Désirer sans dominer ?

Depuis l’affaire Weinstein, les interrogations du type “peut-on désirer sans dominer ?” fleurissent en unes des magazines. A contre-courant, ma première pensée fut plutôt : “Ah… Il y a donc des gens qui ne savent pas désirer sans dominer ? Ils ne savent pas ce qu’ils ratent !”

désir domination

Ces interrogations, qui semblent si largement partagées, laissent à penser qu’une grande partie d’entre nous est effectivement incapable de désirer sans dominer. Ces articles semblent présenter une relation sexuelle sans domination presque comme une anomalie, une exception. La plupart de nos contemporains verraient encore aujourd’hui leur sexualité sur un mode binaire : la domination comme outil indispensable à la “virilité” et la soumission, caractéristique intrinsèque de la féminité alors plus objet du désir que participante “active”.

Je n’ai aucun jugement sur ces envies de dominations. En revanche, si nombre d’entre nous sont incapables d’envisager leur sexualité sans domination, je me demande si cela ne relève pas plutôt du carcan…

“Nous ne sommes pas maîtres de notre désir” affirment certains.  Evidemment, nous sommes des être sociaux, marqués par nos traditions, plutôt patriarcales. Pourtant, de nombreux couples savent très bien sortir de cela et, à aucun moment, l’expression leur désir pour l’autre ne s’exprime sous forme de domination :

Un couple. Faisant l’amour. Sans que l’un ne cherche à dominer l’autre. Simplement l’assouvissement passionnel et pulsionnel de deux êtres qui s’aiment et parviennent, ensemble, à combler leurs envies. Sans gestes irrespectueux, sans volonté de dominer. Simplement dans le partage. Des échanges qui se répondent. Hors du temps et des codes.

Que tout cela semble “utopique” ou “lointain” pour beaucoup, interroge. M’interroge.

Nos interrogations en disent souvent plus long sur nous que ce que nous exprimons de manière consciente…

Je crois que nos interrogations en disent souvent plus long sur nous que ce que nous exprimons de manière consciente… Si nous en sommes encore à nous poser ce genre de question, je crains que nous ayons encore un long chemin à parcourir pour partager une sexualité délivrée de carcans stéréotypés ou violents.

Alors, peut-on désirer sans dominer ? Aussi incroyable que cela semble paraître aux yeux de beaucoup : oui, oui et mille fois oui ! Certains le pratiquent déjà à temps plein depuis longtemps et ils s’éclatent. Peut-être même plus que les autres, qui sait… 😉

Peut-on désirer sans dominer ? Aussi incroyable que cela puisse paraître aux yeux de beaucoup : oui, oui et mille fois oui ! Certains le pratiquent déjà à temps plein depuis longtemps et ils s’éclatent.

désirer dominer

Pour aller plus loin… Du grain à moudre avec l’émission Grand bien vous fasse sur France Inter qui aborde le sujet en profondeur :

 

Alors, y’a-t-il des non-dominants pratiquants dans la salle ?

 


Ma sélection de livres pour ceux que le sujet intéresse :

            

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *