L’atavisme où comment nos origines influencent notre alimentation

Ce terme assez méconnu veut dire en langage courant “hérédité”. Ce sont les caractères physiques, génétiques que nous transmettent nos ancêtres et qui nous influenceraient.

Atavisme

Dans l’alimentation, cela voudrait dire que selon  vos racines, asiatiques, européennes, africaines, américaines ou océaniques il y a des aliments que vous supportez mieux que d’autres à la digestion selon l’habitude qu’avaient vos ancêtres d’en manger.

Alors forcément une question s’impose immédiatement : oui mais si j’ai des ancêtres de chaque continent ? Là, effectivement il va être difficile de définir des origines majoritaires mais, pour beaucoup d’entre nous, il y a quand même une prédominance d’un continent.

Quoi qu’il en soit, j’ai découvert cette notion sur le site de la méthode Montignac lors de mon sevrage glucidique il y a 3 ans. Comme Michel Montignac l’explique dans “La théorie de l’atavisme, métabolique“, de même qu’un poisson tropical va devoir être placé dans une eau chaude et avec une alimentation adaptée, l’asiatique ne va pas avoir les mêmes habitudes alimentaires qu’un américain. Il s’appuie sur une anecdote vécue pour illustrer son idée :

“Nous sommes en septembre 1997, au Salon du Livre de la ville du Québec au Canada où, sur le stand de mon éditeur, je m’emploie à dédicacer mes ouvrages. Un Québécois d’une quarantaine d’années s’avance vers moi pour me poser une question. Il tient par la main une adorable petite fille de six ans. Une vraie poupée ! Elle est toute menue. Son épaisse chevelure d’un noir très vif, coupée au carré avec une large frange encadre son visage d’ange un peu triste. Le charme de ses yeux en amandes ne laisse aucun doute sur son origine asiatique.
– C’est une petite chinoise me dit son père adoptif.
Il y a six mois qu’elle est avec nous et elle nous cause bien du souci pour manger. Elle n’aime rien de ce qu’on lui donne !

– Et que lui donnez-vous à manger ?

– Une nourriture normale, la même chose que pour nous !
En fait, elle ne veut rien manger d’autre que du riz !

Un vieux souvenir de mon enfance me revint soudain à l’esprit. Je lui répondis alors ceci :
– Imaginez que vous fassiez un jour l’acquisition de poissons exotiques. Le marchand vous fera deux recommandations : de maintenir la température de l’eau de l’aquarium à, 23°C par exemple, et de leur donner à manger une nourriture très particulière, la seule qui puisse leur convenir. Et pour mieux vous mettre en garde, il pourra même ajouter que si vous leur donnez la nourriture habituelle des poissons rouges ordinaires, vos poissons exotiques risquent fort de ne pas survivre.

– Et bien en vous priant d’abord de me pardonner pour la comparaison quelque peu grossière, le problème de votre fille adoptive est de même nature. Car la seule nourriture qui convienne à une petite Chinoise c’est celle qu’elle avait avant que vous ne l’adoptiez, c’est-à-dire la nourriture de ses parents, celle de ces ancêtres et surtout celle de sa race.

Car depuis des millénaires le mode alimentaire des Chinois est identique, en parfaite adéquation avec les conditions climatiques, les ressources naturelles, la culture et les traditions de leur pays.
Au fil du temps les organismes humains concernés se sont adaptés aux conditions de leur environnement qui aujourd’hui est globalement le même.”

 

Cela semble finalement très logique et peut être une bonne piste à prendre en compte si vous cherchez à améliorer votre alimentation (ou si vous sentez que justement quelque chose cloche dans votre alimentation).

Certains spécialistes croient en cette théorie, d’autres pas. Quoi qu’il en soit, je trouve que c’est une idée très intéressante, surtout pour ceux qui vivent avec une alimentation à l’européenne alors qu’ils sont majoritairement issus d’ancêtres d’un autre continent.

Si vous voulez creuser cette thématique, vous avez de nombreux détails dans l’article de Michel Montignac “La théorie de l’atavisme, métabolique” et sur ce livre en ligne “De l’atavisme” par le Dr Fauvelle datant de 1886… Et c’est tout puisque ces deux-là semblent être les seuls à en parler !

Je vous dit bon appétit et espère que cela pourra fournir une piste à certains d’entre vous !


Pour aller plus loin… Ma sélection de livre pour tous ceux qui rencontrent des problématiques alimentaires :

           

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (9)

  1. […] corps réagit différemment. Hommes/femmes, d’origines géographiques diverses (cf. atavisme) : personne n’a la même réaction à un régime alimentaire. Certains qui vont mieux sécréter […]

  2. Bonjour,
    Je suis d’origine inuit. Mes arrieres arrieres grands parents ont migré vers l’europe via la roumanie pour, pendant la seconde guerre mondiale, etre finalement expulses vers la france. Je ne digere pas le boeuf, il me faut plus de 12 heures pour arriver au bout de la digestion d’un steack … et tres peniblement. Par contre, je mange du poulet, du lapin et surtout, sans hésiter de la viande ou des poissons crus, même des abats, du foie en particulier, que je digère parfaitement. Quand je repense aux bagarres de ma pauvre maman quand j’étais jeune, pour me faire manger cette satanée viande de boeuf !!!! Et bien cuite en plus … l’horreur. Aujourd’hui que j’ai bien compris ce qui m’arrivait, je me suis orientée vers la nourriture asiatique, qui me convient généralement très bien. Mais le besoin de foie et de légumineuses est chez moi vital. Alors de temps en temps, je m’offre un festin … seule, puisque tres tres peu de gens aiment ! malheureusement, peu d’inuits ont rejoint la france à ma connaissance. mais j’aimerais savoir si d’autres personnes ont le meme regime alimentaire que moi ?

    Répondre
    Inuk - 28 mars 2017
    1. Bonjour Inuk et merci pour ce témoignage, du coup je ne peux que le publier en vous souhaitant que d’autres inuits le trouvent ! 🙂

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 28 mars 2017
  3. Bonjour,

    ça semble logique mais quand on voit les problèmes d’intolérance au gluten et au lactose, qui sont répandus dans les sociétés où on en mange le plus, et depuis bien longtemps, c’est quelque peu contradictoire non?

    Répondre
    mioumi - 16 mai 2015
    1. Oui, après il me semble que l’adaptation et l’évolution du corps humain aux conditions extérieure est très lente mais bon. C’est une belle idée que je partage, après je n’en sais pas beaucoup plus même si je trouve cela intéressant 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 16 mai 2015
  4. Alors jamais entendu parler mais ca me semble completement logique une fois qu on y pense! Bonne trouvaille 🙂

    Répondre
    monica - 15 mai 2015
    1. Merci Monica ! 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 15 mai 2015
  5. Le régime des groupes sanguins de Peter D’Adamo se base d’abord sur le groupe sanguin (évidemment) mais aussi sur les races. Par exemple, pour les personnes de groupe A, les produits laitiers sont fortement déconseillés mais un asiatique pourra le remplacer par du lait de soja alors qu’un européen devrait le faire avec un autre lait végétal parce que le soja, même si on le fait pousser partout maintenant, est d’origine asiatique.
    Mais je n’avais jamais entendu le terme atavisme !

    Répondre
    Ana - 14 mai 2015
    1. Merci Ana pour l’info je connaissais le régime alimentaire par groupe sanguin mais n’ait jamais été trop convaincue par l’idée. Ceci dit je ne savais pas qu’il se basait aussi sur les origines…dans ma famille on a tous des groupes sanguins différents et les mêmes origines, je ne comprend pas…

      Répondre
      Ca Se Saurait - 15 mai 2015