J’ai testé pour vous … prendre la pilule en continu

Il y a plusieurs années, alors que j’en avais marre de voir les anglais débarquer pile au moment ou Eddie Barclay m’invitait à sa célèbre “soirée blanche” à Saint Trop’ j’ai décidé de prendre des mesures radicales …

Soirée blanche Barclay

J’ai décidé de prendre ma pilule en continu pour ne plus avoir mes règles tout court.


NB : retrouvez plus d’informations sur la pilule et son impact sur le corps des femmes ou l’environnement en lisant mon enquête d’une année : J’arrête la pilule.  Sur le site du livre vous retrouverez en libre accès :


Parce qu’avoir un pantalon blanc tâché de rouge devant Eddie ça l’fait pas trop et parce qu’au cas où vous ayez le partenaire rêvé qui vous passe sous le nez, ne pas avoir ses règles ça peut être cool.

NB : depuis la date de rédaction de cet article, de nouvelles informations parues laissent à penser que par principe de précaution il serait plus prudent de ne pas prendre la pilule en continu. Précisions en fin d’article.

Est-ce que c’est mauvais de prendre la pilule en continu ?

D’après certains comme le docteur généraliste 2.0 Martin Winckler non, ce n’est pas dangereux. Extraits choisis :

Oui on peut prendre la pilule sans interruption” :

“Lorsque la pilule contraceptive a été conçue, il était prévu que les utilisatrices la prennent en continu. […] Quarante ans après l’apparition de cette contraception, est-il indispensable d’arrêter la pilule une semaine par mois ? La réponse est : ” Non “. Et les arguments ne manquent pas :

1°) La semaine d’arrêt de la pilule a été instaurée pour que les femmes aient des règles une fois par mois, afin d’ imiter le cycle “naturel”. Mais ces règles ne sont pas de vraies règles. Elles sont provoquées artificiellement par… l’arrêt des comprimés.

2°) Le fait d’avoir des règles tous les mois n’a rien de “naturel” non plus. Les anthropologues estiment que les femmes des 20ème-21eme siècles ont leurs règles trois fois plus souvent que celles qui vivaient avant le 20ème siècle […]

3°) La prise continue (6 semaines ou 9 semaines de suite) a beaucoup d’avantages pour la santé :

  • les femmes migraineuses, dont les maux de tête apparaissent pendant la semaine d’arrêt n’en ont pas aussi souvent ;
  • les symptômes prémenstruels (douleurs du bas-ventre, gonflement des seins, crampes pendant les règles) sont trois fois moins fréquents ;
  • les anémies par perte en fer consécutives aux règles abondantes sont moins fréquentes ;
  • pour les femmes souffrant d’endométriose, la pilule ” en continu ” constitue un traitement efficace des douleurs intenses que la maladie provoque ;
  •  les femmes souffrant de maladie polykystique des ovaires sont mieux soulagées ;
  • les femmes souffrant d’épilepsie dont les crises sont souvent provoquées par l’arrêt de la pilule ou au moment des règles en font moins !
    4°) La prise continue de la pilule augmente l’effet contraceptif ! En effet, c’est l’oubli en début de plaquette (après les 8 jours d’arrêt) qui est le plus souvent la cause d’une grossesse !
    5° La “prise continue” est déjà la situation des femmes qui utilisent d’autres méthodes contraceptives !!! (implant,stérilet , progestatifs injectables,etc.
    Par conséquent, non seulement rien ne s’oppose à ce qu’on prenne une pilule “combinée” (contenant œstrogène + progestatif) en continu, mais ça devrait être la norme !!! “

Mais on peut tomber sur d’autres avis qui disent clairement que prendre la pilule en continu est mauvais :
(“Le problème des pilules prises en continu” par Repenser la médecine)

“Actuellement, un mouvement de pensée tend à considérer qu’avoir ses règles sous pilule ne sert pas à grand-chose, ou en tout cas pas tous les mois. […]

Or, on a vu comment la pilule fonctionnait en réalité. C’est l’élévation du taux de cortisol qui entraîne la contraception. Un taux élevé de cortisol entraîne en effet que les cellules du centre du corps accumulent l’eau et ne la rejette pas. Du coup, les cellules produisant des hormones et autres substances nécessaires à la nidation de l’œuf en produisent moins et plus pâteuses, ce qui empêche la nidation. Et la glaire cervicale est également plus pâteuse et empêche les spermatozoïdes d’arriver jusqu’à l’utérus.

Et on a vu par ailleurs que maintenir le taux de cortisol élevé pendant longtemps et en continu est néfaste (voir mon article sur le cortisol).

Pour rappel, ça l’est parce qu’il n’y a aucune pause pour permettre aux cellules du centre du corps de se vider de leurs déchets […] ce qui entraîne la probabilité de déclenchement de tumeurs dans le centre du corps, des douleurs d’estomac, etc… […]

Le fait de faire une pause de 7 jours dans la prise des pilules amène des effets physiologiques désagréables, mais ça permet au corps de se purger pendant au moins une semaine, de réparer les bras et les jambes, de limiter la formation de caillots dans les jambes, etc… Bien sur, prendre la pilule normale n’est pas bon de toute façon ; mais il y a au moins ça. Avec les pilules prises en continu, il n’y a aucune période de récupération.”

Alors quid des “règles purificatrices sous pilule” ?
J’ai demandé au docteur 2.0 Martin Winckler ce qu’il pensait de cet article “contre la pilule en continu” par mail. Voici sa réponse :

” Je pense que le problème est que cet article soulève des questions théoriques, mais qui n’ont pas été démontrées (il faudrait suivre des centaines de femmes et leur doser le cortisol pour montrer que c’est vrai ou faux). Là, c’est purement spéculatif. En pratique, j’ai suivi de nombreuses femmes qui prenaient la pilule en continu (ou qui portaient un implant, ce qui revient exactement au même) et qui toléraient ça très bien. L’intérêt de la méthode, c’est qu’on peut l’essayer quelques semaines ou mois et continuer ou arrêter selon la manière dont on la ressent. N’oubliez pas que le blocage de l’ovulation est aussi produit par la grossesse (9 mois) et l’allaitement (de 3 jours à… plusieurs années). Je ne pense pas que le cortisol puisse être modifié uniquement par la pilule, quand on sait que les modifications hormonales de la grossesse sont infiniment plus intenses.

Si j’avais un conseil à vous donner c’est : essayez donc, pendant trois mois d’affilée, et faites une “pause” de 4 jours entre deux séries de trois plaquettes. Et, bien sûr, l’autre possibilité est d’opter pour un DIU au cuivre, qui n’a pas d’effets hormonaux du tout… “

Voilà, en gros, si vous n’avez pas envie d’avoir des règles qui ne servent à rien hormis enrichir les sociétés qui vous vendent des tampons et autres serviettes hygiéniques (qui plus est bourrés de saloperies), prenez la pilule en continu !

“il n’y a pas de raison objective, scientifique, d’interdire la prise d’une contraception en continu à une femme qui désire ne pas avoir de règles.”

Pour aller plus loin, je vous conseille également de lire cet édito de Winckler : “Rien, rien, rien ne s’oppose à ce qu’une femme prenne sa pilule en continu si elle le désire… sauf les médecins qui n’y connaissent rien ! “. Extraits choisis :

” … il n’y a pas de raison objective, scientifique, d’interdire la prise d’une contraception (pilule, patch, anneau vaginal) en continu à une femme qui désire ne pas avoir de règles. […] Beaucoup d’utilisatrices de progestatifs injectables (beaucoup utilisés en Angleterre) n’ont pas de règles, au moins pendant les trois mois d’efficacité de l’injection, mais souvent en continu.
Et une kyrielle d’utilisatrices de pilule progestative (Microval, Cérazette) sont en aménorrhée – autrement dit, n’ont pas de règles – tout simplement parce que leur ovulation est endormie, comme avec une pilule oestro-progestative. Et pourtant, personne ne leur dit d’arrêter leur pilule progestative une semaine par mois !!!!

Il y a d’ailleurs non seulement une grande hypocrisie, mais une grande ignorance dans le fait d’interdire la prise en continu : dans les années 70, les jeunes femmes étudiantes en médecine avec qui je faisais mes études savaient parfaitement qu’elles pouvaient enchaîner deux plaquettes de suite pour ne pas avoir de règles : leurs médecins le leur disaient. Et ils le conseillaient aux femmes qui étaient gênées par l’arrivée des règles intempestives dans leur activité professionnelle (infirmières, sportives, enseignantes, hôtesses de l’air, etc.).
[…]
L’idée selon laquelle “il faut se nettoyer l’intérieur grâce aux règles” n’est bien entendu pas du tout scientifique, elle est seulement le reflet d’une vision symbolique du corps, sans justification médicale ou sanitaire.
[…] si des médecins refusent de rendre la vie plus confortable aux femmes par ce moyen, c’est uniquement par confusion, par ignorance, par peur — autrement dit, par obscurantisme. C’est bien dommage pour eux, mais ils n’ont pas à imposer leur obscurantisme à celles qui ont besoin de lumière et de liberté.

Gardez-vous bien de laisser un médecin décider à votre place ce qui est bon ou mauvais pour vous. En matière de contraception, si vous avez lu ce qui se trouve sur mon site, vous en savez autant que moi – c’est à dire bien plus que la majorité des gynécologues français, hélas.”

C’est ce que je fais depuis des années avec Jasmine, je fais une pause tous les 5 mois environ (il m’arrive d’avoir les seins tendus et c’est alors le seul moyen de les dégonfler) et je suis ravie de cette liberté, d’autant plus que cela me fait faire de sacrés économies !

*** EDIT AVRIL 2017 ***
Aujourd’hui, alors que j’écris un livre d’investigation sur la pilule je n’ai plus le même avis et serais plutôt prudente sur ce sujet. En effet, lors d’un cycle naturel, les taux d’oestrogènes varient et sont plus faibles à certains moments, le fait de prendre la pilule en continu les maintient à des niveaux fixes or cela pourrait favoriser certains cancers comme le cancer du sein. La Dr Sylvie Dodin, professeure au Département d’obstétrique et gynécologie à l’Université de Laval explique que les fluctuations naturelles d’œstrogènes au cours du cycle ont peut-être une raison d’être. Par conséquent, en remplaçant le cycle naturel fluctuant par un apport constant d’hormones, la pilule pourrait soumettre les cellules mammaires à trop d’œstrogènes. Au cours d’un cycle naturel, les niveaux d’œstrogènes sont toujours beaucoup plus faibles en première partie du cycle. Avec la pilule, particulièrement si prise en continue, ils sont fixes. Or, comme elle l’explique « peut-être que cette pause est nécessaire, on ne le sait pas. » Ainsi prendre la pilule en continu pourrait favoriser le cancer du sein. Par principe de précaution, mieux vaut donc limiter ce genre de prises de risques. Pour plus d’informations, je vous renvoie à l’excellent article de Passeport Santé sur le sujet : Et si on supprimait les menstruations ?

***

Qu’en pensez-vous ? Vous pratiquez aussi ?


Ps : je précise également (puisqu’on m’a interpellé sur le sujet) que je ne considère pas du tout la pilule comme le meilleur contraceptif, loin de là puisque je n’aime pas ce système de prise d’hormones qui perturbe notre corps comme nos écosystèmes (pollution hormonale via les urines qui perturbe certaines espèces de poissons…). J’ai d’ailleurs en avril 2014 arrêté totalement la pilule après 10 ans de prise et suis passée au DIU cuivre.

Voici les articles racontant ce changement (pour le moins mouvementé) de contraception :

J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les effets

J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 2 : le sevrage progressif

J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise …partie 3 : le stérilet

 

Pour en savoir plus sur la pilule, ses effets sur le corps ou l’environnement lisez mon enquête J’arrête la pilule, fruit d’une année d’investigation :

Livre pilule


*******Pour aller plus loin ********

Pour compléter cet article voici un article de Rue89/Nouvel Obs : “Elles ont choisi de ne plus avoir leur règles“.

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (54)

  1. Bonjour!
    J’ai essayé de m’informer aussi sur ce sujet car, ayant été sujette à une tumeur ovarienne, je suis obligée de prendre la pilule.
    J’apprends seulement aujourdhui qu’il y a un moyen de ne pas être embêtée par des règles artificielles, inutiles et dont l’existence pendant la prise de la pilule ne résulte à la base que de craintes injustifiées (et sans doute également d’un gros intérêt de l´industrie des protections hygiéniques à ce qu’on ai encore nos règles…)

    Et de ce que j’ai appris, il y a un type de pilule adapté à la prise en continue et un type de pilule adapté à une pause de sept jours. La différence est que là première ne contient pas d’œstrogènes, qui sont présent dans la deuxieme pour justement provoquer les règles artificielles. Or dans les extraits que vous avez choisi je comprend que ce sont les œstrogènes qui posent problème en majorité concernant les risques de tumeur et de cancers.

    Je pars donc sur le principe que la pilule progestative est plus « douce » que la pilule oestro-progestative (avec les règles artificielles) mais vous m’avez l’air plus renseignée ; avez vous d’autres informations dans ce sens ?

    Répondre
    Pauline C - 12 janvier 2019
    1. Bonjour Pauline,

      Oui la pilule progestative alias pilule “micro dosée” ne contient pas d’oestrogènes donc n’a pas exactement les mêmes risques et effets secondaires (par exemple il n’y a pas de risque thromboembolique comme sous les oestroprogestatives, puisqu’il est dû aux oestrogènes). Ceci dit, côté cancer, la question est nuancée : ces pilules progestatives (qui ne contiennent que des progestatifs et pas d’oestrogènes associés sont effectivement actuellement jugées moins risqués côté cancer (par exemple, le CIRC a classé les poestroprogestatives cancérigène de catégorie I (donc avéré) pour les organes suivants : sein, foie, col de l’utérus et voies biliaires). Mais elles ont fat l’objet de moins d’études scientifiques car elles sont plus récentes. Or mon enquête a montré que de nombreuses études récentes évaluent le risque de cancer du sein sous ces pilules plus élevé que sous les oestroprogestatives : il faudra donc encore attendre un peu pour les certitudes mais il se pourrait fortement que l’on déclare dans les années à venir ces pilules tout autant cancérigène, notamment concernant le cancer du sein (cf. note détaillée de bas de page page 108 de la version poche de mon enquête J’arrête la pilule).

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 15 janvier 2019
  2. Bonjour, je voulais savoir si on ovule lorsque l’on prend sa pilule en continue ?

    Répondre
    Camille - 24 juin 2018
    1. Bonjour Camille, a priori on n’ovule pas du tout sous pilule, c’est le principe même qui fait que ça marche 🙂

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 25 juin 2018
      1. Du coup est ce que si j’ai oublié ma pilule une ou deux fois et que j’ai eu des rapports non protégés, y a t-il un risque que j’en tombe enciente malgré là pilule ?

        Répondre
        Camille - 25 juin 2018
        1. Le risque est minime mais oui cela peut potentiellement arriver car si par exemple vous prenrz une pilule progestative qui ne fait que mettre en sommeil l’ovulation, vous pouvez alors ovuler et tomber enceinte. La règle en cas d’oubli de pilule est de se protéger à chaque rapport jusqu’aux règles suivantes.

          Ceci ne fait evidemment pas office de conseils médicaux, je vous invite vivement à aller prendre rdv avec un médecin ou un planning familial afin de bien savoir la conduite à tenir si cela vous arrive à nouveau.

          Répondre
          Sabrina Debusquat - 25 juin 2018
  3. Hello !

    J’enchaine également mes plaquettes 2 à 3. Après je fais une petite pause car je sens que je “sature”.
    Comme je suis de nature hyper rationnelle et ne supporte pas de discuter d’un sujet que je ne maitrise pas de moi-même, petit cours de SVT.

    Dans tout ce fatras rappelons quand même que toutes ces hormones (œstrogènes / progestérone / LH et FSH) et les règles (saletés) jouent un rôle dans.. LA PROCRÉATION !

    Pour procréer que faut il, hormis un homme et une femme ?

    Un corps prêt à recevoir un BÉBÉ !

    La variation des taux de ces 4 hormones n’a pour seul et unique but que d’entretenir le corps féminin pour accueillir et “entretenir” le bébé.

    Rappelons aussi que :

    1- La FSH (produite par l’hypophyse) stimule la sécrétion d’œstradiol (produit par les ovaires) : + donne + = rétrocontrôle positif.

    2- MAIS l’œstradiol freine la sécrétion de FSH : + donne – = rétrocontrôle négatif.
    = symbiose parfaite.

    L’œstradiol a pour vocation de “préparer le terrain” pour le peut-être bébé :

    a) Maintient le développement des caractères féminins trophicité de nos deux V (vag.. / vul.., ça me gêne !)
    b) Dilate le col de l’utérus (miam)
    c) Agit sur la glaire cervicale (la fait progressivement passer de acide à alcaline, de fine à abondante et de “rigide” à fluide) pour, en première phase, “protéger” l’entrée de l’utérus contre les attaquants (bactéries en particulier) et en seconde (ovulation) laisser passer les têtards et leur donner de la force pour atteindre l’ovule (s’il y en a un.. !)
    d) Rend douillet l’endomètre (paroi utérine) pour accueillir l’embryon (s’il y a)
    e) Assure le développement des canaux galactophores (sans les seins), pour le lait !
    f) DÉCLENCHE LE PIC DE LH (à un certain seuil) = PAF expulsion de l’ovule (=ovocyte mature)

    3- Une fois le pic de LH passé, on observe une rechute d’œstradiol + l’arrivée de la progestérone :

    a) celle qui ferme toutes les portes (col),
    b) prépare l’utérus à l’œuf
    c) augmente votre T°
    d) et .. Assure le développement des glandes mammaires / seins (garde-manger !)

    4- Fin de cycle (phase lutéale)
    a) Si fécondation : le taux de progestérone reste “élevé” et il y a “peu” d’œstradiol (mais il en faut pour rester femme ;))
    b) Si pas de fécondation : les deux taux d’hormones chutent et la paroi confortable de l’utérus va être éliminée car non maintenance (absence de progestérone en taux suffisant)= RÈGLES !

    Voilà !

    Maintenant, parlons de l’EDIT d’avril 2017 :

    Il y a fluctuation d’hormones oui, et ce n’est pas pour rien, OUI ! Mais ça n’est absolument pas suffisant pour dire qu’il ne faut surtout pas perturber ce site en prolongeant une phase et que c’est A cause de la pilule (qui prolonge une phase) qu’on a un cancer du sein.

    C’est parfaitement infondé.

    La plupart des femmes développant un cancer du sein :

    1- ont subi une mutation des gènes (souvent BRCA1 et BRCA2) et il est aujourd’hui IMPOSSIBLE de déterminer pourquoi la personne X a développé son cancer et pourquoi la personne Y aussi.

    2- sont ménopausées !! Ce qui signifie un très haut taux de FSH et un très faible taux d’œstrogènes ! En gros, “le rétrocontrôle positif ne fonctionne plus”.

    Ce n’est PAS ce que produit la pilule combinée.

    La pilule combinée maintient un taux d’œstrogènes suffisant pour procéder aux points a) à e) sans passer à f).

    J’ai beaucoup de mal avec les postulats et l’absence de démonstration.

    Prenons un autre exemple.
    Notre corps a prévu qu’on ait des POILS. Ce n’est pas pour rien. Donc, le rasage étant NON naturel (naturel = dans le sens agir en roue libre sans l’intervention de l’Homme), se raser, s’épiler ou se dépiler ne doit pas être.
    Ah et comme il existe en parallèle des cancers de la peau, je fais comme le Docteur Sylvie Dodin, j’affirme qu’il y a un lien de causalité sans le démontrer :
    “Le rasoir provoque le cancer de la peau”.

    Vous y croyez ? Moi, pas. Rien ne prouve que la pilule combinée augmente le risque de cancer et les stat’ sont toutes pourries et ne sont pas une démonstration SCIENTIFIQUE.

    Ex de stat orientées, fallacieuse et trompeuses :
    Il y a 30 ans, une femme sur 10 prenait la pilule. Il y a eu 12 000 cancers déclarés.
    Aujourd’hui, une femme sur 5 prend la pilule. Il y a 50 000 cancers déclarés.

    En 30 ans, il y a certainement eu un paquet de facteurs. Un XP scientifique n’expose le sujet qu’à UN facteur à la fois, sinon, tout est faussé.
    Il y a 30 ans il y avait peut être 500 000 femmes, donc 12k sur 500k = 2.4% des femmes ont eu un cancer du sein.
    Aujourd’hui, il y a peut être 3 millions de femmes, donc 50k sur 3 millions = 1.67% des femmes ont un cancer du sein.
    Interprétée comme ça, on pourrait même se laisser à conclure que la pilule diminue le risque de cancer du seins tiens.
    Bizarre, c’est l’opposé total de la première synthèse de la stat 😉

    Tout ça pour dire que j’enchaine la combinée, sans y voir de pb scientifique, qu’au bout de 2/3 plaquettes je l’arrête pour limiter le 2-e) et car je pense que le taux augmente légèrement et ne stagne pas réellement car il faudrait imaginer que 24h OU l’espace entre les prise suffit à maintenir le taux.
    Or, je ne sais pas à quel rapport h/mg mon taux “chute” et à quel rapport la pilule libère ses substances.

    L’enchainement par contre de pilule à la progestérone ou combinée avec “bcp” de prog, j’ai parfois mal aux seins :'( ! Et oui, le point 3- d).

    J’ai soif tiens !

    Bonne lecture 🙂

    Répondre
    Delphine - 24 mai 2018
  4. Bonjour à 39 ans j’ai voulu tester pour la 1ere la pilule en continu afin de voir mon chéri et d’en profiter !! Je n’ai pas été déçue, j’ai enchaîner ma 2e plaquette et là au bout de 20 comprimés bingo spotting et deux jours plus tard, règles extrêmement abondantes avec des énormes caillots de sang !!! Du coup, cela ne m’a servi à rien et il me reste encore 7 comprimés à prendre. J’ai décidé de stopper car je ne me vois pas avoir 1′ jours de règles !! Je pense que toutes les femmes ne supportent pas cet enchaînement et j’en fais malheuresuement partie !

    Répondre
    elen - 9 janvier 2018
    1. Oui, nous sommes toutes différentes et nos pilules aussi donc cela fait beaucoup de paramètres… Merci pour votre message Elen.

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 9 janvier 2018
  5. Hello ! J’arrive après la guerre, 3ans plus tard, seulement… ^^ mais je suis tombée sur ton article en faisant quelques recherches. Je pars en voyage aux etats unis et amerique latine pendant 5 mois (road trip) et pour des raisons D’HYGIÈNE je souhaitais prendre ma PiLULE en continu, ne sachant pas a quelle fréquence et où je pourrais me changer .. (même si j’utilise la cup il faut la stérilisé de temps en temps et je ne me vois pas faire ca chez l’habitant ou en auberge de jeunesse haha)

    Ton article m’a donc beaucoup rassurée, notamment l’avis de Martin ^^. La seule question que je me pose c’est, estce que je peux le faire avec ma pilule classique (leloo gé) qui me convient très bien ou en changer pour une pilule spécifique à cette pratique en continu ?

    Répondre
    Aurore - 8 février 2017
    1. Salut Aurore, t’inquiète les articles ne se périment pas ici ^^
      Tu peux le faire avec n’importe quelle pilule, il faut juste la prendre en continu, surtout que c’est une monophasique donc chaque cachet a la même teneur en hormone 🙂
      Bon voyage !

      Répondre
      Sabrina Debusquat - 9 février 2017
  6. Bonsoir,
    ça me fait rire parce que le généraliste dit qu’il n’y a aucune preuve qui vient confirmer ce mythe comme quoi le corps devrait récupérer et se purger… et à la fin de votre article, vous en donnez une énorme, de preuve : arrêter la pilule est le SEUL moyen de dégonfler vos seins tendus ! Alors ????

    Répondre
    Virginie - 4 août 2015
    1. Salut Virginie,

      Je comprends ton raisonnement malheureusement par mesure d’éthique la médecine (considérée comme une science) applique des règles rigoureuses avant d’avancer quelque chose (et ces règles sont quand mêmes utiles même si elles ont leur limites) et ces règles veulent que pour affirmer quelque chose il faut qu’une étude sur de nombreuses participantes très différentes soit réalisée dans certaines conditions afin de prouver si oui ou non le phénomène est assez généralisé pour valider son existence. Donc dire en l’air comme ça “c’est le seul moyen de dégonfler des seins tendus” n’est malheureusement pas considéré (et heureusement) comme une validation claire et nette. D’ailleurs perso la pilule ne m’a jamais fait cet effet-là même si j’en ai eu bien d’autres…
      Tu comprends ce que je veux dire (je ne te contredis pas hein^^)

      Répondre
      Ca Se Saurait - 5 août 2015
  7. Bonjour,

    Je prends également la pilule en continue suite aux conseils de ma gygy. Cependant, elle ne m’a pas plus informée, à part me dire “prenez la pilule en continue, les règles sous pilule sont artificielles”. Donc, je la prends en continue depuis des mois, et j’aimerais faire une pause (4-7 jours, comme un simple arrêt) pour cause de spottings dérangeant), et ensuite adopter un rythme de : pause tous les environs 3 mois.
    Maintenant le soucis est que, (je prends la pilule pour contraceptif, ainsi que pour l’acné : diane 35 (AUCUN SOUCIS), j’ai un peu peur que durant tous ces mois, une grosse dose d’hormone s’est “stockée” en moi, et que si je fais un arrêt, BOUM, hormones qui délient et retour d’une éventuelle éruption cutanée, cela est-il possible? Ou j’aurais seulement mes règles (peut être 2-3 boutons qui pointent leur nez) et basta?

    Merci d’avance !
    Roxane

    Répondre
    Roxane - 2 août 2015
    1. Bonjour Roxane,

      Je sais que l’on aimerait tous savoir ce qui va nous arriver à l’avance mais personne ne connait l’avenir donc impossible de prédire une telle chose…
      Il faut que tu essaies et tu verra, je t’invite à ce sujet à lire mon témoignage sur le sevrage progressif de la pilule et ses effets qui pour moi ont donné des boutons alors qu’effectivement je prenais ma pilule en continu donc oui peut-être que cela joue et peut-être que revenir sur une prise normale avec arrêt de pilule pourrait faire baisser le taux d’hormone et éviter un changement trop brusque pour ta peau.

      Répondre
      Ca Se Saurait - 3 août 2015
  8. Bonjours, je prend ma pilule en continu également depuis plus d’un an.. Aujourd’hui avec mon mari nous désirons un enfant. Ai-je des chance de ne pas tomber enceinte?

    Répondre
    audrey - 5 décembre 2014
    1. Euh…Audrey je ne suis pas médecin spécialiste de la fertilité ^^

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 7 décembre 2014
  9. Ton article prend en compte les effets de la pilule sur toi, pas sur toutes les femmes. Il ne m’a donc absolument pas convaincu. Non, la pilule n’a pas d’impact négatif sur le poids/la libido/qualité de vie de tout le monde. Et l’arrêter ne fera pas disparaître les soucis que notre corps avait avant de la commencer. Mon corps se porte très bien depuis que je prends la pilule, il s’en porte même mieux qu’avant puisque comme de nombreuses femmes je souffre d’endométriose (je précise que j’ai commencé à prendre la pilule en continu avant d’avoir un diagnostic et que j’avais l’intention de la continuer même si on ne m’avait pas trouvé de maladie, car avoir mes règles n’est pas une option envisageable). Alors quand je lis quelqu’un dire, pour citer par exemple une de tes réponses à un commentaire précédent, ” je ne peux que conseiller à toute femme que je croise d’arrêter immédiatement la pilule”, oui ça me fait un peu tiquer. C’est faux, on ne peut pas conseiller ça à tout le monde et sans n’avoir aucune connaissance médicale.
    (Je précise que je suis tombée sur ton article en cherchant des témoignages de femmes qui prennent la pilule en continu sur de longues durées, puisque j’en suis à quelques mois de prise et que je ne compte pas arrêter avant très longtemps.)

    Répondre
    stwift - 11 novembre 2014
    1. Je comprends très bien et j’entends ton opinion même si j’ai la mienne 🙂

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 11 novembre 2014
    2. Effectivement,
      J’avais arrêté la pillule pendant plusieurs années car marre de me bourrer d’hormones…
      Et je me suis retrouvée au fil des mois avec des douleurs intenables, à rester coucher, avant, pendant, après les règles. ..
      Je suis allée voir une nouvelle gynécologue qui a pris mes douleurs au sérieux.
      L’arrêt de la pillule avait entraîné le développement d’une belle endometriose.

      La reprise de la pillule en continu m’à permis de retrouver une vie normale sans douleurs intenses.
      Oui, surement qu’il y a des effets négatifs à cette prise de pillule en continu… mais tant pis, je ne me voyais pas continuer avec ces douleurs liées à l’endo, je préfère prendre le risque des effets négatifs.
      Et lors de mon dernier examen, l’endo avait regressée, grâce à cette prise de pillule en continu.

      Donc oui, on ne peux pas conseiller à tout le monde d’arrêter. ..

      Répondre
      Émilie - 23 mars 2018
  10. Quels genres de bénéfices ? est-ce que les règles deviennent naturellement régulières et non douloureuses quand elles l’ont toujours été ? est-ce que les problèmes hormonaux que l’on avait avant de prendre la pilule se volatilisent quand on arrête de la prendre ?
    Je comprends que la pilule ne convienne pas à tout le monde, mais je trouve ça très gros d’aller jusqu’à conseiller à toutes les femmes de l’arrêter alors que vous ne savez pas si ce serait bon pour elles ou non.
    Pour ma part je ne ferais pas marche arrière, je ne vois pas ce que je pourrais tirer de bon à l’arrêt de la pilule.

    Répondre
    stwift - 11 novembre 2014
    1. Hé bien lis l’article “ J’ai testé pour vous arrêter la pilule après 10 ans de prise … partie 1 : les effets “ et tu saura ^^
      Je ne dis pas justement d’arrêter toute contraception mais juste que je suis persuadée (avec des milions d’autres femmes et de médecins) que c’est mauvais pour notre corps de se déséquilibrer avec des hormones et qu’il y a d’autres méthodes sans hormones bien moins dérangeantes pour notre équilibre, après je ne suis pas une dictatrice hein je n’ai jamais dit que chacun n’avait pas le droit d’avoir son avis ici 🙂
      Ne pas être sous hormone de synthèse est forcément une bonne chose, je ne vois pas quel argument vous auriez à opposer à cela…sachant qu’il y a d’autres méthodes nous n’avons pas à systématiser la prise d’hormones (sans compter que c’st négatif à tous les points de vue, y compris écologique, un désastre pour les écosystèmes de nos cours d’eau).

      Répondre
      Sabrina de Bio Pas Cher - 11 novembre 2014
  11. Bonsoir,

    Ton article date d’un moment. Mais il m’enlève un poids ! Savoir qu’on n’est pas obligée de supporter ça tous les mois, c’est génial. Par contre tu parles de porter un DIU cuivre, mais celui-ci n’arrête pas les règles, si ? Je pensais que seul le DIU hormonal les arrêtait (ce qui me paraît logique). Alors finalement qu’as-tu fait ?

    Répondre
    Maud - 7 novembre 2014
    1. Une autre précision : je vois que vous parlez de coupe menstruelle. Je l’utilise depuis 1 an environ, c’est déjà un poids en moins quand on a ses règles. Pour celles qui ont peut d’arrêter leurs règles, c’est une super façon de les vivre plus sereinement quand on a passé le stade du “j’arriverai jamais à la mettre” puis du “c’est dégueu”

      Répondre
      Maud - 7 novembre 2014
    2. Coucou Maud, oui, comme qui dirait, mais ça, c’était avant…^^
      Donc désormais (tu le vois avec mon tout dernier article) j’ai arrêté la pilule depuis 7 mois et je ne peux que conseiller à toute femme que je croise d’arrêter immédiatement la pilule !
      Franchement, tu en retirera tellement de bénéfices que tes règles ne seront rien à côté. Donc ben difficile pour moi de te conseiller puis qu’aujourd’hui je te conseillerais d’arrêter et qu’avoir ses règles est quand même naturel à la base.
      Et donc depuis que j’ai arrêté la pilule je l’ai remplacé par un DIU cuivre qui n’a aucune influence sur les règles. J’ai donc retrouvé mes cycles normaux et naturels mais j’en suis très heureuse tu sais parce qu’arrêter la pilule c’est vraiment se rendre compte que ça nous étouffait, enfin bref difficile à expliquer mais je te conseille d’arrêter toute hormone dans ta contraception.
      Va voir mon article sur tous les bénéfices que j’ai eu à arrêter la pilule, ça devrait te convaincre …

      Répondre
      Ca Se Saurait - 9 novembre 2014
  12. […] peu coûteux comme le stérilet (30 euros remboursés pour cinq ans). Si vous prenez la pilule limiter vos règles et ainsi diminuer le coût des protections hygiéniques ou en opter pour la coupe menstruelle […]

  13. Je prends la pilule en continue depuis des années et tout comme toi, je fais une pause de temps en temps quand chéri est en mission.
    Aucun soucis et surtout plus de règles (le bonheur total !!!). Pas de cholestérol. Pas de prise de poids (sauf celle dû à ma dernière surconsommation de sucre mais le sevrage est en cours).
    Très franchement, je conseille à mes patientes de le faire. En général, elles commencent quand elles partent en mission pour être tranquilles et elles trouvent ça tellement génial qu’elles continuent (sauf les angoissées qui croient qu’avoir ses règles tous les mois est une gageure de ne pas être enceinte …).
    Malgré tous les levés de bouclier récents sur (contre) la pilule, je poursuis ainsi car le vrai problème c’est de ne pas vérifier les antécédents personnels et familiaux des patientes et surtout de leur prescrire une pilule alors qu’elles fument ! A celles là, je conseille le DIU au cuivre même celles qui sont nullipares (jamais été enceintes). Et pour les voyages en avion, il y a un truc génial qui s’appelle les chaussettes de contention (ça évite la phlébite mais surtout, plus de douleur, de lourdeur, d’impatience dans les jambes).
    En plus, maintenant avec le générique, ma pilule ne coute plus que 5euro par mois (et combien ça coûte par mois les serviettes, tampon et autre cochonneries ? … bon je ne parle pas de celles qui utilisent la coupelle, pour moi c’est juste un blocage cette histoire de coupelle et je n’ai rien contre. C’est économique, naturel et tout mais, pas de règles même de manière chimique, c’est du confort … parfois c’est bien le confort moderne 😉 )

    Répondre
    Morgane - 26 mars 2014
    1. Salut Morgane !
      Tu es donc gynéco ou généraliste ?
      Oui, c’est tellement libérateur de ne pas avoir ses règles inutilement 🙂
      De plus comme je le disait sur mon article sur les tampons et serviettes non bio, c’est quand même plutôt toxique ce qu’on se met dans notre intimité une fois par mois…

      Moi là je viens de passer au stérilet et je vais faire un sevrage de pilule car je la prends non stop depuis déjà 10 ans (sevrage pour éviter les dérèglements hormonaux trop violents type acné que j’avais eu une fois lors d’un changement de pilule). Donc je suis perso ravie de changer après tant d’année car cette contraception ne m’allait plus, je l’oubliais trop souvent car mon inconscient veut un bébé ^^ (mais moi non ! :-p).
      Et la cup oui je suis comme toi, pas trop envie mais je vais la tester quand même car là du coup avec le stérilet obligé d’avoir mes règles et ce sera un très bon moyen écologique d’éviter les autres types de protection.

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 26 mars 2014
  14. […] pouvez aussi si vous prenez la pilule, la prendre en continu et ne vous déclencher vos règles que tous les 3/4 ou même 6 mois pour économiser sur les […]

  15. Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant et je suis d’accord sur des pour et le contre.. pour l’endométriose notamment…pour moi la pilule est aujourd’hui devenue une généralité, prescrite trop souvent sans être expliqué aux jeunes filles, les effets secondaires possibles (certains médecins gynécos la prescrivent en pensant que toute jeune fille ou femme connait les effets, pas forcément) et sans qu’une prise de sang soit effectuée avant..(oui oui c’est arrivé à de nombreuses personnes, moi en 1er).
    Alors peut être que la pilule en continue n’est pas dangereuse mais alors je me demande pourquoi moi qui ai eu la diane 35 en 99 et ayant eu comme bel effet secondaire…une phlébite, cette dernière a été prescrite à tort et à travers (ah oui parce qu’elle est efficace contre l’acné) pour se trouver en 2012 avec un scandale des pilules 3 ou 4ème génération (ou 4ème ou 5ème…je suis perdue dans leur multiple génération loool !!).

    Donc c’est vrai que pour moi, je n’ai plus de question à me poser car pour moi les hormones…je ne peux plus “grâce” à ma phlébite (qui, je le précise, était dû uniquement à la pilule au vue des analyses) et pour moi c’est stérilet 🙂
    Quand à l’argument du syndrome pré menstruel (que je ne connais bien…oh joie !!) il suffit souvent de changer un peu son alimentation, de prendre des compléments alimentaires, de faire du sport…et je peux dire que cela a eu des effets très positifs. Bien sur c’est plus long que lorsqu’on prend la pilule mais pour moi cela reste bien plus naturel.
    Quant au fait que cela permet de ne pas acheter des tampons et autres serviettes…il existe la cup ou des serviettes lavables très bien (ou des tampons et serviettes écolos).

    Et puis…la pilule c’est bien plus rentable (pour les labos pharmaceutiques) que le stérilet quand on voit que le prix que cela coute tous les trois mois par rapport à un stérilet..oui oui je sais je fais peut être un mauvais procès..oups 🙂

    Désolée pour le pavé, mais je pense que tu vas vu que c’est un sujet qui me touchait particulièrement et il est vrai que je dois manquer d’objectivité ! mais je reste persuadée que si la pilule a bien sur des côtés très positifs, il n’en reste pas moins qu’une prise d’hormones (continue ou pas) a des conséquences importantes sur le corps (et l’environnement comme tu l’as bien dit dans ton article !).

    Répondre
    cece - 21 décembre 2013
    1. Salut Cece,

      Comme je le précise dans l’article, effectivement je suis loin de dire que la pilule est la meilleure contraception, loin s’en faut mais juste que pour celles qui la prennent, qu’elles peuvent s’éviter des règles inutiles.

      Après Diane 35 à la base n’était pas une pilule mais un “soin” contre l’acné qui faisait également pilule et qui a donc été prescrit abusivement comme contraceptif (qui était moins fiable que d’autres) donc normalement on n’aurait pas du te la prescrire si tu demandais un contraceptif uniquement …
      Pour ce qui est du syndrome pré-menstruels, je n’en ai pas du tout pour ma part mais je peux te dire que certaines femmes ont beau faire beaucoup de choses et elles conservent ces désagréments et ont ne peut pas leur dire “tant pis pour vous” don la problème n’est pas à nier non plus. Sinon en fait on est complètement d’accord sur le fond c’est à dire que la pilule avec ses hormones est loin d’être aujourd’hui le meilleur contraceptif pour les femmes 🙂
      Pour ce qui est de la cup, le principe ne me va pas je ne peux pas l’utiliser quand je travaille et pour les serviettes lavables, je ne met jamais de serviettes hygiénique alors c’est niet qu’elles soient en tissu ou autre, je n’aime pas le principe de la macération et en plus je ne porte que des culottes très échancrés ou des strings alors impossible donc oui moi ça me sert de ne pas avoir besoin d’en acheter.

      En tout cas, la pilule reste une contraception pour moi à ne pas utiliser toute sa vie ça c’est sûr alors effectivement, autant aller le plus vote vers d’autres méthodes plus naturelles et surtout sans hormones et je comprends très bien ton “pavé” et le fait que ça t’ait touché :-), la contraception a parfois (souvent ?) des effets importants voire désastreux sur nos vies 😉

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 21 décembre 2013
  16. La réponse de Martin Winckler face à vos arguments Aixur (qui ne nous avez toujours pas dit votre nom d’ailleurs ^^), avec son aimable autorisation :

    “L’argument “c’est le cortisol qui est contraceptif” est original, mais il est faux ; où est-il allé chercher ça ? Vous a-t-il donné des références scientifiques à l’origine de cette affirmation qui n’apparaît nulle part dans la littérature médicale ?
    C’est le fait d’avoir des hormones sexuelles circulantes à taux fixe qui “trompe” l’hypophyse en lui faisant croire qu’il y a une grossesse en cours et en bloquant ainsi l’ovulation, comme celle-ci est bloquée pendant une vraie grossesse.
    Autrefois, les femmes étaient enceintes et allaitaient coup sur coup, ce qui les mettait dans le même état de “suspension” continue, alors on ne voit pas pourquoi la pilule (qui administre des doses infinitésimales par rapport à une grossesse !!!) serait dangereuse en continu.
    Par ailleurs d’autres méthodes font la même chose : progestatifs en continu, implant, Mirena, injections de progestatifs.

    De même les affirmations du type “Les cellules deviennent ‘pâteuses’ “, ce n’est pas très scientifique. Idem pour l’idée que l’organisme n’a pas “le temps de se nettoyer”. Ben si, les organismes sont auto-nettoyants. Quand ils ne se “nettoient” plus, c’est que les personnes ont des maladies chroniques profondes (du foie, du rein) et ça ne passe pas inaperçu…
    […]

    Je ne suis pas un défenseur des pilules à tout prix ; personnellement, je pense que le DIU au cuivre est à l’heure actuelle la méthode la plus proche de ce qu’on peut faire de mieux ; mais il ne convient par à tout le monde.
    J’ai été le premier à dénoncer la prescription de pilules moins sûres que d’autres chez des adolescentes, ce qui les expose à des accidents. Cela étant, il ne me viendrait pas à l’idée de compliquer la vie des femmes qui utilisent la pilule en continu à leur meilleur profit (celles qui souffrent d’endométriose, en particulier) en les effrayant avec des dangers qui n’existent pas, à partir de notions qui n’ont rien de scientifique. Or, c’est ce que fait votre autre interlocuteur/trice (dont on ne connaît pas le nom). ”

    Voilà pour que les lectrices aient tous les avis. Donc désolé mais je choisis mon camp : Winckler causes crédibilité scientifique, professionnelle et d’expérience. Désolé Aixur 🙂

    Répondre
    Sabrina Chauchard - 11 décembre 2013
  17. Alors moi je ne suis pas du tout pour. Je veux bien prendre certains médicaments (les très rares fois ou je tombe vraiment malade et que les méthodes naturelles sont trop faibles) mais la pilule jamais elle ne m’a attirée. Plusieurs fois mon médecin m’a fait du bla bla et me prescrivait une pilule….que je décidait une fois au calme de ne pas prendre. Quand je vois ce que cette chose est capable de faire à un organisme ça donne pas envie.
    Malheureusement pour moi, j’ai du prendre une pilule du lendemain, oui c’était un accident, et bien je le regretterai toute ma vie. Avant j’avais des règles indolores, jamais aucune douleur de quelque sorte absolument rien, c’était parfait, oui même pour des règles. Suite à cette pilule, voilà qu’une semaine avant mes règles j’ai les seins gonflés, lourd et très sensible, vraiment c’est très désagréable. Le premier voir les 2 premiers jours j’ai un mal de dos horrible, ça en affecte parfois ma concentration et me rend vraiment désagréable. La douleur des seins disparaît en même temps que les règles. Et aussi mes règles étaient complètement chamboulée pendant 1 an. Depuis ce jour j’ai également de petites grosseurs dans les seins (qui s’estompe énormément), au début j’ai paniqué et j’ai fait des tests, échographies etc…absolument rien, et on m’a dit que c’était normal. Je vérifie régulièrement quand même car depuis cette période est devenue vraiment difficile à vivre.
    Mais bon je fais avec!

    Répondre
    CannibalMalabar - 11 décembre 2013
    1. Tout à fait d’accord Cannibal Malabar 🙂
      Comme je le précise en fin d’article je ne pense pas du tout que la pilule soit le meilleur moyen de contraception, loin de là mais pour celles qui la prenne je voulais les informer de cette possibilité intéressante. C’est vraiment troublant ce qui t’es arrivé suite à la prise de pilule en continu …que ça te changes “à jamais” comme ça…pas cool !

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 11 décembre 2013
      1. Je précise que je n’ai jamais pris la pilule en continu ni même en temps normal. J’ai juste eu recours à une pilule du lendemain 1 seule fois!! Et là c’est encore plus grave de voir qu’une seule petite pilule peut transformer un organisme aussi fortement!! 🙁

        Répondre
        CannibalMalabar - 12 décembre 2013
        1. Oui, oui, après ça n’a rien à voir avec la pilule normale de contraception, il faut bien le préciser mais tout ça nous montre que c’est puissant !

          Répondre
          Sabrina Chauchard - 12 décembre 2013
  18. Bonjour,

    Je suis l’auteur du blog repenser-la-medecine.com

    Concernant le fait que la pilule ferait augmenter le taux de cortisol, chose que met en doute Martin Winckler, il semble qu’on ait une réponse dans le document pdf “les anovulants, un kaléidoscope inquiétant”, un article paru dans “vivre en santé”.

    “Le Dr Sylvie Demers, M.D., Ph. D., biologiste et chercheur, s’est également intéressée aux effets des contraceptifs oraux sur la santé des femmes. Elle mentionne dans son livre ” Hormones au féminin “, publié aux Éditions de l’Homme, que le message actuellement véhiculé est que les contraceptifs oraux sont sécuritaires pour la majorité des femmes en santé et qu’ils peuvent être pris sans problème pendant plusieurs années, jusqu’à la ménopause. Affirmation avec laquelle elle est en désaccord. Elle a aussi constaté que la très grande majorité des femmes qui prennent des contraceptifs présentent des taux élevés de cortisol et que cela ne semble pas associé à un contraceptif oral en particulier.”

    Donc, voilà, selon l’expérience de Sylvie Demers, quelle que soit la pilule utilisée (progestative ou combinée), il y a augmentation du taux de cortisol.

    J’avais fait un autre article concernant le fait de savoir si la pilule était de la cortisone mise sous un autre nom.

    http://www.repenser-la-medecine.com/quotidien/non-classe/est-ce-que-la-pilule-est-de-la-cortisone-mise-sous-un-autre-nom/

    Merci d’avoir fait cet article, ça m’a poussé à chercher de nouvelles informations sur le sujet.

    Répondre
    Aixur - 10 décembre 2013
    1. Oh bonjour! c’est super que vous soyez venu répondre ici 🙂
      Du coup je me demandais également qui se cachait derrière votre blog, vous êtes professionnel de santé ou juste un passionné comme moi ?
      Donc pour résumer, vous vous pensez que ça reste problématique du au taux de cortisol élevé qu’il vaudrait alors mieux faire baisser régulièrement avec la semaine de pause c’est ça ?

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 10 décembre 2013
      1. Merci,

        Je suis juste un passionné.

        Oui, je pense que ça reste problématique. Je pense que le corps organise un va et viens du taux de cortisol afin de remplir les cellules de matières nutritives, puis les de purger de leurs déchets, ainsi que pour plein d’autres problèmes corporels. Donc, si on maintient le taux de cortisol à un niveau élevé en permanence, c’est mauvais.

        Par exemple, ça va limiter la plupart des sécrétion corporelles dans le centre du corps. Donc, il y a des risques d’avoir des brulures d’estomac parce que le mucus qui est produit pour protéger les parois de ce dernier ne va plus être produit en aussi grande quantité et va être plus pâteux, ce qui va créer des trous. Du coup, l’acide chlorhydrique émis par l’estomac va attaquer les parois de celui-ci, ce qui va entrainer des douleurs. C’est vrai pour les pilules classiques, mais ça doit l’être encore plus pour les pilules prises en continu.

        Comme la pilule entraine une vasoconstriction, ça va entrainer une augmentation de la concentration du sang, ce qui peut aboutir à la formation de caillots sanguins dans le bas des jambes (parce que comme on est souvent assis, le flux sanguin est souvent ralenti dans cette partie du corps). En prenant des pilules en permanence, cet effet ne connait pas de pause, et la probabilité de formation de caillot est augmentée.

        La probabilité d’une formation de caillots sera d’autant plus importante que la personne prend des substances calmantes, qui ont tendance à ralentir le flux sanguin (plus le flux stagne, plus les particules présentes dans le sang peuvent s’agglomérer pour former un caillot). Or justement, la pilule a tendance à énerver certaines personnes et à les rendre anxieuses. Donc, souvent, les femmes qui prennent la pilule vont prendre des substances calmantes (tabac, alcool, calmants, etc…) pour contrer cet effet. C’est pour ça qu’on dit qu’il faut éviter l’association pilule + tabac pour ne pas avoir d’avc. Mais en réalité, c’est vrai pour l’association de la pilule avec plein d’autres substances calmantes.

        Selon moi (je reprends ce que j’ai dit dans mon article sur la pilule prise en continu), par rapport à une pilule prise de façon classique, une pilule prise en continu entraine une augmentation des effets suivants :

        – Les thromboses vont être plus importantes dans les jambes

        – Usure plus rapide des cartilages des bras et des jambes

        – Ostéoporose plus prononcée

        – Plus de tumeurs ou de kystes se développant dans le centre du corps (puisque les cellules n’arrivent pas à se vider correctement de leurs déchets)

        – La personne va être plus souvent excitée nerveusement

        – Le désir va être bas pendant plus longtemps qu’avec les pilules prises de façon discontinue

        – Il va y avoir plus de sècheresse vaginale.

        – Plus d’insomnies

        – Plus de problèmes d’estomac

        Par contre, c’est vrai qu’il y aura moins les problèmes suivants :

        – moins ou pas de maux de tête (vu que les vaisseaux sanguins seront en état de vasoconstriction en permanence)

        – moins de baisse de forme physique (anémie) et mentale (déprime).

        – pas de règles pendant de nombreux mois et donc, pas de douleurs associées au règles

        – Pas de douleurs dans les articulations des jambes et éventuellement des bras

        Mais bon, je pense que les problèmes engendrés par la pilule prise en continu outrepassent les bénéfices.

        Sinon, pour ce qu’a relevé Martin Winckler à propos de l’allaitement et de la conception, je me suis renseigné (j’avoue que je n’étais pas au courant de ça). En fait, l’allaitement empêche effectivement la conception. Mais c’est vrai seulement à partir de 6 allaitements par 24 h. Donc, ce que je pense, c’est que le corps organise une montée du taux de cortisol après chaque allaitement pour reremplir d’eau les cellules productrices de lait. Le taux de cortisol doit baisser au bout de 2 ou 3 heures. Mais du coup, dès qu’on dépasse un certain nombre d’allaitements par jour, le taux de cortisol reste élevé trop souvent pour pouvoir concevoir des enfants.

        Répondre
        Aixur - 10 décembre 2013
        1. Très bien, hé bien écoutez je suis ravie de ces recherches très documentées et ravie que l’on puisse entendre ici votre voix.
          Je ne saurais médicalement trancher entre vos opinions donc je vais bien me garder de le faire, ceci dit la conclusion finale (et Martin Winckler serait d’accord j’en suis sûre) c’est que définitivement, la pilule est très loin d’être le meilleur contraceptif pour la santé des femmes.

          Répondre
          Sabrina Chauchard - 11 décembre 2013
          1. Très bonne conclusion. 🙂

            Par ailleurs, votre blog m’a l’air sympa. Il y a des informations intéressantes.

            Aixur - 11 décembre 2013
          2. Passionnée comme vous quoi 😉
            Je teste et je partage tout en sachant que tout reste relatif et en comprenant nos limites d’être humains face à ces sujets 😉

            Sabrina Chauchard - 11 décembre 2013
    2. bonjour moi je suis pour la pilule en continu pour ma part c est une liberte de plus avoir ses regles surtout avoir mal pour rien. mon gyneco non plus m a dit de pas le faire mais c est pas lui qui souffre une fois par mois. mais la en ce momment j ai comme des regles qui sont apparu ca saigne abondament je comprends pas vu que je la prends ca devrait pas et c est pas des spooting et avec ca j ai precedemment eu des pertes marrons et rouges alors des fois je me dis que peut etre ca a des effets de la prendre sans l arreter mais aucune etude ou recherche peut nous eclaircir sur ce probleme!!!! et c est vrai economiquement on est gagnant une boite coute 5 euros et il y a 3 plaquettes alors que les tampons c est presque 5 euros une boite pour 1 mois.

      Répondre
      lacoua - 1 mai 2014
      1. Salut Vanessa, oui alors je pense que quand même il faut faire une pause tous les 6 mois ou 4 mois, tu fais en fonction de ton ressenti, juste pour que l’utérus puisse évacuer ce qu’il a à évacuer car si tu as des spotting c’est que tin utérus fait comme lors des règles, il a du sang et besoin de l’évacuer alors tu peux faire une pause de 4 jours tous les 4/6 mois comme ça on reste dans un juste milieu 🙂
        Perso après 10 ans de pilule je suis aujourd’hui passé au stérilet depuis un mois et me sèvre progressivement de la pilule (je vous en parlerais en détail quand j’aurais fini de me sevrer dan plusieurs mois ^^) et quel bonheur déjà d’avoir un peu moins d’hormones c’est une libération!!!

  19. Je la prend en continu depuis huit ans et tu me fais flipper. Ça c’est fait.

    Répondre
    Vylenefermiere - 9 décembre 2013
    1. Ben non justement c’est plutôt rassurant tout ce qui est dit 🙂
      Mais dans l’absolu oui prendre la pilule c’est vraiment pas le top on est d’accord …

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 9 décembre 2013
    2. Rho mais non mais oups MEGA MEA CULPA, en début d’article j’ai écrit l’inverse de ce que je voulais dire, pour Martin Winckler bien évidemment prendre la pilule en continu c’ess ok 🙂

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 9 décembre 2013
  20. Bien documenté ton article!

    Je l’ai arrêtée il y a des années pour voir l’impact sur ma santé (manque de fer, peu d’énergie, migraines ophtalmiques, etc) et je m’en porte mieux. Donc je ne l’ai plus reprise. Alors, oui, je ‘souffre’ des SPM mais ça fait partie du cycle naturel et c’est mineur. J’avais des migraines liées au cycle et j’ai fait de l’acupuncture : très bon résultat. Un ou deux maux de tête (et non plus la grosse migraine) par mois = ouf 🙂

    Chacun fait comme il le sent of course : )

    Répondre
    PureNrgy - 9 décembre 2013
    1. Oui, dans mon élan j’ai oublié de préciser que je ne considère pas du tout la pilule comme le meilleur moyen de contraception pour la santé, vraiment loin de là. D’ailleurs je vais certainement passer au stérilet pour ma part ^^

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 9 décembre 2013
      1. Il faut essayer et puis opter pour ce qui nous convient le mieux. Tu as aussi la méthode des températures, mais il faut être assidu plusieurs mois pour bien connaitre son corps, et ce n’est pas sans risques. Et sinon le “bon vieux” condom (bio of course!) 😉

        Répondre
        PureNrgy - 12 décembre 2013
        1. Oui, bien évidemment (par contre en pleine fertilité je ne me risquerais pas à “apprendre” la méthode naturelle…) 🙂

          Bises!

          Répondre
          Sabrina Chauchard - 13 décembre 2013
          1. Beaucoup de femmes suivent cette méthode, tu sais. Une fois que tu sais quand tu es en période d’ovulation… Je l’ai suivie 1 an. J’ai stoppé parce que je ne veux pas d’enfants (du tout) et que mon cycle était irrégulier, donc, le risque était là. 😉

            PureNrgy - 15 décembre 2013
          2. Oui je sais mais je n’accepte de prendre aucun risque en la matière car je ne sais pas actuellement si je serais “capable” d’avorter or un enfant pour moi là tout de suite ça ne serait vraiment pas top pour ma carrière alors je testerais cette méthode genre entre le premier et le deuxième mais pas avant.

            Sabrina Chauchard - 15 décembre 2013
          3. oui évidemment dans ce cas 😉

            PureNrgy - 18 décembre 2013