. Nous n’en sommes qu’au début de nos découvertes mais la science va moins vite que ce que ressentent les femmes.

            C’est bien là le problème : doit-on se laisser dicter nos vies par une science imparfaite et, qui plus est, aujourd’hui souvent corrompue ? A chacune de décider. Quoi qu’il en soit il faut s’écouter et considérer qu’après l’arrêt rien n’est “normal”, il faut attendre avant de retrouver un état normal (parfois très longtemps, certaines auront même des séquelles à vie).

            Sabrina Debusquat - 28 avril 2017
  101. Bonjour, un grand merci pour votre article et livre. J’espère sincèrement que vous aurez quelques éléments de réponses à mon témoignage:

    Je prends la pilule depuis 9 ans avec de très rares pauses. Au tout début, la Jasmine puis depuis au moins 6-7ans, la Leeloo Gé. Mi-décembre 2016, j’ai fait une pause pilule de 3 mois dans l’objectif de deshabituer un peu mon corps aux hormones “artificielles” et réfléchir à des alternatives (idée de ma mère qui m’a dit qu’elle faisait une pause tous les ans d’environ 3mois pour deshabituer son corps aux hormones). Ça a été assez foudroyant les 1ers jours de cycle :
    – 1er mois d’arrêt de la pilule(12/2016) : pas d’effet, règles normales
    – 2e mois : 1er jour des règles (01/2017) : J’avais mal à la tête le matin en partant de chez moi, j’ai déduis que c’était dû aux règles et suis quand même allée au travail. En début de matinée, au bureau, d’un coup : tête qui tournait beaucoup et grosse nausée, j’ai couru aux toilettes et ai vomi.
    – 3e mois : 1er jour des règles (02/2017) : maux de tête le matin en me levant mais je pensais pouvoir prendre sur moi. A la salle de bain, au moment de me préparer, j’ai dû m’asseoir et ai senti que je ne pourrais vraiment pas aller au travail tellement j’étais mal. J’ai voulu aller me recoucher directement mais ai eu peur de vomir comme le mois dernier donc suis allée à la cuisine pour prendre un récipient. J’ai ouvert la porte de l’armoire et… trou noir. J’ai ouvert les yeux au moins 10mn plus tard et étais allongée par terre, à moitié sur la porte du lave-vaisselle qui était ouverte (porte que j’ai d’ailleurs un peu cassé par la même occasion). Bref, je suis visiblement tombée dans les pommes.

    En dehors de ces effets foudroyants du 1er jour des règles, j’ai aussi remarqué des effets que je n’avais jamais connu jusque-là mais qui sont connus comme symptômes normaux : douleurs à la poitrine avant les règles, sensibilité (Il m’est arrivé à 2 reprises je crois je fondre en larme le soir pour pas grand-chose), quelques boutons d’acné, douleurs aux ovaires mais supportable.

    Après cela, à la fin de cette semaine, j’’ai repris ma pilule. Test de grossesse : négatif. Visite chez le généraliste, electro-cardiogramme : RAS, prise de sang : RAS, même pas un manque de vitamine. Et ce mois-ci, visite chez la gynécologue, qui m’assure que ma pilule est déjà très peu dosée et qu’il vaut mieux que je continue à la prendre. Sans autres commentaires.

    Tout ça me laisse avec beaucoup de questions et peu de réponses : ces effets aussi foudroyants sont-ils normaux ? pourquoi arrivent-il pile le 1er jour des règles? combien de temps est-ce que ca aurait duré? Ces effets ne signifient-il pas que les hormones « artificiels » de la pilule ont un impact énorme sur mon corps ? Ne vaut-il pas mieux passer au stérilet en cuivre ou, au moins, aux hormones, pour diminuer leur importance dans tout mon corps ? Ou changer de pilule pour une encore moins dosée ? Et surtout : si je passe au stérilet, vais-je subir encore et encore tous les mois les mêmes effets ? C’est assez handicapant et je ne me vois pas risquer de vomir au bureau ou tomber dans les pommes tous les mois pendant, qui sait, 6 mois, 7 mois, 1 an…

    Merci d’avance

    Répondre
    Mae - 11 mai 2017
    1. Bonjour Mae, malheureusement je ne suis pas en mesure de vous réaliser un diagnostic personnel n’étant pas médecin mais vos symptômes sont effectivement anormaux et vous devez les prendre en compte. Je ne saurais vous en dire plus dans votre cas personnel, en revanche mon livre à paraître à la rentrée apportera certainement beaucoup de réponses à toutes les questions que vous vous posez à propos de la pilule en elle-même et de ses risques (cf.Prendra-t-on encore la pilule dans 50 ans ?)

  102. Bonjour,
    J’ai 46 ans, je ne prenais plus la pIllUle depuis mes 25 ans. Depuis janvier mon systéme ovarien fait le grand huit. J’ai eu 3 années sans règles de 2011 à 2014 ( sans Soucis, si ce n’est une prise de poids) puis retour des règles de façon irrégulière et peu abonDonDante. En 2016 retour à la “normale” jusqu’en octobre et redisparition jusqu’en janvier où quelques jours avant leur Retour, je me suis evanouie, puis des douleurs lombaires à ne plus pouvoir marcher durant presque deux mois, saignements terribles, douleurs musculaires, artiCulaires, problÉmes, bouffées de châleur,Douleurs à la miction sans infection, pleurs ….. bref! l’horreur! au départ les médecins ont tout mis sur le stress ( mon frère cadet est atteint d’un cancer) , moi je leur soutenais que cela n’avais rien a voir. Mes douleurs à l’ovaire gauche étaient incessantes. Rien à l’échographie. Mise sous DUphaston pour provoquer des régles régulières, puis découverte d’un kyste ovarien fonctionnel lors d’une Irm. Ma gynêco m’a prescrite Optimizette ( générique de Cérazette) pour arrêter l’ovulation qui me proVoque des douleurs affreuses avant les régles. Je souffre 25 jours au minimum tous les mois. La périménopause doit y être pour quelquechose.! je suis À ma première plaquette d’Optimizette. Qui connaît cette pillule et voudrait bien m’en parler. Merci.

    Répondre
    Michelle - 17 mai 2017
    1. Bonjour Michelle, je publie votre message afin que d’autres femmes entendent votre appel si elles passent par là mais le problème c’est justement que chaque femme réagit différemment à telle ou telle pilule. Quoiqu’il en soit, écoutez vous et si vous soupçonnez un quelconque médicament d’être à l’origine de plus de douleur que de soulagement il faut essayer de l’arrêter pour voir si c’était cela. La périménopause peut aussi effectivement génrer de nombreux chamboulements mais là cela sort de mes domaines de prédilections. Avez-vous tenté la phytothérapie pour calmer vos douleurs (gattilier, pensée sauvage, achillée millefeuille) ?

      1. BOnsoiR SabriNa,
        merci beaucoup pour vOtre réponse si pleine d’égard. Oui, j’Ai tenté la phytotérapie: bOurrache, onAgre…. je ne désespère pAs. J’attends des témoignages avec impatience.
        Bien à vous.

        Répondre
        Michelle - 19 mai 2017
  103. Bonsoir 🙂
    J’ai enfin décidé d’ARRÊTER ma pilule contraceptive (diane 35…) et en lisant attentivement tes conseils, je me suis tournée vers un sevrage de 6 mois en prenant 1 pilule tous les 2 jours les 2 premiers mois et ainsi de suite…
    Je me doute que je vais avoir beaucoup de boutons, je commence même à m’équiper (huile essentielle d’arbre à thé, zinc…).
    Je me demandais quand allais je avoir mes prochaines règles puisque je prends une pilule 1 jour sur 2… ?
    Merci pour tes récits très complets!

    Répondre
    Céline - 29 mai 2017
    1. Salut Céline,

      Malheureusement c’est réellement impo-ssi-ble à prévoir !

  104. J’ai arrêté la jasmine et j’ai pris 5 kiloS, de la cellulite de partout alors que j’étais mince 56 kg pr 171 cm…Je suis dégoutée.. Malgré de la sauge sclaree, magnésium et autres plantes pour rééquilibrer je ne perds pas ces kilos acquis a la vitesse de la lumière. Je perds mes cheveux par poignees, je suis execrable..bref
    je me tâte a reprendre la pilule et a arreter ac un sevrage pour eviter ces effets…

    Répondre
    cel - 30 mai 2017
    1. Oui c’est vraiment fluctuant d’une femme à l’autre les effets à l’arrêt (il y a quand même souvent des désagréments). Je suis désolée pour vous. Chez moi la “régulation” a pris des années mais chez la plupart des femmes les effets durent moinds de 6 mois. Ceci dit pour la cellulite c’est donc apparu subitement, d’un coup ? Parce que vous me dites “cellulite alors que j’étais mince, on peut avoir de la cellulite ne étant mince, donc vous le problème c’est que vous avez grossi + cellulite ?

      1. Oui c’est cela ! Malheureusement, j’ai eu droit au combo…. :/

        Répondre
        cel - 30 mai 2017
        1. Tu fais partie de l’utra minorité de femmes qui prennent du poids en arrêtant la pilule (pour l’immense majorité c’est l’inverse). Cela est certainement dû au fait que tu as un climat hormonal de base qui fait que, sous pilule, tu développes des réactions différentes de la majorité des femmes (spécificités de base => effets secondaires différents). Ceci dit, il n’en reste pas moins que cet effet secondaire est dû à un dérèglement consécutif à la prise de pilule. Ainsi, même si cela fait enrager, il faut rester consciente que tout cela est certainement causé par un contre coup “post-pilule” que tu n’aurais pas eu si elle n’avait pas déréglé ton corps avec des hormones synthétiques. Effectivement, parfois la pilule apporte des avantages “visibles” dans lesquelles certaines restent piégées : elles ne peuvent plus arrêter la pilule sous peine de subir de forts effets secondaires. Un cercle vicieux dont je parlerai dans le livre, chiffres, études et témoignages à l’appuui.

          1. j AI TENTE D ARRETER LA PILULE (JASMINE) IL Y A 2 ANS ET CE PENDANT 7 MOIS CAR LA PILULE ME DONNE DES TACHES DISGRACIEUSES L ETE ( MELASMA). mALHEUREUSEMENT L’ARRET DE LA PILULE A GENERE DE NOMBREUX PROBLEMES : l’acne est revenu en force, peau et cheveux hyper gras, prise de poids, cheveux affines, et un syndrome premenstruel durant pres de 2 semaines par mois ( a partir de l’ovulation jusqu’à l ‘arrivee des regles) , insupportable tant sur le plan emotionnel ( , irritabilité, crise de pleurs, deprime…) que physique ( GROSSE FATIGUE, douleurs aux seins , au ventre , dans le dos, nausees). la pilule soulage le syndrome premenstruel en mettant les ovaires au repos et du coup c est un vrai soulagement pour celles qui souffrent d un syndrome premenstruel severe. j’ai tout teste pendant 7 mois pour attenuer ces effets mais rien a faire (gattilier, huile d onagre etc) . j’ai donc du reprendre par la force des choses la pilule pour ne plus souffrir de ces symptomes tres invalidants 2 semaines par mois.

            mel - 1 juin 2017
          2. Salut Mel, oui je connais bien ce phénomène dont je parlerai en détail dans mon livre à paraître. C’est un cercle vicieux. La dérégulation hormonale induite par la pilule fait que l’arrêt est un enfer pour certaines (j’en ai fait partie), chez moi cela a mis énormément de temps à revenir à la normale mais j’ai tenu bon. N’oublions pas que ce discours “la pilule soulage le SPM” n’est pas forcément juste dans le sens où, à l’arrêt le corps est tellement perturbé qu’il n’est pas “normal”, il est justement dans une mauvaise passe transitoire et a été perturbé précisément par les hormones synthétiques.
            On peut donc choisir de reprendre les hormones parce que l’on en peux plus mais il ne faut pas oublier que ce sont justement souvent les hormones elles-mêmes qui nous ont mises dans cet état et que l’on se retrouve piégées, obligées de les prendre parce que dès qu’on les arrête on est dans un état pitoyable. Même si chaque cas est différent, c’est à méditer !
            On en repalera en détail dans le livre si ça t’intéresse 🙂

            Sabrina Debusquat - 1 juin 2017