Pourquoi il est impossible de ne pas être touché par ce que sont les autres ?

Tous les jours face à la violence, la stupidité, l’égoïsme, vous enragez.

Marre des autres par Alexis sur Pixabay

Vous vous êtes tous dit à un moment de votre vie (soit suite à une réflexion personnelle, soit suite aux conseils d’un ami) “il faut que je me blinde, tout cela ne peut pas, ne doit pas me toucher à ce point”. Or vous n’êtes jamais arrivé à cette indifférence tant désirée. Jamais.

Sur ce point, la physique quantique a peut-être un éclairage à nous apporter.

C’est un concept encore polémique mais, d’après elle, nous sommes tous reliés. Alors, même si ce que nous voyons avec nos yeux nous représente séparés les uns des autres, nous sommes tous reliés.

Sans parler physique nous sommes tous reliés, pour commencer, par nos ancêtres communs (les premiers hommes), nous avons tous le même sang si l’on remonte au débuts de l’humanité, nous sommes reliés par nos actes quotidiens (un sourire inconnu qui redonne du courage ou au contraire une insulte qui blesse) et par ce qui nous constitue physiquement comme le dit la physique quantique :

    “Toute la vie est information et énergie, et non pas juste de la matière. Les pensées, les émotions, les idées, les croyances que nous émettons sont de l’information stockée dans un champ d’énergie qui nous entoure et qui nous relie tous. Nous sommes ainsi de l’information, et nous sommes tous connectés à ces informations dans ce champ dont nous faisons aussi partie intégrante.
Les travaux des physiciens depuis le début du vingtième siècle nous apprennent que notre réalité tangible est constituée dans l’infiniment petit, au niveau atomique, de particules en mouvement, vibrant sur une fréquence propre à l’information portée. Notre corps est constitué de particules subatomiques, nos pensées, notre environnement le sont tout autant. Ces informations  porteuses d’énergie sont tout à la fois ondes et corpuscules, c’est-à-dire matière. En interactions les unes avec les autres, elles constituent des champs électromagnétiques qui nous entourent, et qui rassemblés eux-mêmes forment un champ global, le champ quantique.”
Source Arquantis

 

Tous reliés par LisaLiza sur Pixabay

D’autres expérimentations scientifiques tendent à démontrer que nous sommes tous reliés par un champ de conscience collectif, que nous percevons même des événements dramatiques avant qu’ils n’arrivent, certainement parce qu’ils sont déjà “pensés”, “réfléchis” par certains d’entre nous avec qui nous sommes forcément reliés. Pour pratiquer avec mes proches une télépathie du quotidien et pour avoir fait plusieurs rêves prémonitoires très précis je ne me pose plus aucune question à ce sujet, je sais que cela existe. A ce propos, lisez absolument Inconscient collectif : nous sommes tous reliés de Psychologies Magazine qui explique entre autres que :

“…depuis quelques mois, un autre phénomène est également observé. « Les tracés de cette électroencéphalographie de la Terre sont en constante augmentation, ajoute Roger Nelson. Comme si la conscience collective était en train de s’éveiller. » Ce qui peut correspondre au déclin de l’individualisme qui a prévalu ces dernières années au profit de la famille, du groupe, du collectif. Un sentiment que beaucoup commencent à ressentir ou à expérimenter, surtout à une époque où les catastrophes écologiques et les menaces politiques invitent à davantage de solidarité et d’intérêt pour le devenir de l’humanité.”

Voici donc pourquoi nous aurions tant de mal à être indifférents à ce qui en fait “est nous”.

Voici donc pourquoi nous ne pourrons jamais totalement être indifférents au malheur des autres et pourquoi s’occuper de l’autre est aussi un geste, un cadeau que l’on se fait à soi .

Voici donc pourquoi quelque bateau, quelque  mensonge que vous tentiez de vous raconter, vous avez toujours, naturellement cette envie d’aider, d’aimer mais aussi, face au “mauvais” de le déplorer, d’avoir envie d’évoluer.

Voici donc pourquoi, plutôt que de refouler ce sentiment naturel nous devrions peut-être le laisser être. Pour un monde meilleur, tout simplement.

Quand vous tiquez c’est peut-être finalement tout simplement de la “quand-tique” ! 🙂

NB : Cet article a été rédigé des mois avant les événements de Nice mais je crois qu’il est temps de le publier, j’y ajoute le texte publié sur ma page Facebook ce matin pour répondre à ceux qui se demandent ce que l’on peut faire face à toute cette violence :

“Dieu n’a rien à voir là-dedans, c’est ce que les hommes en font en l’utilisant comme prétexte pour justifier leur violence qui est le cœur du problème. Et en effet dans ce monde sans plus aucun repère où tout est faux, manipulé, illusoire, comment ne pas avoir envie d’invoquer Dieu et ses fautes ou se prendre soi pour un Dieu puisqu’il semblerait ne plus y en avoir ?

Ce que l’on peut faire ?
Etre chacun meilleur chaque jour, à notre niveau, ne pas voter pour encourager des manipulateurs qui ne pensent qu’à leur carrière et continueront à enfermer les gens dans des cités, dans une misère sociale qui est le terreau de cette violence.
Ne pas accepter que nos enfants soient éduqués dans une superficialité ambiante où ils n’ont plus de repères et se perdent dans les extrêmes parce qu’ils cherchent juste du sens à ce monde de fou : voilà ce que chacun d’entre nous peut faire et c’est justement là l’essentiel.

Si chacun le fait, le monde peut changer très très vite. Encore faut-il y croire, être lucide sur soi avant de vouloir changer les autres et ne pas se laisser aller à la médiocrité ambiante.

N’oubliez pas, nous créons tous collectivement le monde dans lequel nous vivons, nous sommes tous reliés. Souriez aux autres dans la rue, ne soyez pas mesquins au travail, écoutez vos proches, soyez avec eux aussi indulgents et à la fois intransigeants que vous l’êtes avec vous -même.”

Tous reliés par Unsplash sur Pixabay

TOUS RELIES… ne l’oubliez jamais.

D’ailleurs je vous en parlais déjà avec les femmes battues qui se font assassiner en janvier 2015 et la responsabilité collective que nous avons face à cela.

NOUS POUVONS AGIR, CHACUN D’ENTRE NOUS FACE A TOUS CA ET C’EST TRÈS SIMPLE.

Le monde se change avant tout en vous changeant vous-même, en travaillant chaque jour à être un être lumineux, imparfait peu importe, mais vrai et profond.

Tous reliés par Sebadelval sur Pixabay

Ne perdez pas espoir, jamais. Le monde peut-être aussi magnifique quand nous y travaillons qu’ignoble quand nous l’abandonnons en nous trouvant des excuses. Aimez, pleurez, exprimez, éclatez les barrières de la résignation !
Nous avons toutes les raisons d’espérer, aucune excuse pour nous replier, plus que jamais.

 

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (8)

  1. A mon humble avis, on peut préciser que même si l’on peut facilement être touché par un commentaire désobligeant d’un inconnu, pour autant on l’est beaucoup moins voire pas du tout quand c’est cet inconnu qui dans mauvaise situation (le truc tout bête comme détourné le regard quand on voit un sdf).

    je veux bien croire que l’on est tous relié, mais bon la mentalité individualiste prédomine dans les actes, on se sent touché quand ça nous concerne, beaucoup moins quand c’est les autres. C’est d’ailleurs ce qui nous enfonce chaque jour un peu plus dans la médiocrité.

    Répondre
    Eric - 24 juillet 2016
    1. Et chacun voit avant tout le monde tel qu’il est dans son esprit…
      Cela semble souvent incroyable à ceux qui n’ont aucune compassion de voir que certains en ont à chaque seconde… chacun voit souvent le monde surtout comme il est.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 25 juillet 2016
  2. Bonjour,
    Qu’il n’y ait pas d’indifférence est plutôt une bonne nouvelle, non ? Le plus dur est d’apprendre à accepter sa colère, et toutes ses énergies négatives. Elles sont légitimes, et si on apprend à les accueillir avec bienveillance, on fait un grand pas en avant. A mon sens, le chemin vers la connexion avec les autres passe par la connexion avec “l’autre” qui sommeille en soi-même. Prenons soin de nous-même, prenons conscience de notre propre valeur, et nous serons d’une grande valeur pour les autres. Bon, en trois ligne sur un commentaire de blog, ce n’est pas simple, on pourrait en discuter pendant de longues heures … Merci pour cet article très inspirant.

    Répondre
    Aymeric - 18 juillet 2016
    1. Avec plaisir Aymeric 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 18 juillet 2016
  3. Très juste article, merci. Je crois fermement en une conscience collective, et toujours en l’humanité, qui nous enrichit et nous aide à avancer.

    Répondre
    Karine - 17 juillet 2016
    1. Merci Karine, après c’est à chacun de se faire un avis mais nombre d’entre nous ont eu des preuves réelles et tangibles de l’existence de ces phénomènes, reste plus qu’à la science à nous rattraper pour ceux qui ont besoin que cela soit “prouvé” pour croire… (cf. C’est prouvé au moins ce que tu dis ?).

      Répondre
      Ca Se Saurait - 17 juillet 2016
  4. Complètement d’accord.
    Assumons le résultat d’une création collective passée, et oeuvrons à ôter le terreau de la désespérance future.

    Bel article sincère et constructif…

    Répondre
    Fabien - 16 juillet 2016
    1. 🙂 Merci Fabien

      Répondre
      Ca Se Saurait - 16 juillet 2016