J’ai testé pour vous arrêter la pilule avec sevrage… partie 3 : le stérilet

Voilà maintenant 11 mois que j’ai arrêté la pilule et c’est la décision qui a eu le plus de retentissement sur ma santé.

Conseils arrêt pilule


NB : retrouvez plus d’informations sur la pilule et son impact sur le corps des femmes ou l’environnement en lisant mon enquête d’une année : J’arrête la pilule.  Sur le site du livre vous retrouverez en libre accès :


Si vous n’avez pas lu les précédents articles :

PARTIE 1 LES EFFETS

PARTIE 2  LE SEVRAGE PROGRESSIF

BILAN APRES 20 MOIS D’ARRET

Après 10 années de prise de pilule de 3ème et 4ème génération – principalement Jasmine – je ne me sentais plus à l’aise dans mon corps et j’ai décidé d’arrêter en me sevrant progressivement (de peur d’un bouleversement hormonal qui me ferait pousser de l’acné, que je n’ai jamais eu même ado). Bon, je n’ai pas échappé à l’acné, ce fut même un combat qui vient à peine de s’achever puisque ma peau en cette fin de février 2015 après 11 mois redevient lisse et dénuée de traces rouge (en grande partie je dis merci au produit Drainaflore qui pour moi a été le plus efficace mais j’ai aussi fait de l’acupuncture et pris de l’alcoolat d’artichaut/ortie et érable champêtre et framboisier).

Mais avant de commencer ce sevrage progressif de la pilule je devais trouver un nouveau contraceptif que j’avais déjà choisi ne voulant plus d’hormones : le stérilet ou DIU cuivre.

Voici mon expérience.

La gynéco n’a pas du tout été réticente a me poser un DIU sachant que je n’ai jamais eu d’enfant, c’était déjà un premier bon point.

Ensuite elle choisi le modèle NT380 short qui est fait pour les petit utérus de nullipare comme le mien. Cela coûte plus de 30 € et est remboursé par la Sécu. Vous l’achetez et vous la rappelez au premier jour des règles pour le poser.

Arrivée le jour J, je n’avais pas grand appréhension n’étant pas stressée de nature mais curieuse. Elle m’installe sur les étriers, insère le spéculum pour “ouvrir la voie” et me dit de prendre une grand respiration. Elle a bien fait car elle me désinfectait le col avec un coton-tige imbibé de solution alcoolique et c’était vraiment bizarre et douloureux. Pas du tout agréable, mais supportable. Pour la première fois de ma vie j’ai senti que j’avais un organe à cet endroit.

DIU CUIVRE

Elle me demande ensuite de tousser et en même temps insère d’un coup mon nouvel ami en cuivre… OUCH… c’est vraiment vraiment pas agréable. Presque une petite larme à l’œil mais ça y est, c’est posé !
Je me sens faible comme si j’avais couru un marathon. Un peu épuisée mais c’est supportable. Après quelques minutes de repos, je reprends ma voiture.

“Non seulement j’avais mes règles mais là mon utérus contractait en permanence pour évacuer l’intrus, je n’avais jamais ressenti de douleur aussi forte et permanente mais cela a fini pas s’atténuer un peu la première semaine.”

Une fois rentrée, je prends des Doliprane (je n’en prends jamais même avec 40 ° de fièvre) mais là la douleur était vraiment insupportable.
Non seulement j’avais mes règles, mais mon utérus contractait en permanence pour évacuer l’intrus. Je n’avais jamais ressenti de douleur aussi forte et permanente. Cela a mis une longue semaine à s’atténuer.
Le mois qui suivit ne fut pas une partie de plaisir. J’avais un fond de douleur permanent et je sentais le stérilet dans l’utérus dès que je bougeais un peu. C’était très désagréable et je pensais que j’allais le rejeter, que mon corps ne le supporterait pas. Finalement les douleurs ont duré deux trois mois (principalement quand je bougeais) et elles ont été remplacées par un ballonnement, une inflammation permanente de la zone (j’avais le ventre sensible et gonflé en permanence).

“les douleurs ont duré deux trois mois et elles ont été remplacées par une inflammation permanente de la zone, j’avais le ventre sensible et gonflé en permanence”

Mes premières règles sous stérilet ont été très abondantes et légèrement anarchiques. Elles arrivaient deux fois dans le mois et étaient très douloureuses mais après 3/4 mois tout est rentré dans l’ordre. Durant ces premiers mois après la pose, j’ai pris des tisanes de bardane, pensée sauvage et achillée millefeuille pour aider mes cycles à se régulariser, à être moins douloureux. Après chaque tisane j’avais moins mal.

Concernant le fil qui est rattaché au stérilet (qui dépasse de l’utérus pour permettre son retrait ultérieur) sachez qu’il peut gêner le partenaire lors de l’acte sexuel mais que vous pouvez demander à votre gynéco de le raccourcir jusqu’à ce qu’il ne dérange plus.

NB juillet 2017 : après deux ans de port, je ne n’ai finalement pas supporté le DIU cuivre : douleurs pelviennes permanentes (sensation d’inflammation permanente), kystes aux ovaires, règles beaucoup plus abondantes). Je l’ai donc fait retirer pour adopter avec succès depuis un an une méthode naturelle de connaissance du cycle (la symptothermie) couplée au préservatif et au diaphragme. Pour plus de détails, cf. mon livre J’arrête la pilule où je relate en détail mon expérience de cette méthode de contraception.

Les avantages du DIU cuivre :

  • Pas d’hormones (et ça c’est le bonheur, libido retrouvée, cheveux qui repoussent, etc.)
  • Economique (35 € et dure jusqu’à 10 ans contre 10/15 € par mois pour la pilule que je prenais)
  • Tranquillité d’esprit, pas de peur de l’avoir oublié et d’angoisse d’être enceinte
  • Découverte du corps et meilleur compréhension de son fonctionnement (entre la découverte des contractions qui est une bonne chose pour préparer à l’accouchement et la découverte de mes cycles naturels)

Les inconvénients du DIU cuivre :

  • Un certain nombre de femmes ne le supportent pas (comme moi) et sont gênées en permanence par sa présence
  • Il augmente les risque de perforation de la cavité utérine
  • Il a tendance à générer des micro-lésions dans l’utérus qui peuvent diminuer la fertilité future

 

Mythes et réalités autour du DIU  :

Est-ce que les règles deviennent plus abondantes sous stérilet ?

Oui, chez plus de la moitié des femmes le flux devient plus abondant.

Est-ce que c’est vrai que le stérilet créée un “mini-avortement “tous les mois ?

Le DIU fonctionne comme contraceptif par l’action du cuivre qui tue les spermatozoïdes. Si cela ne marche pas et que le spermatozoïde parvient à féconder l’ovule soit l’embryon n’arrivera pas à s’implanter dans la muqueuse utérine, soit généralement la grossesse a lieu (comme l’explique en détails Martin Winckler). C’est donc à chacune, selons ses convictions, de choisir ou pas d’accepter l’ éventualité que l’ovule puisse être fécondée mais ne s’implante pas. A noter que la pilule et toute contraception hormonale peut également fonctionner de cette manière (si une ovulation se produit, elle agit également sur la muqueuse utérine qui, trop fine, ne permet pas à l’embryon de s’implanter).

Je vous copie la réponse du Dr Martin Winckler (dans cet article à lire absolument “Tout ce que les femmes doivent savoir pour se faire poser un DIU (” stérilet “):

“Non. Un DIU (au cuivre ou hormonal) ne favorise en rien les infections du vagin, de l’utérus ou des trompes. Ce qui favorise les infections, ce sont… les partenaires sexuels qui transmettent des MST. Il n’y a pas plus d’infection chez les utilisatrices de DIU que chez les non-utilisatrices.”

Est-ce que le stérilet est compatible avec une coupe menstruelle ?

Oui. Comme je l’explique dans mon article test sur la cup :

“L’utérus dans lequel est inséré le stérilet est enclavé dans le vagin un peu comme un sac fermé qui ne s’ouvre que si on cherche vraiment à y entrer, pas d’appel d’air possible donc pas de risque que la coupe menstruelle, en faisant un effet de succion aspire ou attire à elle le stérilet.”

 

Le stérilet est-il aussi efficace que la pilule ?

Oui. Il l’est même plus puisqu’il est efficace à 99,73 % (source étude 2007 The New England Journal of Medicine) alors que la pilule l’est (selon l’utilisation plus ou moins rigoureuse) seulement de 92 à 99,9 %  (source OMS, document INPES “CONTRACEPTION : Les Françaises utilisent-elles un contraceptif adapté à leur mode de vie ?“, page 6).

L’après-pilule : essoufflements et capacités pulmonaires réduites : la pilule de 4ème génération à incriminer ?

Voilà pour cette expérience d’arrêt de la pilule qui se conclut aujourd’hui avec un gros doute pour moi. Ayant pris Jasmine pendant près de 8 ans (et Melodia avant) donc deux pilules de 3ème et 4ème génération. J’ai fumé comme un pompier durant mes six premières années de pilule ce qui n’a certainement pas aidé. J’ai pris du poids et avais les jambes lourdes au fur et à mesure des années (comme une mauvaise circulation). Et depuis maintenant cinq ans je m’essouffle en montant les marches. J’ai l’impression de ne jamais pouvoir respirer à fond, j’ai du mal à courir trop longtemps sans avoir l’impression que je vais tomber dans les pommes. Bref. Je ne suis pas au top mais comme c’est venu progressivement je ne m’en suis pas trop inquiétée, on s’habitue à tout.

Il y a deux ans j’ai réalisé un examen cardiologique car ma gynéco avait détecté un souffle au cœur. Souffle qui n’est pas totalement bénin mais pas gravissime non plus. Le cardiologue m’a expliqué : “votre cœur envoie trop de sang par sa valvule lorsque vous faites un effort”.

En attendant, je suis obligée de respirer par la bouche quand je monte 15 marches et je souffle comme une obèse de 150 kilos alors que j’en fais 50…
L’autre jour en préparant cet article je tombe sur un article du Monde “Pilule de 4e génération : ce Noël que Sophie, 21 ans, a failli ne jamais fêter” et là, stupeur. J’ai ressenti exactement les mêmes symptômes que cette fille qui a faillit y passer et cela s’appelle une embolie pulmonaire. Voilà. Donc je contacte l’association des victimes d’embolie pulmonaire pour leur demander si c’est possible de faire une embolie pulmonaire partielle (un caillot de sang de la jambe qui remonte sans que l’on en s’en rende compte et bouche une partie d’un poumon) sans s’en rendre compte.
La réponse ? Oui, c’est tout à fait possible on peut effectivement ne pas s’en rendre compte d’où la difficulté à traiter les embolies.

Donc là j’avoue avoir un peu peur, je prend rendez-vous chez le généraliste qui me rassure et je vais aller faire un test d’effort chez le cardiologue qui m’avait déjà détecté un souffle au cœur il y a deux ans de cela.

J’attends le résultat de mes examens mais je regrette amèrement aujourd’hui de ne pas m’être écouté et avoir arrêté plutôt cette pilule qui je le sentais, ne me faisait pas du bien. Mais je n’avais pas réalisé, pas fait le lien, on présente tellement cela comme quelque chose d’anodin dans notre société.

***************************MAI 2015*****************************************

Après un test d’effort du muscle cardiaque rien de particulier a été détecté mais il faut qu je passe un exame spécifique des poumons pour être sûre de  epas avoir fait d’embolie sans m’en être aperçu (ce qui est possible).

****************************JUIN 2016******************************************

Après deux années de bons et loyaux services je viens de me faire retirer mon stérilet puisque qui était à l’origine de divers symptômes/douleurs (ventre gonflé, gêne légère permanente et acné dans le dos et décolleté). Je vous en reparle dès que j’ai plusieurs mois de retour d’expérience ! En attendant, je découvre une contraception dont je suis sûre qu’elle ne me fera pas souffrir : la symptothermie.

******************************SEPTEMBRE 2016*********************************

Après deux mois et demi sans stérilet, tous les désagréments dont je me plaignais ont totalement disparu. Disparition des imperfections sur le dos ou le décolleté, plus de règles douloureuses ni de ventre gonflé en permanence.

******************************JANVIER 2018****************************************

Je fonctionne avec la symptothermie depuis 1 an et demi et j’en suis ravie. Je vous en parle de manière détaillée dans mon livre J’arrête la pilule.

**********************************************************************************

En savoir plus sur la pilule, ses effets sur le corps ou l’environnement en lisant mon enquête J’arrête la pilule, fruit d’une année d’investigation :

Livre pilule

Pour aller plus loin sur le sujet, voici les trois autres volets de cet article :

“J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les effets”

“J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif”

Arrêt de la pilule, vingt mois après : le bilan

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (141)

  1. Bonjour Sabrina,

    Je me permets de vous écrire car j’ai un DIU cuivre qui, je crois sans être sûre, me cause du souci.

    Je me suis faite poser un Gynéfix en avril 2017 (DIU cuivre le plus petit du marché et plus dispo en France au grand dam des gynécos qui savaient le poser).
    Mais voilà, je ne sais si je suis une “chochotte” (pourtant je ne suis vraiment pas douillette selon les médecins) ou si je suis tout simplement attentive à mon corps mais j’ai des désagréments :
    – douleurs lors des rapports et après ;
    – ventre ballonné et toujours un peu gonflé – en fait j’ai la sensation que mon utérus est en quelque sorte plus gros qu’avant ;
    – saignements lors de l’ovulation et sensations de douleurs de type “aiguille” ;
    – acné sur le front débutant aux alentours de l’ovulation et s’arrêtant au milieu des règles ;
    – modification de ma flore vaginale (après les règles, je sens que je ne suis pas équilibrée comme je l’étais avant car mon odeur est différente – ce que je n’avais pas quand je n’avais pas de stérilet ni de pilule) ce qui m’oblige à utiliser des probiotiques.

    Qu’en pensez-vous ?

    Egalement, j’ai du mal à comprendre en quoi le DIU cuivre peut causer des problèmes d’acné car il est non hormonal. Je crois comprendre qu’en créant une inflammation permanente il doit perturber le fonctionnement des ovaires qui se mettent à fonctionner moins bien et, in fine, causer ces soucis de boutons mais je n’en suis pas certaine.

    Avant de faire le choix de retirer ce stérilet, j’aimerais être sûre de moi.

    Merci de votre réponse.

    Répondre
    Espelette - 8 juin 2018
    1. Bonjour Espelette,

      Soyez sûre de deux choses :

      1/ Vous êtes loin d’être la seule à ressentir ça (de nombreuses autres et moi-même par exemple, et précisément sur les mêmes “effets secondaires” très désagréables et qui gâchent le bien-être quotidien).

      2/ Vous n’imaginez pas ce que vous ressentez (pourquoi croire que vous seriez une “chochotte” en premier avant de vous dire “je ressens cela, c’est un constat” ?). Les patients en général, et particulièrement les femmes, ont cette tendance à ne pas s’écouter, à croire qu’elles se “font des idées” qui m’étonne toujours (je ne vous engueule pas hein mais je veux juste vous en faire prendre conscience car c’est assez frappant dans votre message).

      Ainsi, si vous attendiez mon message pour “valider “ce que vous ressentez, n’attendez pas mon avis, il vous suffit de écouter, vous avez déjà la réponse 😉

      Nous ne connaissons pas forcément tous les mécanismes en détails qui font que certaines femmes ont de l’acné sous DIU mais le fait d’avoir un corps étranger qui produit une sorte d’inflammation dans une zone très sensible peut avoir de multiples retentissements, sur les ovaires, leur fonctionnement, la muqueuse utérine, etc. donc cela joue sur notre eco systme hormonal puisque tout est lié dans le corps. A chacune donc de décider, selon ce qu’elle ressent, si cela lui convient ou pas.

      Tout mon soutien.

      Affectueusement.

      Sabrina.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 12 juin 2018
  2. Bonjour,

    Merci infiniment pour vos articles, ils sont d’une aide précieuse à toutes les femmes qui cherchent à retrouver leur liberté et leur féminité.
    Je porte un DIU cuivre depuis plus de 9 mois (avant je prenais des pilule type diane) et cela fait 7 mois que j’ai une peau hyper acnéique avec des poussées de boutons inflammatoires quasi quotidiennes.
    Les gynécologues que j’ai vu m’ont dit que le stérilet n’était en rien dans mon acné, mais que c’était plus du à l’absence d’hormones qu’au stérilet qui n’en contient pas.
    J’ai vraiment envie de le retirer pour voir ce qu’il en est, penses-tu que le stérilet peut-être à l’origine de mon acné?

    Merci pour ta réponse.

    Répondre
    Ambre - 11 mai 2018
    1. Hello Ambre, chez moi disparition de plus de 90 % de l’acné (notamment dans le dos et décolleté mais visage aussi) dès le retrait…

      1. Merci beaucoup pour ta réponse! Quand tu dis dès le retrait, il s’agit de cb de temps? 3 jours? 2 semaines? 2 mois? 🙂
        Merci Sabrina !!!

        Répondre
        Ambre - 28 mai 2018
        1. Oh eh bien moi je l’ai senti dès les premiers jours (plus de noveaux boutons, surtout dans le dos) et puis ça n’a cessé de s’améliorer ensuite progressivement mais déjà après 1 mois je n’avais plus du tout le dos comme avant (il m’arrive encore aujourd’hui d’avoir 1 à 2 boutons dans le dos) mais c’est tout).

  3. Bonjour,

    Je viens de découvrir votre blog, j’ai parcouru tout les articles que vous avez écris sur votre enquête par rapport à la pilule.
    Je me pose également plusieurs questions au sujet de son arrêt.
    Ça fait depuis mes 16 ans, j’en ai aujourd’hui 22, que je prend la même pilule (daily gé). Depuis déjà plusieurs mois (entre temps je me suis mise en couple) que je réfléchis vraiment à l’arrêter mais j’ai un blocage en ce qui concerne l’après (moyen de contraception, connaître mon corps sans hormones artificielle. Je n’ai jamais eu d’acné, même avant mes 16 ans, j’ai “peur” (c’est bête à dire) mais de passer par la, à 22 ans.
    Monsieur est favorable à cet arrêt, car je ressent du changement au niveau de mon humeur et surtout de mon état moral ^^. J’ai aussi une grosse prise de poids en l’espace de 1 an , sans explications (pas de changement alimentaire , et activité sportive régulière depuis 2 ans), côté estimé de soit c’est génial ahah !

    Du coup j’en viens au faite , je souhaiterais connaître les moyens de ce former à la méthode des températures. Le stérilet , mon genycologue n’est pas favorable, il faudrait que j’en trouve un autre mais pendant ce temps je vais me retrouver sans trop de moyen de contraception , bien sûr pendant un temps les préservatifs, mais selon moi c’est une solution d’appoint, ça ne nous convient pas sur un longterme.

    Voilà voilà, désolé pour le pavé.

    Merci à vous.

    Répondre
    Sophie - 30 janvier 2018
    1. Bonjour Sophie,

      Pour commencer, je vous invite à trouver un gynéco bienveillant qui voudra bien vous poser un DIU(stérilet) comme vous en avez le droit. Vous trouverez ici une liste des soignants bienveillants de ce type en France.

      Ensuite, comme je l’explique dans J’arrête la pilule(que je vous invite vraiment à lire vu les questions que vous vous posez), il vaut mieux éviter la “méthode des températures” si vous souhaitez une contraceptionnaturelle efficace. D’autres méthodes sont préférables, comme la symptothermie, que je cite dans le livre en détail. Mais il faut s’y former et les appliquer très sérieusement (donc être motivée). Pour la prise de poids, il arrive effectivement, pour pleins de raisons, que certaines prennent du poids à l’arrêt de la pilule (soit parce que leur climat hormonal naturel, différent de celui sous pilule, favorise cette prise de poids, soit parce que le corps est hormonalement chamboulé ce qui peut favroiser cette prise de poids momentanément).

      Quoi qu’il en soit :
      * pesez le pour et le contre avec un soignant à l’écoute et respectueux
      * écoutez-vous (n’oubliez jamais que c’est vous qui prenez la contraception au final, votre corps donc ce sont vos choix et souhaits qui doivent primer et vous avez le droit de les imposer)
      * Enfin, surtout ne restez pas comme ça sans contraception si vous ne souhaitez pas d’enfants !

      Je vous envoie pleins de bonnes ondes pour cette transition parfois difficile.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 30 janvier 2018
  4. Bonsoir à toutes et à tous!

    Merci Sabrina pour ton témoignage.
    J’ajouterais, personnellement, à la liste des inconvénients que le DIU au cuivre est déminéralisant et inflammatoire….
    Il modifie la glaire cervicale et je pense qu’il est illusoire de croire que la présence de cuivre en permanence dans le corps n’a aucune conséquence négative sur l’organisme et l’équilibre psycho-affectif.
    Je l’ai porté pendant un peu plus d’un an, la pose a été atroce, les règles qui ont suivi également. La sage-femme qui me l’avait posé m’avait conseillé d’attendre 6 mois, car selon elle, certaines femmes mettent plus de temps que d’autres à s’habituer…
    Et bien sûr, j’ai sagement attendu 6 mois de cycles longs, abondants, douloureux avec des spasmes utérins… Et oui, en effet ça s’est calmé, mais mes saignements étaient toujours très longs, une dizaine de jours, et je ressentais régulièrement de vives et brèves douleurs dans le bas-ventre à n’importe-quel moment du cycle.
    Avec le recul, je me dis qu’on nous éduque depuis toujours qu’être une femme c’est souffrir et ça nous rend bien trop tolérante face à des douleurs que l’on ne devrait pas avoir à supporter ni à accepter.
    Je recommande en passant aux femmes qui souhaitent en savoir plus sur le tabou des règles, et sur l’acceptation générale que “ça fait mal et c’est comme ça”, le documentaire “The Moon inside you” de Diana Fabianova.
    De plus, je souffrais de fatigue et de stress depuis la pose. Je n’ai fait le lien que très tard.
    Le DIU n’est peut-être pas la seule cause de mes maux, mais après avoir parlé avec diverses personnes, dont des thérapeutes, j’ai pensé que le DIU avait provoqué une déminéralisation, et de nombreux autres désagréments physiques et autres chez moi.
    Or sur internet, tout-le-monde l’encense! Je n’ai trouvé aucune information sur les effets indésirables, mis à part la douleur pendant la pose chez certaines, les règles abondantes et longues et éventuellement le rejet du DIU par l’utérus qui l’expulse.
    Et dire que j’ai lu des témoignages de femmes qui s’en sont fait reposé un autre après expulsion…
    Donc le consensus général c’est: pas d’hormones, donc c’est LE mode de contraception sûr qui respecte notre cycle….
    Foutaises, selon moi! J’ai voulu commencer à me former à la symptothermie moderne en décembre dernier, et impossible d’observer ma glaire à cause du cuivre… Il modifie le terrain, le fragilise même. Et franchement, la présence d’un corps étranger, et qui plus est d’un métal lourd dans un endroit aussi fragile et spécial que notre utérus serait “la clé de la liberté”…?!
    Référence aux mots de Martin Winckler qui dit sur son site, je cite:

    “Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur le DIU (et aussi sur l’implant) comme méthode source d’une extrême liberté pour les femmes : le DIU les affranchit non seulement de la grossesse non désirée, mais aussi des négociations avec les hommes – autour du préservatif ou du “bon moment du cycle”, etc. – et de la baisse de la libido parfois induite par les méthodes hormonales. Mais en outre, le DIU affranchit les femmes de la dépendance au médecin !!!
    On ne le dira jamais assez.”

    Donc devoir se faire poser un dispositif en plastique et en cuivre à l’intérieur de notre utérus, ce n’est pas de la dépendance médicale…?!
    Certes, pour les femmes qui le supportent, elles peuvent le garder des années, mais quelles en sont les conséquences sur leur santé?
    Y a t-il des études sérieuses et indépendantes sur le sujet?
    Et avoir l’utérus constamment enflammé et la flore vaginale complètement modifiée, c’est aussi ça la liberté?!
    Eviter la négociation avec les hommes….?! Non mais… sérieusement?! Ce commentaire à mes yeux est tout simplement phallocrate et arriéré.
    Donc en gros, en tant que femme, pour ne pas “gêner” les hommes en les obligeant à porter un préservatif, ou bien en s’abstenant de la pénétration certains jours du cycle, on a le choix entre des hormones de synthèse (on commence à savoir quelles conséquences elles ont sur la santé…) ou bien le DIU au cuivre…
    La peste ou le choléra, en somme!
    Et les homme eux ils sont tranquilles, pas de souci, pas de prise d’hormones et en plus on leur évite de porter des capotes!
    Y’aurait p’têtre un peu d’éducation à refaire de A à Z là je crois, non?
    La liberté de la femme ce serait le DIU au cuivre?!
    Pou moi c’est un mensonge. Selon moi, la liberté de la femme c’est de connaître son corps par coeur, ses cycles, ses changements, de façon intuitive et profonde et de prendre soin d’elle et de sa santé globale sans avoir recours à des moyens invasifs et nocifs, dont le DIU fait partie.

    Au final, et bien entendu il s’agit de mon expérience et de mon avis sur le sujet, j’ai été extrêmement déminéralisée, en partie à cause du cuivre. J’ai en outre une vaginose bactérienne qui a été favorisée par le DIU. J’ai souffert depuis la pose d’un syndrome pré-menstruel très difficile, de fatigue chronique, de désordre émotionnel et j’en passe, la liste est très longue!
    Un médecin m’a d’ailleurs dit que le cuivre agissait fortement sur les reins… Tiens donc, quand j’avais mes règles, c’était super douloureux à cet endroit-là notamment. Selon lui, c’est un intoxiquant et si, comme moi, malheureusement, vous avez des plombages, cela crée une réaction dans l’organisme qui pompe énormément d’énergie.
    J’ai enfin fait retirer ce dispositif il y a une semaine, ça a été un peu douloureux, mais rien en comparaison de la pose.
    Je suis soulagée et maintenant je m’attèle à me soigner et je ne veux plus entendre parler de contraception invasive.
    Je sais que beaucoup de femmes encensent le DIU, mais je serais curieuse de connaître leur état de santé dans quelques années. Je suis eut-être très sensible, mais je pense que le DIU au cuivre est plus nocif que ce que les gens qui font de l’argent dessus le laissent croire.
    Je me suis étalée, mais vraiment je pense que c’est important de témoigner sur le mode de contraception le plus populaire en France aujourd’hui, et que presque personne ne décrit publiquement.
    A bon entendeuse salut!

    Répondre
    Leihita - 20 janvier 2018
    1. Salut Leihita et merci beaucoup pour ton commentaire passionnant qui rejoint précisément ce que je dis dans J’arrête la pilule où j’ose rêver qu’un jour plus aucun femme n’aura à souffrir pour assumer la charge contraceptive. Cela me paraît un combat féministe comme un autre pourtant encore aujourd’hui il semble difficile à faire entendre… Comme je l’écris :

      “Bien que de nombreuses féministes refusent de l’entendre, cette remise en question est avant tout opérée par les femmes elles-mêmes. En arrêtant la pilule, en mettant fin au tabou des règles ou en dénonçant les violences gynécologiques, une nouvelle génération de femmes nous bouscule avec un féminisme sans concession. Leur façon d’exiger que leur intégrité corporelle et leur opinion ne soient pas des options force à constater que cela n’était pas totalement le cas jusque-là.

      En imposant leurs choix contraceptifs, et non ceux qu’on voudrait pour elles, ces femmes sont en train de changer profondément nos sociétés. Elles ne veulent plus se détester ni se renier pour être partie prenante du monde. Elles considèrent que la vraie force, la vraie liberté des femmes commencent par le fait d’arrêter de chercher à cacher ou modifier ce qu’elles sont.

      Celles qui se sont battues pour la pilule ne doivent pas en faire un nouveau conservatisme ni croire que les nouvelles générations leur crachent au visage. Ces nouvelles générations s’adaptent à des réalités nouvelles et, malgré les idées reçues, placent la barre de leurs exigences encore plus haut que leurs aînées.”

      Mais je suis optimiste, les choses semblent changer et les femmes devenant de plus en plus fortes et assurées, elles exigent plus. Tôt ou tard, elles en viendront bien à exiger un respect “total”, sans concession. Mais ce genre d’évolutions ne se font pas en un jour…

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 20 janvier 2018
    2. Bonjour, témoignage très intéressant, la preuve que la contraception est un sujet personnel et que chaque femme doit pouvoir choisir celle qui lui convient,
      je serais curieuse si vous avez pu trouver des sources sur comment le DIU agit sur la minéralisation et la glaire cervicale ? je n’en avais jamais entendu parler.

      Répondre
      Loala - 26 janvier 2018
  5. Bonjour,

    Je me suis fait poser un stérilet en cuivre mais entre le 3ieme et 4ieme mois j’ai perdu pas mal de sang et j’ai fait une poussée d’acné spectaculaire… Je n’ai rien compris car je n’ai jamais pris la pilule du coup pas d’effet rebond et je n’ai pas eu d’antécédent avec l’acné dans mon plus jeune âge.. J’ai 30ans. Ma gyneco et d’autres médecins m’affirment que le stérilet n’est pas responsable de mon acné. J’ai une super hygiène de vie je ne comprends pas. Je l’ai fait retirer les saignements se sont stoppé de suite et mes poussées de boutons ont ralenti. Mais comme je me sentais pas capable d’attendre pour voir si ça se calmerait tout seul j’ai préféré voir un dermatologue qui m’a filé un traitement antibio un mois après le retrait. Bref ça m’a un sapé le moral mais ça reste QUE des boutons. Aujourd’hui ça fait trois mois et plus rien a part un avant les règles normal quoi! Je ne sais pas si c’est l’antibiotique qui fait effet ou mes ovaires qui ont repris leur droit! Par contre l’ai des marques on me dit que ça va partir avec le temps.. Le mystère reste entier mais moi j’ai quand même ma petite idée sur la question! Même si le stérilet n’est pas hormonal il fait quand même très mal travailler les ovaires, il y a peut être un lien alors?! Bizarre que tous les gynecos réfutent et pourtant la mienne est très bien( elle est anti pilule pour l’anecdote). Si vous avez des doutes entre votre diu et vos boutons à répétition, vous pouvez vous inspirer de mon témoignage!

    Lola

    Répondre
    Lola - 21 novembre 2017
    1. Je confirme qu’il peut clairement y avoir un lien puisque cela a aussi été mon cas. Mes poussées de boutons, particulièrement dans le dos et décolleté ont quasi disparues après le retrait du stérilet. Merci Lola pour le témoignage !

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 22 novembre 2017
      1. Je vous remercie pour vos témoignages. J’ai moi-même une poussée d’acné impressionnante depuis la pose du stérilet au moment de l’ovulation (il y a 7 mois ) ainsi que le ventre gonflé en permanence. C’est décidé je vais le retirer et laisser mon petit corps au repos.

        Répondre
        Justine - 29 novembre 2017
        1. Malheureusement un certain nombre de femmes ne le supporte pas…

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 29 novembre 2017
  6. Bonjour, Comme beaucoup d’entre nous, je ne supporte vraiment pas les effets des hormones avec au 1er plan : poitrine très douloureuse constamment, chute libido. Je me suis fait posé un stérilet au cuivre (NT 380 short) il y a une semaine et demi et j’ai cru remarquer dans quelques témoignages que je ne réagissais pas comme d’autres. Je n’ai eu que qeulques saignements l’après-midi même, et depuis des pertes blanches quotidiennes (mais j’en ai toujours eues, je suis surprise de vois que certaines s’en étonnent !), sauf qu’elles sont un peu rosées et que je dois porter un protège slip. Sinon : – ventre enflé depuis une semaine, – de tps en tps je ressens un tiraillement, comme qd j’ai mes règles, barre dans les reins, – 1ers câlins, j’étais crispée parce que j’ai le col de l’utérus vrmt sensible, et douleur de règles ensuite pdt 30 min(mais pas de règles pour autant). Pt positif : mon copain n’a pas senti les fils . Donc pas d’effets secondaires bien méchants, j’espère surtout que les douleurs pendant les rapports vont disparaître(je précise que j’ai l’utérus rétroversé) et merci à vous.

    1. Bonjour,

      Oui, beaucoup de femme n’ont plus ou presque pas de “pertes blanches” sous contraception hormonale d’où l’étonnement. D’ailleurs ce ne sont pas des “pertes” mais tout simplement ce que secrète le col de l’utérus pour permettre à la vie de se créer (faciliter ou décourager le passage des spermatozoides). Le stérilet ne convient pas à toutes, effectivement. Je l’ai personnellement arrêté car je souffrais trop mais celles à qui il convient sont ravies. J’espère que ce sera votre cas 🙂

  7. Bonjour,

    C’est en tombant sur vos articles sur la pilule que j’ai eu une prise de conscience et que j’ai decide d’arreter. Donc d’abord, merci!
    J’ai mis 6 mois pour l’arreter progressivement et là ca y est j’en ai termine avec jasmine. Probleme : cela fait 2 ou 3 mois que je n’ai plus mes regles! Ca ne m’est jamais arrive. Je prends une gelule de gattilier chaque matin depuis 15 jours en esperant retrouver mon equilibre hormonal, mais toujours rien. Ca commence à m’inquiéter! Est-ce qu’il y a quelque chose d’autre que je pourrais faire/prendre pour retrouver un cycle normal ?

    Répondre
    Lili - 7 février 2017
    1. Bonjour Lili, arrêter la pilule au moins une fois dans sa vie permet de détecter si elle générait ou pas des effets secondaires (que vous auriez pu, avec les années mettre sur le compte du vieillissement ou ne pas relier directement à la prise de pilule donc c’est une bonne chose que cet essai). Malheureusement un certain nombre de femmes mettent du temps avant de retrouver leurs cycles et malheureusement à part attendre et faire de la phytothérapie pas grand chose de plus à vous dire…

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 7 février 2017
      1. Alors je prends mon mal en patience! J’espere juste qu’en ayant arrêté progressivement je n’aurai pas de surprise au niveau de l’état de ma peau dans 6 mois… croisons les doigts.

        Répondre
        Lili - 7 février 2017
        1. Si ça peut te rassurer, selon les premiers résultats de mon sondage sur la pilule (plus de 2 850 répondantes) :

          Bonne nouvelle : 60 % des femmes qui arrêtent la pilule d’un coup n’ont aucun effet secondaires, 23 % un peu
          Sur les même pas 2 % qui ont fait un sevrage, 57 % n’ont eu pendant le sevrage aucun effet secondaire et 28 % un peu.

          Sur toutes les femmes ayant arrêté la pilule (d’un coup ou avec sevrage) 41 % n’ont eu aucun effet secondaire, 24 % des douleurs aux ovaires, 17 % une peau plus grasse, 14 % une acné légère, 15 % une acné moyenne et 9 % une acné forte.

          Pour 25 % les effets secondaires suite à l’arrêt de la pilule ont durés moins d’un mois, pour 18 % 2 à 3 mois (soit pour 43 % moins de trois mois d’effets), 8 % 5 à 6 mois, 11 % plus d’un an, 14 % plus de deux ans.

          Rassurant, non ?

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 7 février 2017
  8. Tout d’abord, merci pour ce partage d’expérience détaillé qui fait du bien ! On se sent moins seule… c’est juste très dommage que je ne sois pas tombée sur ces conseils avant d’arrêter la pilule ^^’

    vOICI mon experience : j’ai pris la pilule pendant 10 ans, à cause d’acné et de règles hyper abondantes et douloureuse (j’étais gâtée). J’ai donc pris Diane 35, PUIS SUITE à sa brêve interdiction par le gouvernement français, je suis passée à Triafemi (en passant entre temps par une pilule de 2ème génération avec explosion d’acné…).

    Après avoir consulté un phlébologue qui m’a détecté une mauvaise circulation sanguine (port de bas de contention obligatoire, youpi), mon gynécologue m’a fortement insité à arrêter la pilule…

    Partant à l’étranger en Avril dernier, je me suis dit que c’était la bonne occasion d’un nouveau départ sans pilule. A 25 ans, J’arrête la pilule, mais sans sevrage (si j’avais su…).
    5 mois après, en août, c’est le début de la crise hormonale : 1ères règles depuis l’arrêt de la pilule, boutons a gogo sur le menton et les joues/machoire, perte de cheveux et à contrario poussée de poils (moustache, duvet, même sur la poitrine)–> la totale.

    aYANT UN PARTENAIRE REGULIER, JE REPENSE à LA CONTRACEPTION ET ME FAIT POSER UN STERILET diu CUIVRE en novembre. aRK la douleur des règles qui ont suivi… et puis 1 semaine après rebelotte, et puis rerebelotte = 3 fois les regles dans le mois, normal.

    Nous voila en janvier ET l’acné commenCE SEULEMENT à se calmer… (10 mois après l’arret de la pilule et 6 mois après le début de l’explosion d’hormones). je suis passée par un traitement antibio / cremes ultra puissantes prescrits par le dermato américain… Je viens de consulter un gynéco aux US et il me fait faire un bilan hormonal dont j’attends les résultats… les poils sont toujours là, je pense au laser…

    à 26 ans je pensais être tranquille et me revoila comme au collège, sauf qu’au boulot, ça passe un peu moins bien. Le moral est en berne, la confiance en soi qui a été difficile à gagner durant l’adolescence est à nouveau au ras des paquerettes.
    Je vais essayer de suivre les conseils et de trouver de l’achillée millefeuille, du gattilier et de la pensée sauvage mais aux US, c’est pas gagné haha. En tout cas je suis contente de savoir que je vais pouvoir de nouveau utiliser la cup car je n’osais pas avec le sterilet et toutes les rumeurs.

    Si vous avez d’autres conseils, n’hésitez pas 🙂

    Répondre
    Stella - 5 janvier 2017
    1. Salut Stella et merci pour ce message qui ajoute aux autres témoignages.
      Encore une fois, quel parcours à à peine 25 ans. Je crois que tu fais tout comme il faut, tu t’écoutes, prends soin de toi, je n’ai rien à ajouter et malheureusement c’est particulier à chacune, aucune recette miracle qui marche pour toutes 🙁
      Americans are really five years in advance in comparison to europeans on that subjetcs, the pill subjet is explodig with books like Sweetening the pill (even if there’s some ideology in this one) or another about the story of the inventors of it. Whatever, say hello to the americans for us (and, by the way, what do you do there ?)

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 5 janvier 2017
      1. Bonjour Sabrina !

        J’en ai mis du temps à répondre… et j’en suis désolée.
        Après 1,5 de règles et saignement non stop – règles et spotting particulièrement abondant (oui oui, j’ai fait preuve d’une patience inhumaine), je viens de me faire retirer le sterilet en cuivre. Je pense que mon corps ne le supporte tout simplement pas… car bon OK pour un flux plus important et plus long, mais de là à durer 1,5 mois, faut pas pousser (mémé)… Bref j’ai chanté toute la journée la fameuse chanson “libérée – délivrée” ^^

        La gynéco m’a proposé d’attendre que mes cycles redeviennent normaux avant de poser un sterilet hormonal… J’hésite sincèrement :/ j’ai peur qu’avec ce sterilet, l’acné reprenne encore plus du poil de la bête. Je suis preneuse de tous les retours d’expérience sur le sujet.

        Et sinon, concernant la question USA : je fais un VIE !c’est un contrat de 18 mois qui me permet de travailler dans une entreprise française tout en étant immergée dans une autre culture. C’est vraiment une expérience exceptionnelle.

        Répondre
        Stella - 2 mars 2017
        1. Génial (ton expérience USA ^^) et pas génial ton expérience stérilet:-(
          A toi de voir, je comprendrais que, comme moi, tu ne veuilles plus rien. Malheureusement nous sommes nombreuses à ne supporter ni pilule ni stérilet, du coup perso je suis passé à la méthode naturelle symptothermique + préservatif et diaphragme en période fertile et au final, pour moi c’est le top (aucune perturbation ni physique ni du plaisir) et c’est bien plus féministe finalement ! Cela conviendra à certaines femmes très investies et qui ont envie d’apprendre la méthode (même si rien de bien fou-fou) et d’autres n’aimeront pas. En bref la contraception qui convient à tous et qui ne fait souffrir ni l’homme ni la femme n’existe pas encore 🙁

          1. Bonjour Sabrina,

            Je profite à fond de l’expérience USA 🙂 c’est génial.

            Question contraception, le préservatif ne dérange pas du tout mon compagnon du coup ça nous va très bien pour le moment 🙂
            On verra par la suite, une fois que tous mes hormones se seront régulés, si j’essaie le sterilet hormonal. à voir, je me laisse au moins un an sans rien =D.

            Question ACNE : J’AI L’IMPRESSION QUE MON DERMATO FAIT N’IMPORTE QUOI, IL ME DONNE UNE NOUVELLE CRÈME TOUS LES MOIS, DU COUP ON N’A MEME PAS LE TEMPS DE VOIR SI ELLE FAIT EFFET des prescriptions et hop il change… ET PUIS C’EST VRAIMENT CHIMIQUE (antibio, produits agressifs…). DU COUP JE NE VAIS PLUS LE VOIR ^^’. JE PASSE AUX PRODUITS BIO ET NATURELS (AUTANT QUE FAIRE SE PEUT AUX USA)

            Question hormones : penses tu que ce soit le bon timing pour retenter de prendre un peu d’hormones (du style 1/4 de pilule par jour pendant 2 mois) histoire d’éliminer totalement l’acné ou c’est COMPLÈTEMENT incohérent et trop tard ? J’ai arrêté la pilule du jour au lendemain, il y a un an, et j’ai toujours des boutons (surtout sur les joues)… et ma pilosité a foncièrement changée (augmentée). Je ne sais pas si je tente ou si je continue à rester patiente… (c’est dur)

            Merci pour tes retours et encouragements,

            Stella - 12 avril 2017
          2. Salut Stella,

            Pour reprendre des cachets j’aurais tendance à dire que c’est trop tard et que tu vas devoir attendre que tout ça se régule mais je ne suis pas endocrino et je ne connais pas toutes les subtilités de notre système à ce niveau-là (même si à force d’étude je finis par croire qu’il vaut mieux éviter de bouleverser un équilibre naturel très subtil et bien fait). Tu le verras en lisant mon livre, prendre des hormones ne devrait vraiment pas être aussi anodin, ça impacte l’organisme de manière importante et le corps peut avoir beaucoup de mal à s’en remettre. Pour l’acné et la pilosité, si tu ne t’es jamais connue naturellement il se peut que ce soit ton climat hormonal naturel qui génère ça mais, pour l’acné (et quand c’est trop) l’origine est toujours un déséquilibre (carence ou surplus). La pilule a un effet oxydant (génotoxique, qui abîme l’ADN si tu préfères) et induit des carences en vitamines B, D, E en magnésium et en zinc. Une fois qu’on l’arrête, le corps épuisé doit fournir une énergie folle pour recommencer à générer lui-même ses hormones, à les faire se succéder les unes aux autres comme avant etc. Or certaines carences induites fatiguent le corps et l’empêche de tout redémarrer comme il faudrait. La machine s’enraye et c’est le cercle vicieux : tout est déréglé. L’idéal reste donc une prise de sang avec bilan vitamines et minéraux puis supplémentation (couplé à quelque chose pour aider ton foie à drainer, type desmodium, le plus efficace). Là ton corps pourra repartir sur de bonnes bases.

            Sabrina Debusquat - 12 avril 2017
  9. […] 2016 : Cela fait deux semaines que j’ai fait enlever mon stérilet cuivre (posé immédiatement au début du sevrage pour avoir un contraceptif) et toutes les imperfections […]

  10. Bonjour!

    Merci pour ce partage 🙂 (Olala ça fait peur…)

    Grâce à tes précédents articles, j’ai arrêté les hormones contraceptifs il y a presque 11 mois.

    Un vraie révélation, c’est comme si je m’étais retrouvée! Ma fatigue quotidienne a laissé place à un dynamisme que je ne me soupçonnais pas, ma libido continue est bien plus waouw! (l’année passée j’étais au point mort, complètement désespérée. Aujourd’hui ce n’est pas encore complètement “comme je le voudrais” mais je sens une réelle différence, mais genre ÉNORME et je sens que ça continue à s’améliorer de jours en jours!), ma tendance à être démoralisée a disparu. Je suis beaucoup plus affirmée, mieux dans mon corps, dans ma tête. Tout ça m’a permis d’améliorer ma relation aux autres au passage!

    Bref, je me dis quand même que le préservatif c’est un peu juste comme moyen de contraception mais j’ai vraiment peur du stérilet en cuivre. J’aimerais combiner diaphragme + préservatif mais, évidemment, il n’y a aucune étude sur leur utilisation simultanée… en tout cas pas que je sache. Le diaphragme tout seul n’est pas suffisamment efficace (moins de 90%) et le diaphragme avec spermicide, c’est à nouveau venir mettre un produit chimique dans mon vagin et ça franchement… ça ne me convient pas!

    Bref, tiens-nous au courant à propos de ta réflexion. J’aimerais également savoir pourquoi tu as barré “libido retrouvée, cheveux qui repoussent, etc.”. Cela mène apparemment à un lien auquel je n’ai pas accès!

    Au plaisir de te lire 🙂

    Répondre
    Lily 2.0 - 24 juin 2016
    1. Salut Lily, et ravie de voir que mes articles peuvent avoir autant d’effets positifs sur la vie de mes lectrices ^^
      J’en parle d’ailleurs dès le second chapitre de mon ebook à paraître Métro, boulot… bonheur ! comme quoi c’est certainement un facteur (les hormones sous pilule) qui cause de très (trop) nombreux désagréments quotidiens qui minent et changent le moral des femmes et que l’avenir sera certainement d’aller vers plus de naturel (ne serait-ce que pour notre environnement d’ailleurs qui ne pourra jamais supporter une centaine d’années de prise de pilule par toutes les femmes du globe ! L’avenir se trouve scertainement bien plus dans des méthodes TOTALEMENT indolores et avec un respect total du corps de la femme et de ses cycles (c’est à dire sans introduction d’objet extérieur ou d’hormones qui bloquent artificiellement le cycle), une contraception écologique aussi et qui oblige les hommes à prendre leur responsabilité dans le processus.

      Je pense aussi que tout cela devra passer par des évolutions de la société au niveau de la charge de travail (de la place de ce dernier dans nos vies également) ainsi que des offres et du prix des modes de garde des enfants (cf. Pourquoi les femmes modernes sont prêtes à tout pour ne surtout pas tomber enceintes ?.

      Bref, quand je vois des témoignages comme le tien et le mien qui signifient souvent des années de vies “qui auraient pu être mieux” sans la pilule, ça me fait mal au cœur et j’espère que les femmes vont relever la tête et comprendre qu’en 2016 on peut avoir le droit de ne pas tomber enceinte mais aussi de ne pas souffrir en le mettant en pratique. On en reparlera d’ailleurs dans mon livre à paraître J’arrête la pilule.

      Ps : quand un lien est barré sur le site c’est que la page n’existe plus ou que l’adresse est mauvaise, je dois m’occuper de changer tous les liens cassés cet été (beaucoup (trop) de boulot) en ce moment pour le faire!) mais je viens de remettre le bon lien sur celui dont tu me parles 🙂 (il s’agissait d’un autre volet de cet article sur l’arrêt de la pilule qui est en trois partie (les effets de l’arrêt de la pilule/ le sevrage/ le stérilet)

      Répondre
      Ca Se Saurait - 24 juin 2016
      1. Super pour le livre! Surtout avec la participation d’un médecin, ça donne du crédit pour les personnes réticentes à l’arrêt de celle-ci 🙂 Tiens-nous au courant pour savoir comment se le procurer!

        Oui, je trouve ça aussi très triste et en même temps… quelle libération de le découvrir! Plus j’en parle autour de moi et plus j’ai des témoignages de femmes qui confirment tous ces effets secondaires. La plupart le découvrent en arrêtant la pilule pour avoir un enfant. Malgré tout, certaines se décident à la reprendre. Hier, j’en parlais encore avec une amie qui partageait avec moi ses inquiétudes à l’idée de recommencer. Elle me dit “mais en même temps je n’ai pas le choix, je ne me sens pas prête à avoir un deuxième enfant! Et je n’ai pas confiance dans les autres moyens de contraception, puis le préservatif ce n’est pas mon truc…”

        Je trouve que les hommes ne sont pas assez impliqués là-dedans la plupart du temps… je suis contente d’avoir la chance d’avoir un amoureux qui accepte reprendre le préservatif et que nous adaptions notre vie sexuelle (pour être plus direct, moins de pénétrations*) pour diminuer les risques. Il n’a pas accepté tout de suite l’idée que j’arrête, j’ai du quand même me battre un p’tit peu pour lui faire comprendre les enjeux (un combat donc d’abord féminin, après on ne leur apprend pas non plus à s’en inquiéter…). Après ça au fur et à mesure il est devenu naturel pour lui de me laisser choisir, étant donné que je suis la première concernée par les effets indésirables.

        *En même temps, je trouve que cela permet de se découvrir différemment! Franchement, on n’a pas forcément besoin de cette sacrosainte pénétration pour passer un bon moment 🙂 C’est comme sortir en soirée sans alcool : au début c’est déroutant, après c’est fantastique!

        Petite parenthèse sur l’acné : j’en avais pendant la prise de mon moyen contraceptif (anneau), mais, depuis l’arrêt, j’en ai moins souvent au visage, mais beaucoup plus dans le dos (ce qui, en soi, me semble préférable pour le coup). Puis c’est surtout durant mes menstruations, c’est moins fort le reste du temps même si c’est toujours là. Enfin bref tout ça pour dire que parfois c’est quand même positif!

        Je vais également lire ton article “Pourquoi les femmes modernes sont prêtes à tout pour ne surtout pas tomber enceintes ?” et je t’en donne des nouvelles! Je me pose également beaucoup de questions sur la place du travail dans notre vie, je trouve qu’une remise en question de la société s’impose 🙂 Enfin, si ça ne tenait qu’à moi…

        Lorsque j’ai écrit mon premier commentaire sur ton site internet il y a un an, j’étais en larme pour la millième fois à cause de ma libido! Aujourd’hui, celles-ci me semblent tellement loin 🙂 Merci…!

        Répondre
        Lily 2.0 - 24 juin 2016
        1. Ton commentaire me réjouis vraiment car on n’imagine souvent pas l’impact que peuvent avoir nos écrits alors quand c’est positif je suis très heureuse !
          Ce que tu décris concernant les femmes d’aujourd’hui et la discussion avec ton amie reflète bien ce que nous vivons. Pour beaucoup d’entre nous, comme tu le dis si justement, “si ça ne tenait qu’à nous” on aurait souvent des enfants plus tôt mais à cause des contraintes que cela représente sur nos carrières, nos vies on repousse l’échéance (non pas sans conséquences sur notre moral et notre corps) et bien évidemment la société va devoir changer face à ça.
          Pour l’acné comme l’anneau contient des hormones ce n’est pas étonnant que tu aies encore eu de l’acné en le portant.

          Sinon le livre sera en vente d’ici la rentrée 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 24 juin 2016
  11. Je ne supporte pas les pilules oestro-progestatives et les progestatives pures ont été un douleureux échec, malgré le fait que c’était sensé stopper mes régles hémoragiques dues à ma maladie de Willebrand (maladie du sang). Le stérilet est apparement aussi contre indiqué dans mon cas. Donc il n’y a plus vraiment de choix de contraception féminine.
    Heureusement que je n’ai pas de compagnon pour le moment, et je ne sais pas si un homme serait prêt à accepter cette situation. Toujours est-il que la contraception reste un combat douloureux, très épuisant, bien trop solitaire pour celles qui ont des problèmes de santé.

    Pour en revenir à ton retrait de stérilet, tu vas vivre “à fond” ton cycle à présent. Quand on a pas connu ça depuis longtemps c’est une réelle expérience que l’on fait (et tellement peu de femmes le vivent pourtant…). C’est un retour à soi-même, à l’intime très particulier (ça l’a été pour moi en tout cas) 😉

    Répondre
    Marine - 20 juin 2016
    1. Oui, malheureusement pour beaucoup de femmes, l’idéal côté “respect de notre corps” reste le naturel total…
      Finalement rien de bien compliqué, il suffit d’être attentive et d’apprendre à bien se connaître. Chose que j’avais déjà découverte quand même depuis deux années puis qu’avec le stérilet cuivre le cycle est totalement naturel (même s’il peut, comme ça a peut-être été mon cas, être perturbé par des désagréments causés par le stérilet).

      Répondre
      Ca Se Saurait - 20 juin 2016
    2. Hello Marine,
      On m’a diagnostiqué très récemment une maladie de Willebrand, il va falloir qu’on fasse des examens + poussés pour déterminer le type à présent. Comment vis-tu ta maladie? As-tu trouvé une contraception qui te convient, un traitement pour stopper/diminuer ces règles hémorragiques?

      Répondre
      Maë - 29 avril 2019
  12. Après mes problèmes de pilule et l’arrêt soudain, je me suis retrouvée sans contraception, du coup je suis allée direct sur un stérilet en cuivre.
    Merci de ton petit témoignage sur les délais de douleurs etc, j’ai toujours mal pour l’instant mais ça m’a rassurée de savoir que ça va passer 🙂

    Répondre
    Olga - 15 juin 2016
    1. Avec plaisir Olga, sachant que tout se passe bien sûr différemment d’une femme à une autre (notamment celles qui n’ont pas encore eu d’enfant et dont l’utérus est plus petit et sensible). De mon côté après deux années au stérilet je viens de me le faire retirer car je le soupçonnais d’être à l’origine de certains désagréments et je vais vérifier si c’était bien lui le fautif dans les prochaines semaines (je vous en parle très vite bien sûr!).

      Comme quoi, même après deux ans ça peut aussi évoluer…

      Répondre
      Ca Se Saurait - 16 juin 2016
  13. […] sur la promotion que je pouvais faire du stérilet dans mes articles (cf. J’ai testé pour vous arrêter la pilule avec sevrage… partie 3 : le stérilet) j’ai répondu que, même si je trouvais que les méthodes naturelles étaient les plus […]

  14. Bonjour,

    Concernant le côté règles abondantes, le stérilet rend réellement les règles plus abondantes et plus longues, tu ne peux pas affirmer le contraire. J’ai toujours eu des règles extrêmement peu abondantes et très espacées et courtes, j’ai pris la pilule pendant 6 ans puis arrêté pendant plusieurs mois sans DIU car je n’avais pas de partenaire: le pied, tous les avantages de l’arrêt de la pilule, règles encore plus courtes et moins abondantes que sous pilule etc.
    Puis étant de nouveau en couple je me suis fait poser un DIU au cuivre:
    Tout s’est très bien passé, mais j’avais des règles incroyablement abondantes : je n’avais jamais eu besoin d’utiliser des serviettes ou tampons plus “épais” que les moins “épais” (en gros j’avais toujours utilisé exclusivement les plus petits tampons et serviettes), eh bah là je découvrais les règles de la majorité des filles, je n’avais jamais eu de règles douloureuses auparavant et là c’était le cas, et enfin mes règles duraient plus longtemps (mais bien sûr mes cycles espacés restaient car c’était mon cycle naturel).

    Il faut faire attention de prévenir les femmes de l’augmentation de l’hémorragie, car pour certaines femmes ayant des règles très abondantes, le stérilet est vraiment déconseillé! (anémie, inconfort, etc.)

    Finalement j’ai du retirer mon DIU car il s’était déplacé après 7 mois de bons et loyaux services (douleur atroce de contractions jusqu’au retrait du DIU), et retour à la pilule…

    Répondre
    Liloulette - 17 avril 2016
    1. Salut Liloulette,

      J’ai du mal m’exprimer, ce que je veux dire en fait ce n’est pas “le stérilet ne rend pas JAMAIS” les règles plus abondantes” mais plutôt “la majorité du temps les femmes sous stérilet redécouvrent leur flux normal ET certaines d’entre elles ont visiblement un flux plus abondant (souvent d’après ce que j’ai compris parce qu’elles supportent moins bien que d’autres les tendances inflammatoires générées par le stérilet”).
      Les médecins soupçonnent également dans ces cas où le stérilet pose problème que le gynéco l’ait mal posé où que cela concerne des filles aux utérus dont la position où la taille n’est pas adaptée au port d’un stérilet. Enfin, il y a pas mal de raisons et parfois d’ailleurs certaines femmes ne supportent pas tel stérilet à tel moment puis réessaient et ça se passe très bien donc je te l’accorde c’est assez mystérieux (et assez décourageant!) mais rassure-toi je ne nie pas ce problème. Ce serait le comble que je fasse ce que je reproche aux médecins : ne pas écouter les femmes et ce qu’elles disent ! 😉

      Bise.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 18 avril 2016
  15. Haha… Tu as raison d’en être fière ! Ce que je viens de lire dans cet article ne m’étonne malheureusement pas vraiment ! 🙁 J’ai moi même subi quelques actions plus ou moins inacceptables de la part de médecins. Et j’ai bien peur que nous en ayons toutes fait l’expérience un jour… Quel triste constat. Je ne sais pas si c’est ma nature optimiste, mais je garde quand même espoir que ces rapports médecins/patients changent. Et qu’à minima je trouve un praticien avec lequel je serai en confiance. Toi qui souhaite des enfants, sais tu si des femmes s’organisent (oui, comme les Résistants qui s’organisaient.) pour contrer ces encadrements abusifs autour de l’accouchement ? Si oui, comment ?

    Ha je ne savais pas pour l’arrêt de la pilule et sa possible implication dans un SOPK post-arrêt. La liste s’allonge encore.

    Répondre
    Jessica - 10 avril 2016
    1. Il y a des sages-femmes comme Caroline Reiniche interviewée dans l’article et des réseaux de maisons de naissance et des hôpitaux ou cliniques qui ont cet état d’esprit mais je ne sais pas si elles se regroupent en asso… (tu peux demander à Caroline Reiniche via son Facebook poeut-être).

      Répondre
      Ca Se Saurait - 11 avril 2016
  16. Bonjour,

    Voilà que je tombe sur ton blog pour une recette de yaourt au soja et que je me mets à commenter ton article sur le stérilet :D. Ton blog est une super découverte pour moi (et pas que moi il semblerait), une mine d’informations et d’idées qui vont dans le chemin de vie que j’emprunte (un corps sain dans un esprit sain ? 😉 ). Alors avant de me lancer dans une tirade : merci Sabrina pour ces articles, ce blog et le temps que tu y consacres. Depuis une semaine j’y reviens tous les jours, pour le lire de fonds en comble… Parfois je suis d’accord, parfois non mais toujours j’apprends.

    Mon expérience du stérilet et de la contraception d’une manière générale (j’ai 26 ans):

    – A 16 ans mon généraliste me prescrit Jasmine. Que je vais prendre jusqu’à mes 23 ans, avec une pause de plusieurs mois à 21 ans. Pourquoi Jasmine ? Ben je me le demande encore… Je n’avais pas d’acné, pas de cheveux gras, pas de syndrôme pré menstruel très fort, bref rien qui justifie cette pilule. Je ne peux pas dire que j’ai eu de gros effets négatifs avec elle, même après réflexion… La libido certes mais à lorsque je l’ai arrêté à 23 ans, elle n’est pas revenue en force ! J’ai l’impression d’avoir toujours été constante à ce niveau, une envie légèrement plus présente à l’arrêt mais rien d’exceptionnel pour moi !

    – A 23 ans, désirant me tourner vers une contraception que juge plus “saine”, j’ai arrêté Jasmine pour le DIU en cuivre. Que j’ai retiré au bout d’un an… Ça m’embête vraiment de ne pas l’avoir toléré. Lors de la pause, c’était comme tu en témoignes : douloureux. Les heures qui ont suivi aussi mais pour ma part, c’était supportable. Mes règles ont continué. J’ai fait du spotting quelques jours et puis plus rien pendant 2 mois.. Il est vrai qu’avant l’arrêt de ma pilule j’avais un cycle régulier mais tous les 2 mois. Au bout de ces 2 mois j’ai commencé par avoir du spotting, une douleur en bas du ventre alors que je n’avais jamais vraiment eu de syndrome pré menstruel de ce type même avant la pilule, puis les règles… Que dis-je, une coulée de sang en continue telles les chutes du Niagara ! Encore une chose que je n’avais pas connu avant la pilule (donc ‘naturellement’)… et qui dit règles ultra abondantes dit groooosse fatigue. Et puis parce que je suis chanceuse : diarrhée aiguë. Systématiquement. Qu’on ne vienne pas nous dire que la pilule ne joue en rien sur les problèmes digestifs car si moi j’ai eu ce symptôme de diarrhée pendant mes règles c’est bien la preuve que les hormones jouent un rôle sur notre système digestif… Donc que la pilule peut aussi y mettre son grain de sel CQFD ! Et je ne peux pas me tromper, ayant mes règles tous les deux mois, j’ai pu assez facilement faire le lien 🙂
    Bref, c’était pas la joie. Mais ce qui a fini par me décider à le retirer c’est ce satané spotting, presque incessant qui durait souvent jusqu’à 3 semaines après les règles et arrivait une semaine/une semaine et demi avant mes règles. CA c’est tuant pour la vie sexuelle. J’entamais une nouvelle relation quelques mois après la pose, c’était vraiment pas simple.
    Niveau peau, on ne peut pas dire que j’ai souffert d’acné après l’arrêt de Jasmine et durant le port du DIU. J’ai vu ma peau devenir plus grasse (alors qu’elle était sèche sous Jasmine), quelques micro boutons un peu blanc (et quand je dis micro, c’était vraiment de petits boutons) qui sont apparus 4/5 mois après la pose. Et jusqu’à son retrait ça été le cas.

    -A 24 ans on me le retire (et ça c’était vraiment indolore et rapide). Ma gynéco me represcrit la pilule, sans prendre en compte celle que je prenais avant, je me retrouve avec Leeloo : ô joie de découvrir l’acné à 24 ans. Après visite chez la dermato je me retrouve à prendre androcur… et après avoir lu que c’était vraiment de la daube (Jasmine est -presque- bio et naturelle à côté j’ai l’impression) je demande à revenir sous Jasmine. Chère pilule de mes 16 ans, que je ne tolère plus, enfin mes nénés ne la tolèrent plus. Je passe donc à Jasminelle. Je me bats rarement avec les boutons aujourd’hui, mais voilà… Je prends la pilule. (ouais cette section changement de pilule est concise parce qu’on s’en fout un peu.)

    Conclusion:
    Je ne regrette en rien d’avoir essayé le DIU ! ESSAYEZ, nous sommes toutes différentes et moi j’espère de tout mon cœur y revenir un jour… Parait-il qu’il faut que j’attende quelques années avant de retenter. Si j’ai commenté aujourd’hui c’est aussi pour que certaines filles sachent que ce n’est pas toujours que du bon le DIU cuivre, que parfois ça ne marche pas, mais qu’il faut tenter ! Si on veut avoir une contraception saine, efficace et économique.. ça vaut le coup je trouve. La pilule n’a rien d’anodin. Et même si je suis pleine d’appréhension quant à son arrêt et aux effets indésirables que ça peut donner, j’espère pouvoir m’en passer définitivement un jour.

    Jessica

    Répondre
    Jessica - 7 avril 2016
    1. Salut Jessica,

      D’abord merci beaucoup de m’ouvrir ton coeur comme ça et de me dire que ce blog te plais, ça me touche beaucoup 🙂
      Merci aussi de ton témoignage qui prouve qu’aucune méthode n’est universelle en matière de santé, comme je le dis souvent (cf.Pourquoi votre santé doit être un parcours personnel au cas où tu ne l’ait pas encore lu). Ce qui est embêtant côté contraception sans hormones c’est qu’il n’y a pas vraiment d’alternatives entre la méthode naturelle et le stérilet… donc pas vraiment de choix. Récemment moi aussi j’ai commencé à penser que mes douleurs de règles (parfois plus fortes sous stérilet que quand j’avais 16 ans sans aucune contraception) et je me suis demandé si mes problèmes de peau qui persistaient suite au sevrage ne pouvaient pas venir justement d’un dérèglement des ovaire du à l’inflammation que provoque le stérilet dans la zone, il paraît que ça peut arriver. Je vais donc creuser le sujet pour vous et quand je l’enlèverai pour grossesse je testerai derrière une méthode naturelle pour voir la différence (comme je veux deux enfants pas de risque ^^).

      Bise.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 8 avril 2016
      1. Non je n’avais pas lu ton article “Pourquoi votre santé doit être un parcours personnel”, c’est chose faite je ne peux que te rejoindre à 100% sur le sujet ! Concernant les imperfections et les douleurs avant les règles et le rapport avec le DIU, comme tu dis, c’est à creuser. Une gynécologue m’avait dit, quelques mois après le retrait du DIU, que j’avais les ovaires “un peu opk”. Alors pour moi on souffre d’OPK ou on n’en souffre pas, et non “un peu” et vu que cette charmante dame n’a pas voulu m’en dire plus… je ne sais pas trop si je souffrais effectivement d’OPK ou pas et si le stérilet n’aurait pas pu accentuer certains effets des OPK. J’ai fait quelques recherches sur le sujet, il ne semble pas que le DIU provoque ce syndrôme, mais qu’il est déconseillé lorsqu’on en est atteinte car il en accentue certains conséquences (acné, syndrome pré menstruel, pilosité excessive… conséquences devant lesquelles nous ne sommes pas toutes égales!). Peut être que j’en souffre lorsque je ne suis pas sous contraception hormonal… Je ne sais pas. On ne m’a jamais vraiment “testée” de ce coté là. Ce sera la surprise lorsque j’arrêterai la pilule… QUEL SUSPENS \o/

        Toi qui a l’air aussi effarée que moi face à l’incompétence de certains gynécos, connais-tu https://gynandco.wordpress.com/ ?

        Jessica

        Répondre
        Jessica - 10 avril 2016
        1. Ben je pense qu’on peut être SOPK à plusieurs degrés de gravité, perso je crois que je suis au niveau léger mais je me demande après coup si ce n’est pas le stérilet qui a pu maintenir si longtemps mes soucis d’imperfections post-pilule… mais on ne saura jamais !

          Justement, on commence à comprendre que les dérèglements hormonaux dus à la prise de pilule pendant longtemps, à son arrêt etc. pourraient causer des SOPK passagers ou plus durables donc peut-être que, comme moi, tu n’en avais pas avant mais qu’après l’arrêt de pilule tu en auras. C’est la grande loterie des ovaires mouhahaha ! Donc surtout faire attention à avoir une bonne hygiène de vie ça aide 🙂
          Je connaissais de nom ce site qui m’a l’air pas mal et bien intentionné. Visiblement c’est un collectif de citoyens non professionnels mais ce dont ils parlent et l’approche qu’ils ont est intéressante 🙂

          Quant au comportement des gynécos je ne suis pas peu fière de te dire que j’étais la première journaliste en France à proposer une enquête complète sur le sujet (que j’ai élargi au violences médicales faites aux femmes) et que tu as l’ultime, que dis-je, l’exceptionnelle chance de pouvoir lire en intégralité sur ce site 🙂 : La médecine est-elle violente envers les femmes ? (article intégral paru dans NEXUS)

          Répondre
          Ca Se Saurait - 10 avril 2016
  17. Le problème de libido était il important? Cette pilule me pourri l existence de ce côté là. Quand pensez vous?

    Répondre
    fanny - 30 mars 2016
    1. C’est difficilement quantifiable sans rentrer dans des détails que je ne souhaite pas révéler ici, mais oui ça m’a changé la vie de ce côté là. Le moment de l’ovulation et la redécouverte de cette forte poussée de désir est important mais pas que, de manière générale on ne sent plus cette sorte de “lassitude” inexplicable” qu’il y avait sous pilule. Il faut vraiment l’expérimenter pour le comprendre c’est à la fois subtil et très puissant. Et comme psychologiquement une victoire en entraîne une autre c’est tout le système qui se remet en branle.
      Vous en êtes à quel moment du sevrage ?

      Répondre
      Ca Se Saurait - 31 mars 2016
  18. […] J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise …partie 3 : le stérilet […]

  19. Merci à toi de prendre le temps de répondre! 🙂
    Pour la pilule, je sais malheureusement qu’elle a un effet négatif sur la flore intestinale (en plus de la flore vaginale!). J’ai pris des probiotiques pendant plusieurs mois d’affilés car j’avais une très mauvaise digestion depuis 2013 ; j’avais changé de pilule (je suis passée de jasmine à lovavulo) depuis un an et j’ai noté pleins de désagréments comme ça, mais pour la gynéco, la pilule ne pouvait pas être incriminée car mes symptômes sont arrivés tard. C’est très difficile de savoir si la pilule est responsable de ça ou ça. Mais je pense quand même que sur le long terme, y a pleins de choses qui se passent insidieusement, d’ailleurs tu l’as très bien décrit toi-même. Du coup l’été 2013 j’ai aussi eu des problèmes de nausées, qui ont terminé en cystite. Et j’ai commencé les mycoses à répétition. Cet état de nausée ne passait pas non plus, on me disait que j’étais peut-être enceinte (la réponse facile! après 3-4 mois, tu peux être sûre que cette hypothèse était écartée). Au final j’ai eu un traitement en pharmacopée chinoise qui a bien aidé. Et puis j’ai réalisé que cette “nausée” était aussi liée au stress. Donc il y avait plusieurs facteurs, voilà pourquoi les plantes chinoises marchaient! Sauf qu’au final je ne pouvais pas non plus me mentir à moi-même: arrêter la pilule était la solution, il fallait s’attaquer au fond du problème.
    Bon vous l’aurez compris, je suis à une convaincue de la médecine chinoise!! 🙂
    C’est une super idée cet e-book, tu as raison de le faire! Je l’achèterai probablement. Et j’espère que le plus de personnes pourront y avoir accès!

    Répondre
    Ambre - 4 mars 2016
    1. Oui c’est bien le problème avec les effets de la pilule c’est qu’ils sont tellement méconnus qu’ont dit sans cesse aux femmes que leurs maux sont dus à tout sauf à ça, comme si c’était impossible. Les femmes sont elles-mêmes en train de se rendre compte (en regroupant et recoupant les infos) qu’en fait la pilule est le point de départ de nombre de leurs problèmes. Que ça plaise ou pas nous nous en fichons, nous n’avons que notre intérêt et notre bien-être en jeu, c’est pour quoi nous sommes les mieux placées pour en parler.
      Mon e-book en collaboration avec Martin Winckler a pour but d’être à 3€ pour que chaque femme puisse se le procurer :-), c’était vraiment une volonté de ma part, les 3 € sont là pour rémunérer les heures que j’ai passées dessus donc oui j’espère aussi que ça “tournera” dans les milieux féminins !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 5 mars 2016
      1. Hello les filles ! J’ai déjà posté un message il y a quelques jours au sujet de l’arrêt progressif de la pilule. Je compte m’y mettre très prochainement (13 ans de pilule, donc bientôt 4 ans de Yaz) mais j’ai deux ou trois questions d’ordre pratique. Je vais procéder sur 9 mois (3 mois avec 2 pilules sur 3, 3 mois avec 1 pilule sur 2 et 3 mois avec 1 pilule sur 3) mais je m’interroge sur la manière de procéder avec les comprimés placebo. Yaz fonctionne avec 24 comprimés efficaces et 4 placebo donc comment faire ? Sauter les placebo ou continuer à les prendre dans leur totalité ? Ma pharmacienne (qui, au passage, est très favorable à l’arrêt progressif de la pilule, contrairement à un très grand nombre de professionnels de santé) me dit que cela ne sert à rien de les prendre. Qu’en pensez-vous ? Elle m’a aussi conseillé de m’accompagner de tisanes aux plantes (gattilier, bardane, achillée millefeuille, pensée sauvage,etc), de dépuratifs du foie, constamment pendant toute la période de sevrage, je vais suivre son conseil qui me semble très judicieux. Pour éviter le retour de bâton de l’acné, il faut chouchouter son foie, c’est lui qui filtre tout dans le corps, et s’il est bien traité, il filtrera d’autant mieux l’élimination de cette cochonnerie de pilule et l’acné sera d’autant moins fort. Merci d’avance pour vos conseils et bon courage à toutes dans vos expériences respectives.

        Répondre
        Florie - 6 mars 2016
        1. C’est une réponse que je suis en train de travailler avec un médecin dans mon e-book à paraître sur le sevrage de la pilule mais je n’ai pas encore la réponse malheureusement…
          Il me semble évident de ne pas prendre les placebos dans le cadre d’un sevrage mais ce n’est que mon avis.
          En revanche Yaz (qui est Jasmine) est d’après mes statistiques perso parmi les pilules qui font le plus d’effets rebonds à cause de la drospirenone qu’elle contient et qui génère des effets secondaires à l’arrêt (je rappelle qu’alors que je n’ai jamais eu d’acné de ma vie 24 mois après l’arrêt j’ai encore des boutons… donc il faut le savoir avant.

          Bonne chance et je vous écris vite vite mon livre que vous ayez toutes les réponses à vos questions validées par un pro 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 6 mars 2016
      2. Bonjour et merci pour ta réponse d’hier. Je vais demander conseil à ma pharmacienne pour les placebos, c’est juste que je veux être sûre de bien m’organiser dans le détail des prises. Je me lance avec, pendant, 3 mois, 2 comprimés sur 3. Un cycle “normal” étant de 28 jours (mais comment est mon propre cycle ? Je l’ai perdu de vue depuis mes 16 ans…), soit je me cale là-dessus pour toute la durée du sevrage (sans jamais prendre les placebos et en enchaînant des périodes de 28 jours), soit je reste sur le cycle de 24 jours établi par Yaz et j’enchaîne de mois en mois.
        Sinon, un tuyau auquel j’ai pensé et qui peut éventuellement aider des utilisatrices de pilules au cours du sevrage : le kéfir de fruits. C’est une boisson assez géniale qui, dans mon cas, m’aide beaucoup dans mes soucis gastro-intestinaux chroniques (tiens, un autre effet de Yaz ?). Ça a des vertus anti-inflammatoires et détoxifiantes très importantes, je suppose donc que cela peut aider à se débarrasser de son acné. C’est très facile à fabriquer, il y a des tas de sites qui proposent des recettes.
        Enfin, dernière trouvaille que certaines d’entre vous connaissent peut-être déjà : le LadyComp. Appareil permettant une contraception totalement naturelle. Je l’envisage pour moi-même, quand tout cela sera stabilisé. À voir, donc.
        Voilà, merci encore et à bientôt.

        Répondre
        Florie - 7 mars 2016
        1. Oui, ta première solution ma paraît bien mais ne t’inquiète pas trop pour tes cycles qui, de toute façon, seront forcément un peu perturbés à cause du sevrage. Donc que n’en fait pas forcément une obsession maintenant, ton but est d’abord de te sevrer, ensuite de retrouver un cycle normal.
          Oui le kefir aide la flore intestinale et dans le cas d’un arrêt de contraception hormonale ça ne pourra qu’aider. Merci d’avoir pensé à nous en faire part et, bien sûr, les aides à la contraception naturelle sont top même si je pense que c’est avant tout la bonne connaissance de soi et de son cycle qui est primordiale quand on choisit cette méthode 🙂

          Bises.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 7 mars 2016
  20. Je reviens vers vous après trois mois depuis la pose de mon stérilet! 🙂 (je l’ai depuis le 30 novembre dernier)

    Alors le premier mois où j’ai eu mes règles, j’étais franchement pas rassurée. Déjà, je comprenais enfin ce que toutes les filles voulaient dire par “règles très abondantes” mais en plus j’ai eu des crampes assez douloureuses, avec la peur que mon corps rejette le stérilet, puisque c’est le risque principal les premiers mois… Sinon, je suis curieuse de nature, et en milieu de cycle j’étais allée toucher les fils de mon stérilet, pour avoir une idée de leur longueur (environ 2 cm). Puis pendant les règles je suis de nouveau allée toucher et là j’ai complètement paniquée, car je sentais les fils très bas dans le vagin! J’étais persuadée que le stérilet avait bougé et que j’allais le perdre…
    Bon au final tout se résout très simplement! Pas de panique, il semblerait que ce soit normal: l’utérus bouge en fonction du cycle, et pendant les règles l’utérus est davantage dans l’axe du vagin, et donc les fils semblent “descendre” plus bas. Franchement, j’en apprends des choses…!

    Bref, au bout du deuxième mois (règles qui tombent pile au bout de 28 jours, pareil pour le troisième mois, j’ai de la chance), les crampes sont quand même difficiles à supporter. Je commence alors un traitement homéopathique à suivre trois mois. Mais clairement, si ça ne marche pas, je me tournerai vers l’acupuncture. Car ce n’est pas normal de souffrir pendant les règles! On nous apprend depuis toujours qu’il faut “faire avec” que c’est lié à notre condition de femme etc… mais c’est totalement faux! Il n’y a qu’à voir du côté de la médecine traditionnelle chinoise, qui connait et sait traiter le problème. Alors que dans les pays occidentaux, à part conseiller de prendre du spasfon et attendre que ça passe, les médecins ne s’attardent pas là-dessus. Pourquoi? Parce que ça n’est pas rentable et parce que la médecine classique traite les symptômes et pas la cause. Ce qui est juste une aberration. Bref, voilà pour le petit coup de gueule en passant ^^

    Sinon, toujours pour ce deuxième mois, j’ai eu – enfin – l’occasion de voir réapparaître les boutons! Moi qui me pensais “immunisée” puisque de toute façon j’en avait toujours, même sous pilule, et bien je me trompais! Comme quoi la pilule devait avoir un effet positif sur mon acné. Ou alors il s’agit du fameux dérèglement hormonal post-pilule dont nous sommes nombreuses à souffrir. J’en ai principalement sur la mâchoire, le cou, la poitrine et le dos. J’avais presque oublié qu’à l’âge de 18 ans (avant pilule), l’acné me touchait à ces endroits. Du coup j’utilise un pain d’argile et un savon aux huiles essentielles, et je mets du gel d’aloe vera et de l’huile de nigelle. J’ai commencé depuis deux semaines des compléments pensée sauvage/ortie/bardane et j’en ai pour deux mois. Et je prends de l’achillée millefeuille tous les jours. Malheureusement, ça ne s’améliore pas. Mais j’ai bien l’impression qu’il faut prendre son mal en patience. J’ai lu d’autres blog où, au bout de six mois, tout est rentré dans l’ordre. Et mêmes si ces filles disent qu’elles ont fait tel type de traitement, ceci celà, au final dans leur témoignage, c’est uniquement le temps qui a fait l’affaire (un argument intéressant à retenir pour ne pas se ruiner!).
    Sinon, j’ai les cheveux qui re-graissent très vite, tous les deux jours, contre tous les cinq jours avant. Pareil, je n’ai pas l’impression de pouvoir faire grand-chose, car j’ai déjà une routine capillaire impeccable. Donc clairement, je sens bien que mon corps est “déréglé” et qu’il se réhabitue à ne plus vivre sans pilule.

    Par rapport à cette histoire comme quoi les règles sont plus abondantes avec le stérilet, je crois que c’est vrai au début. J’ai une amie qui le confirme. Elle n’était pas sous pilule avant la pose de son DIU, donc pour elle grosse surprise d’avoir des règles très abondantes et de ne plus pouvoir utiliser la cup sur le coup. Elle m’a dit qu’au bout de six mois ça commençait à se réguler enfin… Donc je crois quand même que le stérilet, ce corps étranger, irrite la paroi utérine.

    Et sinon, chaque jour je suis un peu plus ravie de ne plus prendre la pilule!! Certains soirs, à la même heure, j’avais une pensée “tiens faut prendre la pilule”, réflexe depuis ces sept dernières années. Mais quel plaisir de ne plus être sous médicament! Dans le fond, ces petits désagréments acné-cheveux gras, c’est pas méchant! C’est sûr que ça ne fait pas plaisir, mais ça ne change rien à mon quotidien. Je continue de pouvoir faire les mêmes choses! Tiens d’ailleurs… côté libido, c’est juste incroyable! Dès le premier mois, au bout de douze jours, je devinais la période d’ovulation et j’avais le désir qui revenait en flèche. Pendant les rapports, j’ai redécouvert la lubrification naturelle. Alors que depuis presque deux ans et demi je souffrais de mycoses vaginales à répétition, et j’avais très vite des douleurs à cause des “frottements”. Je réalise aujourd’hui que je souffrais uniquement de sécheresse vaginale (tiens c’était dans les effets secondaires de ma pilule!) et que tout a été terminé du jour au lendemain! ça c’est quand même vachement appréciable 🙂
    Côté poids, je sais que je fais de la rétention d’eau, pas énormément, mais j’ai le ventre qui gonfle, même en mangeant très équilibré. Pour l’instant pas de différence. Mais je me dis que si les filles perdent du poids à l’arrêt de la pilule, c’est parce qu’elles en avaient pris justement sous pilule?

    Voilà pour ma petite (longue) histoire! Je m’arrête là, j’espère avoir ajouté ma petite expérience qui pourra en intéresser d’autres 🙂

    Répondre
    Ambre - 3 mars 2016
    1. Merci vraiment Ambre pour ce témoignage super détaillé qui en aidera pleins j’en suis sûre 🙂
      Tu es vraiment en plein dans la pire période de dérèglement post-pilule : cheveux gras, douleurs, acné et flux abondant sont à leur apogée. Mais si ton corps réagit comme le mien et celui de pleins d’autres, cela sera largement calmé dans trois/quatre mois 🙂
      Moi aussi, malgré la perte de poids assez immédiate, j’avais le ventre gonflé un peu au début maintenant que j’y pense. Je pense que c’est la flore intestinale qui est en plein chambardement. La pilule a un effet très négatif sur cette flore, elle l’acidifie, la perturbe pas mal et donc là ton ventre subit un gros changement, il va donc devoir se réhabituer à vivre sans cette agression quotidienne que constituait ce petit cachet ^^
      Pour le reste, c’est vraiment génial, tu as l’air en tout cas contente et oui, moi aussi malgré les 24 mois d’imperfections je ne reviendrai en arrière pour rien au monde. Par contre, je regrette vraiment de ne pas l’avoir arrêtée avant et peut-être en étant plus conseillée. C’est pour ça que je suis en train de rédiger pour vous un e-book pratique “j’arrête la pilule” pour répondre à toutes vos questions, aider et guider celles qui veulent arrêter la pilule mais pas n’importe comment. Je suis super contente de pouvoir bientôt vous le proposer et vous devriez y trouver toutes les réponses à vos questions validées par un médecin ouvert d’esprit 🙂

      Pour les douleurs dues au stérilet et le flux abondant c’est ça, à peu près six mois pour moi aussi avant que cela redevienne normal et aujourd’hui franchement c’est super, j’ai des règles non douloureuses, régulières et au flux presque comme sous pilule donc patience ^^ [EDIT 2017 : après 2 ans de DIU je l’ai finalement ôté parce qu’il me causait douleurs et acné]

      Répondre
      Ca Se Saurait - 4 mars 2016
  21. Bonjour,

    J’ai pris la pillule pendant 2 ans environ, arrêt pour concevoir 1er enfant, ensuite découverte de problème de fertilité dans notre couple (rien à voir avec la pillule ), 1er enfant est né, et aucune contraception après sa naissance pour concevoir notre 2ème enfant. Après sa naissance, ma gyneco me prescrit une pillule qui n’est pas la même que celle prise avant la conception de notre aîné.

    Et là c’est l’horreur : mes cycles durent 15 jours, libidineux à zéro et déprimée. Et puis tendance à oublier de prendre ce comprimé.

    3 mois après la naissance de notre fille, diu au cuivre. Je ne veux plus d’hormones qui dérègle mon corps.

    Que des avantages et 1 inconvénient pour moi qui est la super abondance du flux les 2 premiers jours (serviette jetable nuit écologique à changer toutes les 2 heures en pleine journée 🙁 ).

    Et pas super de devenir une grande consommatrice de serviettes hygiénique, donc je saute le pas avec la coupe menstruelle en prenant une grande capacité mais je dois la vider toutes les 2 h…

    Du coup j’ai consulté un homéopathe qui m’à prescrit de la bourse à pasteur à prendre en gouttes 3 fois par jour les jours de flux +++++ et mon flux est moins abondant, c’est donc beaucoup plus gerable pour moi.

    Mon homéopathe m’avait prescrit uneprise de sang et mon flux est abondant car je suis carence en fer, et mes douleurs abdominales lors du flux abondant sont causé par manque de magnésium.

    Répondre
    Karine - 27 février 2016
    1. Oui ces histoires de stérilet c’est vraiment kiff kiff j’ai l’impression. Mais de nombreux médecins et les études affirment que le stérilet augmente le flux donc je veux bien le croire.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 27 février 2016
  22. Bonjour,
    Merci pour ces articles très intéressants qui rejoignent ceux d’autres blogs et qui me confortent dans l’idée d’un sevrage progressif de la pilule. J’ai envie de me lancer bientôt (je prends la pilule depuis 10 ans et mon conjoint et moi-même envisageons de faire un bébé dans les deux années qui viennent) mais je ne veux pas prendre le risque de tomber enceinte tout de suite (ce ne serait vraiment pas le moment). Aussi ai-je pensé à la pose d’un DIU en cuivre (ma gynéco serait tout à fait prête à me le poser, c’est déjà une bonne chose). Je suis prête à supporter les potentielles douleurs et/ou gênes que certaines utilisatrices mentionnent, cela vaut vraiment le coup par rapport à la pilule je pense ! Mais comme je ne veux pas arrêter la pilule (Yaz) du jour au lendemain, mais au contraire l’arrêter sur au moins 6 mois, voire 9, puis-je combiner sans risque la pose du DIU en cuivre et l’arrêt progressif de la pilule ? Avez-vous une réponse fiable à m’apporter ? Je précise que j’ai déjà parlé de l’arrêt progressif à ma gynéco, qui m’a rétorqué que cela n’avait strictement aucun intérêt et que l’effet rebond type acné était très rare (j’ai pourtant eu une belle poussée d’acné – alors que je n’en avais jamais eu que très très peu à l’adolescence, 2-3 boutons par çi par là de temps en temps – dans le haut du dos il y a quatre ans après trois mois d’arrêt de pilule que je n’ai réussi à faire passer… qu’en reprenant une autre pilule !)… Je n’aurai donc pas l’aval de mon médecin sur l’arrêt progressif mais il s’agit de mon corps et je fais bien ce que je veux en définitive, en mon âme et conscience. Après de nombreuses lectures, je suis convaincue désormais que l’effet rebond existe, même si l’on n’a pas été sujette à l’acné à l’adolescence, et je veux entreprendre le sevrage progressif. Je veux juste éviter une grossesse qui arriverait trop tôt et ne pas trop compliquer notre libido par l’utilisation de préservatifs masculins ou féminins pas super épanouissante (quoique très efficace, j’en suis bien consciente) pour mon conjoint et moi-même. Merci par avance des réponses que vous pourrez m’apporter et encore merci pour vos articles qui sont précieux. Signé une utilisatrice de plus en plus méfiante de la pilule contraceptive, en chemin vers un mode de vie plus sain et naturel. 😉

    Répondre
    Florie - 26 février 2016
    1. Salut Florie et merci d’ajouter ton témoignage à la pile des nooooombreux autres ! Alors non, aucun risque pour le stérilet et le sevrage de la pilule EN MÊME TEMPS( info confirmée par tous les médecins que j’ai consultés sur le sujet).
      Evidemment que l’important reste d’être protégée alors tu as bien raison de t’en préoccuper.
      Moi aussi j’ai prix Jasmine (alias Yaz) pendant près de 10 ans et alors que je n’ai pas eu un seul bouton à l’adolescence ça a bourgeonné dans le dos et j’en ai encore quelques un sur le visage + dos 23 mois après le sevrage donc bon… qu’on ne vienne pas me dire que l’effet rebond n’existe pas, nous sommes nombreuses à le constater mais Jasmine serait particulièrement en cause et généèrerait de nombreux effets rebonds donc je vais tenter de vous trouver des solutions et astuces si c’est votre cas dans mon e-book à paraître 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 26 février 2016
      1. Merci de ta réponse rapide, c’est top. Je vais me lancer d’ici à cet été je pense. Je ne vais peut-être pas commencer tout de suite car je me marie en juin et je voudrais éviter de ressembler à une calculatrice (si ça doit arriver) sur les photos ! 😉 Je vais y aller très en douceur et m’aider des plantes, de la naturopathie, etc. que je pratique déjà pas mal. J’en profite pour confirmer au passage les vertus de l’achillée millefeuille (en tisane comme en gélules) sur la régulation du cycle hormonal et sur les douleurs pelviennes liées aux règles (dans mon cas, en tout cas, ça m’a aidée, j’ai une légère endométriose pas très méchante). La naturopathe qui m’a suivie pendant quelque temps m’a longuement rappelé aussi le rôle du foie et a insisté sur la nécessité de le chouchouter au quotidien. Dans le cas de l’acné, il a un rôle non négligeable, ne l’oublions pas, il filtre énormément de choses. Si ça ne te gêne pas, je veux bien rester en contact avec toi et je donnerai des nouvelles de mon sevrage (que je prévois sur 9 mois a priori) quand le moment sera venu. Croiser les expériences ne peut être que bénéfique et profiter à d’autres femmes. Merci encore !

        Répondre
        Florie - 26 février 2016
  23. Et bien je vais essayer de me lancer dans l’aventure du stérilet, je l’espère bientôt !

    J’ai eu un premier rendez-vous aujourd’hui avec un gynécologue pour faire un check up (3 ans que j’y étais pas allée), et parler de contraception.

    Donc les questions habituelle, on en vient à parler de la pilule et je lui dis que je veux arrêter la pilule et changer de moyen de contraception. Je n’ai même pas encore parlé de stérilet qu’il me dit “Bon alors le stérilet comme vous n’avez pas eu d’enfant ça n’ira pas, il reste l’anneau vaginal ou l’implant.”
    OK ! Ça commence bien… Je le laisse présenter les deux autres, qui ne m’intéressent pas puisqu’il y a encore des hormones.
    Moi un peu têtue quand même, je reviens sur le stérilet en abordant les modèles short pour les femmes justement comme moi qui n’ont jamais enfanté. Il me regarde, me dit que ça n’est pas conseillé parce que les femmes nullipares ont le col trop serré. MAIS qu’on peut éventuellement essayer.
    Il m’a du coup prescrit un UT 380 short.
    Quand je lui ai parlé des possibles douleurs à l’insertion, il m’a dit tout de suite que oui j’aurai mal. J’ai donc demandé s’il y avait des médicaments possibles anti-douleur, il m’a dit non. Bon…

    Donc voilà je ressors de là avec mon ordonnance, et pas très sure de vouloir poser un stérilet avec lui. Même s’il est d’accord pour “essayer”, j’avoue ne pas avoir super confiance en quelqu’un qui ne se cache pas d’être contre, et qui du coup n’a pas du en poser beaucoup sur “les cols trop serrés” !

    Je sens que ça va encore être une grande aventure cette histoire…

    Répondre
    Laura - 19 février 2016
    1. Ton médecin est clairement un trou du cul, désolé mais y’a pas d’autres mots. Malheureusement, il n’existe pas de liste de médecins “pas cons” sur le sujet.
      Ce qu’il te dit est inadmissible, non ça ne fait pas non plus un mal de chien, ça fait un peu mal mais c’est tout à fait supportable (super le gars qui te mens pour que tu ne le fasse pas) et non il n’y a aucun problème à poser un stérilet sur nullipare je te conseille donc vivement de ne pas te faire poser ton stérilet par ce mec qui est à peu près aussi con que ceux qui à l’époque faisaient mal lors des IVG pour “donner une bonne leçon” aux femmes.
      FUIS ! Trouve-en un qui ne te fera pas mal volontairement et qui sera bien intentionné et éclairé. Tu peux nous dire son nom et la ville stp qu’au moins si certaines passent par là elles sachent comment se comporte ce médecin ?
      C’est franchement hallucinant !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 19 février 2016
      1. Il est sur Antibes et s’appelle Ganéa.
        En dehors de cette histoire de stérilet je n’ai rien à lui reprocher par contre ! J’ai eu droit à un examen complet et il était plutôt doux.

        De toute façon il y a encore du boulot sur le stérilet.
        Ma propre mère est contre déjà, elle pense que c’est moins sûr que la pilule.
        J’ai aussi posté un message sur un groupe facebook propre à la ville pour demander un gyné qui est plus “open” sur le stérilet, j’ai été surprise de quelques réactions. Certaines femmes pensent toujours qu’il faut avoir eu un enfant, d’autres disent qu’il est “préférable” d’avoir eu un enfant, d’autres que mon gyné a raison sous prétexte que pour elles ça s’est mal passé.

        Répondre
        Laura - 19 février 2016
        1. Ecoute, moi je te dis (et ce n’est pas que moi de nombreux médecins ouverts comme Martin Winckler le disent) n’écoute pas les gens ce sont des conneries.
          Ils ne se basent que sur des “on-dit” alors ne te laisse pas influencer. De plus en efficacité réelle le stérilet est plus efficace contraceptivement que la pilule (qui s’oublie, peut voir sa qualité s’altérer)

          Choisir sa contraception tableau comparatif :
          DIU AU CUIVRE
          Efficacité pratique : 99.2
          Efficacité théorique : 99.4

          PILULE
          Efficacité pratique : 91
          Efficacité théorique: 99.7

          Pour la pilule il y a donc une différence entre la théorie à la pratique.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 20 février 2016
      2. Suite de l’aventure… ! Ou pas en fait.

        J’ai été cherché mon stérilet à la pharmacie, et j’ai trouvé une gynéco qui peut me le poser sans problème.

        Et aujourd’hui 1er jour de règles, j’aurais pu téléphoner et y aller dans la journée, mais honnêtement j’ai la trouille et j’ai rien fait du tout !
        J’ai passé plus de 5h à lire des dizaines de témoignages sur le stérilet, j’ai rerelu tes articles, fait une liste de pour/contre (les contre n’étant que des “risque de”, alors que les pour sont avérés !) mais quand même…
        J’ai peur déjà de la pose en elle-même, de la douleur possible, puis de l’après pose, je ne voulais pas avoir de grosses douleurs et ruiner mon week end avec chéri à rester pliée dans le canapé.
        Après j’ai évidemment peur de ce que ça peut donner ensuite. Est-ce que je vais supporter le stérilet, est-ce que je vais avoir l’acné de mes 14 ans, est-ce que je vais avoir des cycles réguliers (ça fait tellement longtemps que je prends la pilule que je ne me souviens plus de mes cycles naturels), est-ce que mes règles vont être normales, est-ce que ça va aller avec la cup, etc etc… Énormément de question auxquelles je ne pourrai pas répondre avant d’avoir essayé, malheureusement ! Et j’avoue que je n’aime pas trop l’inconnu, surtout ce genre d’inconnu là…

        Donc je laisse passer le week-end, et lundi si je trouve le courage je téléphonerai à la gynéco… Et si la pose est toujours envisageable au 4ème jour des règles… Advienne que pourra.

        Mais franchement je suis flippée ! Je suis de nature très stressée et j’angoisse pour rien, ce qui n’aide pas…

        Répondre
        Laura - 4 mars 2016
        1. Mais c’est normal Laura et tu dois avant tout t’écouter donc aucune honte à avoir ! On n’a pas une vie facile, nous femmes, à devoir se coltiner ce genre de chose et nous ne sommes pas obligées en plus de le faire sans stress et avec le sourire 🙂

          En revanche, oui, il est possible qu’un DIU influe sur l’acné puisqu’il arrive qu’il perturbe les ovaires (qui produisent eux-mêmes des hormones qui influent eles-mêmes sur l’acné, j’en ai fait l’expérience avec disparition de l’acné au retrait du DIU). Sinon pour les cycles et l’abondance du flux ça se règle en quelques mois et ensuite c’est génial (sauf minorité de femme qui ne le supportent vraiment pas etc.) Mais ayant moi-même souffert près de trois semaines après la pose (dont plusieurs jours quasi alitée) et ayant eu un bas-ventre enflé en eprmanence ensuite, je ne peux effectivement pas dire que ce fut une partie de plaisir.

          Le reste, il n’y a quand te lançant que tu pourra savoir mais fais à ton rythme, hors de question de te brusquer tu as bien raison de t’écouter.

          Une gros gros bise solidaire <3

          Répondre
          Ca Se Saurait - 4 mars 2016
  24. Bonjour,
    J’ai arrêté ma pilule de quatrième génération il y a 4 mois après 5 ans de traitement et me suis fait poser le même stérilet que toi il y a 2 mois, j’avais très envie de témoigner sur le stérilet qui est un peu trop “sataniser” à mon gout. Je te remercie donc de faire partager ton expérience, et j’encourage fortement les personnes qui en ont marre des hormones à se tourner vers ce type de contraception. En sachant que pour ma part je n’aie quasiment pas eu mal après la pose. J’avais très peur avec la cup car j’avais lu des articles horribles mais mon gynéco m’a rassuré et pour l’instant il n’y a absolument pas de soucis. Concernant l’arrêt de la pilule j’ai un peu du mal à savoir les symptômes, rien ne ressort vraiment à part que contrairement à toi j’ai pris du poids alors que je n’aie pas changé mes habitude alimentaire et sportives (et de pertes marron/sang depuis un mois).
    Enfin voila, je pense que l’on devrait plus parler de ces choses et qu’il reste quand même un tabou dans notre petite société Française, par exemple j’aie appris que ma mère avait aussi eu un stérilet après m’en être fait posé un et qu’elle n’avait pas jugé bon de me faire part de son expérience. Je suis très heureuse qu’il existe des blogs comme sa avec des témoignages, mais il serait aussi bien de pouvoir parler librement de cup ou de stérilet sans passé pour une folledingo à notre époque =P.
    Tout sa pour te dire un grand merci !

    Répondre
    Laurie - 12 février 2016
    1. Et merci à toi d’avoir pris le temps de me laisser ce gentil commentaire encourageant ! Parution d’ici le printemps de mon e-book sur le sujet pour répondre avec un pro à toutes vos questions !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 12 février 2016
  25. Bonjour,

    Merci pour cette article.
    Quand j’

    Répondre
    Caro - 7 décembre 2015
    1. Ouh suspens….vivement la suite Caro ^^

      Répondre
      Ca Se Saurait - 7 décembre 2015
  26. […] “J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise …partie 3 : le stérilet&… […]

  27. Salut Sabrina,
    aujourd’hui la gynéco vient de me poser un stérilet! J’ai découvert ton article en juillet dernier et j’ai tout de suite voulu arrêter la pilule pour passer au stérilet. On peut dire que j’étais sacrément convaincue 😉 D’ailleurs, j’ai un peu honte de mon ignorance, mais je réfléchissais depuis un an à un autre moyen de contraception, sauf que je croyais que tous fonctionnaient avec des hormones… et qu’au final y en avait pas de mieux que la pilule.
    Pour faire rapide, je prends la pilule depuis 7 ans, j’ai toujours eu l’impression de bien la supporter mais il y a 3 ans j’en ai changé et petit à petit j’ai eu pas mal de problèmes. Le grand problème était les mycoses. Puis la perte de cheveux, la rétention d’eau, la fatigue chronique, la baisse de la libido… ça prend du temps avant de faire le lien avec la pilule.

    J’ai la chance d’avoir une gynéco très gentille, douce et respectueuse. Donc aucun problème pour me faire poser un stérilet! Il a juste fallut patienter jusqu’en novembre (puisque je finissais mes études à l’étranger).
    Alors la pose, perso, je l’appréhendais depuis longtemps. Pourtant je suis résistante à la douleur mais l’idée qu’on aille toucher cet endroit là me mettait mal à l’aise et m’angoissais. Deux mois plus tôt j’ai carrément commencé le yoga (30 min tous les jours) pour vaincre ce stress.
    Donc je suis arrivée assez sereine au rendez-vous, par contre, je ne pensais pas avoir aussi mal. On dit que c’est assez similaire aux douleurs de crampes pendant les règles, c’est vrai, mais je n’y étais plus habituée (car en fait une amie me soigne en médecine chinoise pour les règles douloureuses depuis plusieurs mois et j’avais presque oublié à quoi ressemblaient ces crampes!)
    Et surtout, je ne m’attendais pas à avoir des vertiges pendant deux heures et à être obligée de rester allongée, puis assise avec les jambes relevées en salle d’attente. Ma gynéco m’a même demandé si je voulais le retirer en m’entendant dire que j’avais toujours mal. Honnêtement je l’aurais vécu comme un échec. ça voudrait dire que je faisais partie de la catégorie de femmes qui ne supportent pas le stérilet et qui l’ont retiré quelques heures/jours seulement après la pose. Je voulais vraiment que ça marche pour moi! Alors oui j’ai pris sur moi, j’avais confiance en mon corps, et je sentais très doucement que la douleur diminuait, donc j’ai su à partir de là que ça irait 🙂 surtout je suis vraiment contente de me débarrasser de la pilule et le stérilet est à mes yeux l’idéal.
    Donc pour celles qui hésitent, je pense qu’il faut savoir ce qu’on veut. Perso, mon envie de passer au stérilet était plus fort que la douleur (qui a été difficile à supporter seulement deux heures) et je vais être tranquille pour 5 ans!
    Voilà pour ma petite expérience perso 🙂

    Sinon par rapport au sujet, je n’ai pas fait de sevrage et j’hésite à commencer à boire des tisanes de plantes ou prendre du gattilier en “prévention” d’un bazar hormonal. J’ai aussi entendu parler de gélules bourrache/onagre. Ma gynéco a un discours assez conventionnel, et pour elle tout va rentrer dans l’ordre normalement, pas besoin d’aide en plus. Qu’en penses-tu? Les tisanes, de toute façon ça peut pas faire de mal, je me dis.

    Répondre
    Ambre - 1 décembre 2015
    1. Merci vraiment Ambre pour ce témoignage détaillé, cela servira à d’autres qui le liront j’en suis sûre 🙂
      Eh bien je suis en colère quand je vois que vous avez pendant 7 ans été chez une gynéco qui ne vous avait donc jamais parlé des autres moyens contraceptifs que la pilule, c’est presque de la rétention d’information que font les médecins à ce niveau-là, c’était également mon cas, je savais que d’autres moyens existaient mais visiblement pour ma gynéco dans mon cas on n’avait pas jugé utile de m’en parler ! m’enfin…
      J’étais happée par ce récit de pose du stérilet, on s’y serait cru (et les deux mois de cours de yoga en amont génial^^)! J’ai à peu près vécu la même chose en légèrement moins douloureux pour la pose et tant mieux si vous n’avez pas souffert trop ensuite. Pour les tisanes oui ça ne fera pas de mal et c’est très puissant si bien pris et tous les jours, je vous conseille effectivement d’y avoir recours parce qu’une fois que les hormones s’emballent c’est plus difficile à maintenir.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 1 décembre 2015
      1. Merci à toi Sabrina pour ta réponse 🙂 (bon je te tutoie, on a à peu près le même âge).
        Je veux juste rectifier: ça ne fait pas 7 ans que je vois la gynéco, mais seulement 3. Ma première pilule m’a été prescrite à 18 ans par ma dermato (Jasmine), puis à 22 ans j’ai vu pour la première fois une gynéco pour demander de changer de pilule et en avoir une remboursée. Donc comme j’étais décidée d’avance, ç’aurait été étrange de sa part de me parler d’autres moyens de contraception. J’étais pas demandeuse d’info à l’époque. Elle allait dans le sens de ma demande. Quand en septembre de cette année, je lui ai dit que je voulais passer au stérilet, elle m’a dit OK tout de suite, sans en demander les raisons. Mais tu as raison sur un point, on n’est pas bien informé sur tous les moyens de contraception. En France, le contraceptif numéro un c’est la pilule, donc spontanément on la prescrit. On en oublie que c’est un médicament. Ce qui est scandaleux, c’est de donner la pilule pour soigner l’acné ou encore accepter d’avoir autant d’effets secondaires afin de ne pas tomber enceinte. Heureusement que de plus en plus d’info circulent et des livres sont publiés pour dénoncer cette pilule…

        Je vais suivre ton conseil pour les plantes alors 🙂 on verra si j’ai des effets secondaires de l’après-pilule. L’acné, j’en ai malheureusement toujours eu, et la perte de cheveux (que j’ai lu sur d’autres blogs) m’inquiète un peu plus car ils m’arrivent au bas du dos et j’y tient.

        Sinon, j’en profite encore pour te remercier. Tes articles sont très agréables à lire! En juillet dernier, j’ai parlé du stérilet à une amie et je lui ai montré ton blog, elle a aussitôt été convaincue elle aussi! C’est très bien que tu précises qu’il s’agisse de ton vécu et qu’on est pas toutes faites pareil. Il me semble que tu as aussi dit dans les commentaires que tes problèmes d’acné post-pilule ne représentent pas la majorité des femmes. C’est quelque chose qu’on oublie vite avec Internet. Sur tous les forums, on a l’impression que tout le monde est malade (mais les gens en bonne santé ne vont pas forcément poster leur avis!) et on a très vite peur dès le moindre symptôme. D’ailleurs, je déconseille aux filles d’aller lire des centaines de témoignages sur la pose du stérilet et à quel point c’est douloureux. ça ne sert strictement à rien, personne ne vit la douleur de la même manière. Au mieux je dirai de faire du yoga 😉

        Répondre
        Ambre - 2 décembre 2015
        1. D’accord alors je comprends mieux ta gynéco (je suis un peu remontée sur le sujet ^^) 🙂
          Merci beaucoup pour tes phrases qui me font chaud au cœur, j’essaie vraiment de créer ici un espace d’échange intelligent alors je suis très heureuse d’entendre que ça vous plaît. Effectivement, je trouve qu’il faut être honnête en toutes circonstances et c’est pour ça que je n’écris pas sous le coup de l’émotion, que je réécris mes articles avec des mises à jour après coup pour détailler sur le long terme ou expliquer si j’ai changé d’avis, etc. Je trouve qu’avec le temps finalement on s’aperçoit toujours que le recul et la réflexion apportent un réel plus quand on souhaite donner une information la plus précise possible 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 2 décembre 2015
  28. Bonjour,

    Merci pour ce témoignage bien complet… Je dois me faire poser un stérilet dans un mois et je t’avoue que je suis à deux doigts de faire un malaise rien qu’en imaginant la scène ahah
    Surtout que pour ton cas les douleurs ont duré 3/4 mois !! C’est fou.
    Ma gynéco m’a dit “ca va faire très mal, vous risquez de faire un malaise (car j’y suis sujette)… Bref j’ai presque envie de faire chemin arrière :'(

    Répondre
    Léa - 28 novembre 2015
    1. Salut Léa,
      Non ça vaut vraiment le coup promis et les douleurs ensuite n’étaient que ponctuelles, pas en continu comme après la pose 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 30 novembre 2015
  29. Je suis actuellement sous pilule et je souhaiterais passer au stérilet puisse j’ai beaucoup de complications avec la pilule… Mais je n’ai que 19 ans, et j’ai peur que le stérilet cuivre ai un impact pour quand je voudrais être enceinte plus tard, est-ce vraiment possible?

    Merci d’avance 🙂

    Répondre
    Trécy - 29 octobre 2015
    1. Coucou Trecy,

      Comme mentionné sur le papier, le mythe autour du stérilet qui rend stérile est bien… un mythe !
      Il n’y a aucune raison scientifique valable pour ne pas poser un stérilet à une femme qui n’a pas eu d’enfants.
      Tu peux aller lire en détail un article sur cette problématique sur le site du généraliste spécialisé gynécologie Martin Winckler : “Je n’ai pas encore d’enfants puis-je utiliser un DIU ?” ainsi que sur la page complète qui parle du stérilet et de toutes les problématiques qui l’entoure : http://www.martinwinckler.com/spip.php?rubrique34

      Sache qu’au contraire, aujourd’hui, alors que des études prouvent que la pilule a un impact sur quand on veut faire un enfant ensuite, le stérilet n’en a pas. J’en reparlerai bientôt dans un article.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 29 octobre 2015
  30. […] Ps : je précise également (puisqu’on m’a interpellé sur le sujet) que je ne considère pas du tout la pilule comme le meilleur contraceptif, loin de là puisque je n’aime pas ce système de prise d’hormones qui perturbe notre corps comme nos ecosystèmes (pollution hormonale via les urines qui va par exemple perturber certaines espèces de poissons…). J’ai d’ailleurs aujourdh’ui (avril 2014) arrêté totalement la pilule après 10 ans de prise et suis passée au DIU cuivre. […]

  31. Petit retour d’expérience après avoir écrit dans la rubrique sur l’arrêt de la pilule…

    J’ai donc opté pour un DIU en cuivre (version short car jamais eu d’enfant) car c’était pour moi le moyen qui respecte le plus l’état naturel du corps.

    Je n’appréhendais pas spécialement la pose, je me demandais si ça allait bien se passer mais pas de grosse angoisse. Je suis passée par le planning familial au début (ma gynéco ne voulait pas le poserdans son cabinet) puis le moment venu j’ai été orientée vers un cabinet médical pour la pose.

    Le contact avec la femme qui me l’a posé est très bien passé, elle m’a tout expliqué avant et m’expliquait tout pendant.

    J’ai cependant eu vraiment très mal sur le moment, une douleur que je n’avais jamais ressentie, extrêmement vive pendant plusieurs dizaines de secondes. Je ne suis pourtant pas chochotte et résiste bien à la douleur en général, mais là c’était un truc qui me dépassait. Je comprends très bien que certaines filles puissent faire un malaise à ce moment là, j’ai vraiment dû me concentrer et focaliser sur ma respiration pour ne pas tourner de l’oeil. Je n’ai pas pu retenir quelques larmes qui ont coulé malgré moi.

    En sortant de là je ne faisais pas la fière, je suis allée me coucher directement. La douleur étant atroce j’ai fini par ressortir, tant bien que mal, acheter une bouillotte à la pharmacie. La bouillotte m’a soulagée un peu, plus que les médicaments. Je me suis demandée si j’allais réussir à supporter cela si ça continuait le lendemain. J’ai mal dormi cette nuit là.

    Mais le lendemain ça allait déjà mieux. Ca m’a rassuré, c’était redevenu tout à fait supportable.

    Depuis, ça fait maintenant un mois, globalement ça va, mais j’ai des moments où je le sens toujours. Parfois je ne le sens pas du tout, parfois j’ai des grosses douleurs comme au moment des règles (sans pour autant les avoirs). J’ai également quelques écoulements marrons quasi tous les jours, ce n’est pas très agréable.

    Ce n’est donc pas confortable pour le moment, je pense qu’il faut encore un peu de temps pour que je m’habitue!

    Du coup, côté libido ce n’est pas encore fou fou, j’ai tellement peur d’avoir mal que ça me bloque. J’espère que tout rentrera dans l’ordre avec le temps!

    Bref pour résumer:
    – Très mal à la pose
    – Mal de temps en temps depuis
    – Globalement supportable mais j’espère que ça va s’améliorer!

    Je reviendrai dans quelques temps pour vous tenir au courant de l’évolution 🙂

    Ps : Je me rends compte que mon post doit paraître dramatique je voudrais donc nuancer un peu!

    Je suis en stage (avec des gros horaires donc assez intensif) depuis que je me suis fait poser le DIU, je voudrais quand même dire que malgré les douleurs, cela ne m’empêche pas du tout de bosser et de passer mes journées pleine d’énergie!!

    C’est difficile de parler de la douleur qui est tellement relative à chacun(e). J’ai eu très mal à la pose, ça je peux pas le nier, mais pour la suite je voulais juste mettre en avant que ça représente une gêne (en tout cas pour l’instant). Mais cette gêne est largement supportable et ne m’empêche pas de faire quoi que ce soit!

    Répondre
    Margo - 12 octobre 2015
    1. Coucou Margo,

      Heureuse de voir que ça s’est bien passé, en gros tu as eu les mêmes douleurs que moi à la pose avec la petite larmichette. Le moment le plus douloureux pour moi était celui où elle m’a “nettoyé le col” comme elle disait. Comme nous n’avons pas eu d’enfants rien n’y a jamais pénétré et c’est un endroit très sensible donc forcément OUCH ! Ensuite, j’ai cru pendant les premières semaines que je le sentirai toujours comme ça et j’ai presque failli regretter mon choix puis au bout de deux mois je ne le sentais que plus rarement, pendant mes règles et après trois mois je l’ai littéralement oublié (même si j’avais le bas-ventre souvent enflé). Tu as de la chance côté douleur tu ne te tords pas comme moi sur le canap’ plus d’une semaine (quel mauvais souvenir !). Enfin moi j’me disais pour patienter que ça m’entraînait à l’accouchement (que je veux tenter sans péridurale^^)
      Merci mille fois en tout cas d’être revenue témoigner pour toutes celles qui nous lisent et ont besoin de détails pour se décider ou pas 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 12 octobre 2015
  32. Hello !

    merci pour ton témoignage ! Je viens d’arrêter la pilule mais sans sevrage ….
    Je souhaite passer à la DIU et en attendent, préservatif.
    Ton témoignage me fait un peu peur, je savais que la pose du DIU faisait mal, mais j’espère au fond de moi que non pas tant que ça… Mais surtout je ne savais pas que la douleur pouvait rester ensuite ! Du coup j’hésite… j’ai vraiment peur de la douleur, surtout que je suis dans une année charnière qui validera mes années d’études. Je n’ai pas envies de me consacrer à la douleur du sterilet et surtout pas lors de mon stage …
    Désolée, je sais bien que tu as fait cet article afin de montrer les avantages du DIU mais j’ai vraiment peur de la douleur…. Une parole pour me rassurer ? :p
    J’ai des règles d’une durée de 4-5 jours sous pilule, je pense que c’est déjà pas mal et la douleur des règles le 1er jour de chaque cycle. J’espère que si je passe le pas, je ne le regretterais pas :S

    Répondre
    Delphine - 9 octobre 2015
    1. Ben je peux te rassurer en te disant que mon cas n’est pas représentatif (selon ma gynéco) de la grande majorité des femmes qui posent un stérilet, beaucoup ne sentent pas grand chose et leur douleur est minime et ne dure que deux/trois jours. mais bon moi j’ai toujours été hypersensible, malgré une forte endurance à la douleur (pour te donner un exemple je suis restée plus d’une semaine avec une crise d’appendicite avant d’aller aux urgences car mon ventre était si gonflé que je ne pouvais me, pencher pour nouer mes lacets, même eux m’ont dit “- Mais vous êtes folle fallait venir avant!” et moi de leur répondre “- Oh ben je pensais que c’était un simple mal de ventre…” C’est ma généraliste qui m’avait dit d’aller aux urgences puisqu’elle ne voyait plus comment m’aider ni me diagnostiquer et bref finalement après une échographie d’une demi-heure il ne trouvait pas l’appendice qui était caché et c’est un scanner qui a montré un appendice à moitié enflammé, je suis restée dans un service trois jours en attendant mon opération si ça ne s’améliorait pas et ça s’est résorbé.
      Donc voilà, maintenant tu connais mon seuil de tolérance à la douleur et l’utérus ça fait très mal, tu as le même type de contraction que tu auras lors de l’accouchement donc non c’est pas une partie de plaisir. Or, comme on ne peut deviner à l’avance ce qu’il en sera sur toi je te conseille vraiment d’attendre de passer ces moments importants pour toi parce que si tu te retrouves comme moi ça va te gâcher tes moments, voire t’empêcher de les vivre (j’ai eu a chance de pouvoir rester à la maison quand je l’ai fait).

      Pour les règles encore une fois, pas de règles (mouhahaha j’adore cette blague), tu ne pourra voir cela que plusieurs mois après la pose.
      Tiens-nous au jus !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 9 octobre 2015
      1. Oh eh bien merci beaucoup pour ta réponse ! Je pense que je vais attendre les vacances je pense… Si j’ai des douleurs une semaine, il me restera une semaine pour m’en remettre :p
        Je garde ton blog dans mes favoris, il est très intéressant 🙂 Si je passe le cap, je le ferais savoir 😉

        Répondre
        Delphine - 10 octobre 2015
        1. Super, bon courage alors 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 12 octobre 2015
  33. Salut !

    Je n’ai encore jamais laissé de commentaire sur un blog de ma vie, mais là je dois dire que tes articles m’ont beaucoup parlés.

    Avant même de les lire, j’avais rendez-vous ce matin avec mon médecin traitant pour parler de l’arrêt de la pilule au profit du stérilet.

    Cela fait également 10 ans que je prends la pilule non stop. A cause de mes problèmes de peau, j’ai commencé par Jasmine, puis Triafémi, puis Diane 35 pendant près de 6 ans, sans que cela n’ai jamais rien changé à ma peau d’ailleurs… A l’arrêt de Diane, je suis partie sur les pilules de 2ème génération avec Lelloo, que je supportais plutôt bien, jusqu’à ce que mes règles se mettent à arriver plusieurs fois avec une semaine d’avance !! Et 15 jours de règles non stop sous pilule, c’est quand même le pompon…

    Je suis donc passée à Adépal, plus dosée, pendant un mois, jusqu’à ce que des douleurs affreuses et continues au niveau de la poitrine, que je n’avais jamais eu de ma vie, me convainquent de devoir arrêter ces hormones.

    10 ans, c’est trop.

    J’ai hâte de ressentir tous ces effets positifs que tu décris!

    Mais j’ai aussi beaucoup d’appréhension étant donné que j’ai une acné microkystique (pas ultra sévère, mais gênante quand même… surtout à 27 ans) depuis mes 13 ans, que la pilule n’a jamais pu améliorer. Après 3 ans d’antibios, ma dermato envisage même de me mettre sous Roaccutane… Du coup j’ai vraiment TRES peur de subir une poussée supérieure à ce que je peux déjà avoir sous pilule !

    Toi qui semble être devenue experte es-contraception, sais-tu si ces poussées d’acné ont également lieu après arrêt des pilules de 2ème génération?

    Au pire je verrai bien… Quitte à avoir des boutons, je préfère encore que la nature reprenne ses droits…

    Quoiqu’il en soit, un grand merci pour ton témoignage.

    Je pense que le jour où j’aurai une fille je lui conseillerai directement de prendre le stérilet…

    Répondre
    Mélanie - 1 octobre 2015
    1. Salut Mélanie,
      Encore une fois mon expérience reste mon expérience, elle n’est pas représentative de celle de chacune donc je ne peux te répondre sur les effets, tu peux juste comme moi te fier aux témoignages que tu lia en te faisant ton avis et surtout en essayant toi-même.
      Moi aussi j’avais eu Adépal quelle horreur, un mois comme ça (seins tendus, rétention d’eau, doigts douloureux et boudinés, bref n’importe quoi) et ma gynéco qui me disait d’attendre que ça se tasse : ouais c’est ça ! Du coup comme j’ai arrêté alors que j’étais sous Jasmine impossible de te répondre (et personne n’a la réponse de toute façon) mais c’est à toi de voir les pour et les contre. Si tu trouve que de toute façon tu veux essayer la vie sans hormones y’a plus qu’à essayer c’est tout !
      Les témoignages montrent que certaines qui ont à la base une peau acnéique ne voient aucun changement à l’arrêt de la pilule, d’autres comme moi qui ont toujours eu une peau de bébé se retrouvent avec de mauvais passages, y’a vraiment pas de règles (enfin si héhé^^) pour le coup !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 1 octobre 2015
    2. Coucou !
      Si ca peut te rassurer, j’ai arreté ma pilule microdosée il y a 5 mois, et je n’ai eu aucun effet boutoneux et meme je trouve ma peau plus belle. 🙂 J’espere que ca ira mieux !
      Ma mère a une acnée rosacée et n’avait jamais reussi à se soigner après des dixaines de visites chez des medecins. Elle a réussi à s’en débarasser en se passant tous les jours un mélange d’huiles essentielles ! Si jamais ca ne s’arrange pas, essaie ! 🙂 Je peux t’assurer que le changement est flagrant et assez rapide ! Bon courage 🙂

      Répondre
      Charlotte - 2 octobre 2015
      1. Merci pour vos réponses les filles !

        Charlotte, ton commentaire sur la pilule microdosée me rassure. Tant que ce n’est pas pire que ce que j’ai déjà…

        Du coup je viens de faire l’acquisition de plusieurs fioles d’huile essentielle de tea tree ! Si ça marche je te devrai une fière chandelle… 😉

        Répondre
        Mélanie - 5 octobre 2015
        1. Houla t’es allée vite en besogne pour le tea-tree c’est pas forcément ce que je recommande pour une peau à imperfections parce que mal utilisée elle peut aggraver la chose (cf “L’huile essentielle d’arbre à thé pour une peau sans imperfections“)
          Mes conseils pour une peau à imperfections (pour l’avoir testé plus d’un an, enfin c’est la dernière et meilleure routine peau trouvée, aujourd’hui il ne me reste que deux imperfections sur le visage donc c’est dire, même si je pense que tout simplement aussi mes hormones se sont calmées) :

          Vous démaquiller sans produit chimique, de ne vous laver le visage qu’un jour sur deux et avec un savon surgras, d’appliquer ensuite cette crème fait-maison ultra peu chère que j’ai crée spécialement pour renouveler rapidement la peau, traiter les imperfections et effacer les tâches dues à l’acné: “Crème visage fait-maison éclat et nutrition”, de faire de temps en temps des masques miel-cannelle (article à paraître mais j’en parlais ici : “Ma routine naturelle qui fait merveille contre les imperfections”) enfin ne mettre que du maquillage qui n’aggrave pas le problème : “Lily Lolo, le maquillage minéral bon pour votre peau”, voilou !
          Bon courage ! Grâce à toutes ces astuces que j’ai mis un an et demi à trouver j’ai aujourdh’ui retrouvé une belle peau (et puis bon surtout mes hormones se sont calmées) mais j’avoue que n’ayant jamais eu d’acné de ma vie je l’ai très mal vécu donc j’ai toute mon énergie et mes connaissances sur les cosmétiques pour créer cette routine que je vous assure 100 % efficace, bien plus qu’aucun produit chimique acheté super cher en parapharmacie (le tout pour finalement pas cher et en plus c’est écolo !)

          Répondre
          Ca Se Saurait - 5 octobre 2015
  34. C’est re-moi ! suite à ma question sur ton premier article concernant l’utilisation de la coupe menstruelle, j’ai trouvé ici ma réponse 🙂

    Le plus dur finalement c’est de se préparer aux conséquences de l’arrêt de la pilule… !

    Répondre
    Anne-So - 16 septembre 2015
    1. Exact ! 🙂
      J’ai arrêté la pilule en avril 2014, commencé à avoir beaucoup d’imperfections en juillet 2014, ça a commencé à beaucoup se calmer en janvier/février 2015 et là septembre 2015 (soit un an et six mois plus tard) j’ai encore quelques “restes” (traces dans le dos + quelques imperfections sur le visage. Je n’ai pas retrouvé la peau de bébé que j’avais tout le temps où j’ai pris la pilule, mes pores sont plus ouverts, j’ai des points noirs qui apparaissent plus facilement si je ne fais pas attention alors qu’avant je n’en voyais pas un. Bref, à 1 an et 6 mois après l’arrêt je ne suis pas revenue à mon point de départ côté peau. Je pense qu’en fait les hormones modifiaient ma peau, l’asséchaient. On verra avec un bilan dans encore quelques mois. Sinon j’ai perdu beaucoup du poids (visuellement et sur la balance), mon corps est bien plus beau, jeune et svelte, mes sautes d’humeurs n’ont lieu qu’autour de la période des règles et je me sens revivre donc pour moi ça vaut le coup 🙂
      Mais rassure toi nous sommes une minorité à avoir des problèmes de peau à l’arrête de la pilule ^^
      Tiens, tu m’as donné envie d’aller parler de tout ça dans un article !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 16 septembre 2015
    2. Me voici de retour par ici… Voila, j’ai officiellement arrêtée la pilule car depuis aujourd’hui je suis équipée d’un stérilet en cuivre !

      Merci, car même si j’avais déjà cette idée en tête c’est grâce à cet article que j’ai franchi le cap, que j’ai dit stop, que j’ai décroché mon téléphone, appelé ma gynéco, pas flanché quand elle a essayé de me convaincre qu’il y avait d’autre solution… Le début de la liberté ! 🙂

      Répondre
      Anne-So - 5 novembre 2015
      1. “équipée” haha tu es donc comme une voiture avec une mécanique, une carrosserie, etc. ?
        Et oui je ne sais pas pourquoi les gynécos semblent absolument tenir à ce que nous prenions la pilule plutôt que d’autres moyens de contraception, peut-être parce que c’est plus rentable en consultations pour eux ? ^^

        Répondre
        Ca Se Saurait - 5 novembre 2015
  35. Bonjour Mesdames,

    Je constate avec un IMMENSE soulagement que je ne suis pas la seule a avoir pris autant de poids à cause des f***kin’ hormones que j’ai pris pendant, moi aussi, 10 ans (au moins!)… Autour de 15kg de pris. C’est dingue la culpabilité que l’on prend pour soi à grossir sans arrêt (merci aussi aux “tu devrais faire attention”, merci j’avais pas remarqué! Et donc c’est ma faute? Grrr!)
    J’ai adoré lire les articles parce que j’ai le même âge que toi quand tu as arrêté et mes motivations sont les mêmes que les tiennes. J’en peux plus. Pour tout dire, ce qui m’a décidé c’est le poids. Je ne me ressemble pas et je ne parviens pas à perdre 1gramme malgré une alimentation très correcte et un à deux entrainements de boxe par semaine, sans compter le boulot! Mais j’avoue que je ne pleurerais pas de tristesse de me débarrasser du reste des effets ! J’ai (pas que moi! =) ) hâte de retrouver ma libido d’antan!
    Reste la question de l’acnée —> Il y a 2 ans environs, j’avais essayé d’arrêter ma contraception (anneau) à cause des douleurs des règles…sauf que là, ce fut le drame! Le revival de mes 15 ans = des boutons partout, sur le visage, la poitrine, le dos…Si bien que j’ai repris mes anneaux. Mais là je suis décidée! Je ferais fi de ma mocheté et j’espère que chérichéri aussi. Mais tu parles de produits qui t’ont aidé, tu peux en dire plus? Quelles étaient tes routines quotidiennes? Il va me falloir un soutien.
    Rdv chez le gyneco dans 3 jours, c’est le début du reste de ma vie! hihi. En plus pas envie d’un bébé avant 2 ans donc je vais avoir le temps de me réadapter à des hormones “normales”!

    Merci pour ce blog (que je découvre) et surtout pour ces articles (et les réactions de tes lectrices) qui me prouvent que j’ai raison!

    Répondre
    Manouch - 12 septembre 2015
    1. Salut Manouch, oui je crois malheureusement que nous sommes beaucoup dans ce cas et que notre situation est désespérément banale.
      Tu as l’air bien décidé, tant mieux, il va te falloir de la conviction pour continuer si tu as des chamboulements hormonaux, je sais de quoi je parle ! Ceci dit nous sommes une minorité pour qui ça se passe comme ça, reste positive, fais le sevrage très progressivement, limite sur 6 mois si tu peux je pense après coup que c’est l’idéal. Mange bien, Bois des tisanes pour réguler tes hormones comme précisé dans l’article sur le sevrage progressif, je te conseille côté cosmétiques la routine suivante (j’ai une peau mixte et sensible pour info et des cheveux et une peau qui commençaient à devenir secs après des années de pilule) :
      – démaquillage selon ma technique à l’eau et à l’huile végétale
      – cosmétiques uniquement bios et plutôt minéraux si tu peux, notamment la gamme Lily Lolo qui traite la peau en même temps, seule chose qui n’aggravera pas le phénomène
      – tu peux te reproduire exactement la même crème visage sur mesure que je me suis crée pour moi qui est ultra efficace contre les imperfections, elle assainit, traite et hydrate en même temps (tu peux l’appliquer aussi sur le dos et décolleté matin et soir)
      – Ne lave ton corps et ton visage qu’avec un savon surgras saponifié à froid pour éviter un max d’irriter ta peau déjà chamboulée
      – Fais un gommage visage doux une fois par semaine (j’affectionne particulièrement les savons gommages très pratiques et peu chers)
      – Fais un masque d’argile (peu importe la couleur) une fois par semaine (attention sans laisser sécher le masque, 10 à 15 minutes de pause max avec un brumisateur pour ne pas que ça craquelle)
      – Tu peux aussi en profiter pour aider ton corps à éliminer plus facilement les toxines via le foie et la vésicule biliaire avec un traitement aux plantes type Drainaflore dont je parle dans l’article sur le sevrage progressif

      Voilà ma belle, avec ça tu es parée à ce que ce sevrage t’impacte au minimum ! 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 12 septembre 2015
      1. Ouh merci! Que de bons conseils! Je vais aller voir les liens que tu as mis.
        J’ai vu mon (nouveau) gynéco hier et il a été très encourageant. J’ai été soulagée qu’il comprenne ma démarche. En plus il m’a appris plein de trucs.
        J’attends les résultats du chlamydia puis mes prochaines règles et après zou! =)

        Répondre
        Manouch - 16 septembre 2015
        1. Super Avec plaisir 🙂
          Tiens nous au courant.

          Répondre
          Ca Se Saurait - 16 septembre 2015
  36. Et bien voilà qui fini de me convaincre que la pilule ne fait pas du bien au corps. J’avais décidé de passer au stérilet mais ma gynéco (une c****) m’a fait peur, et m’a prit de haut en me disant que dans “stérilet” il y avait “stérile”, et que comme je n’ai pas d’enfants blablabla. Bref, cette semaine j’ai décidé de ne pas reprendre la pilule. Et j’ai un poids en moins sur le cœur bizarrement. Et non, si j’arrête ce n’est pas parce que je veux avoir un bébé (je précise car je tombe sur beaucoup de témoignage qui parle d’arrêt de la pilule pour tomber enceinte). Du coup votre article je l’aime beaucoup ! Merci !

    Répondre
    Austenland - 10 septembre 2015
    1. Salut Austenland,
      Bon alors déjà, comment dire… Ta gynéco qui a pour seul argument “dans “stérilet” il y avait “stérile”… Hum… Oui tu peux en changer, ce n’est pas un argument et ça laisse imaginer un état d’esprit qui fait légèrement peur côté crédibilité professionnelle.
      En Afrique, au Canada et dans pleins d’autres pays comme l’Angleterre le DIU (appellons-le comme ça ^^) est proposé au même titre que la pilule pour une contraception à l’usage des nullipares.
      Il y a certainement un aspect psycho dans le fait se sentir soulagée d’arrêter la pilule mais je pense que le psy et l’instinct sont là pour nous signaler des choses que le cerveau rationnel ne capte toujours pas aussi rapidement donc il est important de s’écouter. Je sais, je suis un peu “madame modération” dans mes propos mais vraiment je pense que c’est important de ne pas partir dans les excès d’un côté comme de l’autre : la médecine classique c’est génial et ça nous apporte des choses qu’on ne sait pas, parfois aussi une réflexion logique peut être tout à fait erronée mais là, c’est juste du ressenti et les effets secondaires de la pilule ont toujours fait l’objet d’études scientifiques qui les ont prouvé mais c’est juste qu’on n’en parlait pas.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 10 septembre 2015
  37. Bonjour,

    Je suis tombée sur ton site et je l’adore, tu traites plein de sujets qui m’intéressent !
    Mon histoire avec la contraception est un peu compliquée : à 16ans, j’ai commencé à prendre la pilule. À cause de mes oublis récurrents, à 18ans on m’a posé un implant. J’ai eu des saignements pendant 4 mois, j’ai pris 15kg… Retour à la pilule… Sachant qu’à chaque fois que je la prend, la change ou autre, je prend entre 5 et 10kg.
    Toujours à cause des oublis, j’ai décidé d’essayer les anneaux contraceptifs. C’est pas mal, mais cher (non remboursés, 40-60€ pour 3 mois) et j’avais vraiment l’impression que ma libido sombrait au fond d’un puit sans fond…
    Alors j’ai voulu me faire poser un DIU en cuivre. Il a fallu que je change de médecin pour cela, car le premier refusait d’en poser un à une femme nullipare. On m’a posé un short, comme toi. Il est tombé au bout d’une semaine. Mon médecin a dit que vu que je suis grande, mon utérus doit l’être aussi… (je fais 1m76) il m’a donc posé un “normal” (re-douleur atroce!). Celui ci est tombé au bout d’un mois, me causant une hémorragie. J’ai tenu bon, et on m’a posé un “gynelle” Je crois, un modèle avec des “branches” ramifiées. Et là, pendant 1 an, pur bonheur. Certes des règles plus abondantes, mais avec la cup, c’est pas si dérangeant. J’ai commencé à perdre mes kilos qui restaient, malgré des suivis nutritionnistes et du sport.
    Et au bout d’un an… Il est tombé. Gros désespoir !
    En manque de solutions, j’ai du reprendre la pilule. La première qu’on m’a donné m’a causé des saignements pendant 2mois. La deuxième est mieux. Mais j’ai repris tout ce que j’avais perdu en kg, malgré un sport quotidien assez intense…
    A 18ans, je faisais 80kg (je nageais 8h/semaine). Aujourd’hui j’ai 25ans et je fais 115kg, je suis obèse (obésité sévère, pas [encore] morbide).
    Je m’essoufle en montant les escaliers chez moi. J’ai mal au dos. Je transpire au moindre effort (aspirateur !).
    Et je n’en peux plus de ces hormones. Je veux arrêter… Mais que faire ?
    As tu entendu parler des méthodes naturelles de contraception ? Reconnaître sa période de “fertilité ” et se protéger ou s’abstenir durant celle ci ?
    Aurais tu un conseil ?
    Le plus dur dans tout ça, c’est que j’ai un très fort désir d’enfant. J’en rêve la nuit ! Mais mon compagnon n’a pas de boulot, donc on préfère attendre…

    Répondre
    Elaine - 7 septembre 2015
    1. Salut Elaine,
      Encore une fois je suis désolée de voir un parcours aussi “catastrophique” en matière de contraception. Cela me révolte que tu sois aujourd’hui en obésité morbide de manière tellement évidemment corrélée à la prise de pilule…
      Quand je lis le résumé des tes années d’expériences j’ai envie de te dire vraiment, d’arrêter définitivement la pilule qui a l’air de ne pas du tout te convenir et qui a de grave effets sur ta santé (même si’ il n’y a rarement qu’un seul facteur en la matière) mais tes multiples rejets de stérilet te dépriment et je le comprends, ceci dit n’aurais-tu pas encore envie d’essayer, ne serait-ce que pour retrouver ce corps dans lequel tu te sentais si bien sans hormones ?

      Pour le reste, les méthodes naturelles sont fiables si parfaitement pratiquées.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 7 septembre 2015
      1. Bonjour !

        Merci de ta réponse si rapide c’est vraiment super =)
        Pour le stérilet, c’est vrai que j’y ai pensé… Mais ma gynécologue m’avait conseillé de “laisser tomber”.
        Je pense que je lui en reparlerai quand même la prochaine fois…
        Après, mon partenaire était souvent gêné par le fil, mais il faut juste trouver la bonne longueur et la bonne position (il était aussi gêné par l’anneau…)
        J’ai pensé aux méthodes naturelles car j’ai une amie qui les pratique. Elle me dit qu’il faut vraiment connaître son corps, que c’est un apprentissage, et qu’il faut être rigoureux. Elle est mariée depuis 3ans et a eu un bébé, desiré. Donc pour elle, tout roule !
        C’est ce côté là aussi qui est attirant: au lieu de faire confiance à des hormones ou un morceau de cuivre, on fait confiance à son corps…
        Mais ce que tu dis sur le beurre et l’argent du beurre est aussi valable pour moi ! Choix difficile, très difficile…
        Avec mon ami on commence à projeter des essais bébé pour janvier. Ce n’est pas encore sûr, mais si ça le devient, ça ne vaut pas le coup de poser un autre DIU.
        Comme tu le dis, pour moi un “accident” ne serait pas une catastrophe (au contraire! C’est mon ami qui panique). Alors je vais tester la méthode naturelle. Il me reste 3 pilules avant libération !
        Ça t’intéresse que je te fasse part de mon expérience par la suite ?
        Il y a beaucoup de préjugés sur les méthodes naturelles (méthode de catholique peu sûre, etc) et en me renseignant vraiment je commence à comprendre qu’ils sont aussi vrais que ceux sur les DIU ! (qui rendent stériles et provoquent des infections… N’importe quoi)

        Répondre
        Elaine - 8 septembre 2015
        1. Salut Elaine,

          Oui c’est- normal pour moi de venir ici répondre tous les jours aux commentaires que l’on prend le temps de m’écrire 🙂
          Pour ce qui est de la méthode naturelle je ne me base pas sur “du vent” pour avancer ce que je dis, beaucoup de femmes l’utilisaient avant l’arrivée de la pilule et malgré une application rigoureuse et un rapport au corps proche cette méthode avait un taux d’échec plus élevé qu’un stérilet ce qui n’est pas étonnant puisque quand on ovule on a envie de faire l’amour et c’est là d’après ces méthodes qu’on devrait se retenir…
          Je suis complètement pour une méthode où l’on soit proche de son corps et de son ressenti mais il faut de l’expérience et une ouverture d’esprit que tout le monde n’arrivera pas forcément à maîtriser, d’où le fait que je ne la recommande pas si facilement même si, effectivement c’est l’idéal. Un idéal si on est prête à accepter la potentielle survenue surprise d’un enfant…aucun préjugé là-dedans, si tu as l’habitude de me lire tu en sera convaincue !
          Je pense donc que dans ton cas c’est l’idéal oui et reviens nous en parler avec un très grand plaisir 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 8 septembre 2015
    2. Votre commentaire me touche beaucoup ! J’ai arrêté la pilule depuis 4 mois et je sens une nette différence. j’ai changé 5 fois de pilule en 3 ans et a chaque fois j’ai pris 5-6kg. Depuis que je l’ai arrêté je sens que je me “dégonfle” tout doucement, je respire mieux, mes règles sont beaucoup moins douloureuses…
      J’utilise seulement des préservatifs comme contraception. Beaucoup m’ont dit que j’allais pas tenir et faire des bêtises etc. Mais non, je suis tellemebt soulagée de m’etre débarassée de cette maudite pilule que je fais très attention ! 🙂 ce n’est pas si terrible d’avoir “un bout de plastique” surtout que maintenant ils en concoivent de toutes sortes ! Si la contraception sur le “long terme” ne vous reussis pas, je ne peux que vous conseiller d’arreter de vous prendre la tete et de choisir la solution la plus simple, surtout que l’idee d’avoir un enfant n’a pas l’air de vous embêter :). Bon courage en tout cas et je souhaite de tout coeur que vous retrouviez la santé !

      Répondre
      Charlotte - 8 septembre 2015
      1. Heureuse d’entendre qu’arrêter la pilule a résolu des problèmes de santé chez toi.
        Merci d’être venue partager ton témoignange ici avec les autres femmes 🙂

        Répondre
        Ca Se Saurait - 8 septembre 2015
      2. Merci Charlotte c’est gentil !
        C’est vrai que j’ai des soucis avec les préservatifs, j’aime pas beaucoup ça. Mais il faut ce qu’il faut !

        Je reviendrai vous dire ce qu’il en est de ma “méthode naturelle” mais je pars assez confiante, malgré tout ! Il va falloir combattre les pulsions sexuelles de l’ovulation 😉 mais dans ce cas, l’envie sera sûrement assez forte pour que le préservatif devienne acceptable ^^

        En tout cas courage à toute les femmes qui doivent faire tous les sacrifices pendant que les hommes restent ignorant du prix que ça leur coûte… Vibement la pilule pour homme ! Notre vengeance sera terrible ! =P

        Répondre
        Elaine - 8 septembre 2015
        1. Il y a quelques années, à propos de la pilule masculine, un médecin généraliste m’avait dit qu’elle était en test sur des êtres humains en Chine mais qu’elle engendrait encore trop de problèmes comme la réduction de la taille des testicules (eh oui quand ça se voit de l’extérieur on s’en préoccupe alors que chez nous…) mais quoi qu’il en soit je ne pense pas que, parce que nous femmes avons subi ceci, ce soit une chose souhaitable pour les hommes : au contraire: apprenons de nos erreurs plutôt que de rêver que la souffrance soit égale pour tous ! (même s’il est souhaitable que l’accès à la pilule soit égalitaire, ça c’est clair)

          Répondre
          Ca Se Saurait - 8 septembre 2015
  38. Bonsoir, j’ai lu tes trois articles et je suis moi-même en processus pour arrêter la pilule, mais après seulement deux ans de prise. Je me suis fait poser mon stérilet il y a environ un mois et vraiment, la douleur a seulement duré 3 jours (et totalement supportable, pour ma part). Ensuite: plus rien, pour en rassurer certaines, la douleur n’est pas un passage obligé 😉 Même pas de gêne, mais des saignements légers durant une semaine (stérilet + réduction de la dose de pilule contraceptive). Pour les règles, bah c’est dur à dire parce que l’effet de ma pilule est encore la donc on verra dans les prochains mois! Merci pour ces articles 🙂

    Répondre
    jass - 2 août 2015
    1. Merci Jass pour ton témoignage, oui beaucoup de femmes ne ressentent pas grand chose à la pose du stérilet et c’est tant mieux ! 🙂

      Pour la durée des règles sous stérilet pour ma part avec le temps elles sont même devenues moins importantes que sous pilule, comme quoi !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 3 août 2015
  39. Bonjour,

    Je te découvre aujourd’hui après quelques recherches sur la prise de poids et la pilule…. depuis maintenant 5 ans je prends la pilule… je n’ai pas bien toléré mes premières pilules : essai de différents dosages. Puis j’ai fini par en trouver une avec laquelle “ça va”.
    Mais depuis ces 5 ans de pilule j’en suis à + 10 kg… alors au début je me suis dit c’est la fin de ma formation osseuse et morphologique… ensuite le manque de sport, une alimentation trop importante… mais aujourd’hui après 6 mois à faire attention, à m’être remise au sport comme “avant la pilule”, je prends encore et toujours du poids, une prise importante de poitrine, qui commence à me donner une tension mammaire. Bref pas la joie…

    Il est temps de discuter de tout ça avec ma Gynéco. Tes articles sont tout cas très intéressants et amènent à se questionner.

    Bonne Continuation

    Répondre
    TheBlueyes18 - 21 juillet 2015
    1. Salut Bue Eyes,

      Oui, si tu as un doute et que t’es persuadée que ça a un lien ou si tout simplement tu veux essayer autre chose il faut se lancer !Merci pour ton message et bon parcours conctraceptionnel^^

      Répondre
      Ca Se Saurait - 21 juillet 2015
  40. Merci pour ces 3 articles !
    Ca fait environ 4 ans que je prends la pilule, et j’ai constaté des énormes changements que tu as décris : essouflements au moindre effort alors que j’ai toujours été une pile increvable, une émotivité hors du commun ! Je peux passer de heureuse à flot de larme pour un mot de travers, des règles très douloureuses, toujours pleins de boutons, des bouffés de chaleurs, la nausée en permanence, perte de la libido à mort et le pire : j’ai pris plus de 15kg, la plupart du temps après le changement de ma pilule (à cause des effets secondaires trop présents…). Je sens bien que ça me fait du mal et pourtant je persiste à la prendre. Pourquoi ? La peur d’être enceinte, les parents qui font pression. Mais là j’en peux plus, et d’un commun accord avec mon compagnon je vais l’arrêter et revenir à la bonne vieille capote que je détestais tant… Mais je n’ai pas pensé à la pose d’un stérilet ! Je fuis les gynéco et j’ai vraiment trop peur de la douleur… peut être que j’aurais le courage comme toi de me lancer…
    Ton expérience m’a conforté dans mon choix en tout cas : je ne suis pas folle de penser que c’est la pilule qui m’a fait tout ça. Dans l’immédiat j’ai plus peur de mourir à force d’être têtue et de continuer à la prendre, plutôt que tomber enceinte. Je vais appliquer la technique du sevrage ! Merci encore pour ton témoignage ! 🙂

    Répondre
    Charlotte - 9 juin 2015
    1. Salut Charlotte (énorme ton adresse mail au passage ^^)
      Oui ben comme je le dis toujours ici je ne pousserai jamais qui que ce soit à faire quelque chose dont il n’a pas envie, les décisions se prennent doucement, moi même j’ai mis des années à prendre la décision d’arrêter la pilule donc tu vois ^^

      Mais, effectivement, le stérilet est une super solution et franchement je suis très heureuse avec maintenant et d’autres n’ont pas les douleurs que j’ai eu après la pose donc tu verras quand tu sera prête ^^ [EDIT 2017 : j’ai finalement retiré mon DIU après deux années car je ne le supportais en fait pas, douleurs et ballonnements quasi constants]

      Répondre
      Ca Se Saurait - 10 juin 2015
      1. Moi apres ma pilule je suis passee qu sterilet au cuivre et je n’en suis pas satisfaite. Regles douloureuses à ne plus pouvoir aller bosser le matin, douleurs pré-regles 5 jours avant, douleurs lors de certains rapports sexuels… j’ai patienté 3 ans en me disant que c’etait toujours mieux que les hormones… là je n’ai plus rien et je suis revenue aux preservatifs. Heureusement mon copain s’en fiche. C ‘est meme lui qui a insisté pour que j’enleve mon sterilet. D’ici 6 mois je testerai peut-etre gynefix, un sterilet qui a une forme differente et est tres courant en allemagne où je vis et beaucoup mieux toléré parait-il. Bien sur en France on ne m’en avait jamais parlé….renseignez-vous au cas où les filles 🙂

        Répondre
        Sandrine c - 19 juillet 2016
        1. Ho super merci Sandrine pour cet espoir venu d’un nouveau stérilet ! Et merci également pour le témoignage qui confirme que nous sommes quand même un certain nombre à ne pas le supporter malgré plusieurs années d’essai…

          Répondre
          Ca Se Saurait - 19 juillet 2016
  41. […] – Moi qui était essoufflée au moindre effort sans que la médecine sache expliquer pourquoi retrouve petit à petit mon souffle (là ça fait un peu peur quand même parce que c’est grave comme effet à 26 ans de souffler comme une personne en obésité morbide quand on monte 10 marches de métro…je pense beaucoup à ces femmes mortes de graves problèmes dus à la pilule qui sait si je n’aurais pas été l’une d’elles avec quelques années de prise en plus…). Je fais le point sur ces problèmes d’essoufflement dans l’article suivant « J’ai testé pour vous me sevrer de la pilule après 10 ans de prise : le stérilet« ) […]

  42. […] après la pose du stérilet je me suis donc sevré progressivement sur deux mois et demi de la manière suivante […]

  43. ha la pilule ! j’ai arrêté de la prendre après la naissance de ma fille cadette (elle a 17 ans) et là je suis en instance de remettre mon 4e stérilet
    un diu à réservoir hormonal intégré, oui quand même avec des hormones, mais à dose infinitésimale puisque locales, comparé à la pilule ou tu dois bouffer 200x la dose pour être sure que ça soit efficace
    en plus ce stérilet là me supprime les règles et j’ai la paix pendant 5 ans, alleluiah !!
    arrêtons la pilule, c’est toxique, c’est mauvais, non non !! j’ai arrêté parce que je subissais un dérèglement hormonal épouvantable, il a fallu plus d’un an pour que mon corps s’en remette

    Répondre
    barbara - 9 mars 2015
    1. Salut Barbara 🙂
      Dis-moi du coup, tu peux m’en dire plus sur cette année de chamboulements hormonaux avant de revenir à la normale, ça m’intéresse puisque je suis en plein dedans et que j’ai l’impression que ça ne va jamais finir, qu’as-tu eu comme symptômes ?

      1. Bonjour,

        Comment se passe le retour à la normale concernant les hormones? J’ai stoppé la pilule il y a 2 mois mtn et pose d’un stérilet! Sauf que pour le moment (à part ne plus m’injecter d’hormones et ne plus prendre de cachet) je ne vois pas aucun bénéfices au contraire acné qui arrive légèrement sur le visage et bcp plus présente sur le dos mais surtout ce qui me gêne le plus c’est ma prise de poids et mon ventre gonflé, je ne suis pas sur à 100% que ce soit ça mais j’ai toujours eu le ventre plus ou moins plat et jamais eu vraiment de graisse (sauf les jambes: cellulite, flasque, gonflement, gros genoux etc la totale) mais haut du corps sans pb particulier abdos apparent en faisant un peu plus de sport par période! Mais même là en faisant encore plus attention à ce que je mange et essayant de faire plus de cardio pour perdre le gras, il s’installe et ne part pas et vraiment cette sensation de ventre gonflé !! Je ne sais pas quoi faire … savoir si je suis la seule si peut-être ça a un lien avec arrêt pilule et sterliet?!
        Concernant ma libido pour le moment pas de changement ^^ et mes cheveux non plus pas plus gras que d’habitude peut-être plus plat et moins ondulés !
        En tout cas merci de tes articles!! Grâce à toi j’ai stoppé la pillule progressivement et tout s’est bien passé à part ce petit couak en ce moment 🙁

        Répondre
        Sonia - 27 juin 2016
        1. Salut Sonia,

          Je mets à jour les articles régulièrement donc tu as toutes les précisions sur mes “évolutions hormonales” dans les deux autres volets de l’article :

          J’ai testé pour vous arrêter la pilule avec sevrage… partie 1 : les effets

          J’ai testé pour vous arrêter la pilule avec sevrage… partie 2 : le sevrage progressif

          J’ai donc enlevé mon stérilet puisque justement il me faisait des imperfections dans le dos (finalement c’était lui et pas la pilule puisque je l’ai arrêté il y a maintenant deux ans) + ventre sans arrêt ballonné. Tes symptômes ressemblent donc beaucoup au mien et ton inconfort vient certainement du stérilet (tu peux donc attendre comme pour voir si ça passe puis ensuite prendre une décision).

          Après à peine deux mois d’arrêt tu n’as pas encore passé la “phase critique” des effets indésirables post-pilule. Pour la plupart d ‘entre-nous, les imperfections/cheveux gras et Cie arrivent en masse dès e 3/4ème mois après arrête total de la pilule (ou fin du sevrage) et durent environ 4 mois pour s’atténuer et finir par disparaître doucement.

          Merci pour ton gentil commentaire en tout cas 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 27 juin 2016
      2. Je n’arrive pas à te répondre directement à ta réponse! En tout cas merci bcp pour cette réponse plus que rapide :O !
        Je vais donc patienter et attendre gentiment ces effets de pieds ferme ^^ je n’avais pas vu que c’était si long à ce que le corps se réhabitue! Ça me révolte d’avoir fait confiance aveuglément sans me poser des questions sur la pilule pdt toutes ces années et heureusement que mon gynécologue ne pas refuser la pose de mon stérilet car j’avais un argumentaire en béton (un peu grâce à toi haha) mais il a été tout à fait compréhensif 🙂 ! Mais ne m’a pas prévenu du ventre gonflé avec le sterilet, éventuellement des douleurs et de l’acné mais c’est tout! D’ailleurs je ne comprend pas comment ça peux nous faire gonfler le ventre :/ je vais essayer de faire des petites recherches !

        Répondre
        Sonia - 27 juin 2016
        1. Oui, je limite le nombre de commentaires qui peuvent s’imbriquer sinon à la fin ça en ressemble plus à rien ^^

          Avec plaisir pour les réponses et oui, c’est révoltant 🙁

          je pense que les gonflements sont dus au fait que le stérilet gêne, “empêche” légèrement la mobilité naturelle de l’utérus (source, une formatrice en symptothermie avec qui j’ai discuté).

          Répondre
          Ca Se Saurait - 27 juin 2016
      3. Bonjour à toutes et merci pour ton article ! Bon j’avoue que certains de tes passages vécus sont peu rassurants tout du moins ce n’est pas facile! Cela fait un vrai sacré bon moment que je voulais arrêter ma pilule marre marre marre d’ailleurs javais de plus en plus de moment où limite je l’oubliais ! De beaux actes manqués et révélateurs ( oui oui je suis psy -_-). Bref on a bien discuté avec mon cheri et on va mettre des préservatifs tout du moins un certain temps et apres j’essayerai le stérilet car on ne veut pas d’enfant pour l’instant ! Et puis chaque chose en son temps! Cela fait 11 ans et demi que je suis sous pilule et j’en ai essayé un tas car javais bcp d’effets indésirable ! La dernière dite ” d hormones naturelles ” oui oui on se fout bien de nous , je l’ai prise durant 2 ans! Bref l’année où j’ai eu hum 5 pilules différentes ?!? J’ai pris 20kg en sachant tout de même que je faisais 12h de sport par semaine donc pas lié par mon mode de vie ! Javais arrêté durant trois mois toute pilule et javais mes règles au bout de 1mois et demi ben même sans report j’ai cru etre enceinte et avait fzit un test mais rien ouf! puis j’en avais pris une autre puis une autre puis enfin la bonne ! Bref marre des hormones et puis on critique les agriculteurs qui donnent des hormones aux animaux qu’on mange mais nous Ca gene personne c’est normal c’est pas les meme et bla-bla-bla ! De plus en plus de douleurs menstruelles des règles qui viennent une fois la pilule reprise depuis 3jours, des bonnes bouffées de chaleur ! La totale quoi! Et des cheveux secs ( on me confond avec jne anglaise ou une slave ) et mes cheveux sont aussi secs et rêches que de la paille brûlée ! Bref j’ai arrêté ma pilule mercredi soir du moins j’ai pris à ce moment là mon dernier comprimés. Je ne compte pas faire de sevrage je ne veux plus rien et on verra bien je vous tiendrai au courant si tu veux ! Voila pour mon expérience hormonale artificielle maintenant bienvenue aux hormones naturelles ! Bon je sais que mes règles sans pilule n’ont jamais été régulière mais on verra ce que ça donne! Oui oui jamais moi j’ai été disposée à l’âge de 11ans et demi hein donc je crois que je peux affirmer qu’elles n’ont pas été régulières !!

        Répondre
        Cham - 1 septembre 2016
        1. Merci Cham pour ce partage d’expérience et bonne continuation sans hormones alors ! On parlera de toutes les raisons qui peuvent pousser à vouloir arrêter la pilule dans mon prochain livre sur le sujet, J’arrête la pilule,si ça t’intéresse ^^.

          Tu peux revenir ici bien entendu nous dire comment s’est passé ton arrêt sans sevrage, ce sera avec plaisir 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 2 septembre 2016
  44. punaise! ca fait peur! J’espère que tu n’as rien de grave!
    Déjà que je voulais l’arrêter, alors là j’en suis encore plus convaincue. J’ai rdv début avril pour me renseigner sur les différents modes de contraception et c’est vrai que le sterilet en cuivre me faisait déjà de l’oeil. Il y a tout de même quelques petites choses qui m’embêtent: j’avais des règles abondantes et douloureuses et de l’acné avant de prendre la pilule. Il y a quelques années j’avais arrêté car j’en avais marre de me gaver aux hormones et tout est revenu, l’abondance, les douleurs et l’acné…Mais bon c’est un mal pour un bien.
    Je me demande aussi si ça pose pb si je veux retomber enceinte dans 2 ou 3 ans.

    Répondre
    mummymoonie - 4 mars 2015
    1. Alors le stérilet ne pose aucun problème pour tomber enceinte ensuite tu peux te rassurer tout de suite là-dessus (pour le coup c’est même mieux que des hormones qui peuvent obliger le corps à un certain temps avant une remise en route). Pour le reste à toi de voir, encore une fois je ne livre que mon expérience donc forcément j’ai un avis, ce qui ne veux pas dire qu’il soit valable pour tout le monde mais en tout cas oui je suis convaincue qu’il n’est pas sain pour le corps de prendre des hormones sur le long terme.

  45. Bonjour! j’ai arrêté la pilule il y a 5 ans, pas pour avoir un enfant mais pour arrêter les hormones! J’ai eu un enfant finalement 2 ans après, et maintenant j’ai un stérilet cuivre depuis 1 an et demi. Je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis que le flux ne devient pas plus abondant avec le stérilet, car moi qui n’ai JAMAIS (sous pilule et sans pilule) eu de flux abondant, j’ai découvert le bonheur d’aller changer ma cup toutes les 2h 1 à 2 jours par mois. MAIS ça c’est régulé au bout d’un an environ, et aussi, j’étais carencée en fer, ce qui apparemment peut jouer sur le flux. En tout cas complètement d’accord avec toi sur les intérêts du stérilet!

    Répondre
    La Fabrique de Lo - 1 mars 2015
    1. D’accord 🙂
      En fait la plupart des femmes passent de pilule à stérilet d’où l’impression que le flux augmente alors qu’il redevient juste normal mais dans certains cas il augmente mais c’est pas la majorité et comme dans le tien souvent c’est juste une histoire d’adaptation donc tant mieux si cela a été le cas pour toi parce qu’une cup toutes les deux heures effectivement c’est beaucoup !
      Merci pour ta précision 🙂

  46. Merci pour ce retour d’expérience, j’ai adoré ton article !
    Cela fait 7 ans que je prends la pilule j’ai toujours très mal accepté les hormones, a tel point qu’aujourd’hui je prends une pilule en continue, sans règles, généralement donnée aux femmes qui allaitent. Je n’ai jamais aimé le fait d’être bourrée d’hormones !
    Depuis un an j’ai fortement envie de poser un stérilet mais je suis actuellement en Australie, donc on a décidé avec ma génico qu’on le fera à mon retour. J’ai très peur de la douleur mais j’ai l’impression que le jeu en vaut la chandelle. Ton article m’a convaincu !

    Répondre
    Jeunes & Sportifs - 1 mars 2015
    1. Salut 🙂
      Je ne comprends pas quelle est la différence concernant la prise d’hormone entre prendre la pilule en continu (ce que je faisais aussi avec ma pilule normale), tu prends quand même autant d’hormones non ?

      Sinon franchement le stérilet c’est vraiment rien après coup, pas agréable sur le moment mais c’est tout.Après je ne suis vraiment pas douillette et selon les femmes il y a une grosse veine ou artère qui passe près de l’utérus et qui peut si elle est titillé pendant le pause générer un malaise ou tout comme donc cela dépend des femmes mais c’est tout 🙂
      Je te conseille vraiment de faire le test sans hormone avec préservatif pour voir si tu constate des changements pendant quelques mois et puis après tu peux franchir le pas 🙂

  47. Bonjour, j’ai lu attentivement tes 3 articles sur la pilule ce qui m’a appris beaucoup de choses et j’ai désormais un regard critique sur quelque chose que je pensais totalement bénin pour nous! Donc merci pour cela et je ne manque jamais de prévenir mes amies quand nous en parlons. Je voulais juste te demander, quand on fait des ménorragies, quelle-est la meilleure contraception à ton avis ?
    Merci d’avance !

    Répondre
    Noémie - 27 février 2015
    1. Cela me fait plaisir alors Noémie 🙂
      Après cela reste mon expérience et tout le monde ne fait pas la même hein ^^
      Concernant ta ménorragie bon je ne suis pas qualifiée pour te répondre mais je dirais juste que de un : vouloir modifier un processus naturel engendre toujours d’autres conséquences donc à voir si le remède ne sera pas pire que le mal sinon voici ce que conseille un livret pdf du Syndicat des gynécos datant de 2004 page 7 (sur ton navigateur).

      Le CHU de Jussieu conseille lui à ses gynécos la pause de DIU (stérilets) aux progestatifs donc stérilet hormonal.

      Santé Magazine en explique ici les causes possibles (peut être des pistes pour régler le problème…).

      Enfin GyneWeb a écrit un article “Quel progestatif en cas de menorragie ?” si tu souhaite prendre des hormones et Passeport Santé y dédie aussi un article très complet.

      Mais combien de jours exactement as-tu tes règles parce que perso les miennes durent bien 6 jours du tout début à la fin et je ne trouve pas cela gênant. Toi c’est genre 7 jours de gros flux ?

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 28 février 2015
      1. Merci pour ta réponse, je les ai pendant une semaine mais c’est très abondant seulement les premiers jours et heureusement ça se calme, personnellement ça me dérange vraiment donc c’est pour ça que je cherche une solution puisque les premiers jours je suis obligée de changer de tampon toutes les 2 heures au risque que ça fuit et même parfois ça fuit quand même… Bref c’est pas vraiment très pratique quand je ne suis pas chez moi

        Répondre
        Noémie - 28 février 2015
        1. D’accord oui là je comprends ^^ eh bien écoute, si jamais tu as trouvé une piste vers la résolution de ton “problème” viens nous en parler 🙂

          Répondre
          Sabrina de Bio Pas Cher - 28 février 2015
  48. J’abonde tout à fait dans ton sens, Sabrina. Prendre le pilule n’est pas anodin, loin de là. Mais c’est tellement présenté comme tel que……..malheureusement!!

    Répondre
    Agnès - 27 février 2015
    1. J’en fais l’amère expérience… en fait on ne se rend vraiment pas compte, tout ce qui compte c’est le résultat, on ne prend pas le temps de nous expliquer et qu’ensuite nous y réfléchissions, je trouve avec le recul que les gynécos devraient bien expliquer les potentiels risques, effets secondaires, etc. c’est vraiment minimisé. Ou alors dire peut être d’alterner, de ne pas la prendre trop longtemps.
      Quand on parle de dopage, de musclor et d’hormones tout le monde prend un air horrifié alors que finalement toutes les femmes ou presque “prennent des hormones” mais on ne le dit pas comme ça.

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 28 février 2015