Pourquoi devenir végétalien sans “calculer” c’est compliqué

Il y a un an je suis devenue végétarienne puis un mois plus tard végétalienne. Si je retire une très bonne expérience du végétarisme, ce n’est pas le cas pour le végétalisme.

végétalisme

Je vais vous dire pourquoi …

Tout d’abord pour faire le point :

végétarien = qui ne mange pas de chair animale (ni poisson)

végétalien = qui ne mange aucun sous-produit animal (c’est à dire qui soit issu de l’animal : lait, œufs, miel,etc.)

vegan = végétalien qui en plus n’achète aucun produit (chaussures, vêtement, meubles,etc.) issu de sous produits animaux (cuir, laine, angora, fourrure,etc.)

Une année de végétalisme qui a tourné aux carences :

Je sais d’avance que beaucoup de végétaliens (qui ont déjà du mal à faire comprendre leur mode de vie) vont me détester pour ce que je vais dire mais telle a été mon expérience et je trouve important de la partager à tous ceux qui voudraient se lancer pour qu’ils ne fassent pas les mêmes erreurs que moi car il s’agit quand même de notre santé.
Malheureusement pour moi après une année de végétalisme “freestyle”, c’est à dire sans faire attention à équilibrer mes apports protéines/glucides/lipides et sans compléments alimentaires force est de constater que ça ne m’a pas réussi.

Je suis devenue végétalienne début février 2012.

Pour être précise je mangeais principalement des fruits et légumes (dont 80 % crus), pas de produits laitiers, pas de produits industriels (ou extrêmement peu genre un sandwich le midi), pas de céréales, peu de gluten et un peu de soja.

Depuis mars 2012 j’ai commencé à perdre mes cheveux beaucoup plus que d’habitude mais je n’y ai pas prêté une grande attention. Quelques mois plus tard, pendant l’été j’ai constaté que j’avais du mal à prendre du muscle malgré mes heures de sport.

Carences végétaliens

“j’ai commencé à perdre mes cheveux beaucoup plus que d’habitude mais je n’y ai pas prêté une grande attention. Quelques mois plus tard, pendant l’été j’ai constaté que j’avais du mal à prendre du muscle malgré mes heures de sport.”

Au même moment j’ai commencé à avoir la peau sèche, surtout sur les joues (plaques sèches).
En décembre 2013, soit après onze mois de végétalisme, je commence à me dire que quelque chose ne va pas et je pense enfin à mon alimentation.

Pour redresser la barre je décide de faire attention à mes apports en fer, B12 et protéines (qui agissent principalement sur les cheveux, la peau et les muscles, donc là où j’avais des problèmes). Je consomme alors du foie de morue, des amandes et du chocolat (bio, 90 %) et je fais attention à mes apports en protéines.
Je m’aide également de compléments alimentaires pour remonter le tout plus vite.

Tout revient à la normale en trois semaines. Mes cheveux repoussent, ma peau est moins sèche et mes muscles se refont.

Apprendre à s’écouter vraiment :

Pendant cette année de végétalisme je ne me suis donc pas assez écoutée. J’avais envie de viande, d’œufs, de poisson mais je m’y refusais car j’avais mes convictions.

Si vous voulez devenir végétalien sachez qu’il va falloir passer par une forte phase d’apprentissage, que vous devrez calculer et que la supplémentation sera obligatoire

Du coup, je n’ai pas vu les carences s’installer insidieusement. Pourtant je bouchais sans arrêt la douche avec des poignées de mes cheveux qui tombaient lors de chaque shampoing, ma peau était devenue problématique en 6 mois à peine : sèche, irritable avec de vraies plaques sur les joues et impossible de faire grossir mes muscles ou de fournir un effort physique long.

Ma conclusion c’est que si vous êtes végétalien ou souhaitez le devenir, vous devez comprendre que vous ne pouvez pas l’être sans calculer un minimum ce que vous mangez, vos apports. En bref, si vous voulez devenir végétalien sachez qu’il va falloir passer par une forte phase d’apprentissage, que vous devrez calculer et que la supplémentation sera obligatoire (faits confirmés par les études).
Je suis passée au végétalisme sans vouloir compter, calculer, disséquer ce que je mange (parce que je n’ai jamais compté quoi que ce soit puisque pour moi manger doit rester un plaisir, pas une science) alors si vous êtes comme moi soyez prudents, le végétalisme “freestyle” ne peut pas bien se terminer, il faut en être conscient.

Du coup personnellement je suis revenue sur une alimentation végétarienne/flexi-végétarienne. Je reste végétalienne 4 jours sur 7 en moyenne mais je remange de temps en temps quand j’en ressens le besoin des œufs ou parfois du poisson, bref, je ne me mets pas dans une case. Je fais ce que j’ai envie. D’ailleurs je suis persuadée qu’il ne faut pas être trop intégriste avec son alimentation, cela n’amène rien de bon (cf. Pourquoi vous ne devez pas vous culpabiliser avec la nourriture et Orthorexie et compagnie …).
D’ailleurs je suis loin d’être la seule à avoir fait cette mauvaise expérience, Sirène Bio en parle très bien :

“Je ne suis pas dans l’orgueil, j’accepte de m’être trompée, c’est aussi simple que ça.

Et ce n’est pas si facile car il y a une réelle loi du silence dans ces mouvements alimentaires dogmatiques. Si vous avez le malheur de ne pas faire partie des “grands gagnants”, vous êtes montré(e) du doigts, jugé(e) et surtout discrédité(e)… comme si vous étiez un/une pestiféré(e).

On ne s’improvise pas Cru Vegan Pauvre en Gras sous les conseils d’un homme ou d’une femme, qui ne vous connait pas et qui ne sait pas exactement ce que l’on met au gramme près dans son assiette

Du coup nombreux sont ceux qui disparaissent “sans bruit” des mouvements, des associations, des forums… sous couvert de honte et qui n’ont plus que leurs yeux pour pleurer… et des années pour s’en remettre psychologiquement et physiquement !

On ne s’improvise pas Cru Vegan Pauvre en Gras sous les conseils d’un homme ou d’une femme, qui ne vous connait pas et qui ne sait pas exactement ce que l’on met au gramme près dans son assiette aussi gentil/le et charismatique soit il ou elle. […]
je me suis rassurée dans ce discours : “C’est juste la detox”… “On est pas fait pour être beau”… Tu y crois coûte que coûte et tu continue.  Tu achètes pour cher des tas de gélules de plantes. Tu arrives à te convaincre que tu es sur le bon chemin et que tu n’as jamais été mieux qu’à ce moment là… et que les symptômes que tu vis sont “normaux”… que”ça va passer” , que”perdre ses cheveux c’est quoi en rapport avec le nettoyage nécessaire dont ton corps a besoin ?!” […]

J’en étais certaine, j’allais finir par être transformée, nettoyée, purifiée ! J’allais devenir moi aussi une figure de prou de cette approche alimentaire ! Une référence pour aider les autres et les soutenir dans ce choix de santé unique !
[…]

Tu y crois coûte que coûte et tu continue. Tu arrives à te convaincre que les symptômes que tu vis sont “normaux”… que”ça va passer”  […] J’en étais certaine, j’allais finir par être transformée, nettoyée, purifiée ! J’allais devenir une référence pour aider les autres et les soutenir dans ce choix de santé unique !

J’avais accroché les photos de ces Américaines Crudivores vegan sur mon frigo. Acheté de beaux bols en bois pour me donner le sentiment d’être encore plus reliée à la nature. […] C’était si inspirant pour moi !

Je voulais “convertir” tout le monde. Je ne pouvais même pas concevoir qu’on ne puisse pas avoir “envie” de devenir “crudivore vegan pauvre en graisse”. […]

Ma famille et ami(e)s” ne comprenaient rien”… […] Si ils n’acceptaient pas mon nouveau mode alimentaire, tant pis… car “Moi” j’avais tout mieux compris qu’eux…
[…]
J’ai gâché plus de 8 mois de ma vie à souffrir “d’une soit disant detox” pour finalement mettre à mal mon corps. L’user, le vider… (et en subir encore les séquelles presque une année plus tard…)”

Sirène bio était en plus d’être végétalienne dans un régime crudivore et pauvre en graisse mais si vous vous reconnaissez dans ses propos : réagissez !
Si au contraire vous voulez vous lancer dans l’aventure pensez avant tout à aller vous informer pour être sûr de ne pas développer de carences et ne perdez jamais de vue de ne pas vous interdire trop d’aliments sous peine de risquer de finir comme moi ou Sirène Bio. Voici quelques liens pour vous y aider :

l’alimentation végétalienne par Veganisme.fr

– le très complet “Guide du végétalien” d’Interdits.net qui vous dira tout !

Le végétalisme bon ou pas ?

Je tiens toutefois à préciser que je considère toujours le végétalisme comme une saine façon de s’alimenter, à condition d’être capable de “compter”, de savoir associer, de ne pas se priver de nouveaux aliments en plus de ceux déjà prescrits et surtout… de supporter de faire tout ça.

“Nous sommes profondément omnivores et nous priver d’une partie de ce que nous mangerions naturellement crée un certain déséquilibre qu’il faut savamment rattraper en considérant ses repas et leur confection sous un angle que j’ai trouvé trop aliénant.”

J’insiste bien sur le fait que c’est que parce que je n’ai pas fait attention à mes apports que j’ai développé des carences. Je dis cela pour que d’autres ne fassent pas la même bêtise. Ça ne veut pas dire que le végétalisme est mal.

D’ailleurs côté protéines les végétaliens sportifs s’en sortent très bien puisque l’on compte de nombreux champions parmi eux 🙂

Voilà, ça n’a pas été facile de me l’avouer à moi-même parce que je voulais me persuader que l’on peut manger à l’instinct sans développer de carences mais force est de constater que non, pas dans le cas du végétalisme. Nous sommes profondément omnivores et nous priver d’une partie de ce que nous mangerions naturellement crée un certain déséquilibre qu’il faut savamment rattraper en considérant ses repas et leur confection sous un angle que j’ai trouvé trop aliénant.

Que ce soit dit : devenir végétalien sans calculer c’est compliqué (et dangereux) !

Et vous, êtes-vous aussi un “revenant” du végétalisme ou au contraire vous y plaisez-vous ?

 

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (33)

  1. […] Pourquoi devenir végétalien sans calculer sans arrêt ce que vous mangez c’est compliqué […]

  2. Coucou (c’est encore moi)(la fille qui est partout).

    J’ai été végétalienne et même végane pendant un temps et puis j’en suis revenu. Pas forcément de carences démontrées à signaler mais de la fatigue, beaucoup et d’énormes fringales. Je rêvait de poulet la nuit. Si ça c’est pas un signe que mon corps en voulait.^^
    Pour vérifier mes apports, je me suis amusée à rentrer quelques journées dans une appli qui donne ensuite les apports journaliers en protéines, vitamines, minéraux… Quelle n’a pas été ma surprise quand je me suis rendue compte que malgré une alimentation vgl que je pensais équilibrée, il y avait à priori des manques assez conséquents pour plusieurs vitamines et un apport en protéines assez faible.

    Du coup, j’ai d’abord augmenté mes doses de légumineuses et puis je suis redevenue végétarienne. J’ai vu mon niveau d’énergie remontée doucement et mes entrainements devenir plus faciles. Puis l’été dernier pendant que j’étais enceinte, j’ai eu vraiment de grosses fringales. J’ai fini par céder à mon instinct et j’ai mangé du poulet (le crime ultime). Et bien figures-toi qu’en manger une fois, ça m’a suffit pour être satisfaite pendant 3 mois, au bout desquels j’ai eu de nouveau une grosse envie mais de poisson cette fois.
    J’ai fini par conclure que le végétarisme 95% du temps et répondre aux signaux envoyés par mon corps les 5 autres pourcents, c’est ce qui me convient le mieux.
    Je ne me met plus dans une case et ne me colle plus d’étiquette.
    Je pense que le végétalisme n’est vraiment pas adapté à tout le monde (et la je pense aussi à une amie qui est malade et doit manger sans résidus. si elle retire la viande, il n’y a plus rien du tout!)
    Voilà encore un long commentaire pour partager mon expérience. Ce genre de propos est encore très très tabous je trouve. C’est assez difficile à évoquer dans les milieux militants et c’est bien dommage.
    Belle journée.

    Répondre
    Gwen - 16 décembre 2016
    1. Oui, tu décris très bien ce que de nombreux nouveaux végétaliens vivent. Je pense aussi qu’être végétarien sans caculer c’est ok, végétalien moins. On sait, grâce aux indiens, qu’on peut être végétarien toute une vie à l’échelle d’une nation sans carence donc ça c’est une super nouvelle, le reste à chacun de voir selon ses convictions mais je dis exactement ce que tu évoques dans mon livre Métro, boulot… bonheur ! à propos de “se mettre dans des cases”, mieux vaut être simplement soi et ne pas se définir QUE par son alimentaion. Encore une fois, ce que pensent les autres, fiche-toi en !

      Répondre
      Ca Se Saurait - 16 décembre 2016
  3. Prends de la spiruline! Elle contient 60% de proteines! C est une algue, on la trouve en poudre ou gelules

    Répondre
    czen - 10 février 2016
    1. Oui j’en avais pris à l’époque mais ça n’avais pas fait de miracle et puis je considère qu’une alimentation équilibrée s’auto-suffit sans avoir à prendre des pilules en complément, c’est ma philosophie mais merci 🙂

      Répondre
      Ca Se Saurait - 10 février 2016
      1. Personnellement jai integré la spiruline comme un aliment, je rajoute une c a café dans mon shake de fruits du matin, ce n’est pas une pilule… et c riche en bcp de choses tout comme dautres aliments… il y a aussi la chlorelle, le moringa, les baies de gogi et bcp dautres qui st des plantes formidables quon pt integrer dans son regime alimentaire 🙂 bonnechance!

        Répondre
        czen - 10 février 2016
  4. Je trouve cet article très intéressant ayant moi-même pas mal cogite sur le sujet. Ma soeur vg est devenue anémique avec apparemment du mal à en sortir… elle fait en free style comme vous dîtes. Je suis pas vg mais du coup je suis sensible à la question, j’achète peu de viande et cuisine bcp en vg ou végétalien pour elle et moi. Bref, je ne sais rien de mes carrences mais je sais que je narrive pas à gérer l’alimentation. J’ai de gros problèmes intestinaux et du coup les légumineuses et les légumes sont compliqués à gérer. Quand je me suis lancee j’étais d’ailleurs malade carje ne savais pas que je ne pouvais pas suivre un tel régime de par ma constitution… tout ça pour dire que par mode, par convictions et d’autres raisons, des gens se lancent dans des régimes alimentaires inadaptés sans y reflechir. Si je faisais du crudivorisme je serai trés malade. Du coup ma soeur n’est pas comme ça mais j’ai bcp de mal avec les discours moralisateurs et culpabilisant de certains détracteurs du vg ou d’autres types d’alimentation… voilà pour mon expérience et mon avis!

    Répondre
    Navi Fava - 23 décembre 2015
    1. C’est exactement ça Navi, personne ne doit se transformer en dictateur des consciences, point.
      L’enfer est pavé de bonnes intentions est très vrai en la matière…

      Répondre
      Ca Se Saurait - 23 décembre 2015
  5. Bonjour, je trouve cet article très intéressant!
    Perso, je suis végétarienne depuis 4 ans et je ne pense pas avoir eu de soucis dans mon parcours. Depuis un an, je bois quasi tous les jours des jus faits maison (jus verts, y compris de plantes sauvages, carottes, betteraves, jus de fruits aussi, …)

    Je pratique aussi régulièrement des jeûnes et du sport. Et franchement, je ne me suis jamais sentie aussi bien… J’ai, moi-même de moins en moins envie de manger du cuit à cause du sentiment de lourdeur dans le ventre… Cela étant, s’il y a un resto à faire avec des amis ou la famille, pas question que je refuse!!! 🙂 Je suis crudivore à 80 % et ne me refuse rien… C’est juste que mes envies et mes notions de plaisir alimentaire qui changent au fil du temps…

    Répondre
    Elena - 10 novembre 2015
    1. Salut Elena,

      Oui tant mieux pour tous ceux qui “y arrivent” (je n’aime pas ce terme qui sous-entendrait d’ailleurs que devenir crudivore est un but à atteindre sans le remettre en question, que c’est forcément ce qu’il y a de mieux). Moi je pense avec le recul qu’il y a surtout une grosse mode autour de tout ça et que ce sont surtout l’augmentation de la part de fruits et légumes frais et une plus grande attention à l’hygiène de vie qui font que les gens se sentent mieux: pas forcément le fait d’être devenu vegan ou crudivore (même si les études tendent à prouver et je suis d’accord avec ce constat que la diminution de viande est partie prenante dans le bien-être intestinal, surtout la viande basse qualité).
      Cette pernicieuse idée que les goût changent oui quand il s’agit de revenir au naturel mais pour ce qui est du cru, je le remarque encore aujourd’hui et auprès des 98 % de gens qui “ne réussissent pas” une transition vers le crudivorisme (sans que ce soit un manque de volonté), certes si nous avons été éduqués à manger des boîtes et du congelé et de l’industriel il vaut mieux “changer” de goût mais ce n’est pas le cas de nombre d’entre nous et je pense que le corps sait donc si notre goût nous dit que trop de cru c’est beurk et que ça provoque un rejet je dis que le corps sait. Personnellement j’écoute le mien et les arguments (totalement réfutables) de gens comme Thierry Casanovas, qui avait pourtant suscité chez moi un grand engouement au départ me laissent froide. Donc bref on ne m’enlèvera pas moi comme à Sirène Bio et à tous ceux qui se sont longuement arrêtés sur le cru qu’il y a là-dedans quelque chose de l’ordre de la contrainte et de l’ascétisme alimentaire que s’infligent beaucoup de gens quand ils le pratiquent, qui croient en cela comme en une nouvelle religion qui viendrait presque résoudre tous leurs problèmes de vie et quelques années après on en retrouve plus de 95 % déçus quand ce n’est pas abîmés par trop d’ascétisme, c’est mon avis.

      Quant aux jus je me méfie beaucoup aussi pour deux raisons : il y a un énorme business autour et je n’aime pas ça, enfin si la nature prévoit des fibres autour du sucre et du jus cela a une utilité et je trouve que trop de jus avec des fibres absentes ou broyées n’est pas idéal, trop de glucides délivrés trop vite…

      Répondre
      Ca Se Saurait - 11 novembre 2015
  6. […] végétarienne totale pendant près d’un an, puis suis passée par le crudivorisme et le végétalisme avec peu de succès. Je serais plutôt aujourd’hui “flexitarienne” c’est […]

  7. Après plus de trois ans de végétalisme “freestyle”, je n’ai remarqué aucune différence de santé (j’avoue que j’ai fait aucune analyse, c’est mal). Je me supplémente en B12 et en vitamine D, et pour le reste, je mange varié. Légumes et fruits certes, crus ou cuits, évidemment des céréales et des légumineuses (qu’on peut manger crues (germées) si on est adepte du crudivorisme), des noix, des graines.
    Manger juste des fruits et des légumes sans rien calculer, ça me paraît un poil osé… d’abord j’aurais faim ! Je ne prends pas la peine de calculer justement parce que je mange des céréales et des légumineuses et que je sais que mes apports en protéines sont suffisants. Mais il y a certaines choses pour lesquelles je devrais être un peu plus vigilante, genre fer et calcium.

    À propos des alliances céréales/légumineuses, j’ai vu que tu disais au-dessus que c’était contraignant de le faire à chaque repas : tu n’en as pas besoin ! ça ne sert à rien d’équilibrer parfaitement chaque repas, ton corps peut très bien le faire sur la journée. Tu peux faire une salade de riz le midi et une soupe lentille/pois cassés le soir. Il y a aussi les associations “culturelles” qui existent depuis longtemps dans certaines parties du monde : couscous/pois chiches, riz/lentilles, haricots rouges/maïs… Et puis il y a quelques plantes parfaitement protéinées, comme le soja ou l’amarante,

    Répondre
    Caroline - 21 mars 2014
    1. Coucou Caroline,
      Merci pour ce gentil message et les petits conseils, de toute façon je reste les trois quart du temps végétalienne mais j’avoue que oui, je pensais pouvoir le faire à l’instinct sans calculer QUOI que ce soit mais effectivement non, il faut au moins se supplémenter et manger une céréale et une légumineuse par jour (même ça je trouve cela contraignant) et je limite tellement les céréales que ça m’embête.
      Du coup, devenir végétalien en suivant des conseils comme ceux des crudis, etc ou autres groupes qui te disent aussi d’éviter pleins d’autres aliments c’est une galère sans non alors je fais plus attention mais je suis plus sur un végétarisme désormais.

      Mais merci pour ces conseils, je les garde en tête 🙂

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 22 mars 2014
  8. En fait c’est que je trouve dommage que tu abandonnes le végétalisme alors que ça ne fait pas longtemps que tu es dedans (il me semble?). Etant donné que moi non plus ça ne fait pas longtemps, je suis comme toi, dans l’incertitude de savoir si ce régime est “viable”, autosuffisant… Mais je suis prête à prendre le risque… Et je remangerai des produits animaux seulement si c’est indispensable à ma survie (grave carence ou maladie…), en ayant d’abord tenté toutes les solutions vgl.

    Pour le régime alimentaire de l’homme, effectivement il est “omnivore” puisque son organisme est capable de s’adapter à tous types de nourriture, en cas de pénurie d’un seul type, il peut survire avec le reste… Mais je pense qu’il se rapproche plus du régime “frugivore”, d’après les études que j’ai pu lire, sur sa physiologie notamment (la vision en couleur pour repérer les fruits par exemple).
    Ce n’est pas un sujet facile, mais en tous cas, éthiquement parlant, dans notre société où on a facilement accès à tout, et où un régime végétalien est possible (on peut survivre et être en bonne santé avec, en ayant une alimentation variée et équilibrée forcément, ce qui demande de surveiller ce qu’on mange, et ceci avec n’importe quel régime puisque les omnivores n’échappent nullement aux carences non plus), c’est “déguelasse” d’exploiter les animaux alors qu’on peut s’en passer…

    Voilà, donc ton article aurait pu aussi s’intituler “pourquoi être omnivore sans calculer c’est compliqué”, car cela peut arriver aussi d’avoir des carences alors qu’on mange de tout… En plus ceux qui mangent de la viande je dirais que c’est de la “triche”, car les animaux sont supplémentés en toutes sortes de vitamines et minéraux pour qu’à la fin les populations ne souffrent pas de carences. Alors qu’au naturel ils ne le seraient pas…
    Sans oublier toutes les maladies qu’occasionnent le fait de manger de la viande, qui sont inexistantes du côté du végétalisme. Donc voilà le régime omnivore n’est peut-être, lui non plus, pas infaillible…

    Voilà voilà!

    Répondre
    Sophie - 7 mars 2014
    1. Oui, je suis bien d’accord avec tout ce que tu dis mais là en l’occurrence pour moi avec le temps que j’ai à consacrer à mon alimentation (c’est à dire un temps suffisant mais pas non plus exponentiel), ça n’a pas marché et m’a rendu en mauvaise santé, c’est tout donc c’est mon expérience et c’est ce qu’elle m’enseigne et oui, j’étais végétalienne depuis début février 2013 soit un an tout pile. Et malheureusement vu qu’on est omni c’est parfois plus facile de manger un peu de poisson genre une fois par semaine pour avoir des protéines facilement assimilables en un repas plutôt que de faire des alliances légumineuses/céréales à chaque repas.

      Si tu lis le blog régulièrement tu sais mon engagement envers la cause animale donc il n’est pas à remettre en question. Donc oui, la santé est juste à rechercher comme chacun le souhaite et l’entend sans se juger les uns les autres 🙂

      Bises et merci à toi pour ce débat, même si c’est parfois animé ça me fait toujours énormément plaisir d’échanger, passes une bonne soirée ^^

  9. Bonjour Sabrina, effectivement je ne comprends pas ton point de vue et je ne cherche pas à te blâmer, mais je pense qu’échanger est intéressant justement pour se forger une opinion.
    Aussi, quand tu parles du lion qui mange sa proie, il faut bien se dire qu’il est obligé, c’est son régime alimentaire de carnivore, tandis que nous en tant que primate on a le choix. Puis le “naturel” a plus trop sa place dans notre société où l’on fait ses courses pour manger… Et moi non plus ça ne m’émeut pas énormément quand le lion tue sa proie, beeeaucoup moins que lorsque je vois des humains abattre des animaux innocents.
    Après la chute de cheveux, c’était peut-être la perte saisonnière?
    Et quand tu dis “faire du muscle c’est forcément protéines”, pas d’accord: regarde les herbivores (gorille, vache), ne mangent que des végétaux constitués principalement de fibres, pourtant ils sont remplis de muscles! Pour avoir du muscle, il faut l’activité physique, je pense…
    Enfin je pense que pour détecter une carence il vaut vraiment mieux de faire un bilan sanguin, car les ressentis ça peut pas être complètement objectif…
    C’est dommage que tu n’as pas pu en faire, car peut-être tu aurais trouvé ce qui clochait et pu poursuivre ton régime végétalien! En tous cas, personnellement je m’appuyerai vraiment dessus si jamais j’ai des symptômes, je ne peux encore rien dire vu que ça fait à peine un an…

    Répondre
    Sophie - 5 mars 2014
    1. Bon, je comprend exactement ce que tu me dis mais non, perdre des cheveux par poignées de mars à décembre ce n’est pas de la perte saisonnière. Sinon pour le côté les hommes sont ils herbivores/omnivores ? etc. j’ai beaucoup lu là dessus et je pense qu’on est plus omni comme les singes plutôt qu’herbivore et dans omni y’a “tout” donc quand on oublie une part ça manque (sauf si on calcule savamment les alliances).

      Et je ne suis pas non plus d’accord avec le fait de minimiser le ressenti, même si je n’ai pas fait de prise de sang et que du coup bien sûr, de ce point de vue là, il n’y a pas de preuves, on ne saura jamais, etc. Ça n’empêche que tout ce que j’ai eu (fatigue, perte massive de cheveux, ongles mous aussi et peau fragilisée), à moins que j’ai une grave maladie sans le savoir, colle avec des carences. Ça ne peut pas être autre chose,surtout quand ça colle exactement avec mon alimentation. Je comprend bien que ce bilan puisse déranger mais c’est comme ça. Il faut aussi peut être comprendre que le végétalisme n’est peut être pas infaillible.

      Sinon pour les animaux je suis exactement sur la même longueur d’onde que toi (si je puis dire puisque tu me dira non) et je n’achète jamais de viande industrielle (d’ailleurs je n’achètes toujours pas de viande tout court) même s’il peut m’arriver désormais d’en remanger à l’occasion quand je suis invitée.

      En revanche, notre discussion m’a emmenée à faire des recherches plus poussées sur le muscle et ses besoins et effectivement pour le coup tu as raison, il semblerait d’après cet article plutôt bien fait et ce pdf de l’académie scolaire de Grenoble que le muscle se nourrisse principalement de glucose, d’oxygène, de la graisse contenue dans le corps et en tout dernier des protides (protéines) donc là effectivement tu as raison 🙂

      1. Hey !!
        Je viens de tomber sur ton site lorsque je voulais regarder un peu le crudivorisme. Régime que je ne pense pas tester finalement car je suis trop une feignasse pour faire un régime dont je ne ressens pas le besoin haha. Mais très intéressant ton retour d’expérience. Je suis ensuite tombé sur cet article et je suis désolé pour toi si tu as eu pas mal de carrences. Par contre lorsque j’ai vu ton explication sur les protéines mon sang n’a fait qu’un tour et mes cheveux ( que je ne perd pas après 5 ans de végétarisme et bientôt un an de végétalisme, ouuuf !!) se sont hérissés et je voulais t’expliquer que les carrences en protéine ça n’existe pratiquement pas car pratiquement tous les aliments blablabla puis j’ai lu les commentaires et j’ai vu que tu avais fais des recherches depuis 🙂 c’est super intéressant de lire tes commentaires, tout autant que les articles d’ailleurs, parce que je te trouve vachement ouverte d’esprit et tu ne te contente pas de dire les choses pour dire les choses, tu fais tes propres recherches et elles sont poussées et voilà juste comme ça en passant je tenais à te dire que j’aimais beaucoup ta façon de penser et de réfléchir. Bonne continuation.

        Répondre
        Alexandre - 19 juin 2016
        1. Salut l’expat’ de Miami et mille merci pour cet adorable commentaire 🙂

          Oui, j’ai crée ce blog il y a presque quatre ans pour échanger dans un vrai esprit de blog et depuis ça n’a pas changé, je répond toujours avec autant de plaisir aux commentaires. Je me documente en toute modestie (même si c’est mon métier) et ce que je trouve génial c’est que grâce à tous ceux qui laissent des commentaires et viennent ici échanger j’apprends pleins de trucs, on me dit “ah et ça tu connais?”,; etc.
          Du coup à force oui je commence à avoir pas mal de connaissances, parce que je prends en compte, sans préjugés, l’avis et l’expérience du chacun et cela m’enrichit de dizaines de milliers d’autres expériences que la mienne. Au final, je trouve ça génial et pour cette raison, jamais je ne viendrais snober quelqu’un dans les commentaires ou prétendre que je détiens la vérité ultime. Bref, je partage mes expériences, je suis tout à fait prête à entendre ceux qui en font d’autres et qui veulent venir en témoigner et échanger, c’est pour moi le cœur d’un blog. On est pas là pour s’écharper ou s’insulter, si on sait s’écouter tout en ne trouvant pas grave de ne pas parfois être d’accord alors on peut tout dire ! D’ailleurs j’en parle pas mal dans mon bouquin qui va sortir la semaine prochaine Métro, boulot… bonheur 🙂

          Quoiqu’il en soit Lulu merci beaucoup de ton message, c’est ce genre de petites bouteilles à la mer qui me poussent à continuer 🙂

          Répondre
          Ca Se Saurait - 19 juin 2016
  10. Juste une question… Tu as fait des analyses pour avancer le terme de carences ? Un an de végétalisme, 2 prises de sang et RAS mis à part un début de faiblesse en B12 mais je me complémente. Et perso, je calcule rien du tout. Mais je referai des prises de sang 2 fois dans l’année je pense.

    Répondre
    Justine - 5 mars 2014
    1. Non, malheureusement pas eu le temps d’aller chez un médecin m’en faire prescrire mais quand tu perds près de la moitié de tes cheveux en quelques mois, que tu as tous les symptômes que j’ai eu c’est que tu as forcément des carences. Je me suis écoutée quand j’ai réalisé et cherché qu’est-ce qui pouvait provoquer une chute de cheveux comme ça et c’est soir Fer, soit B12 et pour ce qui est de ne pas arriver à faire de muscle c’es forcément protéine. Le summum étant l’été où je n’ai mangé que du cru salades + fruits et là j’ai vraiment eu une perte de cheveux très importante et une grosse fatigue (et je ne cois pas à la détox à long terme) donc voilà, juste de la logique et dès que j’ai fait attention à ces apports tout redevient normal très vite donc c’est que c’était bien ça.

      Tu penses que ça pourrait être quoi d’autre ?

      (et je ne doutes pas que ça se passe très bien pour d’autres mais si ça m’est arrivé à moi ça peut arriver à d’autres alors j’en parle même si j’ai mis aussi beaucoup de précautions pour préciser que le régime végétalien reste une très bonne chose en soi mais que ce qui m’est arrivé peut arriver à d’autres).

  11. ah ouais je me lancerai pas là dedans ……….. les oeufs et le poisson c’est important pour moi !

    Répondre
    CamilleG - 3 mars 2014
    1. Ben après tout est possible mais faut quand même le réfléchir un peu si on veut franchir le pas, c’est e que j’essayais de communiquer dans cet article 🙂

  12. Concrètement, je mange peu de viande. Mais j’ai remarqué qu’une trop longue période sans est très difficile. (10 jours de festival végétalien et je craque pour aller manger de la viande et du fromage en ville)

    Répondre
    Agoaye - 1 mars 2014
    1. Héhé, je le comprends bien, après perso ce que je retire de tout ça c’est une réflexion interminable sur pourquoi on est sur Terre (et donc est-ce que c’est “juste” qu’il y ait certaines espèces qui soient tuées pour que d’autres se nourrissent?), on peut aller très très loin dans ce questionnement et c’est ce que j’ai fait : quand je vois un lion chasser sa proie ça ne m’émeut pas plus que ça mais lui le fait sans cruauté envers sa proie, il veut juste manger, il ne va pas la faire naître exprès, lui faire vivre une vie de merde pou ensuite lui faire vivre une mort atroce : là est la différence entre l’homme et l’animal.
      Je suis partie très très loin dans ma réflexion là-dessus et pour l’instant j’en déduit que personnellement végétalien c’est trop compliqué pour moi (et que dans la nature je n’aurais pas à calculer de mélanger “céréales/légumineuses”,etc. donc ce n’est pas vraiment “naturel”). Mais je comprends tous les points de vue puisque je suis passé par pleins de stades (crudi, frugi,etc.)

  13. Effectivement ça me choque assez que dises être capable de manger un canard ayant vécu à la campagne… C’est comme si tu mangeais un chien ou un chat qui avait été choyé dans sa famille… pourquoi abréger sa vie pour le manger?! Pourquoi ne pas le laisser jouir de sa vie complète? Serais-tu d’accord qu’on te prenne ta vie à 30 ans pour disposer de ta chaire?
    De même, concernant le fait d’avoir pris un complément au foie de morue “juste” pour se remettre rapidement en forme, je ne peux pas m’empêcher de m’imaginer des extra-terrestres qui se diraient “tiens, je ne me sens pas au top en ce moment… je vais me faire une petite cure au foie d’humain pour revigorer tout ça…”. Je trouve ça dommage de prendre ce choix de la facilité en ne respectant pas un être vivant, alors qu’il existe des végétaux riches en oméga 3…
    Bref je sais que là n’est pas le sujet, mais j’avais besoin de le dire.

    Répondre
    Sophie - 1 mars 2014
    1. Je te comprends très bien Sophie mais j’en étais sûre, impossible d’aborder ce sujet sereinement, ça part systématiquement en sucette…dommage.
      Je te comprends mais pas sûr que dans l’autre sens ce soit le cas.

      Je ne cherche l’approbation ni le regard de personne et je pense ce que tu penses sauf que ne t’en déplaises on peut avoir des pensées philosophiques très poussées sur la “viande” et le fait de “se manger les uns les autres”.
      C’est un cheminement sur lequel je suis depuis un bout de temps également et je n’ai pas encore tiré de conclusions définitives à ce sujet (est-il possible d’avoir des avis définitifs, des “vérités” ? ).
      Tant pis si ça te déranges (et j’ai eu pensé exactement comme toi donc Dieu sait que je te comprends n’ais aucun doute là-dessus).

      Ps: la chair humaine s’écrit “chair” et non “chaire” ^^

  14. Je suis végétalienne depuis 10 mois, et pour l’instant je n’ai remarqué aucun changement sur ma santé par rapport à mon ancienne alimentation omnivore… Peut être faut-il plus de temps pour que les carences ne se manifestent… Par contre, je me régale beaucoup plus qu’avant, manger n’est plus une formalité, et je suis contente d’épargner les animaux.
    Et toi, comment gères tu le côté éthique avec ton retour à une alimentation végétarienne, voire omnivore (le foie de morue…)?
    Sinon, pour le côté “calculs”, je ne calcule pas non plus mes parts de céréales légumineuses, et je ne pense pas non plus être en freestyle, je veille juste à consommer le plus varié possible et bio, à manger chaque jour des oléagineux et… voila!
    As-tu fait une prise de sang? Pour repérer les carences. Perso je compte en faire une en avril, au bout de mes un an de végétalisme… affaire à suivre!

    Répondre
    Sophie - 1 mars 2014
    1. C’est ce que je disais plus haut à Ageha, peut être cela dépend de chacun, peut être que mon crudivorisme a été trop poussé, peut être que pleins de choses…malheureusement je sais juste que je me sens beaucoup mieux maintenant.
      Pour moi aussi ce type d’alimentation me régale bien mieux qu’avant et je gère tout à fait le côté éthique car pour moi ça va même plus loin, c’est spirituel tout ça et ça ramène à la vision qu’on a tous de la vie et la mienne n’est pas non plus “choquée” de manger de temps en temps un animal, même si je suis devenue VG pour les animaux justement, mais surtout contre le système actuel totalement irrespectueux et industriel. Ça va choquer les VG mais manger un canard qui a grandit à la campagne ne me pose aucun problème d’ordre éthique… c’est comme ça.
      Je vais certainement mieux gérer tout ça désormais et “calculer” un peu au début puis que ça devienne une habitude mais il faut dire ce qui est, manger végétalien sans aucune notion des “apports” c’est à mon avis et selon mon expérience + les autres témoignages que j’ai lu, aller un peu au casse-pipe. Bien malheureusement car j’aurais aimé qu’il en soit autrement.
      Et c’est vrai qu’au début j’ai remangé par exemple du foie de morue surtout pour refaire mes apports vite, me sentir mieux vite et sans avoir à calculer des apports ou je ne sais quoi, j’avais besoin de me sentir mieux rapidement et avec l’alimentation totalement végétalienne je n’y arrivais pas, ça n’allait pas assez vite, c’est surtout pour ça au début, très égoïstement que je suis revenue au poisson.
      Maintenant, je vais être très attentive aux premiers signes de carence et veiller à calculer un peu mes apports (car oui si j’ai envie que de légumes, manger du quinoa ou des légumineuses c’est pour moi une contrainte, un “calcul” à faire genre faut que j’en mange au moins quatre fois par semaine ou alors, pire que je doive les associer avec des céréales, franchement moi ça me fatigue). C’est malheureux mais avec une vie à 100 à l’heure, 10 heures de taff par jour sans vraie pause déjeuner + beaucoup d’hôtel c’est très difficile.

      Sinon non pas de prise de sang, pas eu le temps avec mes déplacements et ça serait inutile puisqu’ aujourd’hui je vois bien que c’est fini les carences. De plus les “taux” sont basés sur des personnes ayant une alimentation classique donc des fois ça peut être faussé…

  15. Ton article m’interpelles car je suis ce qu’on peut appeler une végétalienne non stricte depuis janvier de cette année (car j’ai gardé le miel (bio), je ne trouve pas un bon substitut niveau goût). J’en ai parlé avec ma dermato qui m’a un peu fait peur justement sur la perte de cheveux à cause des carences que je pourrais développer dans les mois à venir et m’a prescrit un complétement végétal (il y a du sésame, des algues et d’autres choses dont j’ai oublié le nom). Elle m’a conseillé de faire une cure de avril à mai et de octobre à novembre. J’ai toujours perdu mes cheveux même avec une alimentation omnivore du coup je n’ai pas vraiment fait attention si la perte était devenue plus importante ou non. Par contre je mange plus varié, pas que des légumes et fruits, ce qui me manque je pense c’est le soja que je mange en quantité insuffisante, il faut que je trouve une bonne façon de le cuisiner et l’intégrer à mes plats plus régulièrement.
    C’est vraiment intéressant ton point de vue car je pense que le végétalisme comme toi, n’est pas à prendre à la légère et je commence à faire attention à varier tel et tel aliment pour pas être carencée mais je suis encore trop “freestyle” comme tu dis pour le moment.

    Répondre
    Ageha - 1 mars 2014
    1. Salut Ageha 🙂
      Oui, comme toi, j’ai assez peu entendu qu’il fallait faire “attention” avec le végétalisme, je n’ai entendu que des discours assez enthousiaste et finalement assez peu de conseils bien concrets, d’où cet article.
      Tant que tu penses bien à manger suffisamment de légumineuses et de protéines devrait pas y avoir de soucis ^^
      Mais je me pose encore la question des frugivores, comment font-ils eux pour ne pas avoir de carences ? Parce que pour le coup eux n’ont vraiment ni légumineuses ni soja… en tout cas je sais que je n’aurais pas pu être frugi perso, ça dépend peut être des constitutions …

      1. Les légumineuses, j’en mange depuis que je suis végétalienne parce que avant j’aimais pas ça et finalement, j’ai trouvé une façon de les cuisiner pour les aimer (les lentilles, c’était mon cauchemar avant, maintenant j’en mange avec plaisir!).
        Oui c’est pas simple, je pense que je vais m’améliorer petit à petit (et maintenant j’aime cuisiner, je ne me dis plus que c’est une perte de temps et je ne saute plus aucun repas!).
        Je ne pourrais pas être crudivore car j’ai besoin d’aliments chauds tout simplement! Je ne sais pas comment ça se passe mais c’est certain qu’il faut bien tout calculer pour ne pas être carencé avec ce régime alimentaire, être bien renseigné et ne pas se lancer brutalement, y aller par étage je pense. Mini a écrit un bilan très positif de son année de crudivorisme, je ne sais pas si tu avais lu l’article : http://www.lescheveuxdemini.com/2014/02/mon-alimentation-le-vrai-secret-de-ma.html

        Répondre
        Ageha - 1 mars 2014
        1. Oui, je comprends pour le besoin de chaud, cet hiver par exemple j’ai mangé plus souvent chaud 🙂
          Le bilan de Mini est très sympa (et elle a bien raison de dire qu’elle ne veut pas lancer de débat car sinon à chaque fois sur le sujet ça part en sucette ^^)
          Bises !