Complémentaire mon cher Watson !

Les vitamines et autres compléments à prendre en gélules sont-ils bons pour notre santé? Est-ce qu’on ne peut pas avoir les mêmes effets avec une bonne alimentation ?

Complements alimentaires

Adulés par certains, dépréciés par d’autres, les compléments alimentaires divisent. Même les scientifiques.

Compléments alimentaires: bons ou mauvais pour la santé ?

D’un côté il y a ceux qui les ont étudiés et qui ne leurs voient aucuns bénéfices : (source : L’ExpressNon les compléments vitaminés ne sont pas bons pour la santé“)

” Des résultats “lamentables” :

La revue médicale Annals of Internal Medicine s’appuie […] sur deux nouvelles études rapportant des résultats “lamentables” des effets des compléments alimentaires multivitaminés dans l’aide à la préservation des fonctions cognitive et la prévention des crises cardiaques. Dans la première étude, près de 6000 médecins de sexe masculin de 65 ans et plus ont pris des vitamines pendant plus de dix ans sans aucun avantage. Ils ne sont ainsi pas plus susceptibles de conserver leurs fonctions cognitives en vieillissant que les médecins qui n’ont pas pris ces vitamines.

Le groupe Cochrane, qui publie des critiques médicales, a conclu de son côté que la prise de vitamines n’augmentait pas la durée de vie.

Une autre étude, publiée le 12 novembre va dans la même direction. Selon celle-ci, il y a pour le moment trop peu de preuves en faveur d’une diminution des risques de cancers et de maladies cardiovasculaires. Des recherches ont même démontré comme le rapporte le New York Times, que les suppléments de bêta-carotène pouvaient au contraire aggraver le risque de cancer du poumon chez les fumeurs. De fortes doses de vitamines A et E peuvent aussi augmenter le risque de décès.

Le docteur Stephen Fortmann, qui a dirigé le groupe de travail, conclut : “Ne pensez pas que prendre des vitamines compense une mauvaise alimentation, que vous pouvez manger beaucoup de fast-food et prendre ensuite un tas de suppléments. Ce n’est vraiment pas une bonne idée.”

Voilà, certaines études montrent donc que certains compléments alimentaires (notamment ceux du type “toutes les vitamines du moooonde dans un seul cachet” ou “on va résoudre vos problèmes de cœur avec du zinc”)  ne sont pas efficaces.

Mais est-ce bien nécessaire de tous les mettre dans le même panier ?

Non.
D’ailleurs dans cet autre article de l’Express “Compléments alimentaires gare aux produits miracles“, les auteurs de “La Vérité sur les compléments alimentaires” qui ont analysés des centaines de ces pilules en concluent que certaines sont réellement efficaces :

“Les fabricants vendent-ils de la poudre de perlimpinpin?

Pr Luc Cynober: Le constat que nous dressons dans ce livre est sévère, car une majorité des produits vendus se targuent d’effets positifs sans que des études cliniques en fournissent la preuve. Mais notre travail prend tout son intérêt quand il permet de sortir du lot les neuf substances dont les bénéfices sont réellement prouvés, tant qu’elles sont consommées à des doses raisonnables: la vitamine D, les oméga 3, le fer, le calcium, les folates, les phyto-oestrogènes, le resvératrol, les algues alimentaires et le sélénium.””

Maintenant je vais vous dire ce que j’en pense et ce que j’ai expérimenté.

Mon expérience des compléments alimentaires :

Vous le savez, ici la part belle est faite à l’alimentation, le premier conseil que je donnerais à quelqu’un qui ne se sent pas en forme c’est de commencer par bien manger. Mais il y a certains moments dans la vie où l’on peut avoir besoin d’un coup de pouce. Ça a été mon cas il y a peu à cause d’une perte de cheveux. Je suis devenue végétalienne il y a un an et, comme je n’aime pas “compter” mes apports en protéine toutçatoutça j’ai mangé à l’instinct. Or très vite j’ai commencé à perdre beaucoup de cheveux et j’ai attendu près d’un an avant de me rendre à l’évidence : si je continuais, j’allais vraiment me retrouver avec 3 cheveux sur le caillou.

Donc, ni une ni deux, déjà je redeviens végétarienne et non plus végétalienne au vu de ce fiasco. Ensuite j’essaie d’aider mes cheveux à repousser un peu plus vite car j’en ai marre d’avoir des cheveux aussi fins et aussi peu fournis.

Alors je prends de la levure de bière et là le miracle se produit, très vite pleins de cheveux repoussent et j’ai de nouveau un scalp digne de ce nom 🙂

Ensuite, en décembre gros coup de pompe car je me déplace beaucoup pour mon travail et que j’ai à peine 4 à 5 jours de repos réels par mois pour des journées de 10 heures à côté. Bref. Je tente la spiruline et c’était reparti comme en 40.

Un regain d’énergie assez impressionnant !

Donc qu’on ne vienne pas me dire que les compléments alimentaires n’ont aucun effets  je l’ai testé moi-même comme pleins d’autres personnes : c’est faux.

Mais attention, comme vous savez que je suis très attachée au naturel, je n’ai pris que des compléments alimentaires totalement naturels et le plus biodisponibles possibles (c’est à dire que les substances qu’ils contiennent soient un maximum assimilables par mon corps).

Donc, oui, de manière ponctuelle un complément alimentaire totalement naturel et biodisponible peut aider. Et c’est en substance ce que conclut également l’Association Santé Environnement France dans “Les compléments alimentaires, nécessaires ou dangereux ?

De ces expériences et de tout ce que j’ai lu pour vous sur le sujet (pour préparer mes articles je lis énormément de sources différentes pour êtes sûre de l’info que je vous donne), je conclus donc :

– qu’un complément alimentaire doit être pris uniquement pour combler une vraie carence, pas pour avoir “un petit plus”

– qu’on ne doit pas en attendre des miracles (pilules minceurs, coupes-faims, etc.)

– qu’il ne faut pas en prendre en excès ou en permanence

– qu’il faut veiller à la qualité et surtout à la biodisponibilité du complément que vous choisissez (préférez le naturel et évitez les molécules de synthèse)

– que vous devez impérativement vous renseigner sur l’interaction éventuellement négative que peut avoir un complément alimentaire avec vos médicaments (la vitamine E  par exemple diminue l’absorption des médicaments contre les maladies cardiovasculaires)

Complémentaire mon cher Watson !

Elementaire mon cher watson

Journaliste indépendante et animatrice à Radio France, je vous informe sans concession !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comments (12)

  1. […] n’hésitez pas à faire une cure de levure de bière deux fois par an, ça aide à faire pousser les cheveux et à les […]

  2. Au passage un communiqué de presse que je viens de recevoir contenant une étude sur les dangers des compléments alimentaires c’est à dire sur certains compléments préparés par des industriels peu scrupuleux, alors des compléments oui mais pas n’importe lesquels !

    nutrivigilance@isoclin.com http://www.isoclin.com

    COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES

    Isoclin tire la sonnette d’alarme

    Alors que les ventes de compléments alimentaires explosent en France, Isoclin 1

    dénonce l’absence de veille de sécurité alimentaire post-commercialisation de ces

    produits. Des produits qui pourtant ne sont pas sans danger pour la santé.

    Poitiers – 28/03/14. Les compléments alimentaires sont utilisés pour perdre du poids, pour

    rester en bonne santé, augmenter ses performances sportives ou repousser les affres du

    temps… Plus de 600 de ces produits, réputés presque « miracles », sont mis sur le marché

    chaque mois en France. Un marché florissant qui a progressé de 20% en trois ans, pour

    atteindre quelque 1,2 milliard d’euros en 2013

    Mais ces fameux « aliments santé » sont-ils sans danger pour les consommateurs ?

    Spécialisée en suivi de sécurité des produits de santé, la société Isoclin, basée à Poitiers,

    observe le sujet à la loupe depuis plusieurs années. Ses conclusions sont sans appel : « La

    sécurité du consommateur est totalement ignorée par les industriels une fois le produit

    vendu. Les risques potentiels sont passés sous silence par les acteurs concernés, qui

    préfèrent communiquer sur la qualité des produits en excluant toute évaluation des risques

    liés à la consommation des produits, », dixit le Dr

    Dispositif de nutrivigilance

    Pourtant, un cadre législatif 4

    a mis en place un dispositif national de nutrivigilance pour tous les compléments

    alimentaires. La nutrivigilance, c’est s’assurer, tout au long de leur commercialisation, que

    les produits n’ont pas d’effets indésirables. S’il en survenait, c’est être en mesure d’évaluer

    s’ils sont ou non liés aux produits et être capable de prendre les mesures correctrices utiles.

    Dans ce cadre, la législation vise tous les acteurs de la filière : du fabricant au distributeur

    final, en passant par l’importateur ou le transformateur… Chacun d’entre eux a l’obligation de

    collecter et signaler tous les événements indésirables.

    Alors, que s’est-il passé depuis 2010 ?

    1

    Isoclin est une société de recherche indépendante, spécialisée en développement clinique et en suivi de

    sécurité des produits de santé, basée à Poitiers

    2

    Rapport d’activités Synadiet 2013

    3

    Pharmacien gérant de la société Isoclin, Hubert Taupe est spécialisé en recherche clinique, sécurité des

    produits de santé et expert judiciaire près la Cour d’appel de Poitiers

    4

    CSP Art R1323-1 à 6 et CC Art L221-1 à 11

    5

    L’Anses est l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

    S.A.R.L. au capital de 59 052 € – Siège social : Avenue du Futuroscope Bât@3 – 86360 Chasseneuil du Poitou

    Absolument rien ! Actuellement, le risque n’est que partiellement recensé et sous-estimé, car

    mesuré par la seule frange des professionnels de santé qui relèvent les effets les plus

    graves. Les autres acteurs ne font remonter aucune information et n’appliquent pas la loi.

    Hélas, il n’existe aucune sanction.

    Pourtant, le risque est bien réel. Nombre de ces produits viennent se substituer aux

    médicaments, sans pour autant bénéficier d’un suivi de sécurité alimentaire. Que peut-on

    dire des interactions avec d’autres produits, des intolérances, des allergies, des surdosages

    ou encore des effets indésirables rares, si on ne les recherche pas systématiquement ?

    D’ailleurs, ces événements indésirables sont recherchés et signalés dans de nombreux pays

    et villes, notamment au Québec depuis 2005 6

    Les outils de veille existent

    Des outils de veille ont été développés spécifiquement pour les aliments de santé et sont

    disponibles. À l’image du système de pharmacovigilance conçu pour le médicament. Le

    problème, c’est qu’ils ne sont pas utilisés.

    Ce sont des outils simples qui permettraient très facilement aux acteurs de la filière de faire

    remonter les effets indésirables, depuis le consommateur vers les autorités de tutelle,

    comme l’exige la réglementation.

    En mai 2011, Isoclin a été contactée par l’ANSES et la DGCCRF 7

    d’expérimentation clinique entamés en 2006. Les deux organismes demandaient de

    proposer une solution simple de sécurité alimentaire post-commercialisation. Après un an de

    travaux, les différentes solutions possibles de nutrivigilance ont été présentées aux Journées

    Aliments et Santé de la Rochelle, en mai 2012. Depuis, c’est silence radio…

    À qui profite le « crime » ?

    Pourquoi les industriels renvoient-ils aux calendes grecques leur mise en conformité avec la

    loi ? Le business primerait-il sur le respect de la réglementation et la protection du

    consommateur ? Autant de questions qu’Isoclin pose aujourd’hui aux autorités de tutelles.

    Isoclin a décidé d’alerter l’ensemble des pouvoirs publics, élus et acteurs concernés sur

    cette situation qui ne peut plus durer. Ainsi, ils ne pourront pas dire, comme on a pu

    l’entendre par le passé dans certains scandales sanitaires, qu’ils ne savaient pas !”

    Répondre
    Sabrina Chauchard - 7 avril 2014
  3. […] n’hésitez pas à faire une cure de levure de bière deux fois par an, ça aide à faire pousser les cheveux et à les […]

  4. Effectivement, tes avis sont toujours très documentés, c’est ça qu’on aime 🙂

    Répondre
    Agoaye - 1 mars 2014
    1. Oh malheureusement, pas toujours comme je le voudrais (mais j’ai aussi un travail à côté donc j’écris ce qui me semble juste tout en gardant en tête que rien n’est “définitif” et que je peux changer d’avis).
      Si je devais n’écrire qu’en appliquant mon éthique professionnelle journalistique je crois que je n’écrirais jamais par manque de temps pour “l’investigation” alors en attendant ben j’écris ce que je peux et c’est déjà pas mal visiblement ^^ (mais du coup je suis “critiquable”…)

  5. Pour en revenir à ton expérience d’être redevenue végétarienne à cause de ta perte de cheveux, qu’est ce qui dans le lait et les oeufs est bénéfique pour les cheveux?
    Tu dis que ça va mieux depuis que tu as fait une cure de levure de bière, mais ça va mieux grâce à ça ou au lait/oeufs? ou les deux?

    Répondre
    Sophie - 27 février 2014
    1. Salut Sophie, je ne consomme jamais de lait (je déteste ça depuis toute petite, je ne consomme que du lait de soja). A peine une fois tous les deux/trois mois je mange un morceau de fromage donc je suis quand même sans produits laitiers.
      Pour ce qui est des oeufs c’est et une fois par semaine et pourquoi ? Parce qu’ils m’apportent des protéines que j’ai du mal à trouver sinon (il faudrait que je mélangea céréales + légumineuses à chaque repas mais ça me gonfle et vu que je mange déjà peu de légumineuse et encore moins de céréales (uniquement le matin les céréales et encore) je n’arrive pas à avoir les protéines qu’il me faut avec mon alimentation en étant végétalienne) donc je préfère manger un oeuf de temps à autres et manger comme je veux plutôt que les repas deviennent une contrainte.

      Pour ce qui est des bénéfices pour les cheveux, les cheveux sont un bon indicateur de santé, quand ils tombent en masse c’est qu’il y a une ou plusieurs carences donc j’ai consommé B12 + fer (amandes + foie de morue), je ne pense pas que ce soit le fait de remanger des oeufs qui ait aidé la repousse des cheveux.
      Mais avant de remanger tout ça j’avais fait deux semaines de cure de levure de bière (prise avant de combler les carences), ce qui a arrêté la chute net et ensuite avec l’alimentation + la levure ça a repoussé vitesse grand V.
      J’en avait déjà pris avant donc je sais que ça marche très bien, même tes poils poussent beaucoup plus vite et tu dois d’ailleurs t’épiler deux fois plus souvent donc, les deux ont aidés, forcément mais la levure de bière y est pour au moins la moitié si ce n’est plus. ^^

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 28 février 2014
  6. Bonjour bonjour,
    Très intéressant.
    Parmi les 9 substances bénéfiques, je pense que le magnésium a été oublié…
    On manque souvent plus de magnésium que de calcium, que l’on tend à prendre à outrance, jusqu’à risquer de se transformer en corail humain (avec acidose de l’organisme, tout ceci engendrant arthrose ou/et articulations “rouillées”, par exemple).
    L’amande est intéressante pour ses vitamines et minéraux, elle n’entraîne pas d’acidité dans l’organisme; il faut en manger entre 5 et 10 par jour, selon sa corpulence, ses goûts, les autres aliments consommés… (le chlorure de magnésium, aux nombreuses vertus, acidifie l’organisme lorsqu’il est ingéré, il ne faut pas en abuser et le prendre seulement par cure de 7 jours maximum).
    J’en profite pour préciser que le citron, lui, n’acidifie pas du tout l’organisme, bien au contraire, même si celà ne semble pas logique. Son jus avec un peu de miel (que l’on garde dans la cuillère, c’est impossible à mélanger !) dans une tasse d’eau tiède, avec même un peu de cannelle (bio), est excellent pour la santé, en particulier pour les personnes qui souffrent de rhumatismes, arthrose, arthrite, tendinites… Le vinaigre de cidre bio, non pasteurisé (non chauffé), en fûts de chêne est merveilleux pour la santé, la liste est trop longue celà va de l’angine, aux ulcères d’estomac, jusqu’aux rhumatismes ou douleurs articulaires…
    Au plaisir.
    Magali

    Répondre
    Magali - 27 février 2014
    1. Bonjour Magalie,
      Oui, je pense qu’il y a même bien plus d’une dizaine de substances qui soient actives mais que voulez vous, la science n’en démord pas de ses méthodes et de son arrogance…
      M’enfin sinon pour le magnésium je vous renvoie vers l’article d’un ami bloggueur (également osthéo dans la vie), qui a d’ailleurs commenté plus haut cet article ^^
      Il a écrit un article sur comment assimiler au mieux le magnésium en complément, ça s’appelle “Magnésium : le bide, ou ce qu’on ne vous dit pas pour que ça marche !” dans lequel il explique que le magnésium est en fait en majeure partie présents dans les os et que du coup pour bien “absorber” toutes les doses de magnésium en supplément il faut associer sa prise avec de la silice organique 🙂

      Pour le citron j’en parlais également dans mon article “J’ai testé pour vous la cure de citron” et oui, le vinaigre et pleins d’autres produits naturels et peu chers ont juste des effets géniaux sur la santé (et tant mieux, enfin quelque chose de positif et peu coûteux dans ce domaine ^^)

      Merci pour ce gentil commentaire Magalie, au plaisir également !

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 28 février 2014
  7. Ahhh ! Voilà un bon article sympa et tout simple. Merci 😉
    J’ajouterai un conseil : mélangez toujours micronutriments inertes (comme les gélules, pilules, etc.) avec des micronutriments vivants (qui ont transité par des organismes vivants : plantes, etc.). Le corps assimile préférentiellement les seconds. En mélangeant, on augmente la biodisponibilité de manière exponentielle.

    Répondre
    Wladislas - 27 février 2014
    1. Bonjour Wladislas !
      Merci pour ce petit conseil bien utile 🙂

      Répondre
      Sabrina Chauchard - 28 février 2014